Oberheim OB-1

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Oberheim OB-1
Image illustrative de l’article Oberheim OB-1
Fabricant Oberheim
Dates 1978
Caractéristiques
Type Analogique soustractive
Polyphonie 1 voix
Oscillateur 2 VCO
LFO 1
Mémoires 8 patches
Clavier 37 touches


L'Oberheim OB-1 est un synthétiseur analogique monophonique programmable, introduit par Oberheim Electronics en 1978. Il s'est vendu à l'origine pour 1 895 $ et a été le premier synthétiseur analogique capable de stocker des patchs. Il remplaçait la génération précédente d'instruments basés sur le SEM (Synthesizer Expansion Module) d'Oberheim et était destiné à être utilisé pour des représentations en direct[1],[2].

Spécifications[modifier | modifier le code]

L'OB-1 est une version monophonique de l'Oberheim OB-X, avec deux VCO et un filtre passe-bas. Il contenait également un contrôle d'enveloppe pour le filtre et l'amplitude[1].

Dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

Les utilisateurs notables de l'OB-1 étaient le compositeur et musicien Vince Clarke et les groupes Tangerine Dream, Rush et The Grid[1]. En 2014, un reportage sur la station de radio française France Inter a affirmé que l'OB-1 avait été utilisé par l'ingénieur du son de Star Wars Ben Burtt pour créer la voix de R2-D2 et que le nom d'un autre personnage de Star Wars, Obi-Wan Kenobi, provenait d'une translittération de "OB-1". Cependant, Star Wars est sorti pour la première fois en 1977, un an avant l'OB-1, et la plupart des sources attribuent le synthétiseur ARP 2600 comme étant utilisé pour enregistrer la voix de R2-D2[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c (en) « Oberheim OB-1 », Vintage Synth (consulté le 14 mars 2015)
  2. Moog, Bob (2009). "Oberheim SEM Module". Keyboard Magazine Presents Vintage Synthesizers, p. 172. Backbeat Books
  3. See for example, Kunkes, Michael (May-June 2009). "Sound Trek: The Audio Explorations of Ben Burtt". Editors Guild Magazine and Pinch, T. J. and Trocco, Frank (2004). Analog Days, p. 273. Harvard University Press