Observatoire des discriminations

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

L'observatoire des discriminations est un observatoire visant à mesurer et étudier les discriminations en France.

Objectifs[modifier | modifier le code]

Cet observatoire a été créé en novembre 2003[1]. Il mène des recherches et études dans le domaine de l’emploi pour l’essentiel. Il est dirigé par le professeur Jean-François Amadieu.

L’observatoire mesure diverses formes de discriminations : genre, origine, âge, apparence, orientations sexuelles, état de santé, handicap, etc. Il traite conjointement les facteurs qui conduisent à des inégalités d’accès à l'emploi, de déroulement de carrière, de salaires, d’accès à la formation.

Études[modifier | modifier le code]

L’observatoire mène des travaux qui utilisent diverses techniques d’enquêtes.

  • Sondages
  • Mesure des stéréotypes
  • Testing ou test de discrimination par envoi de CV factices ou d’acteurs pour examiner les recrutements
  • Analyse statistique de données d’entreprises (recrutement, salaires, carrières …). L'observatoire a développé une méthode de mesure des pratiques discriminatoires en comparant des échantillons de personnes porteurs de prénoms tels qu'ils peuvent être discriminés à des individus portant des prénoms moins susceptible de provoquer une discrimination.

En 2004 pour la première fois en France un test par envoi de CV a permis de mesurer des discriminations peu examinées jusqu’alors par des tests (handicap, âge, lieu d’habitation, apparence physique, origine). En 2005 des acteurs se présentent en camera cachée à des entretiens d’embauche dans le cadre d’un testing. En 2006 un baromètre national des discriminations fournit des données sur un échantillon représentatif des emplois du secteur privé.

En 2008, l’observatoire a réalisé une étude sur les élus municipaux pour le Haut conseil à l'intégration qui examine la diversité de ces élus, parfois issus de l’immigration, au moyen d’une méthode anthroponymique (à partir des noms et prénoms des élus)[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Patrick Widloecher et Isabelle Querne, Le guide du développement durable : en entreprise, Editions Eyrolles, , 302 p. (ISBN 9782212864298, lire en ligne), p. 211
  2. HCI, rapport au Premier Ministre remis en Septembre 2009, la documentation française 2009.

Liens externes[modifier | modifier le code]