Octobre rose

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
La Gateway Arch éclairée en rose pour le National Breast Cancer Awareness Month.
Conteneurs à verre figurant les seins d'une femme, destinés à récolter des fonds durant Octobre rose 2019, à Séville (Espagne).

Octobre rose est une campagne annuelle de communication destinée à sensibiliser les femmes au dépistage du cancer du sein et à récolter des fonds pour la recherche[1]. Le symbole de cet évènement est le ruban rose. Son équivalent anglo-saxon est le National Breast Cancer Awareness Month (« Mois National de la Sensibilisation au Cancer du Sein »). Organisée chaque mois d'octobre, cette campagne a pour but d'accroître la sensibilisation à la maladie et de recueillir des fonds pour la recherche. Elle a été instaurée en 1985.

Présentation[modifier | modifier le code]

Depuis les années 1985, le « Mois de la Sensibilisation au Cancer du Sein » (Breast Cancer Awareness Month) est une campagne internationale annuelle sur la santé. Elle commence le et se termine le de chaque année.

Elle est organisée par différents organismes de bienfaisance sur le cancer du sein. Elle a pour but de sensibiliser la population vis-à-vis de la maladie. La campagne informe par exemple sur l'importance du dépistage précoce et du suivi médical régulier, notamment à partir d'un certain âge, et promeut les recommandations de la Haute Autorité de Santé (HAS)[2][3][4][5].

Octobre rose permet de recueillir des fonds pour la recherche sur les causes du cancer du sein, sa prévention, son diagnostic, son traitement et sa guérison.

Octobre Rose soutient aussi les personnes touchées par le cancer du sein et continue de les informer.

Des marches ou des courses dans certaines villes y sont dédiées, où les participants (hommes et femmes) marchent et courent pour montrer leur lutte contre le cancer du sein :

  • À Bordeaux, le Challenge du Ruban Rose est organisé depuis 2003[6]. Il fête sa 17e édition en 2021[7], l'édition 2020 n'ayant pas eu lieu. En 2019, le défi a rassemblé plus de 15 000 participants selon les organisateurs.
  • À Lille, le Challenge du Ruban Rose fête sa 7e édition en 2021. En 2019, le défi a rassemblé 3 500 participants selon les organisateurs[8].
  • À Strasbourg, depuis 2010, la « Strasbourgeoise » a lieu à chaque début du mois d'octobre.

Historique[modifier | modifier le code]

La campagne est originaire des États-Unis où elle a lieu pour la première fois en 1985, soutenue par l'American Cancer Society et l'entreprise Imperial Chemical Industries[9]. La première campagne a lieu en France en 1994, à l'initiative du groupe Estée Lauder (qui a créé l'association Le Cancer du sein, parlons-en ![10]) et du magazine Marie Claire[11].

Autres activités[modifier | modifier le code]

Départ d'une course organisée à l'occasion d'Octobre rose, à Chambéry en 2015.

Durant ce mois d'octobre, des initiatives comme des courses à pied, des ventes aux enchères, ou des collectes de soutiens-gorge sont organisées[10]. Cette manifestation est organisée afin de rassembler des associations et des professionnels de santé autour de l'information sur le dépistage du cancer du sein[10].

L'événement est aussi consacré à l'information sur les aides à l'attention des aidants entourant les personnes atteintes d'un cancer du sein[12].

Prix Ruban Rose[modifier | modifier le code]

L'association a créé en 2003 les six Prix « Ruban Rose » pour la recherche qui sont décernés chaque année. Ils encouragent des projets novateurs dans la recherche sur le cancer du sein, menés par de jeunes médecins et chercheurs. Le Grand Prix soutient la recherche fondamentale ou clinique. Il s’accompagne de trois prix d’Avenir pour encourager l’innovation et, enfin, deux prix pour des projets sur la qualité de vie des malades[13].

En 2020, le montant du soutien attribué aux lauréats des différents prix est de[14] :

  • Grand Prix de la Recherche Ruban Rose : 170 000 euros ;
  • Prix Ruban Rose Avenir : 170 000 euros à chacun des trois lauréats ;
  • Prix Ruban Rose Qualité de Vie : 70 000 euros à chacun des deux lauréats.
Lauréats
Année Grand Prix de la Recherche Prix Avenir Prix Qualité de Vie
2016 Jean-Paul Borg[15] Patrick Legembre[16] et Laurence Lafanechère Virginie Leloup-Morit et Laure Guéroult-Accolas
2017 Dr Fatima Mechta Grigoriou[17] Carmen Garrido[18], Dr Charlotte Ngo et Dr Sébastien Roger Isabelle Fromantin et Dr Pierre Guerreschi
2018 Pr Alain Pulsieux[19] Dr Philippe Chavrier, Dr Aura Carreira et Pr Nathalie Chabbert-Buffet Dr Mahasti Saghatchian et Dr Véronique Gérat-Muller
2019 Pr Guido Kroemer[20] François-Clément Bidard[21], Pr Catherine Uzan et Dr Muriel Le Romancer Dr Angeline Ginzac-Couvé
2020 Pr François Bertucci[14] Dr Élodie Guillaume, Elisabetta Marangoni et Jacky Goetz Dr Frédéric Fiteni
2021 Carmen Garrido à Dijon Dr. Véronique Marguer-Satta à Lyon, Irène Buvatest à Paris, Pr. Carole Mathelin à Strasbourg. Association RoseUp à Paris, association Soeurs d'Encre représentée par Nathalie Kaïd à Bordeaux.

Critiques[modifier | modifier le code]

Octobre rose est critiqué pour son message jugé peu nuancé[22], voire culpabilisant[11], en faveur du dépistage systématique du cancer du sein, dont la balance bénéfice-risque est controversée[11],[23]. En 2015, un groupe de médecins se forme pour critiquer le message de la campagne, qu'il juge basé sur des injonctions culpabilisantes au lieu d'une information objective[11].

Certains acteurs sont accusés de pinkwashing[11], récupérant le message pour améliorer leur image, avec des dérives marketing[24].

De plus, cette campagne tend à invisibiliser les cas de cancer du sein chez les hommes (1 % des cas).

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Octobre rose, le mois dédié à la sensibilisation au cancer du sein », sur RTL2, (consulté le ).
  2. « Cancer du sein », sur Haute Autorité de Santé (consulté le )
  3. (en) « Cancer du sein », sur Haute Autorité de Santé (consulté le )
  4. « Dépistage et prévention du cancer du sein », sur Haute Autorité de Santé (consulté le )
  5. « Cancer du sein : modalités spécifiques de dépistage pour les femmes à haut risque », sur Haute Autorité de Santé (consulté le )
  6. Philippe Cloutet, « 5 km et 10 km du Ruban Rose Bordeaux 2011 », sur AquitaineOnLine (consulté le )
  7. « Bordeaux », sur Challenge Ruban Rose (consulté le )
  8. « Lille », sur Challenge Ruban Rose (consulté le )
  9. Anaïs Lecoq, « Attention au « pinkwashing » : le marketing d'Octobre rose », sur L'Union, (consulté le ).
  10. a b et c AFP, « Octobre rose, uns mois d'initiatives contre le cancer du sein », sur Le Point, (consulté le ).
  11. a b c d et e Anne-Aël Durand, « « Octobre rose » : faut-il un dépistage systématique du cancer du sein ? », sur Les Décodeurs, (consulté le ).
  12. Clémence Gourdon Negrini, « Octobre rose, un mois de mobilisation contre le cancer du sein », sur France Bleu, (consulté le ).
  13. Laetitia Reboulleau, « Aidez la recherche contre le cancer du sein en participant au Prix Ruban Rose », sur Marie Claire, (consulté le ).
  14. a et b « Cancerdusein.org - Prix Ruban Rose - Lauréats 2020 », sur www.cancerdusein.org (consulté le )
  15. « Cancerdusein.org - Lauréats 2016 - Prix Ruban Rose », sur www.cancerdusein.org (consulté le )
  16. RubanRoseOfficiel, « Patrick Legembre - Prix Ruban Rose Avenir 2016 », sur https://www.youtube.com, (consulté le ).
  17. « Cancerdusein.org - Prix Ruban Rose - Lauréats 2017 », sur www.cancerdusein.org (consulté le )
  18. Le Bien Public, « Dijon : elle reçoit 60 000 € pour poursuivre ses recherches sur le cancer du sein », sur https://www.bienpublic.com, (consulté le ).
  19. « Cancerdusein.org - Prix Ruban Rose - Lauréats 2018 », sur www.cancerdusein.org (consulté le )
  20. « Cancerdusein.org - Prix Ruban Rose - Lauréats 2019 », sur www.cancerdusein.org (consulté le )
  21. Valérie Devillaine, « Le Prix Ruban Rose Avenir décerné à François-Clément Bidard », sur Curie.fr, (consulté le ).
  22. Fabienne Maleysson et Anne-Sophie Stamane, « Octobre rose, des slogans pro-dépistage à nuancer », sur UFC-Que Choisir, (consulté le ).
  23. Dominique Dupagne, « Un pavé dans la mare d'octobre rose », sur France Inter (consulté le ).
  24. Pierre Bienvault, « Octobre rose, santé publique et marketing commercial », sur La Croix, (consulté le ).

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]