Nymphidius Sabinus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sabinus.
Nymphidius Sabinus
Usurpateur romain
Règne
68 (qqs jours) / Rome
Empereur Galba
Période Année des quatre empereurs
Biographie
Nom de naissance Gaius Nymphidius Sabinus
Naissance c.35 - Rome
Décès 68 - Rome
Père Martianus ?
Mère Nymphidia
Liste des usurpateurs romains

Gaius Nymphidius Sabinus, ou Nymphidius Sabinus, (vers 35 - 68) est de 65 jusqu'à sa mort en 68, pendant le règne de Néron, préfet du prétoire à Rome, c'est-à-dire chef des gardes du corps de l'empereur, connus sous le nom de garde prétorienne. Il partageait ce poste avec Tigellin, qui avait remplacé son collègue Faenius Rufus.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il était le fils de Nymphidia, fille de Calliste, affranchi de l'empereur Caligula ; intriguant contre Galba, il fit courir le bruit qu'il était le fils de Caligula, mais Plutarque pense que le père de Nymphidius Sabinus était un gladiateur nommé Martianus[1].

Après la conjuration de Pison contre Néron, de nombreuses exécutions s'ensuivirent, dont celle de Faenius Rufus, ancien préfet du prétoire, ce qui permit à Nymphidius de s'élever dans l'échelle du pouvoir en accédant à cette fonction et en devenant le nouveau confrère de Tigellin à la préfecture du prétoire. Avant cette élévation, Nymphidius était tribun des cohortes prétoriennes[2].

Pendant la deuxième moitié des années 60, Néron devint de plus en plus impopulaire auprès du peuple et de l'armée, et les rébellions qui en résultèrent finirent par causer sa chute et son suicide en 68. Nymphidius consolida progressivement son autorité sur les prétoriens en multipliant les promesses de récompenses substantielles. Il incita la garde prétorienne à se déclarer pour Galba[3], ce qui eut pour résultat la condamnation de Néron par le Sénat et son suicide peu après.

Après la mort de Néron, Nymphidius prétendit monter sur le trône prétextant qu'il était le fils illégitime de Caligula. Les prétoriens se rendirent compte que Galba qui s'approchait était plus à craindre que Nymphidius et ils tuèrent l'apprenti dictateur.

L'importance de Nymphidius ne vient pas seulement du rôle essentiel qu'il a joué dans la chute de Néron, elle montre aussi à quelle hauteur pouvaient s'élever de leur propre initiative même des hommes de basse extraction, ainsi que l'importance majeure de la loyauté des prétoriens pour la succession impériale au cours de cette tumultueuse Année des quatre empereurs qui suivit la mort de Néron.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Plutarque, Vies parallèles des hommes illustres, Vie de Galba, 10.
  2. S. J. De Laet, La préfecture du prétoire sous le Haut-Empire et le principe de la collégialité, Revue belge de philologie et d'histoire, 22, 1.2, 1943, p. 73-95.[1]
  3. Plutarque, Vies parallèles des hommes illustres, Vie de Galba, 2.[2]