Offense au chef de l'État (droit français)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Icône de paronymie Cet article possède un paronyme, voir Outrage à chef d'État.

L’offense au chef de l'État est régie en France, par les articles 23, 26, 36 et 37 de la loi sur la liberté de la presse du 29 juillet 1881, dans le but de réprimer les offenses envers des personnalités, protégées en raison des fonctions qu'elles occupent :

Offense au chef de l’État[modifier | modifier le code]

Le délit d'offense au chef de l'État est considéré par ses détracteurs comme une survivance tardive du crime de lèse-majesté.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'offense au président de la République était un délit prévu par l'article 26 de la loi sur la liberté de la presse du 29 juillet 1881[3], défini par le fait d'offenser le président de la République. Ce délit a été supprimé à la suite de l'abrogation de l'article 26 en question par la loi n° 2013-711 du 5 août 2013[3].

Peines[modifier | modifier le code]

Initialement puni de trois mois à un an d'emprisonnement et/ou de 300 à 300 000 francs français d'amende, les peines planchers ont été supprimées par la loi du 16 décembre 1992[4], puis la loi du 15 juin 2000 a supprimé la peine de prison pour ne laisser que l'amende[5], qui a ensuite été convertie à 45 000  par l'ordonnance du 19 septembre 2000[6]. Ce délit a été enfin supprimé par la loi n° 2013-711 du 5 août 2013[3].

Jurisprudence[modifier | modifier le code]

Sous la présidence du général de Gaulle, les nombreuses poursuites engagées sur la base de l'article 26 de la loi du 29 juillet 1881 ont permis de définir plus précisément le délit d'offense au président de la République et les conditions d'application de ce texte.

Le délit a été défini de manière constante comme « toute expression offensante ou de mépris, toute imputation diffamatoire qui, à l'occasion tant de l'exercice de la première magistrature de l'État que de la vie privée du président de la République antérieure à son élection, sont de nature à l'atteindre dans son honneur ou dans sa dignité »[7].

L'offense peut se trouver constituée par des écrits ou des paroles dès lors qu'ils sont publics, mais également par un dessin ou un photomontage. Les mobiles du délit étant indifférents, une condamnation peut être prononcée à raison d'une controverse politique, voire d'une simple critique historique.

Le nombre de procès intentés sous le général de Gaulle est relativement incertain : différentes sources valables les évaluent à plus ou moins d'une centaine[8]. Georges Pompidou n'a intenté qu'un seul procès[9]. Le dernier cas d'usage de l'offense date de 2008 sous Nicolas Sarkozy (affaire « Casse toi, pauv' con ! », août 2008[10]). Par un arrêt rendu le 4 novembre 2009, la Cour de cassation a rejeté le pourvoi formé par Hervé Eon. Ce dernier a donc vu sa peine de 30 euros d'amende avec sursis pour « offense au chef de l'État » confirmée. Toutefois, la cour européenne des droits de l'homme remet en cause cette condamnation qu'elle estime contraire à l'article 10 de la Convention européenne des droits de l'homme et condamne la France pour atteinte à la liberté d'expression dans son arrêt Eon c/ France du 14 mars 2013. Toutefois, elle ne remet pas au cause la conventionnalité de l'article 26 envers la convention européenne des droits de l'homme comme elle avait pu le faire pour le délit d'offense aux chefs d’État et de gouvernement étrangers.

Critique[modifier | modifier le code]

Le une proposition de loi visant à abroger le délit d'offense au Président de la République (« transposition dans le droit républicain du crime de lèse-majesté d'ancien régime ») a été déposée par le sénateur Jean-Luc Mélenchon[11] :

« L'ambiguïté qui entoure le délit d'offense au Président est illustrée par l'utilisation pénale très fluctuante qui en a été faite depuis sa création. L'essentiel des poursuites pour offense ont été engagées au début de la Ve République par le Général de Gaulle dans un contexte complètement révolu aujourd'hui où la vie du chef de l'État avait été menacée à plusieurs reprises. Hormis cette période troublée, l'utilisation de cette incrimination est restée extrêmement marginale et arbitraire, ce qui traduit à la fois sa faible utilité et justification juridique. Il n'a ainsi été utilisé que 6 fois en 59 ans sous la IIIe République et n'a entraîné aucune poursuite sous les présidences successives de MM. Valéry Giscard d'Estaing, François Mitterrand et Jacques Chirac qui ont refusé d'y avoir recours. »

