Nutanix

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Nutanix
logo de Nutanix

Création [1]Voir et modifier les données sur Wikidata
Fondateurs Mohit Aron (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Forme juridique Société anonyme avec appel public à l'épargneVoir et modifier les données sur Wikidata
Action NASDAQ (NTNX)[2]Voir et modifier les données sur Wikidata
Siège social San JoséVoir et modifier les données sur Wikidata
Direction Dheeraj Pandey (depuis 2009)
Activité Virtualisation du stockageVoir et modifier les données sur Wikidata
Site web www.nutanix.comVoir et modifier les données sur Wikidata

Capitalisation 3 576 millions USD en mars 2020
Chiffre d'affaires 1 236 millions USD en juillet 2019
Résultat net 621 millions USD en juillet 2019 (perte)[3]

Nutanix est un éditeur de logiciels américain dédié au cloud computing. Il propose des appliances d'infrastructure hyperconvergée[4] basé sur une infrastructure logicielle autorisant des charges de travail applicatives dans tous les environnements (sur site, cloud privé, cloud public, hybride). Nutanix a été fondée en 2009 par Dheeraj Pandey[5], Mohit Aron[6] et Ajeet Singh et est un pionnier de l'hyperconvergence et propose aujourd'hui des solutions relatives au cloud d'entreprise visant à faciliter la gestion de divers services IT sur une unique plate-forme logicielle.

En , Nutanix compte près de 17.000 clients à travers le Monde, dont Airbus, Walmart, AT&T, Société générale, Thales[7],[8] ou encore des agences fédérales telles que le FBI[9].

Historique[modifier | modifier le code]

Origine[modifier | modifier le code]

Des sociétés de capital risque ont investi 312,2 millions de dollars répartis en cinq levées de fonds. Nutanix a atteint une évaluation de 1 milliard de dollars en 2013[10], ce qui en fait une startup de type licorne. L'entreprise a levé 140 millions de dollars dans un cycle de financement de série E[Quoi ?] en 2014, valorisant la société à environ 2 milliards de dollars.

Nutanix a déposé une offre publique pour son introduction en bourse en , déclarant une perte nette de 126 millions de dollars au cours de son exercice se terminant en . L'entreprise a déclaré environ 1800 employés en . Les déclarations d'inscription mises à jour ont été publiés plusieurs fois, celui du annonçant des pertes croissantes et des recettes en hausse, ainsi qu'un flux de trésorerie positif provenant des opérations.

En , Nutanix a annoncé qu'il avait acquis PernixData[11]. En , Nutanix annonce l'acquisition de Minjar, entreprise basée à Bangalore[12].

L'introduction en bourse du a généré environ 230 millions de dollars sur les 200 millions attendus[13]. Les analystes s'attendaient à ce que l'offre publique de Nutanix soit différée. En , Nutanix a établi un partenariat avec IBM pour créer une gamme de matériel pour centre de données en utilisant IBM Power Systems pour les applications métier[14].

En été 2019, Nutanix change de modèle de souscription en passant au tout-logiciel, donc par abonnement. Nutanix revendique un taux de rétention de ses clients de l'ordre de 97%[7].

Localisation[modifier | modifier le code]

Le siège mondial de Nutanix se trouve à San José, en Californie.

Nutanix dispose également de sièges locaux, notamment en Europe à Amsterdam pour toute la partie Europe et Afrique. En France, Nutanix dispose d'un siège français basé à Neuilly-sur-Seine. Le groupe Nutanix revendique également 7 centres de support dans le Monde (San Jose, Durham, Amsterdam, Bangalore, Pékin, Tokyo et Sydney), tous de niveau 3, pour répondre aux requêtes de ses clients en temps réel[15].

Fonctionnement et Produits[modifier | modifier le code]

Siège Mondial de Nutanix à San Jose, Californie.

Nutanix développe et commercialise des appliances d'infrastructures hyperconvergées, sur la base de serveurs X86 capables de combiner les fonctions stockage, réseau, sécurité et computing d'une entreprise par opposition aux architectures informatiques traditionnelles dites "3-tiers" (baies de stockage, switch réseau et serveurs de virtualisations). Il s'agit de plate-formes de virtualisations mutualisant la puissance de calculs des serveurs ainsi que celle du stockage de la data en un unique appareil intégré. La solution Nutanix se distingue des solutions SAN/NAS traditionnelles, éléments de stockage reposant essentiellement sur de l'infrastructure physique ; l’architecture de Nutanix est quant à elle basée sur le logiciel et s’adapte en fonction de l’évolution du système. L'ensemble des éléments déployés par hyperconvergence est géré sur une unique plate-forme, la finalité étant de supprimer les baies de stockage.

