Numazu-juku

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Numazu-juku dans les années 1830, estampe d'Hiroshige de la série Les Cinquante-trois Stations du Tōkaidō.

Numazu-juku (沼津宿, Numazu-juku?) était la douzième des cinquante-trois stations du Tōkaidō. Elle est située dans la ville moderne de Numazu, préfecture de Shizuoka au Japon.

Histoire[modifier | modifier le code]

Numazu était la plus à l'est des shukuba de la province de Suruga et la ville-château du daimyo du domaine de Numazu. Du temps de sa plus grande prospérité durant la période Edo, Numazu-juku comptait plus de 1 200 bâtiments dont trois honjin, une honjin secondaire et 55 hatago. La ville de Numazu possède un musée d'histoire locale exposant l'histoire de la région[1].

L'estampe classique ukiyoe d'Ando Hiroshige (édition Hoeido) de 1831-1834 montre des voyageurs marchant au long de la berge plantée d'arbres d'une rivière se dirigeant vers Numazu-shuku sous une énorme pleine Lune dans un ciel d'un bleu profond. Un des voyageurs est revêtu de l'habit blanc du pèlerin et porte un grand masque tengu dans son dos, indiquant que sa destination finale est le célèbre sanctuaire shinto Kotohira-gū à Shikoku.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Carey, Patrick. Rediscovering the Old Tokaido:In the Footsteps of Hiroshige. Global Books UK (2000). (ISBN 1-901903-10-9)
  • Chiba, Reiko. Hiroshige's Tokaido in Prints and Poetry. Tuttle. (1982) (ISBN 0-8048-0246-7)
  • Taganau, Jilly. The Tokaido Road: Travelling and Representation in Edo and Meiji Japan. RoutledgeCurzon (2004). (ISBN 0-415-31091-1)

Notes et références[modifier | modifier le code]