Obélisque « muré »

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
L'obélisque muré et la mosquée d'Ahmed (Hermann Barth, 1913)
L'Obélisque « muré » de Constantinople.
Hippodrome de Constantinople. Au premier plan, l'obélisque « muré ».

L'Obélisque « muré », aussi appelé colonne de Constantin VII Porphyrogénète ou colonne murée, est le nom traditionnellement donné à l'obélisque bâti au IVe siècle sur la spina au centre de l'Hippodrome de Constantinople[1].

Emplacement[modifier | modifier le code]

Positionné sur la spina au centre de l'Hippodrome de Constantinople, l'obélisque muré est à quelques mètres de la colonne serpentine et de l'obélisque de Théodose.

Histoire[modifier | modifier le code]

La construction de cet obélisque, haut de 32 mètres et constitué de blocs grossièrement taillés, a commencé sous le règne de Septime Sévère (146-211) et fut achevé sous le règne de Constantin Ier le Grand (306-337). Il fut décidé de construire l'obélisque sur place plutôt que d'en importer un d'Égypte[2].

Constantin VII Porphyrogénète (912-959) en fit couvrir les faces de plaques de bronze doré sur lesquelles se trouvaient des bas-reliefs représentant des fermiers et des pêcheurs. À son sommet trônait une pomme de pin qui tomba lors d'un tremblement de terre en 869. Ces plaques furent enlevées lors de la quatrième croisade (1204) pour fabriquer des pièces de monnaie. Sa restauration est récente[2].

Références[modifier | modifier le code]

  1. « L'obélisque de Constantin (Obélisque muré) », sur Levoyageur.net
  2. a et b Jacques et Chantal Périn, « ISTANBUL, HIER ET AUJOURD’HUI – Découvrez l'Obélisque muré », sur Lepetitjournal.com,

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]