L'hyperconvergence permet ainsi une scalabilité plus importante au sein d'une architecture informatique ; à l'origine, l'hyperconvergence était déjà utilisée par les GAFAM pour leurs propres besoins (croissants) en termes de stockage et de puissance de calculs. Nutanix a adapté cette technologie pour la rendre accessible en 2009 aux entreprises de toutes tailles[16].

Nutanix commercialise un logiciel de cloud d'entreprise qui repose sur des appliances uniques dans lesquelles sont compactées l'ensemble des éléments de stockage, computing, réseau et sécurité. Ces appliances représentent un hardware commercialisé par divers fournisseurs, tels que Dell, Lenovo, HP par exemple.

L'infrastructure hyperconvergée développée initialement par Nutanix permet de proposer des gammes de produits de cloud computing spécifiques, en matière de disaster recovery[17], possibilité de switcher les données d'un cloud public à un cloud privé, gestion et automatisation des différentes tâches relatives au cycle de vie et des applications, orchestration du cloud, contrôle des coûts (suite au rachat de Beam, Nutanix propose désormais une solution de contrôle des coûts liés aux environnements clouds hybrids), conteneurisation, modernisation des postes de travail dans le cloud et Virtual desktop infrastructure (solution Frame), micro-segmentation pour la sécurité réseau (notamment celle des machines virtuelles, des datacenters ou des applications) ou encore stockage objet. L'ensemble est géré depuis une interface logicielle unique appelée Prism[18].

Nutanix annonce également en 2019 de nouvelles solutions organisées autour de l'Iot (internet des objets) et de l'intelligence artificielle.

Nutanix a connu une évolution et une diversification de son coeur de métier depuis ses débuts. Initialement focalisé sur le monde de l'infrastructure avec la vente d'appliances, Nutanix connaît depuis plusieurs années une profonde transformation avec un virage sur le domaine du cloud hybride. Nutanix propose désormais des solutions de cloud privé aux entreprises mais avec la même agilité et scalabilité que celles retrouvées dans le cloud public (AWS, Azure, GCP...). L'hyperconvergence n'est aujourd'hui plus revendiquée par Nutanix comme son coeur de métier mais seulement présentée comme un socle permettant de mettre en place cette solution de cloud privé chez le client.

En 2017, Nutanix a développé un vaste partenariat avec Google sur les offres cloud. L'objectif principal de l'alliance est d'exploiter des clouds hybrides qui combinent les architectures du cloud privé avec la scalabilité des environnements du cloud public[19],[20].
En 2019, Nutanix annonce un partenariat avec Hewlett-Packard Enterprise au niveau mondial, prévoyant la mise sur le marché d’appliances intégrées HPE et de plateformes HPE GreenLake facturées à l’usage embarquant le logiciel d’infrastructure hyperconvergée de Nutanix.

Le système d'exploitation proposé par Nutanix s'appelle Acropolis, il est fourni avec son propre hyperviseur intégré AHV (pour Acropolis Hypervisor), basé sur Linux KVM[21].

Concurrence et Marché[modifier | modifier le code]

Nutanix est le pionnier des solutions cloud basées sur des infrastructures d'hyperconvergence. Nutanix a décliné de multiples offres de rachat, en particulier celle proposée par Cisco Systems[22],[23]. En 2019, le cabinet Trefis suggère que l'acquisition la plus logique dans le domaine du cloud serait celle de Nutanix par Google, avec pour valeur totale de rachat conseillée 9 Millards de Dollars. Le P-DG de Nutanix, Dheeraj Pandey, n'a pas confirmé ni même commenté cette information largement relayée[24].

Nutanix a réalisé diverses acquisitions depuis sa création, notamment celles de la start-up "Frame", spécialisée dans le VDI. En 2016, c'est au tour de la société "Calm IO" d'être rachetée par Nutanix, spécialisée dans le domaine de l'automatisation des tâches relatives à la gestion du cycle de vie des applications et des workloads ; ainsi que le rachat de "PernixData", spécialisée dans la virtualisation du stockage avec notamment son hyperviseur dédié à la flash, gestion de la data et analytics.

