Objectification sexuelle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Une jeune femme incarnant une table.

L'objectification sexuelle est une pratique dans laquelle le partenaire est réduit à un instrument (objet) de plaisir sexuel ou érotique. L'individu soumis peut être également considéré comme un objet de satisfaction sexuelle ou considéré comme sexuellement attirant. L'objectification est généralement une attitude qu'adopte un individu envers un autre qu'il considère comme un simple objet et qui peut plus ou moins se soucier de ce qu'il ressent[1],[2].

Le concept de l'objectification sexuelle et, en particulier, l'objectification des femmes, a été le sujet de débats importants dans le féminisme et dans les théories psychiatriques dérivées du féminisme[3],[4]. De nombreux féministes considèrent l'objectification sexuelle comme jouant un rôle important dans l'inégalité des sexes[1]. Certains expliquent que la liberté qui s'est accrue chez les femmes, les homosexuels et bisexuels ont mené à une objectification plus marquée chez les hommes[5],[6],[7],[8],[9]. L'objectification sexuelle a également fait le sujet de débats et discussions concernant l'éthique sexuelle et la philosophie de la sexualité[10].

Fétichisme sexuel[modifier | modifier le code]

Le fétichisme sexuel peut être considéré comme une objectification sexuelle lorsqu'un individu adopte de gré ou de force le rôle d'un objet ou d'un instrument. Des activités BDSM, bien qu'habituellement consenties, qui montrent un individu soumis érotiquement humilié, peuvent être considérées comme une objectification sexuelle. Le meuble humain est une forme de fétichisme et objectification sexuelle.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Bartky, Sandra Lee, Femininity and Domination: Studies in the Phenomenology of Oppression (Routledge, 1990), (ISBN 0-415-90186-3), p. 26
  2. (en) LeMoncheck, Linda, Loose Women, Lecherous Men: A Feminist Philosophy of Sex (Oxford University press, 1997), (ISBN 978-0-19-510556-8), p. 133
  3. (en) Barry, Kathleen, Female Sexual Slavery (NYU Press, 1994), (ISBN 978-0-8147-1069-2), p. 247
  4. (en) Goldenberg, Jamie L., and Tomi-Ann Roberts, 'The Beast within the Beauty: An Existential Perspective on the Objectification and Condemnation of Women' in Jeff Greenberg, Sander Leon Koole, Thomas A. Pyszczynski and Tom Pyszczynski (eds) Handbook of Experimental Existential Psychology (Guilford Press, 2004), (ISBN 978-1-59385-040-1)
  5. (en) Men As Sex Objects (turnin' the tables)
  6. Study: For Israeli women, going on vacation means more sex Irit Rosenblum, Haaretz, 26/02/2008.
  7. Botting, Kate and Botting, Douglas. Men Can Be Sex Objects Too. Cosmopolitan. Août 1996.
  8. (en) No more faking: Sex isn't over until we've had an orgasm..., say Melinda Gallagher and Emily Kramer, founders of the outrageous Cake sex empire for women. But is their love of porn and lapdancing breaking new ground, or is so-called 'raunch feminism' setting the cause back? Sharon Krum The Guardian, lundi 15 mai 2006.
  9. (en) Speedophobia by Mark Simpson,
  10. (en) Par exemple – Soble, Alan (ed). 1997. Sex, Love and Friendship: Studies of the Society for the Philosophy of Sex and Love 1977–1992. Amsterdam: Rodopi. (ISBN 90-420-0227-1). Chapitres 13–16.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]