Obioma Nnaemeka

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Obioma Nnaemeka
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (69 ans)
Agulu (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation

Obioma Nnaemeka (née le 28 octobre 1948 à Agulu, Nigeria) est une professeure d’université nigériane. Elle est diplômée de l'Université du Nigeria à Nsukka; elle y a étudié les études africaines, le français et l'allemand. En 1989, elle obtient son Doctorat en français et études francophones[1] à l'Université du Minnesota. En 2017, elle est professeure de français, d'études féminines et d'études Africaines à l'Indiana UniversityPurdue University, Indianapolis.

Champs d’études[modifier | modifier le code]

Obioma Nnaemeka s'intéresse aux femmes écrivaines noires[2], par exemple Mariama Bâ[3], aux théories féministes[4], aux littératures francophone, aux œuvres orales ainsi qu'écrites de l'Afrique et de la diaspora africaine, aux études de genre et aux droits humains. Avant d'arriver à l'Université de l'Indiana, elle enseigne à l'Université du Nigeria à Nsukka[5]. Elle enseigne également à l'université de Wooster, Ohio. Elle est critique culturelle pour le département français du service international de Radio Netherlands à Hilversum. Elle est aussi membre du Conseil d'administration du Global Women's Leadership Center de la Leavey School of Business[6].

Elle est à l'origine du concept de Negoféminisme, une conception du féminisme africain dans laquelle les améliorations sont apportées via des processus de négociations en respectant les structures familiales traditionnelles[7]. Elle se montre ainsi critique de ce qu'elle considère comme une intrusion irrespectueuse des féministes occidentales dans les modalités de traitement des violences infligées aux femmes africaines comme les mutilations génitales[8]. Elle appelle à une redéfinition du féminisme par les Africaines elles-mêmes, selon leurs propres termes, en y réintroduisant les aspects de race[9].

Activités non académiques[modifier | modifier le code]

A l'Université du Minnesota, Nnaemeka est Présidente de l'Association des Étudiants Nigerians. Elle est la fondatrice et présidente de l'Association des Femmes Universitaires Africaines[1]. Elle est aussi présidente du Jessie Obidiegwu Education Fund[10], une ONG dédiée à l'éducation des femmes et des filles en Afrique. Elle a parfois travaillé comme consultante pour l'Organisation des Nations Unies et la Banque Mondiale.

Publications[modifier | modifier le code]

  • Obioma Nnaemeka, eds. Female Circumcision and the Politics of Knowledge:African Women in Imperialist Discourse.Westport: Praeger Press, 2005.
  • Obioma Nnaemeka, Theorizing, Practicing, and Pruning Africa’s Way, Vol. 29, No. 2, Development Cultures: New Environments, New Realities, éditrices: Françoise Lionnet, Obioma Nnaemeka, Susan H. Perry, Celeste Schenck (Winter 2004), pp. 357-385, The University of Chicago Press, DOI: 10.1086/378553[11]
  • Obioma Nnaemeka, Sisterhood, Feminisms and Power in Africa: From Africa to the Diaspora, Africa World Press, 1998 - 513 pages[12] (ISBN 9780865434394)

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « 2004 : Nnaemeka : Distinguished Leadership Award : Global Programs and Strategy Alliance : University of Minnesota », sur global.umn.edu (consulté le 25 novembre 2017)
  2. Opportune Zongo, « Rethinking African Literary Criticism: Obioma Nnaemeka », Research in African Literatures, vol. 27, no 2,‎ , p. 178–184 (DOI 10.2307/3820170, lire en ligne)
  3. (en) African Literature Association Meeting, The Growth of African Literature: Twenty-five Years After Dakar and Fourah Bay, Africa World Press, (ISBN 9780865436596, lire en ligne)
  4. (en) Elaine Salo, « Lessons in race and African feminism | Sunday Independent », Sunday independent,‎ (lire en ligne)
  5. « aawsexec.html », sur africanwomenstudies.org (consulté le 25 novembre 2017)
  6. (en) « Obioma Nnaemeka, Phd », sur Marquette University, na (consulté le 25 novembre 2017)
  7. « Africa's answer to militant feminism », sur www.eurekastreet.com.au (consulté le 25 novembre 2017)
  8. Michael Barker, « Swans Commentary: Female Circumcision And The Tahirih Justice Center, by Michael Barker - barker24 », sur www.swans.com (consulté le 25 novembre 2017)
  9. (en) CAROLE MCCANN et Seung-kyung Kim, Feminist Theory Reader: Local and Global Perspectives, Routledge, (ISBN 113507383X, lire en ligne)
  10. (en) « Jessie Obidiegwu Education Fund  » Prof. Obioma Nnaemeka, President & CEO », sur joefund.org (consulté le 25 novembre 2017)
  11. Obioma Nnaemeka, « Nego‐Feminism: Theorizing, Practicing, and Pruning Africa’s Way », Signs, vol. 29, no 2,‎ , p. 357–385 (DOI 10.1086/378553, lire en ligne)
  12. Nnaemeka, Obioma, 1948-, Sisterhood, feminisms, and power : from Africa to the diaspora, Africa World Press, (ISBN 9780865434394, OCLC 36865692, lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notices d'autoritéVoir et modifier les données sur Wikidata : Fichier d’autorité international virtuel • International Standard Name Identifier • Bibliothèque nationale de France (données) • Système universitaire de documentation • Bibliothèque du Congrès • Gemeinsame Normdatei • Bibliothèque royale des Pays-Bas • Bibliothèque universitaire de Pologne • Base de bibliothèque norvégienne • WorldCat