Null Island

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Localisation de Null Island par rapport à l'Afrique.
Null Island
Null Island
Voir l’image vierge
Localisation de Null Island par rapport à l'Afrique.

Null Island est une île imaginaire située dans le golfe de Guinée, créée par Natural Earth (en) (une base de données géographiques)[1]. Cette île, un carré d'un mètre de côté, se situe au croisement de l'équateur et du méridien de Greenwich, aux coordonnées 0°N 0°E[2],[3].

Elle a pour particularité d'avoir des coordonnées géographiques nulles (0, 0). En conséquence, certains logiciels de géocodage qui n'arrivent pas à déterminer une position géographique valable utilisent par défaut les valeurs 0 et désignent ainsi involontairement la Null Island en lieu-et-place d'un autre emplacement. Son nom Null lui vient du mot-clé informatique homonyme qui désigne un élément n'ayant aucune valeur.

L'île a été créée officiellement en 2011 par la base de données Natural Earth. Une « république de Null Island » a alors été créée, avec son propre drapeau qui représente l'intersection entre le méridien de Greenwich et l'Équateur, et son propre site Internet.

Une carte de cette île imaginaire a également été dessinée, à partir d'une île apparaissant dans le jeu vidéo Myst, lancée sur Macintosh en 1993 et considéré comme très réaliste à l’époque[4].

À l'emplacement de Null Island est aujourd'hui située une petite station météorologique avec une bouée, installée par le programme Pirata pour collecter des observations océaniques et météorologiques dans l’Atlantique.

La bouée située au point (0, 0).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Laura Kurgan, Close Up at a Distance: Mapping, Technology and Politics, New York, Zone Books, (ISBN 9781935408284), p. 157.
  2. « Null Island » [archive du ] (consulté le 1er octobre 2013).
  3. « Natural Earth version 1.3 release notes », (consulté le 1er octobre 2013).
  4. Bruno Cravo, « Null Island, cet endroit parmi les plus visités du monde qui n'existe pas », Slate,‎ (lire en ligne).