Nuits des étoiles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Illustration des constellations du Dauphin et de l’Aigle (les 88 constellations).

Les Nuits des étoiles sont une manifestation astronomique estivale gratuite destinée au grand public, organisée en France et dans plusieurs pays d'Europe et d'Afrique[1].

Organisation[modifier | modifier le code]

Elles sont organisées chaque année par les associations françaises Association française d'astronomie (AFA), Planète Sciences (ex-ANSTJ), et certaines années, la Société astronomique de France (SAF). Elles se tiennent pendant trois jours (du vendredi au dimanche), généralement début août, à une date proche du maximum de l'essaim d'étoiles filantes des Perséides.

Très médiatisée, cette manifestation est traditionnellement relayée sur le terrain par de nombreux clubs d'astronomes amateurs qui proposent plusieurs centaines (entre 300 et 500 selon les années) de sites d'animation gratuite pour le grand public. Leurs coordonnées sont diffusées sur Internet via le site de l'Association française d'astronomie[2] à partir duquel on peut aussi s'inscrire pour proposer soi-même une manifestation locale.

Historique[modifier | modifier le code]

L'évènement national Nuit des étoiles a été créé en 1991, sous son premier intitulé de Nuit des étoiles filantes, à l'initiative d'Éric Piednoël, Jacques-Olivier Baruch, Patrick Roth, Olivier Las Vergnas, Alain Cirou, Hubert Reeves, Daniel Kunth (astronome à l'Institut d'Astrophysique de Paris, alors au ministère de la Recherche) et Jean-Pierre Verdet[3] en associant la chaine de télévision France 2 à une opération porte ouverte intitulée Nuit nationale d'observation des étoiles filantes qui pré-existait[4]. Celle-ci avait été mise en place dans une trentaine de clubs d'astronomie dès 1987 pilotée par Eric Piednoel, Patrick Roth et Olivier Las Vergnas au nom de l'association nationale sciences, techniques jeunesse, devenue depuis Planète Sciences.
La Nuit des étoiles filantes garda en 1992 et 1993 son premier intitulé, pour prendre ensuite son nom « définitif » de Nuit(s) des étoiles, d'abord au singulier, puis au pluriel, puisque l'évènement a été étendu à 3 nuits d'observation consécutives à partir de l'édition de l'an 2000 [5].

Dès la seconde édition, en plus d'être un succès télévisuel, la manifestation se confirme un énorme succès de participation sur le terrain : une centaine de nouveaux clubs rejoignent les 85 premiers sites, 60 000 personnes se déplacent sur le terrain et l'émission télévisée atteint un audimat de 32 % de part de marché entre 22 h 07 et 00 h 40 (soit 3,8 millions de téléspectateurs) puis 47 % jusqu’à 2 h 30 du matin[6].

Chaque année, la date est choisie pour correspondre à la meilleure période d'observation estivale pour le plus large public. Il s'agit en général d'une période où l'on peut observer de nombreuses étoiles filantes des Perséides, tout en étant peu gêné par la lumière réfléchie par la Lune. Néanmoins, en 1994, l'émission fut avancée de près d'un mois, à la mi-juillet, pour suivre le début des impacts de la comète Shoemaker-Levy 9 avec Jupiter. En 1997, Buzz Aldrin était invité sur le plateau de la 7e édition. La 9e édition fut particulière, car l'éclipse totale du 11 aout 1999 « tombait » en parfaite concordance avec la date traditionnelle de l'émission (programmée la veille). C'était aussi, comme pour toute éclipse de soleil, une période de nouvelle lune, donc favorable à la bonne observation des étoiles filantes.

France 2 arrête sa participation en 2003 pour des raisons financières et le départ de Pierre-Henri Arnstam de son poste de directeur des opérations exceptionnelles de la chaîne. Le succès de la manifestation se poursuit néanmoins : l'inventaire du paysage astronomique français (1994 et 2004 [7]), financé par le ministère de la recherche, montre l'effet Nuit des étoiles : sur cette décennie, la plupart des clubs d'astronomie ont augmenté de 30 % de leurs activités grand public et on est passé de 1,5 million à 2,5 millions de personnes qui font au moins une activité astronomique par an.

En raison du quarantième anniversaire du premier pas sur la Lune lors de la mission Apollo 11 ces manifestations sont avancées, en 2009, aux 24, 25 et 26 juillet.

Plusieurs manifestations originales ont été mises à l'honneur et reprises chaque année depuis 2010 : lancement de l'opération du plus haut poste d'observation de Paris (le 56e étage de la tour Montparnasse), marathon scientifique du 20e festival de Fleurance et ses douze heures non-stop de conférences et débats avec les chercheurs.

Les changements de dates d'une année à l'autre s'expliquent par le fait que les organisateurs cherchent le meilleur compromis entre la visibilité des étoiles filantes de l'essaim des Perséides (maximum de fréquence d'observation aux alentours de la période du 9 au 14 aout) et des autres astres, il faut donc en particulier éviter les périodes de pleine lune qui gênerait la vision des étoiles faibles et de la voie lactée. Comme chaque fois que cela est possible, c'est le fin croissant qui précède le premier quartier qui est privilégié.

Liste des éditions[modifier | modifier le code]

Édition Date(s) Thème Compléments
1re 10 août 1991
2e
3e 13 août 1993
4e 15 juillet 1994 25e anniversaire du 1er pas sur la Lune
5e
6e 9 août 1996
7e
8e Les Origines
9e L'éclipse 99
10e 10, 11 et
11e 9, 10 et
12e 8, 9 et
13e 7, 8 et Destination Mars
14e 12, 13 et Les Perséides
15e 11, 12 et
16e 3, 4 et Fêtez la Nuit
17e 10, 11 et Atmosphère, Atmosphères
18e 8, 9 et Jupiter
19e 24, 25 et Retour à la Lune Quarantième anniversaire du premier pas sur la Lune lors de la mission Apollo 11.
20e 6, 7 et Génération Nuits des Étoiles
21e 5, 6 et Couleurs d'étoiles
22e 10, 11 et Mars, science et fiction
23e 9, 10 et Les distances dans l'Univers À l'occasion du prochain lancement du satellite d'observation astronomique Gaia, spécialisé sur ce sujet[8].
24e 1er, 2 et Comètes et origines[9] Pour suivre l'arrivée de la sonde Rosetta auprès de la comète 67P/Churyumov-Gerasimenko.
25e 7, 8 et Climat, biodiversité et atmosphères planétaires[9]
26e 5, 6 et Au fil de l'eau : la recherche de la Vie[10] Édition dédiée à André Brahic.
27e 28, 29 et Terres habitables

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Site de l'Association Française d'Astronomie (AFA). Consulté le 16 janvier 2013.
  2. Site de l'AFA
  3. « Souvenirs : nuits des étoiles », sur ETOILE DU 60, (consulté le 13 septembre 2016)
  4. voir l'article historique publié dans "la revue pour l'histoire du CNRS" : [1]
  5. voir l'article historique publié dans le symposium 260 "le rôle de l'astronomie dans la société et la culture" de l'Union astronomique internationale" : [2]
  6. Génération Nuits des Étoiles : 20 ans d'étoiles filantes Podcast Générations Nuits des Étoiles - 1
  7. Inventaire du paysage astronomique français 2004
  8. [3]
  9. a et b Les Nuits des étoiles 2014 sur le site de l'Association française d'astronomie.
  10. Les Nuits des Étoiles (AFA)

Liens externes[modifier | modifier le code]