Obélisque d'Aksoum

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Obélisque d'Aksoum
Rome Stele.jpg
L'Obélisque d'Aksoum en 2009 en Éthiopie, dans la région du Tigré.
Obélisques
Construction
Matériau
Poids
160 t
Hauteur actuelle
23 mVoir et modifier les données sur Wikidata
Coordonnées

L'obélisque d'Aksoum est une stèle aksoumite du IVe siècle en granite située sur le site des stèles de May-Hedja à Aksoum en Éthiopie.

Description[modifier | modifier le code]

Elle mesure 26 m de hauteur et son poids est estimé à 160 tonnes. Elle est ornée de deux fausse portes à sa base et de formes ressemblant à des fenêtres sur chacune de ses faces. Le sommet de la stèle est de forme semi-circulaire, à l'origine il était couvert de métal.

Historique[modifier | modifier le code]

L'obélisque d'Aksoum en 1809.

Après sa conquête de l'Empire éthiopien en 1937, Benito Mussolini ordonne d'apporter en Italie l'un des obélisques qui ornaient Axoum. L'obélisque, alors brisé en cinq morceaux depuis sa chute vers le VIIIe siècle[1], est remonté à Rome et placé devant le bâtiment abritant le ministère de l'Afrique, qui deviendra ultérieurement le siège de l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO). Lors de son remontage, trois barres d'acier sont insérées par section.

L'Obélisque d'Aksoum à Rome en 2002, avant son rapatriement.

Selon les accords signés en 1947 entre l’Éthiopie et l'Italie, l'obélisque aurait dû être restitué, mais malgré plusieurs demandes de restitutions notamment par l'empereur Haïlé Sélassié Ier[1], il demeure à Rome. En 1997, l'Italie renouvelle son engagement lors d'un nouvel accord bilatéral précisant sa restitution la même année. Trois années après, Rome justifie le retard dû à des difficultés techniques[2].

Le débat resurgit en 2002 lorsqu'un orage abîme le sommet de l'obélisque. Un retour de l'obélisque en Éthiopie est programmé pour 2005[3]. Les opérations de démantèlement de la structure commencent en novembre 2003[4].

En 2006 le projet Zamani (en) documente l'obélisque en modèle 3D par balayage laser terrestre[5].

La stèle (hawult) réinstallée est inaugurée en [1]. Les travaux de remontage sont menés par une équipe italienne de restaurateurs de l'université de Rome « La Sapienza »[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Valérie Sasportas, « L'obélisque d'Axoum enfin réinstallé en Éthiopie », sur lefigaro.fr, (consulté le )
  2. (en-GB) « No return for Ethiopian treasure », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le )
  3. « L'Italie remonte l'obélisque d'Axoum », sur lemonde.fr, (consulté le )
  4. (en) Paul Johnson, « Trundling Musso’s stolen obelisk back to its African home », sur www.spectator.co.uk (consulté le )
  5. « Site - Aksum Obelisk », sur www.zamaniproject.org (consulté le )
  6. (en) Giorgio Groci, « The return of the Axum Obelisk », sur unesco.org

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien interne[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :