Odile Kienlen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Odile Kienlen
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activité
Autres informations
Parti politique
Communiste (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Condamnée pour
Condamnation

Odile Kienlen (1895-1945), dite Odette Klein, fut une résistante française, militante de Combat Zone Nord. Comme Jane Sivadon, Anne-Marie Boumier, Anne Noury, c’est une pionnière de Libération Nationale en zone occupée.

Biographie[modifier | modifier le code]

Communiste, elle est, selon Mireille Albrecht,, la fille de Berty Albrecht, secrétaire à l'école des surintendantes d'usine de la rue Princesse[1] où cette dernière reprend ses études[2]. L'école devient un point de ralliement de groupe Combat Zone Nord que rejoint Odile Kienlen[3].

Henri Devillers, membre de Combat Zone Nord trahis le groupe et conduit à l'arrestation des membres du groupe de l'école des intendantes dont Odile Keinlen et Anne-Marie Boumier le 3 février 1942[1]. Elles sont incarcérées à la Prison de La Santé avant d'être déportée à la prison de Sarrebruck, en Allemagne. Là, elles passent dix-sept mois avec d'autres accusées avant d'être jugées par la Haute-cour de Berlin qui s'est déplacée[4]. En mars 1944, elle est envoyée à la prison de travaux forcées de Lübeck, puis à celle de Cottbus. Le 15 novembre 1944, elle est déportée à Ravensbrück et subira une marche de la mort jusque Mauthausen en mars 1945, où elle meurt d'épuisement le 16 avril[5].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Marcel Degliame-Fouché, Henri Noguères et Jean-Louis Vigier, Histoire de la Résistance en France (2): L'armée de l'ombre : juillet 1941-octobre 1942, Robert Laffont (réédition numérique FeniXX), (ISBN 9782221210772, lire en ligne)
  2. Mireille Albrecht, Vivre au lieu d'exister: La vie exceptionnelle de Berty Albrecht, Compagnon de la Libération, Editions du Rocher, (ISBN 9782268083131, lire en ligne)
  3. Annie Fourcaut, Femmes à l'usine: Ouvrières et surintendantes dans les entreprises françaises de l'entre-deux-guerres, La Découverte (réédition numérique FeniXX), (ISBN 9782348025242, lire en ligne)
  4. Les protestants français pendant la Seconde Guerre mondiale, Actes du Colloque de Paris, , p. 599
  5. « Monument Mauthausen III - 1981 » (consulté le 17 mai 2018)

Bibliographie sommaire[modifier | modifier le code]

  • Henri Frenay, La nuit finira, Paris, Laffont, 1975
  • Marie Granet et Henri Michel, Combat, histoire d'un mouvement de résistance, Paris, PUF, 1957
  • Leçons de ténèbres, Paris, Perrin, 2004
  • Jusqu'au bout de la résistance, Paris, Stock, 1997
  • Henri Noguères, Histoire de la Résistance en France, Paris, Robert Laffont, 1972