La légalité du délit d'offense au chef de l'État[modifier | modifier le code]

DMI n°5 
L'article 10, § 2, de la Convention européenne exige que toute ingérence étatique dans la liberté d'expression soit prévue par la loi. Il s'agit là du nécessaire respect du principe de légalité qui sous-tend toute immixtion dans de nombreux droits et libertés protégés par la Convention. Et, dans le cadre de la protection du droit au respect de la vie privée, la France a fait l'objet de plusieurs constats de violation de l'article 8 de la Convention au motif que l'ingérence étatique n’était pas prévue par la loi (notamment en matière d'interceptions de télécommunications[12]).

Pour ce qui concerne le délit d'offense au président de la République, celui-ci est prévu par l’article 26 de la loi du relative à la liberté de la presse. Or, en application d'une jurisprudence européenne établie, la loi de 1881 représente un fondement juridique indiscutable au regard de l'exigence de légalité[13]).

Toutefois, il convient de souligner qu'au-delà de sa dimension formelle, l'exigence de légalité impose des obligations matérielles. Il ne suffit pas qu'une norme préalable existe pour considérer que la première condition relative aux ingérences étatiques est nécessairement satisfaite. Encore faut-il que, dans une dimension matérielle de la légalité, la norme en cause soit précise et prévisible. En effet, la Cour européenne des droits de l'homme exige « une infraction ... clairement définie par la loi » pour que le « justiciable puisse savoir à partir du libellé de la clause pertinente […] quels actes et omissions engagent sa responsabilité »[14]). Le législateur ne saurait donc avoir recours à une définition large des infractions consistant à employer des expressions génériques afin de décrire les comportements prohibés. Or, le délit d'offense au président de la République, tel que prévu par l’article 26 de la loi du , ne fait l'objet d’aucune définition, contrairement à :

la diffamation 
définie comme : « toute allégation ou imputation d'un fait qui porte atteinte à l'honneur ou à la considération de la personne […]ref>Article 29, al 1, de la loi de 1881 »),
l'injure 
comprise comme « toute expression outrageante, termes de mépris ou invective qui ne renferme l'imputation d'aucun fait[15] »).

Faute de définition, le délit d'offense, apparaît donc susceptible de fonder la poursuite d'un grand nombre de comportements, y compris de simples opinions critiques à l'égard du pouvoir politique.

Il convient, toutefois, de noter que, dans l’arrêt COLOMBANI c/ France, la Cour de Strasbourg[réf. nécessaire] a insisté sur le fait que « c'est le régime dérogatoire de la protection accordée par l'article 36 aux chefs d'État étrangers qui est attentatoire à la liberté d'expression, et nullement le droit pour ces derniers de faire sanctionner les atteintes à leur honneur, ou à leur considération, ou encore les propos injurieux tenus à leur encontre, et ce, dans les conditions de droit communes à toute personne ». En d'autres termes, la Cour européenne des droits de l'homme considère que la fonction présidentielle mérite protection, mais pas à n’importe quel prix. En particulier, selon la Cour, il faut attribuer au prévenu des moyens de défense équivalents à ceux dont il aurait disposé en matière de diffamation ou d'injure. Or, le bénéfice de l'exception de vérité ou de l'excuse de provocation ne peut être appliqué hors les hypothèses où la loi de 1881 le prévoit (articles 33, alinéa 2, et 35). Reste alors l'exception de bonne foi qui s'applique, hors de toute prévision légale, en matière de diffamation (Civ. 2, 8 avril 2004). DMI n°5. Toutefois, dans son arrêt Eon c/ France du 14 mars 2013, la CEDH ne suit pas le même raisonnement que dans l'arrêt Colombani c/ France et ne remet pas eu cause la légitimité du délit d'offense au chef de l'État bien qu'elle en réduise la portée aux seules atteintes à la vie privée et à l'honneur du président de la République[16].

