Odorama

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

L'odorama est un média expérimental s'intéressant à l'organe olfactif du spectateur. Il reste une technique marginale et ponctuelle.

Exemples[modifier | modifier le code]

Les « films parfumés » (film profumati) d'Angela Ricci Lucchi comme Alice profumata di rosa (1975) étaient accompagnée par la diffusion d'essences aromatiques dans la salle[1].

Dans le film Polyester de 1981 de John Waters, des cartes munies de numéros étaient distribuées aux spectateurs. En approchant son nez du numéro au moment indiqué, le spectateur percevait des odeurs de fleur, de pizza, de colle, d'herbe ou d'excréments.

Les Nuls firent aussi en 1988 une expérience en odorama sur le même modèle à la télévision. Une suite de sketches diffusé sur Canal+ indiquait le numéro de l'odeur à gratter, les micro-capsules étant diffusées dans un magazine sur la télévision[2]. Comme pour Polyester, la dernière odeur était celle d'excréments.

Un court métrage retrace de façon fictive l'histoire du cinéma d'odeur. Il a été réalisé par Maxime Alvarez-Perez et Guillaume Heulard en 2010.

Hors du cinéma et de la télévision[modifier | modifier le code]

Le jeu vidéo Leisure Suit Larry VII : Drague en haute mer, sorti en 1996, contenait une carte en odorama[3].

La bande dessinée Poupée de bronze (1998), de la série Les Innommables de Yann et Conrad, contient une page en odorama dans sa première édition.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (it) Anna Bandettini, « È morta Angela Ricci Lucchi, outsider del nostro cinema: celebri i suoi film 'profumati' », La Repubblica,‎ (lire en ligne).
  2. Catherine Legrand et Jacques Legrand, Chronique de la télévision, (lire en ligne), p. 1998-IA23
  3. « Test Leisure Larry Suit 7 : Drague en Haute Mer sur PC », sur Jeuxvideo.com (consulté le 4 avril 2016)