OSS 117 : Alerte rouge en Afrique noire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
OSS 117 :
Alerte rouge en Afrique noire
Description de cette image, également commentée ci-après
Logo du film.

Réalisation Nicolas Bedos
Scénario Jean-François Halin
Musique Anne-Sophie Versnaeyen
Nicolas Bedos
Acteurs principaux
Sociétés de production Mandarin Cinéma
Gaumont
M6 Films
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Comédie d'espionnage
Durée 116 minutes
Sortie 2021

Série

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

OSS 117 : Alerte rouge en Afrique noire ou OSS 117: Bons Baisers d'Afrique au Québec[1] est une comédie d'espionnage française réalisé par Nicolas Bedos et sorti en 2021.

Il s'agit du onzième film mettant en scène le personnage d'OSS 117 et du troisième volet de la saga parodique portée par l'acteur Jean Dujardin, dont les deux premiers films, Le Caire, nid d'espions (2006) et Rio ne répond plus (2009), avaient été réalisés par Michel Hazanavicius.

Synopsis[modifier | modifier le code]

En , Hubert Bonisseur de La Bath est retenu prisonnier en Afghanistan. Ses ravisseurs exigent de la France des armes en échange de leur célèbre espion. Il parvient finalement à s'échapper. De retour à Paris, il rencontre Serge, alias OSS 1001, un tout jeune agent bien différent de lui. Alors que Serge est envoyé en mission en Afrique de l'Ouest pour aider le dirigeant Koudjo Sangawe Bamba à mater des rebelles, Hubert Bonisseur de La Bath est assigné au traitement informatique des dossiers de l'agence. Mais lorsqu'OSS 1001 disparait, on envoie OSS 117 poursuivre la mission. Son nom de couverture sera Émile Cousin, un homme d'affaires. À son arrivée, il est accueilli comme un chef d'état...[2].

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Genèse et développement[modifier | modifier le code]

En 2014, Jean Dujardin déclare être partant pour incarner une troisième fois Hubert Bonisseur de La Bath[3]. En 2018, le réalisateur des deux premiers films Michel Hazanavicius confirme qu'il n'en sera pas le réalisateur[4]. Il explique ne pas avoir été séduit par le scénario et qu'il est sur un autre projet, Le Prince oublié[5]. En , Nicolas Bedos est annoncé comme réalisateur du film[6].

Le titre du film est annoncé en [7],[8].

Pierre Niney est annoncé en octobre 2019[9].

Tournage[modifier | modifier le code]

Le tournage se déroule du [10] au [11] à Paris et au Kenya[12].

C'est le dernier film du comédien Wladimir Yordanoff, qui meurt le à l'âge de 66 ans.

Musique[modifier | modifier le code]

OSS 117 : Alerte rouge en Afrique noire

Bande originale de Anne-Sophie Versnaeyen et Nicolas Bedos
Sortie [13]
Durée 50:04
Genre musique de film
Label Milan Records

La musique du film est composée par Anne-Sophie Versnaeyen et Nicolas Bedos, qui succèdent à Ludovic Bource. Anne-Sophie Versnaeyen avait déjà collaboré avec le réalisateur sur ses deux précédents longs métrages, Monsieur et Madame Adelman (2017) et La Belle Époque (2019).

Nicolas Bedos explique avoir écouté de nombreuses musiques de films des années 1980 pour préparer le film : « Durant la prépa, Jean et moi nous envoyions des musiques de Bill Conti, Marvin Hamlisch, John Williams, Peter Hamilton et d'autres grands compositeurs des années 80, pour s'imprégner de l'ambiance ». Pour la chanson du générique d'entrée, From Africa with Love, Nicolas Bedos déclare : « La chanson du générique s'inspire des tubes ringards des années 80 tout en parodiant l'esprit Goldfinger[13] ».

Liste des titres[14]
  1. Le bunker (2:19)
  2. Évasion (1:16)
  3. From Africa with Love (2:20) (interprété par Indy Eka)
  4. Retour d'Hubert (1:20)
  5. L'informatique (0:46)
  6. Hubert dactylo (0:53)
  7. Départ en mission (0:53)
  8. L'Afrique ! (1:21)
  9. Accueil discret (0:42)
  10. Hall d'hôtel (0:44)
  11. Micheline (0:58)
  12. Zéphyrine (0:55)
  13. Filature de Léon (1:09)
  14. La panne (2:14)
  15. Le serpent (0:57)
  16. Chez Léon (1:58)
  17. En prison (1:19)
  18. Le Baobab Select (0:44)
  19. Les caisses (0:41)
  20. Course poursuite (1:41)
  21. Les lions (1:07)
  22. Les espions (2:37)
  23. La bombe (2:13)
  24. Pris au piège (1:52)
  25. Nostalgie (0:45)
  26. Camp des rebelles (2:31)
  27. Évasion du camp (0:44)
  28. Dernière Bataille (1:13)
  29. Retour au palais (1:06)
  30. Leon, un félon ! (1:24)
  31. Quelle journée (1:15)
  32. Superman (2:36) (interprété par les Commodores)
  33. Le Freak (2:51) (interprété par Tessa B.)
  34. L'Armée rouge est la plus forte (2:42) (interprété par les Chœurs de l'Armée rouge)