Abrogation[modifier | modifier le code]

Le 15 mai 2013, le délit d'offense au chef de l'État est étudié par l'Assemblée nationale[1]. Le délit d'offense au chef de l'État est définitivement supprimé le 5 août 2013 par la loi n° 2013-711, « Chapitre XIII : Dispositions abrogeant le délit d'offense au chef de l'État afin d'adapter la législation française à l'arrêt de la Cour européenne des droits de l'homme du 14 mars 2013 ».

L'injure envers le président de la République 
devient punissable d'une amende de 12 000  en vertu de l'article 33, 1er alinéa de la loi du 29 juillet 1881
sa diffamation 
est passible de 45 000  en vertu de l'article 31 de cette même loi.

L'offense aux chefs d'État et de gouvernements étrangers[modifier | modifier le code]

Loi[modifier | modifier le code]

Article 36 de la loi sur la liberté de la presse du 29 juillet 1881.

Abrogation[modifier | modifier le code]

Le délit d'offense à chef d'État étranger a été supprimé par l'article 52 de la loi Perben II du , à la suite d'une condamnation de la France par un arrêt du devant la Cour européenne des droits de l'homme (affaire Colombani et autres contre France)[17]. La 17e Chambre correctionnelle de Paris avait déjà déclaré ce délit contraire à l'article 10 de la Convention européenne des droits de l'homme défendant le droit à la liberté d'expression, constatant par conséquent sa désuétude, et déboutant les chefs d'État Idriss Déby, Denis Sassou Nguesso et Omar Bongo, à l'occasion de la sortie du livre Noir silence. Qui arrêtera la Françafrique ?[18],[19],[20].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Le délit d'offense au chef de l’État supprimé par le Parlement, 26 juillet 2013, sur le site lesechos.fr.
  2. la loi du 15 juin 2000 a supprimé les peines d’emprisonnement (mais une amende de 45 000  subsiste).
  3. a b et c Article 26 de la loi n°1881-07-29 du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse, sur Légifrance.
  4. Article 322 de la loi n°92-1336 du 16 décembre 1992 relative à l'entrée en vigueur du nouveau code pénal et à la modification de certaines dispositions de droit pénal et de procédure pénale rendue nécessaire par cette entrée en vigueur
  5. Article 90 de la loi n° 2000-516 du 15 juin 2000 renforçant la protection de la présomption d'innocence et les droits des victimes.
  6. Article 3 de l'ordonnance n°2000-916 du 19 septembre 2000 portant adaptation de la valeur en euros de certains montants exprimés en francs dans les textes législatifs
  7. MERLET, Laurent. « L'offense au président de la République ». Livres hebdo, 16 janvier 2009, n° 760, p. 70.
  8. Olivier Beaud, « Que nous apprennent les archives présidentielles sur la notion d’offense au président de la République ? », actes de la journée d’études Charles de Gaulle. Archives et histoire organisée par les Archives nationales le 20 novembre 2012.
  9. https://www.huffingtonpost.fr/2013/05/16/le-delit-offense-au-chef-de-l-etat-supprime_n_3283987.html
  10. « Casse-toi pov’con » : Hervé Eon fait appel, Politis, 17 novembre 2008.
  11. Jean-Luc Mélenchon, « Proposition de loi visant à abroger le délit d'offense au Président de la République »,  : Lire en ligne sur le site du Sénat français
  12. CEDH, 24 avril 1990, Kruslin c/ France[réf. insuffisante]
  13. CEDH, 7 novembre 2006, MAMERE c/ France[réf. insuffisante]
  14. CEDH, 22 novembre 1995, C.R. et S.W. c/ Royaume-Uni[réf. insuffisante]
  15. Article 29, al 2, de la loi de 1881
  16. Cour européenne des droits de l'homme, 14 mars 2013, arrêt Eon c/ France.
  17. Proposition de loi visant à abroger le délit d'offense au Président de la République, présentée par Jean-Luc Mélenchon, Annexe au procès-verbal de la séance du 19 novembre 2008.
  18. F.-X. Verschave, les Arènes, 2000)
  19. Maître Eolas, Casse-toi, pov'délit, 8 septembre 2008.
  20. Noir silence poursuivi pour "délit d’offense à chef d’État étranger", Les Arènes.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]