ORP Krakowiak (L115)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

ORP Krakowiak
Image illustrative de l’article ORP Krakowiak (L115)
L'ORP Krakowiak en 1942.
Autres noms HMS Silverton
Type Destroyer d'escorte
Frégate
Classe Hunt (type II)
Histoire
A servi dans Pavillon de la marine polonaise Marine polonaise
Commanditaire Naval Ensign of the United Kingdom.svg Royal Navy
Constructeur J. Samuel White
Chantier naval Cowes, Angleterre
Commandé
Quille posée
Lancement
Commission
Statut Démoli en mars 1959
Équipage
Commandant Tadeusz Gorazdowski
Jan Tchorznicki
Wszechwlad Maracewicz
Wlodzimierz Loskoczynski
Équipage 164 hommes
Caractéristiques techniques
Longueur 85 m
Maître-bau 9,5 m
Tirant d'eau 2,4 m
Déplacement 1 050 tonnes
À pleine charge 1 490 tonnes
Propulsion 2 chaudières à vapeur Admiralty
2 turbines à vapeur Parsons
2 hélices
Puissance 19 000 ch (14 000 kW)
Vitesse 27 nœuds (50 km/h)
Caractéristiques militaires
Armement 6 × canons de 4 pouces QF Mk XVI en deux affûts doubles Mk. XIX
4 × canons de 20 mm Oerlikon
4 × canons AA de 40 mm
2 × mitrailleuses Lewis Mark I
110 × charges de profondeur (2 × lanceurs Thornycroft + 2 racks)
Rayon d'action 3 700 milles marins (6 900 km) à 14 nœuds (26 km/h)
Carrière
Indicatif L115
F 55

L'ORP Krakowiak est un destroyer d'escorte polonais de la classe Hunt Type II en service pendant la Seconde Guerre mondiale, initialement britannique sous le nom de HMS Silverton.


Construction[modifier | modifier le code]

Le Silverton est commandé le dans le cadre du programme d'urgence de la guerre de 1939 pour le chantier naval de J. Samuel White de Cowes, sur l'île de Wight en Angleterre, sous le numéro J6583. La pose de la quille est effectuée le . Il est lancé le sous le nom de HMS Silverton. Il est renommé ORP Krakowiak[1] en et mis en service dans la marine polonaise le sous le commandement du Kapitan marynarki Tadeusz Gorazdowski[2].

Les navires de classe Hunt sont censés répondre au besoin de la Royal Navy d'avoir un grand nombre de petits navires de type destroyer capables à la fois d'escorter des convois et d'opérer avec la flotte. Les Huntde type II se distinguent des navires précédents type I par une largeur (Maître-bau) accrue afin d'améliorer la stabilité et de transporter l'armement initialement prévu pour ces navires[3].

Le Hunt type II mesure 80,54 m de longueur entre perpendiculaires et 85,34 m de longueur hors-tout. Le Maître-bau du navire mesure 9,60 m et le tirant d'eau est de 3,51 m. Le déplacement est de de 1050 long ton (1070 t) standard et de 1490 long ton (1510 t) à pleine charge.
Deux chaudières Admiralty produisant de la vapeur à 2100 kPa et à 327 ° C alimentent des turbines à vapeur à engrenages simples Parsons qui entraînent deux arbres d'hélices, générant 19 000 chevaux (14 000 kW) à 380 tr/min. Cela donné une vitesse de 27 nœuds (50 km/h) au navire.[4] 277 long ton (281 t) de carburant sont transportés, ce qui donne un rayon d'action nominale de 2 560 milles marins (4 740 km) (bien qu'en service, son rayon d'action tombe à 1 550 milles marins (2 870 km))[5].

L'armement principal du navire est de six canons de 4 pouces QF Mk XVI (102 mm) à double usage (anti-navire et anti-aérien) sur trois supports doubles, avec un support avant et deux arrière. Un armement antiaérien rapproché supplémentaire est fourni par une monture avec des canons quadruple de 2 livres "pom-pom" MK.VII et deux canons Oerlikon de 20 mm Mk. III montés dans les ailes du pont. [6] Les montures jumelles motorisées d'Oerlikon sont remplacé par des Oerlikons simples au cours de la guerre. [7] Jusqu'à 110 charges de profondeur pouvaient être transportées. [8],[9] Le navire a un effectif de 168 officiers et hommes[10],[11].

Historique[modifier | modifier le code]

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Étant le premier navire de sa classe à être remis aux Polonais, son équipage passe la majeure partie de son temps à s'entraîner et à se mettre en condition jusqu'au . Il entre ensuite dans le rôle d'escorte de convoi dans l'Atlantique Nord. En décembre de la même année, il est parmi les navires choisis pour participer au raid (abouti) contre un avant-poste naval allemand sur les îles Lofoten. Tout au long de la guerre, il patrouille également en mer du Nord, se livrant souvent à des escarmouches avec des torpilleurs allemands. En 1943, il rejoint la Méditerranée, où il participe, entre autres, à l'opération Husky, puis à la campagne du Dodécanèse. Au total, pendant la Seconde Guerre mondiale, il parcourt plus de 146 000 milles marins (270 392 km), escortant 206 convois différents, dont neuf dans l'Atlantique Nord. Il a abattu trois avions ennemis, mais le nombre de navires de l'Axe coulés/endommagés est incertain.

Après-guerre[modifier | modifier le code]

Le , le navire est retiré de la marine polonaise par les Britanniques, qui le renomment sous son nom d'origine et le place en réserve à Devonport[12]. Le Silverton est reclassée comme frégate sous le numéro de fanion F 55. Ne servant que dans de rares cas, il passa la plupart du temps à quai, conservé au sein de la flotte de réserve. C'est à ce titre qu'il représenta la flotte de réserve lors des célébrations du couronnement de la reine Elizabeth à Spithead en [13].

En 1958, il est finalement retiré du service et placé sur la liste des démolitions. Il est vendu BISCO pour démolition par Thos W Ward. Il est démoli à Grays, dans l'Essex, à compter de . Sa valeur de ferraille réalisé est de 17 400 £.

Commandement[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. John English, The Hunts: A history of the design, development and careers of the 86 destroyers of this class built for the Royal and Allied Navies during World War II, World Ship Society, , 17,72 p. (ISBN 0-905617-44-4)
  2. « ORP Krakowiak (L 115) of the Polish Navy - Polish Escort destroyer of the Hunt (Type II) class - Allied Warships of WWII - uboat.net », sur uboat.net (consulté le 23 janvier 2020)
  3. English 1987, pp. 11–12.
  4. Lenton 1970, p. 89.
  5. English 1987, p. 12.
  6. Lenton 1970, pp. 85, 89.
  7. Whitley 2000, p. 145.
  8. Lenton 1970, p. 87
  9. Friedman 2008, p. 319
  10. Gardiner and Chesneau 1980, p. 47
  11. Lenton 1970, p. 89
  12. Critchley, Mike, "British Warships Since 1945: Part 3: Destroyers", Maritime Books: Liskeard, UK, 1982. (ISBN 0-9506323-9-2), page 32
  13. Souvenir Programme, Coronation Review of the Fleet, Spithead, 15th June 1953, HMSO, Gale and Polden

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Blair, Clay (2000). Hitler's U-Boat War: The Hunters 1939–1942. London: Cassell & Co. (ISBN 0-304-35260-8).
  • (en) J. J. Colledge et Ben Warlow, Ships of the Royal Navy : The Complete Record of all Fighting Ships of the Royal Navy from the 15th Century to the Present, Newbury, Casemate, (1re éd. 1969) (ISBN 978-1-935149-07-1).
  • (en) English, John (1987). The Hunts: A history of the design, development and careers of the 86 destroyers of this class built for the Royal and Allied Navies during World War II. World Ship Society. (ISBN 0-905617-44-4).
  • (en) Lenton, H.T. (1970). Navies of the Second World War: British Fleet & Escort Destroyers: Volume Two. London: Macdonald & Co. (ISBN 0-356-03122-5).
  • (en) Rohwer, Jürgen; Hümmelchen, Gerhard (1992). Chronology of the War at Sea 1939–1945. London: Greenhill Books. (ISBN 1-85367-117-7).
  • (en) Whitley, M.J. (2000). Destroyers of World War Two: An International Encyclopedia. London: Cassell & Co. (ISBN 1-85409-521-8).

Liens externes[modifier | modifier le code]