Nutanix entretient des relations par ailleurs houleuses avec VMware, concurrent de longue date sur les solutions de virtualisation, cloud et hyperconvergence[25]. Toutefois, l'offre technologique de Nutanix est compatible avec un environnement VMware, du fait de la possibilité d'utiliser les services Nutanix sur un hyperviseur VMware.

En Août 2020, le fondateur historique et P-DG de Nutanix, Dheeraj Pandey, annonce sa démission, évoquant que la période est la plus propice au changement de direction dans l'histoire du groupe. Sur la même période, le fonds d'investissement américain Bain Capital injecte 750 Millions d'euros pour la croissance et le développement de Nutanix[26].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. GRID Release 2018-06-25, , 2018-06-25 éd. (DOI 10.6084/M9.FIGSHARE.6683654)Voir et modifier les données sur Wikidata
  2. « http://www.nasdaq.com/symbol/ntnx »
  3. https://www.zonebourse.com/Nutanix-31497437/fondamentaux/
  4. (en) Peter Cohan, « Will Nutanix Kill 2016's Tech IPO Market? », Forbes,‎ (lire en ligne, consulté le 18 juillet 2018)
  5. (en) Bruce Rogers, « Will Dheeraj Pandey's Nutanix Be the Next VMware of the Data Center? », Forbes,‎ (lire en ligne, consulté le 18 juillet 2018)
  6. (en) Peter Cohan, « Punt On Nutanix And Keep Your Eye Out For Cohesity's IPO », Forbes,‎ (lire en ligne, consulté le 18 juillet 2018)
  7. a et b « Nutanix encore des pertes mais les actionnaires approuvent », sur InformatiqueNews.fr.
  8. « Earnings Q2 2020 »
  9. (en) Chris Mellor 8 Oct 2015 at 15:37, « FBI inks deal with Dell and Nutanix for embiggenable mutants », sur www.theregister.co.uk (consulté le 19 avril 2020)
  10. (en-US) Deborah Gage, « Nutanix Joins the $1 Billion Valuation Club as It Takes On Tech Giants », sur WSJ, (consulté le 20 septembre 2017)
  11. « Nutanix officialise le rachat de Pernix Data et de Calm.io », LeMagIT,‎ (lire en ligne, consulté le 20 septembre 2017)
  12. (en) « Nutanix buys Bengaluru-based Minjar - Times of India », The Times of India,‎ (lire en ligne, consulté le 18 juillet 2018)
  13. « IPO en vue pour Nutanix - Le Monde Informatique », LeMondeInformatique,‎ (lire en ligne, consulté le 18 juillet 2018)
  14. (en-GB) « Nutanix partners with IBM on data centre product », The Stack,‎ (lire en ligne, consulté le 17 novembre 2017)
  15. https://www.nutanix.com/content/dam/nutanix/resources/support/nutanix-support-guide.pdf
  16. « L'hyperconvergence : la clé de la consolidation des datacenters », sur SCC, (consulté le 18 février 2020)
  17. https://www.linformaticien.com/actualites/id/44394/nutanix-se-la-joue-calm.aspx
  18. Margaret Rouse, « Nutanix Prism », sur Lemagit.fr, (consulté le 4 juillet 2020).
  19. « Alliance entre Nutanix et Google dans le cloud hybride », sur Ictjournal.ch (consulté le 4 juillet 2020).
  20. « Nutanix et Google Cloud fusionnent les environnements cloud pour les applications des entreprises », sur Global Security Mag Online (consulté le 4 juillet 2020).
  21. « Acropolis (Nutanix) », sur LeMagIT,
  22. « Cisco chercherait à racheter Nutanix », sur InformatiqueNews.fr, (consulté le 9 septembre 2019).
  23. « Nutanix préférerait être racheté par Dell que par Cisco | CBP (Channel Business Partners) », sur www.channelbp.com (consulté le 9 septembre 2019)
  24. ChannelNews, « Google pourrait être intéressé par Nutanix », sur ChannelNews, (consulté le 9 septembre 2019), ce que le CEO de Nutanix n'as pas souhaité commenter et confirmer
  25. « La querelle se poursuit entre VMware et Nutanix », sur ChannelNews, (consulté le 9 septembre 2019)
  26. « Le CEO de Nutanix annonce son départ », sur Le Monde Informatique,