Nystatine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Nystatine
Image illustrative de l’article Nystatine
Identification
No CAS 1400-61-9
No ECHA 100.014.317
No CE 215-749-0
Code ATC A07AA02 D01AA01 G01AA01
DrugBank DB00646
PubChem 16219709
SMILES
InChI
Apparence poudre jaune
Propriétés chimiques
Formule C47H75NO17  [Isomères]
Masse molaire[1] 926,0949 ± 0,0482 g/mol
C 60,96 %, H 8,16 %, N 1,51 %, O 29,37 %,
Propriétés physiques
fusion 160 °C
Solubilité 360 mg·L-1 eau à 24 °C
Précautions
Directive 67/548/EEC

Écotoxicologie
DL50 8 000 mg·kg-1 souris oral
3 mg·kg-1 souris i.v.
120 mg·kg-1 souris s.c.
4,4 mg·kg-1 souris i.p.

Unités du SI et CNTP, sauf indication contraire.

Nystatine
Noms commerciaux
  • Mycostatine (France, Suisse),
  • Nilstat (Belgique),
  • Nystatine Plan « 200 000 » Gel (Suisse),
  • Nystatine Sanofi-Synthelabo (Belgique)
Classe Antimycosique
Autres informations Sous classe : Polyène
Identification
No CAS 1400-61-9 Voir et modifier les données sur Wikidata
No ECHA 100.014.317
Code ATC D01AA01, A07AA02 et G01AA01
DrugBank 00646 Voir et modifier les données sur Wikidata

La nystatine est un médicament polyène antimycosique dont la structure est très proche de l'Amphotéricine B. La nystatine est utilisée par voie orale pour la décontamination intestinale des candidoses[2].

Spécialités existantes en France[modifier | modifier le code]

Auricularum (voie auriculaire)

Mycostatine (Voie orale)

Polygynax, Tergynan (Voie vaginale)

Utilisations[modifier | modifier le code]

Des infections à Candida cutanées, vaginales, des muqueuses et de l'œsophage peuvent être traitées par la nystatine. Les Cryptococcus (en) sont également sensibles à la nystatine.

La nystatine est souvent utilisée en prophylaxie chez des patients à haut risque pour des mycoses, telles les patients sidéens à faible taux de CD4+ ainsi que les patients sous chimiothérapie.

Elle est prescrite en unités, à des doses variant de 100 000 (pour des infections orales) à 1 million (pour des infections intestinales).

Découverte[modifier | modifier le code]

La nystatine est découverte en 1950 par Rachel Fuller Brown (en) et Elizabeth Lee Hazen (en)[3].

Divers[modifier | modifier le code]

La nystatine fait partie de la liste des médicaments essentiels de l'Organisation mondiale de la santé (liste mise à jour en )[4].

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Compendium suisse des médicaments : spécialités contenant Nystatine

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.
  2. Bianchi, Vincent., Médicaments, De Boeck supérieur, dl 2018 (ISBN 978-2-8073-0641-7 et 2-8073-0641-1, OCLC 1028732375, lire en ligne)
  3. (en) Ana Victoria Espinel-Ingroff, Medical Mycology in the United States a Historical Analysis (1894-1996), Dordrecht, Springer Netherlands, , 221 p. (ISBN 978-94-017-0311-6, lire en ligne), p. 62
  4. WHO Model List of Essential Medicines, 18th list, avril 2013

A07AA02