Nuit bleue (expression)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Nuit bleue.

L'expression « nuit bleue » désigne une série d'attentats à l'explosif, simultanés ou se suivant dans un temps relativement limité (une même nuit).

L'expression est attachée aux séries d'attentats perpétrés par l'OAS pendant la guerre d'Algérie. Il s'agissait de faire une série d'attentats qui porterait les noms : « nuit bleue », « nuit blanche » et « nuit rouge » ; 25 attentats en une seule nuit à Alger le , la « nuit bleue ». Puis 9 attentats au plastic à Paris, dans la nuit du mercredi 24 au , entre 22 h et h 35, pour marquer l'anniversaire de la semaine des barricades d'Alger du au [1] et visant surtout des personnalités communistes (neuf blessés), la « nuit blanche ». Il y eut quelque temps plus tard, le , toujours organisée par l'OAS pour gêner les négociations qui vont s'ouvrir à Évian le , une troisième nuit d'attentats contre des commerces algériens des quartiers de Bab-el-Oued, la Casbah ou Belcourt d'Alger[2],[3] appelée « nuit rouge ». 125 plasticages en moins de deux heures, la police estime que plus de 50 équipes de plastiqueurs ont été mobilisées[réf. nécessaire].

Des années plus tard, de nombreux médias reprennent l'expression « nuit bleue » pour designer une série d'attentats. Cette expression est utilisée aussi à propos d'une série d'attentats de l'organisation armée indépendantiste EOKA, en référence à son logo bleu, le , qui a mené à la partition de Chypre[4]. C'est aussi l'organisation en Corse par le FLNC ; une vingtaine d'attentats visant des résidences secondaires dans la nuit du au [5].

L'expression est aussi reprise par les médias pour des attentats en Bretagne[réf. nécessaire], et aurait très bien pu l'être pour les attentats du 13 novembre 2015 à Paris et Saint-Denis...

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. France Soir du 25 janvier 1962, 8e édition toute dernière, p.1 et p.6
  2. Établissement de Communication et de Production Audiovisuelle de la Défense
  3. Institut National de l'Audiovisuel
  4. Le Monde, « Il y a trente-cinq ans La "nuit bleue" de Chypre », 1er avril 1990.
  5. France 3 Corse