Oïmiakon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Oïmiakon
Оймякон
Forêt du plateau d'Oïmiakon
Forêt du plateau d'Oïmiakon
Administration
Pays Drapeau de la Russie Russie
Région économique Extrême-Orient
District fédéral Extrême-Orient
Sujet fédéral Drapeau de la République de Sakha République de Sakha
Code postal 678752
Code OKATO 98 239 805 001
Indicatif +7 41154
Démographie
Population 512 hab. (2012)
Géographie
Coordonnées 63° 27′ 39″ nord, 142° 47′ 09″ est
Altitude 741 m
Fuseau horaire UTC+11:00 (MAGT)
Heure de Magadan
Cours d'eau Indiguirka
Divers
Statut Village (село)
Localisation

Géolocalisation sur la carte : République de Sakha

Voir sur la carte administrative de République de Sakha
City locator 14.svg
Oïmiakon

Géolocalisation sur la carte : Russie

Voir la carte administrative de Russie
City locator 14.svg
Oïmiakon

Géolocalisation sur la carte : Russie

Voir la carte topographique de Russie
City locator 14.svg
Oïmiakon
Sources
Liste des villes de Russie

Oïmiakon (en russe : Оймякон ; en iakoute : Өймөкөөн, Öymököön) est un village de la république de Sakha (Iakoutie), en Russie. Sa population s'élevait à 512 habitants en 2012

Étymologie[modifier | modifier le code]

Oïmiakon est nommé après la rivière d'Oïmiakon, dont le nom serait venu du mot évène kheium[1], qui veut dire « étendue non gelée d'eau, lieu ou les poissons passent l'hiver ». Cependant, d'autres sources affirment que kheium signifie au contraire « lac gelé »[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Oïmiakon est situé en Sibérie orientale, le long du fleuve Indiguirka, près du lac Labynkyr, à 659 km au sud-est de Verkhoïansk, à 702 km à l'est-nord-est de Iakoutsk et à 5 334 km à l'est de Moscou[2]. Le village se situe à une altitude d'environ 750 mètres, et non loin du cercle polaire. La durée des journées varie de 3 heures en décembre à 21 heures en juin.

Notoriété[modifier | modifier le code]

Oïmiakon est surtout célèbre pour disputer à Verkhoïansk le titre de pôle du froid de l'hémisphère nord et d'Asie, avec un record à -67,8 °C[3],[4]. Le village, où la température moyenne annuelle est indubitablement inférieure à celle de Verkhoïansk, est considéré comme le plus froid du monde[réf. nécessaire].

Le , une température de -71,2 °C y aurait été ressentie, mais cette valeur fut obtenue par un scientifique, Sergueï Obruchev, en extrapolant la température d'une station en altitude vers la vallée (inversion de température), et non grâce à une mesure directe[5]. Cette valeur aurait été la température la plus basse jamais enregistrée dans une zone habitée, ainsi que dans l'hémisphère nord (et plus largement, dans le monde, à l'exception de l'Antarctique) si elle avait été homologuée[4].

Autre station qui dispute aussi le titre de pôle du froid de l'hémisphère nord : Eismitte, au Groenland, avec une moyenne annuelle de la température (mesurée sur la période du 1er septembre 1930 au 31 août 1931) de -30,0 °C et une moyenne mensuelle du mois le plus froid (février) de -47,2 °C, inférieure donc à celles de Oïmiakon et Verkhoïansk[6]. Mais l'endroit n'est pas habité.

Histoire[modifier | modifier le code]

Oïmiakon, halte d'été pour les éleveurs de rennes, ne devient un lieu habité l'hiver que dans les années 1930, dans le cadre de la politique soviétique de sédentarisation des populations sibériennes, à des fins de rationalisation de l'élevage[7].

Pendant la Seconde guerre mondiale, un aérodrome a été construit à Oïmiakon pour l'« Alaska-Siberian (ALSIB) Air Route », pour permettre la traversée des avions américains « Lend-Lease » jusqu'au Front de l'Est[1].

Économie[modifier | modifier le code]

Les conditions de vie sont extrêmement rudes pour la population de ce village isolé, qui pendant une bonne partie de l'année ne passe jamais plus de quelques minutes à la suite en extérieur, et à laquelle toute culture est impossible. On vit traditionnellement dans la région de l'élevage de rennes et de chevaux, de la chasse, de la pêche, de la cueillette et de l'exploitation de la forêt. La route permet l'acheminement des sources d'énergie extérieures que sont l'essence et le charbon. En raison du froid, les avions n'atterrissent pas à Oïmiakon pendant plusieurs mois de l'année. Le tourisme est embryonnaire, et les ressources minérales dont regorge la Yakoutie sont situées loin, si bien que la population d'Oïmiakon a eu tendance à diminuer après la fin de l'Union soviétique.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat, déjà extrêmement continental et froid dans la région, l'est encore plus à cause de la situation du village dans une village entre deux chaînes de montagnes qui y retiennent un air glacé et dense[8]. Oïmiakon est classifié d'un climat subarctique extrême, selon la classification de Köppen. Le sol d'Oïmiakon est gelé en permanence (pergélisol). Dans son livre sur les conditions de vie en climats extrêmes, Nick Middleton, un géographe d'Oxford, relate sa visite à Oïmiakon et décrit les moyens utilisés par les villageois pour vivre au quotidien dans des températures aussi basses.

  • Température record la plus froide: -67,8 °C (6 février 1933[3]), soit le record pour l'Asie et l'hémisphère nord ;
  • Température record la plus chaude: 34,6 °C (juillet 2010) ;
  • Nombre moyen de jours avec de la neige dans l'année : 127 ;
  • Nombre moyen de jours de pluie dans l'année : 54;
  • Nombre moyen de jours avec de l'orage dans l'année : 10 ;
  • Nombre moyen de jours avec tempête de neige dans l'année : 1 ;
  • Nombre moyen de jours avec présence de neige au sol dans l'année : 213
Relevé météorologique d'Oïmiakon
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) −50 −47,3 −40 −23,9 −4,7 4 6,2 2,6 −3,8 −20,3 −39,3 −48,8 −22,1
Température moyenne (°C) −46,4 −42 −31,2 −13,6 2,7 12,6 14,9 10,3 2,3 −14,7 −35,2 −45,5 −15,5
Température maximale moyenne (°C) −42,5 −35,4 −20,8 −3,7 9,1 20 22,7 18,2 8,9 −9,2 −30,7 −42 −8,8
Précipitations (mm) 6 7 5 6 13 34 45 39 23 14 12 8 212
Source : Pogoda.ru.net


Notes[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Е. М. Поспелов. "Географические названия мира". Москва, 1998, p. 307.
  2. Distances à vol d'oiseau ou distances orthodromiques.
  3. a et b (en) Organisation météorologique mondiale, « Global Weather & Climate Extremes », sur Université d'Arizona (consulté le 13 décembre 2012)
  4. a et b Organisation météorologique mondiale, « Northern Hemisphere: Lowest Temperature », sur Arizona State University (consulté le 1er juillet 2013)
  5. (ru) « Полюса холода » (consulté le 1er juillet 2013)
  6. (en) « Climate Eismitte, Greenland », Weatherbase
  7. (en) Atsushi Nakada, « Reindeer herding and environmental change in the Oymyakon District, Sakha Republic », Czech Polar Reports,‎ (lire en ligne)
  8. Voir par exemple documentaire de National Geographic Extrêmes

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :