Octave Merlier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Merlier.

Octave Merlier, né en 1897 à Roubaix et mort en 1976 à Athènes, est un helléniste français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il fait ses études supérieures à la Sorbonne et suit des cours à l'École pratique des hautes études.

En 1923 il épouse Melpo Logothéti (el), musicologue et folkloriste, et, en 1925, s'installe à Athènes, où il devient Professeur à l'Institut français d'Athènes[1]. Spécialiste de la langue grecque, il est directeur de cet Institut français d'Athènes de 1938 à 1961. Durant l'occupation de la France, le régime de Vichy le place en résidence surveillée dans le Cantal. Mais en 1945, il est de retour en Grèce. Il y contribue, avec son directeur adjoint, Roger Milliex, à la venue en France de plus de 150 étudiants, artistes, et créateurs grecs, notamment Georges Candilis, Cornelius Castoriadis, Kostas Axelos, et Kostas Papaioannou, en leur faisant attribuer des bourses proposées par la France et en affrétant un navire, le Mataroa[2].

Il meurt en 1976 à Athènes. Une rue porte désormais son nom dans cette ville, au coin de la rue Sina où se trouve toujours l’Institut français[2].

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Athènes moderne, Les Belles Lettres, coll. « Le monde hellénique », 1930
  • Le Quatrième Évangile. La Question johannique, thèse de 1945 publiée en 1961[3],[4],
  • Itinéraires de Jésus et chronologie dans le Quatrième Évangile, 1961[4]
  • Ο τελευταίος ελληνισμός της Μικράς Ασίας. Έκθεση του έργου του Κέντρου Μικρασιατικών Σπουδών, 1930-1973. Κατάλογος (« Dernier hellénisme de l'Asie Mineure : exposition de l'œuvre du Centre de Recherches Micro-asiatiques, 1930-1973 : catalogue »), 1974 (en collaboration avec Melpo Merlier)
Traductions, éditions
  • Angelos Sikélianos, Poèmes akritiques ; La mort de Digénis : tragédie, adaptation d'Octave Merlier, 1960
  • Dionysios Solomos, La vision prophétique du moine Dionysios, ou La femme de Zante, édition d'Octave Merlier, 1987

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Appel pour la Grèce infortunée », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  2. a et b Maria Malagardis, « Mataroa, le bateau du fol espoir », Libération,‎ (lire en ligne)
  3. H. F., « Le Quatrième Évangile », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  4. a et b Jacques-E. Ménard, « O. Merlier. Le quatrième Evangile (La question johannique) ; Itinéraires de Jésus et chronologie dans le quatrième Évangile », Revue de l'histoire des religions, t. 163,, no 2,,‎ 1963., p. 260-262. (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Octave Merlier (textes réunis par), Octave Merlier : un grand Français, un ami de la Grèce, Paris, Société d'édition Les Belles Lettres, coll. « Connaissance de la Grèce », (ISBN 2-251-68007-1)

Liens externes[modifier | modifier le code]