Sortie et accueil[modifier | modifier le code]

Date de sortie[modifier | modifier le code]

En , il est annoncé que le film sortira en France le [15]. Le , Gaumont annonce que la sortie est repoussée au [16], avant d'annoncer en mars 2021 que la sortie est repoussée à une date indéterminée en raison du prolongement de la fermeture des salles de cinémas françaises. Le 25 mars, une nouvelle date de sortie est annoncée : le [17].

Accueil critique[modifier | modifier le code]

En France, le film obtient une note moyenne de 35 sur le site AlloCiné, qui recense 28 titres de presse[18]. Du côté des avis positifs, Olivier De Bruyn du magazine Marianne écrit notamment « Avec son mauvais esprit et son sens très sûr de l’humour noir, OSS 117 : Alerte rouge en Afrique noire remplit son contrat et honore un genre, la comédie populaire, souvent maltraité par les cyniques et plébiscité par le public. Un “genre de films” qui fait assurément du bien. » Pour Caroline Vié de 20 Minutes « Nicolas Bedos tape sur le politiquement correct avec une belle énergie » avec un film qui « reste fidèle à l’esprit de la saga. » Anthony Jammot de Culturebox écrit quant à lui « peu importe l'évolution des mœurs, OSS 117 reste le même macho, raciste et arrogant et fait toujours recette auprès des mordus d'humour irrévérencieux ». Dans La Voix du Nord, Christophe Caron admet que « cet opus n’est sans doute pas au niveau des deux précédents » mais souligne que Nicolas Bedos « avait le bon profil pour perpétuer ce festival de blagues douteuses et jouissives tout en assurant le spectacle. On a bien rigolé, et on n’a même pas eu honte[18]. »

Du côté des avis négatifs, Marilou Duponchel des Inrockuptibles écrit notamment « Le film reconduit fidèlement et assez maladroitement parce que sans véritable inspiration, ni sens du rythme, les ingrédients qui avait fait le sel réac, raciste, homophobe et misogyne de ses prédécesseurs. » Gérard Crespo du site aVoir-aLire.com regrette un manque de « verve et d’irrévérence ». Dans le magazine Première, Thierry Chèze remarque que « chaque vanne audacieuse ou gonflée sur l’Afrique et les Africains » est suivie « par une scène qui ressemble à une justification ou une excuse. Tout l’inverse des deux premiers volets qui affrontaient les questions du racisme et de l’antisémitisme par la seule arme de l’absurde, sans se soucier du qu'en-dira-t-on. » Dans Libération, on peut notamment lire « tout, des gags à la plastique de l’affaire, y transpire l’effort et la frime mais semble conspirer à une tiédeur généralisée –, et jamais l’entreprise n’y trouve sa rythmique, pas plus que le lieu assumé de son rire ». Céline Rouden de La Croix écrit notamment « si le scénariste Jean-François Halin n’a rien perdu de sa verve et cisèle une fois de plus quelques répliques cultes, le tout manque de rythme et d’entrain[18]. »

Box-office[modifier | modifier le code]

Pour son premier jour d'exploitation en France, le film prend la tête du box-office avec 210 052 entrées, dont (59 282 réalisées lors d'avant-premières)[19].

Au 1er octobre 2021, le film a enregistré 1 598 831 entrées en France[20].

Clins d’œil[modifier | modifier le code]

Comme les deux précédents films, celui-ci contient plusieurs hommages et allusions aux films de James Bond d'EON Productions. Ici, cela s'illustre notamment avec le générique d'entrée (dont la chanson est ici interprétée par Indy Eka). Le titre de la chanson From Africa with Love rappelle le titre original du film Bons Baisers de Russie (1963), From Russia with Love. Toujours dans le générique, les images projetées sur des corps de femmes sont une référence aux génériques de Bons Baisers de Russie et "Goldfinger" et la voiture sortant de la bouche de la chanteuse peut être vu comme faisant écho au pistolet sortant d'une bouche de femme dans le générique de "Goldeneye", ou à la célèbre publicité réalisée par Jean-Paul Goude en 1985 où la bouche du visage géant de Grace Jones libère une Citroën CX.

Dans une salle contenant de multiples écrans, OSS 117 s'attarde sur une télévision diffusant L'Île aux enfants avec Casimir (qui est par ailleurs le prénom de l'une des antagonistes du film). Plus tard, OSS 117 joue à la flûte le célèbre générique composé par Roger Pouly pour dresser un serpent qui s'est glissé dans son lit.

Plusieurs acteurs de la série télévisée Au service de la France, également écrite par Jean-François Halin, reprennent brièvement leur rôle au début du film. On peut les voir lorsqu'OSS 117 arrive dans les locaux des services secrets. Il s'agit de Karim Barras (Jacky Jacquard), Bruno Paviot (Roger Moulinier) et Jean-Édouard Bodziak (Jean-René Calot).

Christelle Cornil reprend ici son rôle de la secrétaire Josie Ledentu, présent dans OSS 117 : Rio ne répond plus. Il s'agit du seul personnage, hormis OSS 117 lui-même, à revenir dans un autre film sous les traits du même comédien (le personnage d'Armand Lesignac apparaissant dans chaque film sous des traits différents dû au décès de ses interprètes).

Lorsqu'OSS mène à bien sa mission, le dictateur africain Koudjo Sangawe Bamba lui donne des diamants à remettre au président français, Valéry Giscard d'Estaing. OSS les remet à Armand qui préfère les mettre de côté. Cela fait allusion à l'affaire des diamants avec Jean-Bedel Bokassa. On peut par ailleurs voir des images d'archives du président français dans le générique d'ouverture.

Lorsque Hubert Bonisseur de La Bath arrive pour la première fois en Afrique, sous le pseudonyme d’Émile Cousin, il salue la foule en imitant Jacques Chirac.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Laurence Fournier, « Ce que vous pourrez voir d'intéressant au cinéma durant les 4 prochains mois », sur www.cinoche.com (consulté le )
  2. « OSS 117 : Alerte rouge en Afrique noire dévoile son affiche et son synopsis », sur Premiere.fr, (consulté le )
  3. « Jean Dujardin : partant pour retrouver OSS 117 et Brice de Nice ! », sur AlloCiné, (consulté le )
  4. « OSS 117 : pas d'épisode 3 pour Michel Hazanavicius ? », sur AlloCiné, (consulté le )
  5. « OSS 117 3 : Michel Hazanavicius "n'aime pas le scénario" et confirme qu'il ne réalisera pas le film », sur AlloCiné, (consulté le )
  6. « OSS 117 : Nicolas Bedos va réaliser le 3e opus de la saga avec Jean Dujardin », sur AlloCiné, (consulté le )
  7. « OSS 117 3 : on connaît enfin le titre de la suite ! », sur AlloCiné (consulté le )
  8. « Le titre délicieusement ringard du nouvel OSS 117 vient d'être dévoilé », sur lefigaro.fr, (consulté le )
  9. L. B., « Pierre Niney rejoint le casting d'"OSS 117 : Alerte rouge en Afrique noire" », sur 20 Minutes,
  10. « Nicolas Bedos : "Le tournage du nouvel OSS 117 débute dans deux semaines" », sur Europe 1, (consulté le )
  11. Jérôme Lachasse, « OSS 117: JEAN DUJARDIN ET NICOLAS BEDOS ANNONCENT LA FIN DU TOURNAGE DU TROISIÈME VOLET », sur bfmtv.com, (consulté le )
  12. https://www.linternaute.com/cinema/tous-les-films/1261449-oss-117-3-la-suite-a-une-date-de-sortie-mais-il-va-falloir-etre-patient/
  13. a et b « OSS 117 : Alerte rouge en Afrique noire (2021) », sur Cinézik (consulté le )
  14. (en) OSS 117: Alerte rouge en Afrique noire - Soundtrack.net
  15. « OSS 117 3 : la date de sortie ! », sur AlloCiné (consulté le )
  16. « https://twitter.com/gaumont/status/1331189864692322304 », sur Twitter (consulté le )
  17. « La sortie du nouvel OSS 117, Alerte Rouge en Afrique Noire repoussée en août », sur France Info, (consulté le )
  18. a b et c « OSS 117 : Alerte rouge en Afrique noire - critiques presse », sur AlloCiné (consulté le )
  19. « 1er jour France : OSS 117 3 dynamite le box-office », sur Allociné, (consulté le )
  20. « Box-office OSS 117 : Alerte rouge en Afrique noire », sur JP's box-office (consulté le )

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :