Observatoire de Super-Cannes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Observatoire de Super-Cannes
Cannes - Observatoire de Super-Cannes.JPG

Pylône de l'observatoire de Super-Cannes

Présentation
Type
Destination initiale
Destination actuelle
Désaffecté
Style
Architecte
Construction
1925 puis 1953
Propriétaire
Société immobilière de Paris et du littoral
puis Khalifa ben Zayed Al Nahyane
Statut patrimonial
Localisation
Pays
Région
Département
Commune
Adresse
6-8 avenue de la gare du funiculaire
Quartier Californie - Pezou
Coordonnées

Géolocalisation sur la carte : Alpes-Maritimes

(Voir situation sur carte : Alpes-Maritimes)
Point carte.svg

Géolocalisation sur la carte : Provence-Alpes-Côte d'Azur

(Voir situation sur carte : Provence-Alpes-Côte d'Azur)
Point carte.svg

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Point carte.svg

Géolocalisation sur la carte : Cannes

(Voir situation sur carte : Cannes)
Point carte.svg

L'observatoire de Super-Cannes ou de la Californie est une tour d'observation érigée en 1925 pour la Société immobilière de Paris et du littoral puis transformée en 1953 sur les plans de l'architecte cannois Georges Sauvan au sommet du massif de la Californie dans le quartier du même nom à Cannes.

Tour provisoire[modifier | modifier le code]

Dans l'attente de la construction du belvédère et du tea-room prévue autour du château d'eau, la Société immobilière de Paris et du littoral, initiatrice du projet de lotissement de Super-Cannes, fait ériger en 1925, au-dessus de la gare d'arrivée du futur funiculaire, une tour d'observation en bois constituée de deux plateformes rectangulaires superposées, protégées de garde-corps en croisillons, supportées par des poteaux obliques et accessibles par un escalier extérieur en trois volées périphériques. La Société immobilière n'ayant pu faire aboutir son projet, notamment hôtelier, dont le rapport devait amortir les travaux d'aménagement du domaine résidentiel, le provisoire dure près de trente ans.

Nouvel édifice[modifier | modifier le code]

En 1953, la tour en bois est finalement remplacée par un nouvel édifice conçu dans l'esprit du mouvement moderne par l'architecte cannois Georges Sauvan. Le nouvel observatoire est constitué d'un pylône cylindrique en béton armé conforté par un contreventement sur quatre côtés et surmonté par une terrasse périphérique de forme polygonale, d'un lanterneau sur deux niveaux et d'une antenne. L'accès à la terrasse se fait par un ascenseur installé à l'extérieur du fût face à la mer et offrant durant la montée une vue panoramique. Avec l'arrêt de l'exploitation du funiculaire qui amenait les visiteurs et de celle du restaurant qui les accueillait, l'observatoire n'est finalement plus fréquenté et finit par être désaffecté en 1986.

Nouveau propriétaire[modifier | modifier le code]

En 1989, les 24 000 mètres carrés de terrains supportant les installations de l'observatoire, du restaurant, de la ligne du funiculaire et de ses deux gares sont acquis par l'intermédiaire de la Société immobilière Large Vue Crissier (devenue Large Vue Maxilly) établie en Suisse, par la famille de l'émir d'Abou Dabi, Khalifa ben Zayed Al Nahyane. Un permis de construire pour l'édification d'une villa de 1 200 mètres carrés reliée à la gare de départ du funiculaire par une voie privée est accordé en 1993 et annulé en 1994 par le tribunal administratif, la voie empiétant sur le domaine public.

Le site est dès lors laissé à l'abandon[1],[2].

Protection du patrimoine[modifier | modifier le code]

L'observatoire de Super-Cannes situé 6-8 avenue de la gare du funiculaire dans le quartier cannois Californie - Pezou est inscrit depuis 2001 à l'inventaire général du patrimoine culturel au titre du recensement du patrimoine balnéaire[3]. Il est également labellisé « Patrimoine du XXe siècle » par la commission régionale du patrimoine et des sites de Provence-Alpes-Côte d'Azur du 28 novembre 2000[4].

Annexes[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Frédéric Jaubert, « La renaissance du funiculaire passe par la volonté de l'émir », Nice-Matin, 17 novembre 2000, sur le site Mémoires cannoises, memoires-cannoises.com
  2. P. Comet, « Le sommet de la Californie toujours en mal d'avenir », Nice-Matin, 6 octobre 2009, nicematin.com
  3. « Observatoire de Super-Cannes », notice no IA06000675, base Mérimée, ministère français de la Culture
  4. Label patrimoine du XXe siècle en région PACA : Observatoire de la Californie, paca.culture.gouv.fr

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :