Observatoire de Lille

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Observatoire de Lille
Lille observatoire.JPG
L'observatoire
Présentation
Type
Style
Architecte
Construction
1932
Propriétaire
Commune
Statut patrimonial
Localisation
Pays
Région
Département
Commune
Coordonnées
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Lille
voir sur la carte de Lille
Red pog.svg

L'observatoire de Lille est un bâtiment consacré à l'astronomie, situé impasse de l'Observatoire à Lille. Construit en 1932 par Marcel Boudin, élève de Robert Mallet-Stevens, il a été inscrit à l'inventaire des monuments historiques en 2001[1].

Ce site est desservi par la station de métro Porte de Douai.

Historique[modifier | modifier le code]

Observatoire de Hem

Robert Jonckhèere, né en 1888 à Roubaix et passionné d'astronomie, notamment de la recherche d'étoiles doubles, fonde l'observatoire de Hem et l'inaugure en 1909. Ce premier observatoire possède une coupole de 9 m de diamètre et une lunette de 35 cm de diamètre et de plus de 6 m de distance focale. Il s'occupe également des relevés météorologiques et du service de l'heure[2].

Lors de la Première Guerre mondiale, Hem est occupée et Robert Jonckhèere se réfugie en Angleterre et travaille à l'observatoire royal de Greenwich. À son retour, faute de moyens, il doit vendre ses équipements à l'Université de Lille ainsi que le terrain et les bâtiments qui seront rasés en 1934[2].

Dans le même temps, le maire de Lille, Roger Salengro, fait construire plusieurs bâtiments scientifiques dans le quartier de Lille-Moulins, dont un nouvel observatoire, qui contiendra désormais la lunette de 35 cm.

L'observatoire poursuit son activité et aura pour directeurs successifs : Charles Gallissot, Vladimir Kourganoff, Pierre Bacchus, Luc Duriez, Irène Stellmacher et Alain Vienne. En 2012, il s'occupe notamment de l'étude des comètes et des débris spatiaux[3].

Le musée[modifier | modifier le code]

L'observatoire comporte également un musée qui présente divers objets scientifiques utilisés en météorologie et en astronomie : anémomètres, baromètres, sextants, micromètre à fils, postes récepteurs et de nombreuses horloges[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Notice no PA59000079, base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. a b et c Rubrique sur SiteMAI
  3. André Amossé, « Histoire atypique d'un établissement scientifique nordiste », Porte des Etoiles,‎ , p. 8-11 (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :