Nuit debout

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Nuit Debout)
Aller à : navigation, rechercher
Nuit debout
Description de cette image, également commentée ci-après

Assemblée générale de la Nuit debout à Paris, place de la République, le 10 avril 2016.

Informations
Date Commence le
Localisation Drapeau de la France France (principalement)
Caractéristiques
Organisateurs Collectif pour la Convergence des Luttes (initialement)
Puis rapidement en autogestion
Revendications Retrait de la « loi Travail », puis contre l'état d'urgence, le secret d'affaires, les violences policières, etc.
Types de manifestations Occupations de places publiques
Actions Débats publics, manifestations, blocages, sit-inetc.

Nuit debout est un ensemble de manifestations sur des places publiques, principalement en France, ayant commencé le 31 mars 2016 à la suite d'une manifestation contre la « loi travail ».

Ce mouvement social est pluriel et se propose de construire une « convergence des luttes ». Sa revendication initiale, le refus de la loi travail, s'élargit à la contestation globale des institutions politiques et du système économique.

Sans leader ni porte-parole, Nuit debout est organisé en commissions (coordination, logistique, accueil et sérénité, communication, etc.), et les prises de décisions se font par consensus lors d'assemblées générales (démocratie directe et participative).

Le mouvement s'étend sur une centaine de villes, certaines organisant des assemblées quotidiennes. L'affluence aux assemblées baisse à partir de fin mai 2016[1].

Déroulement[modifier | modifier le code]

Contexte[modifier | modifier le code]

Le , entre 69 000 et 150 000 personnes manifestent en France pour protester contre la « loi travail » à l'appel d'organisations de jeunesse[2]. La contestation prend de l'ampleur le  : à l'appel des syndicats de salariés et des organisations de jeunesse, les manifestations rassemblent entre 390 000 et 1,2 million de personnes[3]. Cette contestation ne se limite pas au projet de loi, les manifestants se disant surtout « déçus par la gauche »[4].

Les conséquences sécuritaires des attentats du 13 novembre 2015 font alors pleinement partie du contexte politique en France[5],[6].

Origine[modifier | modifier le code]

François Ruffin en juin 2017.

Le mouvement tire son origine d'une rencontre publique organisée à la bourse du travail de Paris le 23 février 2016, notamment par François Ruffin[7], rédacteur en chef du journal de critique sociale Fakir et réalisateur du film Merci Patron !, motivée par la « lutte contre l’oligarchie »[7]. Cette rencontre, baptisée « Leur faire peur » et motivée par les réactions du public au film Merci Patron !, a pour but de faire « converger des luttes dispersées, qu'il s'agisse de celle contre l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, de celle des ouvriers de Goodyear, de celle des profs contre la réforme des collèges, etc. »[8].

Le contexte de mobilisation contre la « Loi Travail » est jugé favorable et la décision est prise d’occuper la place de la République à l’issue de la manifestation du 31 mars[7].

Le collectif « de pilotage », une quinzaine de personnes, réunit Johanna Silva du journal Fakir, Loïc Canitrot, intermittent de la compagnie Jolie Môme, Leïla Chaibi du Collectif Jeudi noir et adhérente du Parti de gauche (PG), une syndicaliste d’Air France également au PG, un membre de l'association Les Engraineurs, ou encore un étudiant à Sciences Po, l’économiste atterré Thomas Coutrot et Nicolas Galepides de Sud-PTT[7],[9],[10].

Le collectif refuse d’établir une plateforme revendicative mais dénonce « des réformes de plus en plus rétrogrades », un « déni démocratique » et lance un appel pour construire un « projet politique ambitieux, progressiste et émancipateur »[7]. Une cagnotte lancée sur Internet récolte 3 000 euros[7]. L’association Droit au logement offre son aide, notamment juridique et pratique, l’organisation altermondialiste Attac et l'union syndicale Solidaires se joignent également au collectif[7].

C'est l'économiste Frédéric Lordon qui est sollicité par le collectif d'initiative pour ouvrir cette première nuit parisienne du 31 mars. Il y prononce un discours, notamment sur la convergence des luttes[11],[12], qui se conclut ainsi : « Apportons-leur la catastrophe[13]. » Lors de ses différentes prises de parole, Frédéric Lordon expose ses idées, telle celle d’un mouvement « destituant », idée développée notamment dans un article publié dans Le Monde diplomatique de mars 2016, intitulé « Pour la république sociale »[14],[15].

Ainsi naît le mouvement, présenté comme citoyen et pacifique. Mais le collectif se reconnaît rapidement « dépassé » par le succès et l’ampleur de la mobilisation et passe la main à un mouvement horizontal et qui n’a pas de représentant[7].

Occupations[modifier | modifier le code]

Paris, place de la République, 10 avril 2016.
Paris, place de la République, 11 avril 2016.

Des structures s'organisent progressivement à Paris pour tenir la place de la République le plus longtemps possible : accueil, infirmerie, cantine, nettoyage[12], campement[16].

Des rencontres s'opèrent entre les participants de profils divers (étudiants, ouvriers, précaires, chômeurs, universitaires, migrants)[12],[17].

Différentes formations politiques se joignent au mouvement, mais la récupération politique semble discrète[18],[19]. Olivier Besancenot, porte-parole du Nouveau Parti anticapitaliste , et Julien Bayou, porte-parole de Europe Écologie Les Verts, viennent régulièrement participer à Paris, mais en leur nom propre, pas au nom de leurs partis politiques[20].

Le mouvement se répand dès le 5 avril dans plusieurs villes de France[21], puis continue à croître. Toutefois, il peine dans un premier temps à s’étendre en banlieue[22]. Les premiers jours, quelques habitants de Seine-Saint-Denis participent au rassemblement de Paris[23] avant que des Nuits debout ne soient organisées à Montreuil[24], Saint-Denis, Saint-Ouen et Marne-la-Vallée[25].

Le 8 avril, le mouvement s'exporte en France d'outre-mer à Saint-Denis (La Réunion)[26]. À cette date, en comptant les mouvements réguliers, mais aussi les initiatives irrégulières liées au mouvement, le journal Ouest-France relève plus de cinquante villes concernées[16].

Lors de la seconde semaine d'occupation à Paris se posent les questions de la structuration du mouvement ainsi que de la précision de ses objectifs. Le 12 avril, lors d'un débat public, l’anthropologue David Graeber et l'économiste Frédéric Lordon s’interrogent sur les relations entre démocratie horizontale et nécessité d'organiser des « débats stratégiques » pour éviter que le mouvement ne tombe dans une « dynamique nombriliste et régressive ». Frédéric Lordon précise que « les porte-parole ne [lui] posent aucun problème s’ils sont élus, mandatés, contrôlés et révocables »[27],[28],[29].

Mobilisation contre la « loi Travail »[modifier | modifier le code]

Initialement formé dans un contexte de mobilisation contre la loi Travail, le mouvement aborde des sujets nombreux. François Ruffin et Frédéric Lordon demandent, le soir du 9 avril, que le retrait du projet de loi redevienne un objectif clair du mouvement[30]. Frédéric Lordon explique que Nuit debout « a besoin d'objectifs et de victoires intermédiaires[30]. »

Le 20 avril, une assemblée est convoquée par le journal Fakir et le collectif Convergence des luttes, à l’origine de Nuit debout, pour tenter de définir « l’étape d’après ». Un rapprochement avec les syndicats opposés à la Loi Travail est proposée pour les manifestations du 1er mai « un moment d’unité, de combativité et de fraternité. Il s’agit là d’un geste symbolique, voire historique. Seule cette jonction est en mesure, aujourd’hui, de faire peur à l’oligarchie, et de faire reculer le pouvoir ». Aucun consensus ne se dégage sur cette proposition[31],[32],[33]. Finalement, une motion est approuvée par les assemblées des 22 et 23 avril appelant ces syndicats à participer à des débats communs les 28 avril et 1er mai pour « faire le point sur [leurs] accords et désaccords »[34].

Le 28 avril à Paris, une première jonction est réalisée avec les syndicats. Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT, ainsi que des membres de l'Union syndicale Solidaires et de la CNT, prennent la parole lors de l'assemblée populaire. Des appels à la grève reconductible sont lancés, sans plus de précisions[35],[36],[37].

Le même jour à Dijon, peu avant 9h du matin, une vingtaine de manifestants de Nuit debout Dijon investissent le Conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté[38] afin de protester contre le projet de loi El Khomri. Ils demandent à prendre la parole[38]. La présidente de région, Marie-Guite Dufay, refuse et suspend la séance une vingtaine de minutes[39], le temps que la police fasse évacuer calmement[38] les manifestants, malgré des tensions entre les conseillers régionaux FN et les militants de Nuit debout[39].

Le matin du 3 mai 2016, jour de l'ouverture des débats sur le projet de loi El Khomri à l'Assemblée Nationale, une centaine de participants de Nuit debout bloquent le pont de la Concorde par un sit-in[40] - le pont étant situé en face de l'Assemblée. Un peu plus tard dans la matinée, les manifestants libèrent le pont afin de laisser passer la circulation, et se rapprochent des grilles de l'Assemblée nationale[40]. Ils sont rapidement délogés de là par des CRS[40].

La majorité parlementaire nécessaire pour faire voter la Loi Travail n'étant pas assurée[41], le Premier Ministre Manuel Valls décide, le 10 mai 2016, de la faire passer en utilisant l'article 49-3 de la Constitution. Dans l'après-midi, plusieurs centaines de manifestants, dont ceux de Nuit debout, viennent occuper le pont de la Concorde, face à l'Assemblée nationale[42]. Dans plusieurs villes — notamment Lyon, Toulouse, Montpellier, Grenoble[43] et Nantes — des manifestations spontanées se mettent en place[42]. Dans d'autres villes, comme à Chalon-sur-Saône[44], où les rassemblements de Nuit debout ne sont pas forcément quotidiens, des « Nuits debout exceptionnelles »[44] se prévoient pour le soir même. À Paris et Toulouse se produisent des heurts entre les manifestants et la police[42].

Le mouvement parisien envoie un communiqué qui déclare : « Ce déni de démocratie après un mouvement social qui a regroupé des centaines de milliers de personnes dans la rue, dans les entreprises, les universités, les lycées et sur les places de France est une insulte au peuple de ce pays » [...] Cette loi « serait un recul sans précédent des droits des travailleuses et des travailleurs en France, un retour au XIXe siècle » [...] les militants répondront « par tous les moyens légitimes en proportion au mépris affiché », et appellent à la mobilisation « contre cette dernière attaque contre nos droits sociaux et notre démocratie »[43],[45].

Fin mai 2016, des opposants à la Loi Travail bloquent les huit raffineries de pétrole de France métropolitaine et plusieurs dépôts de carburant. Les membres de Nuit debout Lorient y participent activement, en tenant la barricade du port de pêche de Lorient[46] - troisième barricade du dispositif de blocage du dépôt de carburant de Lorient. De plus, ils assurent un petit service médical contre les blessures qui peuvent survenir au cours des manifestations, notamment celles liées au gaz lacrymogène[46].

Manifestations ponctuelles[modifier | modifier le code]

Circle-icons-scissors.svg Cette section est trop longue. Elle pourrait gagner à être raccourcie ou répartie en plusieurs sous-sections.
Il est également possible que sa longueur crée un déséquilibre dans l'article, au point d'en compromettre la neutralité en accordant à un aspect du sujet une importance disproportionnée.
Manifestations spontanées

Dans la nuit du samedi 9 avril, plusieurs centaines de participants ont décidé de « prendre l'apéro chez Valls » et sont partis en manifestation spontanée vers le domicile parisien du chef du gouvernement[47],[48].

Le 14 avril, à la suite d'une émission de télévision à laquelle participait François Hollande retransmise place de la République, 300 manifestants tentent de converger vers l'Élysée et sont détournés par les forces de l'ordre[49].

Occupation d'enseignes commerciales

Le 20 avril 2016, des manifestants occupent une agence de la BNP Paribas à Toulouse, puis continuent leur manifestation théâtre de la Cité TNT après avoir été évacués par la police[50].

Le 23 avril 2016, une quarantaine de manifestants du mouvement grenoblois investissent un hypermarché Carrefour, afin d'y faire un pique-nique en se servant dans les rayons. Avec diplomatie, le directeur donne la possibilité aux manifestants d'intervenir au micro du magasin afin de clore la manifestation dans le calme[51].

Le 3 mai 2016 en soirée, 400 manifestants de Nuit debout de Toulouse occupent le McDonald's pour protester contre l'évasion fiscale et la précarité des employés de la chaîne[52],[53].

Le 11 mai, une cinquantaine de participants à Nuit debout Montélimar organisent une distribution de jus de fruit devant une usine de l'entreprise d'emballage Autajon afin de protester contre le PDG, Gérard Autajon, impliqué dans le scandale des Panama Papers et soupçonné d'avoir dissimulé plus de 20 millions d'euros au fisc[54].

Soutien à d'autres mouvements

Le 25 avril, l'assemblée générale de Paris est délocalisée devant le Théâtre de l'Odéon occupé, depuis la veille, par des intermittents du spectacle[55],[56].

Fin-avril, les participants à Nuit debout Montpellier aident les habitants du quartier populaire des Cévennes en établissant une zone à défendre dans le parc de la Colline de Las Rébès, empêchant la mairie de le raser et de construire de nouveaux logements sociaux[57].

Début septembre, le mouvement relaie l'action de Blockupy et tente de manifester devant le ministère du travail, puis l'assemblée nationale. Sans autorisation de manifester, il est dispersé par la police[58].

Irruptions en conseil municipal

Le vendredi 29 avril, le Conseil municipal de Clermont-Ferrand est envahi par une vingtaine de militants, qui protestent contre l'interdiction d'ériger des constructions en dur sur la place de Jaude. Après trois heures d'occupation et d’interruptions au mégaphone, le maire Olivier Bianchi doit annuler le conseil municipal[59],[60].

Le 9 mai, une quinzaine de manifestants de Nuit debout Poitiers investissent l'Hôtel de ville de Poitiers pendant une séance du conseil municipal[61]'[62]. Une fois la délibération prévue à l'ordre du jour adoptée, le député-maire Alain Claeys accepte de donner la parole aux manifestants[61]'[62]. Le groupe a débattu dans le calme[62] sur différents sujets[note 1],[61].

École des Beaux-Arts à Paris

Plusieurs manifestants parisiens ont occupé l'École des beaux arts le jeudi 12 mai 2016, en rappel symbolique d'une même occupation en mai 68[63]. Ils espèrent une installation pérenne, mais sont évacués le samedi matin[63]. Des portes ont alors été fracturées dans le but de retirer le drapeau français du toit[64]. Des cannettes abandonnées participeront au blocage du système d'évacuation d'eau pluviale en juillet 2017[65].

Saint-Nicaise à Rouen

À partir du 5 mai, à Rouen, les manifestants de Nuit debout occupent l'église désacralisée Saint-Nicaise[66]. Jusqu'en 2014 le Secours Catholique y distribuait des repas dans ce lieu historiquement destiné à la charité envers les pauvres[67]. L'église a été fermée pour des raisons de sécurité à cause du délabrement, et la mairie de Rouen veut la vendre[67]. Les participants de Nuit debout s'y installent pour nettoyer le sol[67] et consolider les parties fragiles[67] ainsi que les œuvres d'art[66]. Leur revendication est que les habitants du quartier soient consultés sur l'avenir de l'édifice[67]'[68] (vente ou rénovation). Ils demandent également l'expertise d'un conservateur de patrimoine pour savoir s'il serait encore possible de continuer à l'utiliser pour distribuer des œuvres de charité[67]. Ils en sont expulsés le 6 juin[69].

Incidents[modifier | modifier le code]

Violences et dégâts[modifier | modifier le code]

Dans les nuits des 14 et 15 avril, des débordements poussent les CRS à disperser des « casseurs », qui occasionnent alors des dégâts, notamment sur des établissements bancaires. Le préfet de police de Paris déplore la présence de « petits groupes violents » et de manifestations non autorisées[70].

Ces débordements sont évoqués, le 16 avril, lors de l'assemblée populaire qui approuve largement un projet de communiqué de presse qui précise que « Céder à la violence est contre-productif et fragilise le mouvement. S'attaquer à des biens privés qui n'ont aucune portée symbolique jette un discrédit » tout en dénonçant la responsabilité de ces dérapages sur les « provocations policières incessantes [...] C'est une stratégie délibérée pour décrédibiliser Nuit debout »[71].

Le 18 avril, après deux jours sans constater de violence ni de dégradation, la préfecture de police indique dans un communiqué que les organisateurs de Nuit debout « ont pris acte de [ses] demandes et mis en œuvre les dispositions nécessaires » pour éviter de futurs débordements[72],[73].

Lors de la nuit du vendredi 22 au samedi 23 avril, divers incidents[précision nécessaire] provoquent des dégâts, notamment une voiture en feu[74].

Le dimanche 24 avril, une « journée thématique » est organisée place de la République sur le thème de la violence[75].

Dans la nuit du 28 au 29 avril, des manifestants, qui voulaient occuper le lieu en construisant « en dur », sont évacués de façon « très musclée » de la place de la République par les forces de police qui utilisent des grenades et des flashballs[76],[77],[78]. Plusieurs manifestants sont frappés à coups de poing alors qu'ils n'opposent aucune résistance et sont déjà menottés[79],[80].

Le 1er mai, à la suite d'incidents lors du défilé, la police demande la dispersion de Nuit debout puis évacue 600 personnes de la place. À la suite de cela, un arrêté de la préfecture de police durcit les conditions de rassemblement[81].

Visite d'Alain Finkielkraut[modifier | modifier le code]

Le , l'essayiste Alain Finkielkraut assiste à plusieurs prises de paroles lors de l'assemblée générale de Nuit debout, avant de faire un tour de plusieurs stands de la manifestation[82]. Puis, s'éloignant de l'assemblée populaire, il est pris à partie par une quinzaine de manifestants[83] du Mouvement jeunes communistes de France (MJCF)[84],[85] qui le huent et l'insultent, ce à quoi il répond par des insultes[86],[87]. Des membres de la commission Accueil et Sérénité de Nuit debout s'interposent entre les protagonistes[86],[87] et escortent Alain Finkielkraut alors qu'il quitte les lieux, malgré le fait que d'autres manifestants tentent de le convaincre de rester[88].

Alain Finkielkraut dénonce avoir « été expulsé d'une place où doivent régner la démocratie et le pluralisme »[89], expulsion d'ailleurs revendiquée par le MJCF[84], tandis que deux des manifestants qui l'ont escorté affirment ne pas l'avoir contraint à partir[87].

Cet événement est largement commenté dans la classe politique française, notamment de la part de la droite qui dénonce ce qu'elle identifie comme « l'intolérance » du mouvement Nuit debout[90], ainsi que par de nombreux éditorialistes[91] et journalistes qui le qualifient d'« expulsion ». L'association de critique des médias Acrimed, antilibérale[réf. nécessaire], qualifie le traitement médiatique de cet incident d'emballement disproportionné et biaisé, basé sur des informations non vérifiées et souvent sur la seule version des faits de l'essayiste[92].

Violences contre Nuit debout[modifier | modifier le code]

Le soir du 22 avril 2016 à Lyon, des membres du groupe d'extrême-droite GUD ont attaqué deux participants à la Nuit debout de Lyon, qui s'étaient isolés à l'écart de la Place Guichard. Les assaillants auraient fui face à l'intervention d'une trentaine d'autres participants à la Nuit debout[93].

Le même soir, également Place Guichard, des membres du groupe monarchiste Action française, en état d'ébriété, commencent à endommager les installations de Nuit debout, avant que des policiers ne les arrêtent[93].

Le soir du 28 avril à Paris, à 1h10 du matin, des CRS évacuent de force la Place de la République, après avoir essuyé des jets de projectiles[94]'[95]. Après 1h30 du matin, les CRS décident de disperser les derniers individus présents sur la place. Au vu des oppositions violentes, les CRS décident de charger les derniers manifestants. Les policiers frappent alors plusieurs d'entre-eux au visage, alors qu'ils sont menottés et qu'ils n'opposent plus de résistance[94]'[95]. Le réalisateur Matthieu Bareyre et son preneur de son, qui ont filmé - puis diffusé - une vidéo des faits, sont également pris à partie physiquement et verbalement par les policiers[94]'[95].

Expulsion des veilleurs[modifier | modifier le code]

Le , les Veilleurs tentent d'organiser une veillée place de la République sur le thème du travail avec Joseph Thouvenel (Vice-Président de la CFTC). Ils sont mal accueillis et finissent par être expulsés par les partisans de Nuit debout sous les insultes et les jets de projectiles[96]. Ils entament alors leur veillée au quai de Valmy, mais sont violemment pris à partie et chassés par des activistes antifa se réclamant de Nuit debout (certains armés de battes de baseball et de barres de fer[97],[98]). Ces mêmes activistes agressent des journalistes qui couvraient l'évènement[99]. Après s'être regroupé rue de la Fontaine au Roy, ils sont une nouvelle fois agressés par ces activistes qui les chassent de nouveaux. Ils terminent leur veillée place du Palais-Bourbon. Plusieurs personnes sont blessées parmi les Veilleurs, et il y a quelques dégâts matériels[100],[101].

Baisse d'affluence[modifier | modifier le code]

Fin mai, une baisse significative d'affluence aux assemblées est remarquée dans toute la France, certains participants préférant se concentrer sur les manifestations contre la loi travail, ou simplement démotivés en période de partiels et de météo pluvieuse[1].

Certaines Nuits debout recherchent des parades à cela. Ainsi, à Lyon, le mouvement ne se contente plus de l'occupation systématique de la Place Guichard la nuit, mais organise aussi des actions et des débats en pleine journée sur d'autres places de la ville[102]. Ou, en Ariège, la concentration des différentes Nuits debout à Foix relance localement le mouvement[103].

Fin juin, l'assemblée générale parisienne ne réunit plus qu'une « poignée de personnes »[104]. Les participants s'interrogent sur une possible suite de Nuit debout sous une autre forme[104],[105]. La mobilisation contre la loi travail prenant fin, celle contre le projet d'aéroport Notre-Dame-des-Landes est citée comme un nouvel objectif possible[105].

Pendant deux mois estivaux le mouvement semble retombé, même si certains participants militent dans différentes ZAD[106].

Retour occasionnel[modifier | modifier le code]

Depuis, il arrive qu'à l'occasion de certains événements, un rassemblement Nuit debout se mette parfois en place.

Fin août et début septembre, différentes villes organisent une « rentrée »[107],[108]. Nuit debout Paris met en place un programme sur cinq jours[106],[109].

Le 19 février 2017, en réaction à des affaires de corruption (affaire Fillon, manifestations en Roumanie), plusieurs dizaines de villes organisent des rassemblements[110],[111].

A l'occasion du premier anniversaire du mouvement, des Nuit debout sont organisées sur la Place de la République à Paris, chaque nuit du 31 mars au 3 avril. Elles réunissent une cinquantaine de personnes[112]. Une Nuit Debout est également organisée à Lyon, Place Guichard, pour le 8 avril[113].

Analyses et réactions[modifier | modifier le code]

Comparaisons[modifier | modifier le code]

Ces occupations de places publiques peuvent évoquer l'Agora grecque[114],[115]. Elles évoquent aussi celles de la Puerta del Sol à Madrid par le Mouvement des Indignés (2011)[116], de la place Syntagma à Athènes par la « Génération des 700 euros », les actions du mouvement Occupy aux États-Unis ou encore selon Yves Sintomer des mobilisations telles que celles des parapluies de Hongkong ou des tournesols à Taiwan[117].

L'appel à la grève générale et l'implication des jeunes et des étudiants dans le mouvement rappellent Mai 68 à certains[118]. Cette comparaison est cependant critiquée[119], les deux mouvements se déroulant dans des contextes économiques et politiques différents[120].

Analyses[modifier | modifier le code]

L’intérêt du public envers Nuit debout est interprété comme un désaveu envers la classe politique traditionnelle[121],[122], mais aussi comme un signe de repolitisation[91].

L'organisation horizontale du mouvement est parfois perçue comme une force[123],[124], mais aussi comme un manque de réalisme face à l'ambition des revendications[125].

Selon le politologue Thomas Guénolé, l'occupation de la Place de la République par Nuit debout applique d'une part le concept de « zone autonome temporaire » du poète américain Hakim Bey et d'autre part les méthodes de démocratie délibérative[126] théorisées par Jürgen Habermas[127].

Le politologue Gaël Brustier déclare : « On peut sans doute dire que Nuit debout est le premier mouvement social post-marxiste. »[120] Il explique le rejet de Nuit debout par la plupart de la droite et de l'extrême-droite ainsi : « La figure du “bobo” est devenue une figure répulsive au fil des années à droite et à l’extrême droite. La droite et l’extrême droite surfent dessus pour en faire un épouvantail afin d’effrayer et de mobiliser leur électorat. L’anti-intellectualisme diffus en France, est paroxystique dès qu’il s’agit de disqualifier des gens “qui ont le temps de parler et ne doivent pas travailler beaucoup”, rengaine désormais habituelle… »[120].

Selon le sociologue Albert Ogien : « Cette forme d'action politique du rassemblement [l'occupation de places publiques] est devenue une forme reconnue, désormais utilisée comme la grève, la manifestation, le sit-in, l'émeute […] C'est une forme moderne d'action politique, hors partis, hors syndicats, sans chef, sans programme, qui dit « on discute entre citoyens de ce qu'il faut faire » […] et cela est tout à fait nouveau en France[128],[129]. »

Le mouvement est décrit par le politologue Philippe Marlière comme « antiautoritaire »[130], « d’inspiration libertaire » selon le politologue Yves Sintomer[131].

Le réalisateur de cinéma, Romain Goupil, ancien militant trotskiste et ancien responsable du service d'ordre de la Ligue communiste, désormais néo-conservateur, analyse l'horizontalité prêtée au mouvement Nuit debout : « Je veux bien continuer à faire semblant de croire qu’il n’y a pas de “direction du mouvement” mais je sais pertinemment par vieille expérience que c’est faux et manipulatoire. La direction est contre “toute direction” pour mieux conserver la “bonne direction” »[132].

Fin avril 2016, le quotidien conservateur Le Figaro désigne le Monde diplomatique comme étant la matrice idéologique du mouvement[133].

Dans L'Opinion, journal libéral, Nicolas Beytout, ex-PDG du Groupe Les Échos, dénonce certaines propositions de Nuit debout qu'il qualifie de dangereuses et anti-démocratiques[134].

Pour l'historien Jean-Louis Margolin, « c’est l’uniformité idéologique de Nuit Debout qui l’a empêché d’apporter une innovation durable »[135].

Pour Brice Couturier, ce rassemblement de quelques milliers de personne a été essentiellement un battage médiatique. Il compare la « surexposition médiatique » de ce mouvement « avec l'affligeante pauvreté des propositions qui en émanaient »[136].

Eugénie Bastié dans le Figaro estime qu'il est « difficile de mesurer la fécondité d'un mouvement qui revendiquait pour principes une absence de centralisation et de leadership »[105].

Frédéric Lordon estime début septembre que le « feu n’a pas (ou pas encore) pris », mais que l'attention du public sur le mouvement pourrait indiquer que certaines idées ont infusé[137].

Réactions politiques[modifier | modifier le code]

Anne Hidalgo, maire de Paris ne veut pas laisser « privatiser » la place de la République mais tolère cette occupation en se réjouissant de la « vitalité » de la jeunesse parisienne[138]. Elle regrette néanmoins les débordements qui pourraient désavouer l'aspect non-violent de la manifestation[139].

Diverses personnalités politiques, notamment chez Les Républicains et les élus municipaux socialistes, soulignent les risques encourus, alors que l'état d'urgence est en vigueur, et dénoncent les violences et dégradations liées au mouvement[140],[6].

L’extrême gauche soutient très activement le mouvement[141], tandis que le Front national demande la « dissolution » de Nuit debout[142].

Le , Nuit debout reçoit le soutien et la visite de Yánis Varoufákis, ancien ministre des Finances de Grèce[143],[144].

Le 22 avril, Serge Bambara, figure de la deuxième révolution burkinabé, vient à Paris donner son soutien à Nuit debout en France et en Belgique[145]. Il tient un discours devant l'Assemblée générale, dans lequel il ne cesse de dresser des parallèles entre ce mouvement et la révolution à laquelle il a participé[145].

Le 26 avril, lors d'un discours à Nice, Nicolas Sarkozy déclare que « les gens de Nuit debout n'ont rien dans le cerveau »[146],[147]. Un mois plus tard, il déclare sur TF1, « La place de la République est occupée on se demande pourquoi. »[148] Le 28 avril, l'ancien premier ministre François Fillon déclare : « Ça suffit, ce qui s'installe dans notre pays ça s'appelle la chienlit »[149].

Le 28 avril ont lieu des manifestations violentes en France contre la Loi El Khomri[150],[151],[152]. À la suite de cela, le député Éric Ciotti demande « l’interdiction des manifestations, l’interdiction de Nuit debout »[150]. Le 29 avril, il lance une pétition pour interdire le mouvement[153]. Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve réagit : « Ceux qui essaient d’instrumentaliser ce contexte à des fins politiques en proposant qu’on interdise tout sont à la fois ignorants du droit et ignorants de ce qu’est l’état d’urgence et ignorants de ce qu’est la République et des principes de liberté qui la guident. »[20]

Selon Jean-Marie Le Guen, secrétaire d'état aux relations avec le Parlement, l'extrême gauche manipule le mouvement[154].

Le député centriste Jean Lassalle et l'ancienne ministre de droite Nathalie Kosciusko-Morizet, candidats à la présidentielle de 2017, soutiennent le mouvement[155],[156].

Le vice-président de la CFTC Joseph Thouvenel, suite aux violences contre le mouvement des Veilleurs, dénonce le fait que les militants de Nuit debout « fassent régner la terreur en toute impunité dans la capitale » et condamne des pratiques qui, selon lui, « relèvent d'un véritable fascisme rouge »[99].

Couverture médiatique[modifier | modifier le code]

Selon Ugo Morel, « Le refus d’une représentation incarnée du mouvement Nuit debout est le reflet d’une compréhension du fonctionnement médiatique. »[157].

À la suite de l'« incident Finkielkraut », Laurent Joffrin signe un éditorial dans le journal Libération où il écrit notamment : « Mais, outre qu'il [Alain Finkielkraut] n'a pas demandé à parler ce soir-là, le mouvement Nuit debout n'a-t-il pas bénéficié d'une bienveillance médiatique qui va bien au-delà de son importance numérique ? Dans une majorité de médias — à commencer par Libération qui s'est efforcé encore ce week-end de rendre compte au long des débats tenus dans ces assemblées —, le mouvement a été présenté à juste titre, comme un signe positif de repolitisation civique[91]

Le 20 avril, à la Bourse du travail, Frédéric Lordon répond aux réactions suscitées dans la presse par cet incident[158], notamment nommément à Laurent Joffrin et à Najat Vallaud-Belkacem[159], et « prévient les médias choqués par l’altercation avec Alain Finkielkraut  : « Nous n’apportons pas la paix. »"[160] ».

Pour Frédéric Lordon, l'attention des média a été, d'abord, bonne de la part de journalistes « représentants typiques de cette jeunesse qu’ils venaient interroger », puis il estime que le ton s'est renversé car le système cherche à éluder la question du capitalisme du débat public[137].

Organisation et activités[modifier | modifier le code]

Organisation interne[modifier | modifier le code]

Vote à main levée de l'assemblée générale.

Même si quelques figures se distinguent[161], les participants ne veulent pas de leader[12]. Ils tiennent des assemblées générales où toutes les décisions sont votées selon le principe de la démocratie directe[162],[163]. Une gestuelle se met en place pour permettre à l'assemblée de réagir aux prises de paroles (agiter les mains en l'air pour approuver, bras croisés en l'air pour s'opposer et proposer autre chose...). Certaines assemblées générales du mouvement sont traduites simultanément en langue des signes[164].

Les participants s'organisent en groupes appelés « commissions » pour aborder des sujets précis (commissions thématiques : économie, féminismeetc.), et pour permettre le bon fonctionnement de la manifestation (commissions structurelles : accueil, infirmerie, etc.)[165],[166].

Plateau de tournage de TV Debout.

Nuit debout se méfie des médias traditionnels, et communique grâce à ses propres moyens[167]. Dès la quatrième nuit de mobilisation, les manifestants de la place de la République à Paris ont trouvé un relais important sur Periscope, l'application de partage en direct de vidéos. Au plus fort de l'audience, 80 000 personnes ont suivi les événements[168]. Une « Radio debout » et une « TVDebout » sont ensuite mises en place[167],[169].

Décentralisé, le mouvement organise et recense ses initiatives locales sur les réseaux sociaux et sur un wiki dédié[166]. Des commissions numériques permettent la présence du mouvement sur internet[169].

Activités[modifier | modifier le code]

Atelier d'écriture de constitution.
Un potager est créé après avoir ôté des dalles.

Différentes motions sont soumises aux participants lors des assemblées générales sur la place de la République à Paris.

  •  : se fournir autrement qu'au supermarché. Faire contribuer les AMAP et les producteurs locaux (adopté) ; faire de la place de la République une base d’accueil des réfugiés et mal-logés (adopté) ; faire un système de vote au son (refusé)[170].
  •  : les propositions sont adoptées à 80 % de pour (adopté), organiser une assemblée générale tous les jours sur la place de la République à 18 heures (adopté)[171].
  •  : occupation de la place également la nuit (adopté), déclaration en faveur de la régularisation de tous les sans papiers et condamnation des violences policières (adopté)[172], ajout de la langue des signes dans la constitution (adopté), déménager l'assemblée générale en banlieue une fois par semaine (pas de consensus), diffusion d'un communiqué de presse écrit par la commission « communication international » (adopté)[173].
  •  : après la tentative d'infiltration de militants d'extrême droite le 3 avril, l'assemblée générale examine la question : « Devons-nous interdire la place [de la République] à certaines personnes ? » Après un vote négatif, le débat est repris et se termine sur une absence de consensus[174].
  •  : discussion autour de l’avenir du mouvement en tant que parti politique (pas de consensus) ; opposition radicale à la déchéance de nationalité pour les « tueurs » et les délinquants fiscaux[175].
  •  : la commission écologie/climat de Nuit debout (Paris) diffuse un « manifeste pour une démocratie écologique » qui propose des « orientations pour la construction d’un destin commun »[176].

En parallèle des débats et des assemblées générales, diverses activités de sensibilisation ou de loisir sont organisés (concerts, projections, ateliers, bals). Différentes initiatives sont récurrentes : « la cantine » préparant des repas, ou « Biblio debout » encourageant la circulation gratuite et libre de livres[106],[177].

Folklore[modifier | modifier le code]

La première Nuit debout a eu lieu le 31 mars et les jours suivants sont comptés en restant en mars : « 32 mars », « 33 mars », etc.[178],[138]

Certains étudiants à l’université Paris VIII, affichent leur soutien à Nuit debout en portant un rectangle rouge, symbolisant à la fois le Code du travail français et le carré rouge qui fut le symbole du mouvement québécois contre la précarisation des conditions d'étude en 2012[179].

Une petite partie des participants de Nuit debout se réclame de l'héritage de la Commune de Paris[180]. Souvent pacifiquement[181], comme les membres de Nuit debout Rouen ayant occupé l'église désacralisée Saint-Nicaise et l'ayant rebaptisé « Commune Saint-Nicaise »[181] du 5 mai au 6 juin. Mais parfois plus violemment, comme ceux qui ont expulsé les Veilleurs du quai de Valmy le 8 juin[réf. nécessaire].

Revendications[modifier | modifier le code]

Motivations communes[modifier | modifier le code]

De manière générale, le mouvement a des revendications anticapitalistes, au sens large du terme[182].

Pour Cyril Castelliti dans Libération, « en s’inscrivant comme une alternative au système libéral, le mouvement veut expérimenter une démocratie directe et participative »[183].

Pour Annick Cojean dans Le Monde, l’engagement se situe à très long terme et se donne pour objectif de réinventer la démocratie[12].

Mouvement hétérogène[modifier | modifier le code]

Place de la République à Paris le 31 mars 2016.

On assiste à une convergence des luttes de groupes ayant différents objectifs. En effet, après des incidents et quelques affrontements entre des manifestants et des CRS sur des barricades dressées dans le Quartier latin, la nuit du , François Ruffin, comme d’autres intervenants, insiste sur la nécessité d'ouvrir le mouvement à toutes les classes sociales et aux personnes non engagées politiquement, à décentraliser la Nuit debout en banlieue, afin d'éviter une radicalisation par l'entre-soi[172].

Divers sujets sont débattus, sans être nécessairement une revendication représentative de tous les participants. Par exemple :

La vocation affichée par Nuit debout est de donner à chaque personne l'occasion de s'exprimer, indépendamment de son opinion[189], durant son tour de parole. Seuls les propos racistes, sexistes, homophobes ou violents envers les personnes, ne sont pas acceptés lors des rassemblements[189]. Un traitement différent est appliqué pour les propos violents envers des institutions ou des phénomènes économiques. Ainsi des propos violents « contre la mondialisation ou contre les banques » sont tolérés[189]. Dans les faits, cette vocation de parole libre est parfois confrontée à des réactions hostiles, de la part de certains individus refusant d'attendre le tour de parole[189], ou d'autres marqués à gauche qui insultent des personnalités dont elles estiment que les opinions sont malvenues[88],[189].

Motivations locales[modifier | modifier le code]

Participants à la Nuit debout de Montpellier, empêchant des bûcherons d'atteindre l'espace vert de la colline de Las Rébes, le 11 avril 2016.

En raison de sa répartition sur le territoire français et de sa volonté d'être plus proche des citoyens et du terrain, plusieurs implantations du mouvement comportent des revendications locales.

Certaines obtiennent un certain soutien national, en étant défendues à l'assemblée générale de Paris. Notamment la lutte pour la zone à défendre contre le projet de construction d'un aéroport à Notre-Dame-des-Landes[190]'[191], ou la lutte contre la fermeture de l'usine Goodyear d'Amiens et la condamnation de syndicalistes de cette usine pour avoir retenu quelques heures leur patron[191].

Lors de l'assemblée parisienne du 11 avril, des habitantes et habitants de la zone à défendre contre le projet de construction d'un aéroport à Notre-Dame-des-Landes prennent la parole pour partager quelques questions[192].

D'autres revendications restent à l'échelle purement locale. On trouvera par exemple, à Dijon, des opposants au bétonnage des terres maraîchères du quartier des Lentillères[193], à Poitiers en soutien à une famille roumaine[194] ou, à Montpellier, des opposants à la déforestation de l'espace vert de la colline de Las Rébes dans le quartier des Cévennes[195].

Refus d'alliance avec certains groupes[modifier | modifier le code]

Nuit debout se revendique comme en dehors du système politique en place, ainsi aucune alliance claire n'est nouée avec les partis politiques, ni avec les syndicats[réf. souhaitée].

Bien que le mouvement se dise ouvert à tous, « la lutte contre toutes formes de discrimination telles que le sexisme, le racisme et l'homophobie » est une motivation omniprésente[196], cela amène Nuit debout à refuser le rapprochement avec certains autres groupes, même ceux opposés à la Loi El Khomri.

Début avril, une tentative de noyautage de l'assemblée générale de Nuit debout Paris par le groupuscule Égalité et Réconciliation échoue[19].

Début juin, Nuit debout Paris rejette la proposition de rapprochement des Veilleurs (mouvement proche de la Manif pour tous), jugeant la position de ces-derniers sur le mariage homosexuel discriminatoire[196]. Plusieurs parallèles sont pourtant faits entre Nuit Debout et le mouvement des Veilleurs, en particulier par le politologue Gaël Brustier[197]. Axel Rokvam, fondateur des Veilleurs, affirme qu’il existe des différences fondamentales de forme et de fond entre les deux mouvements[198] mais reconnaît une « intuition commune que des ordres injustes sont en place » et une volonté d’y répondre par une forme de résistance[199].

Ampleur du mouvement[modifier | modifier le code]

Le 14 avril, plus de 80 villes françaises , 8 villes espagnoles, 9 villes belges, 1 ville allemande (Berlin), 1 ville néerlandaise (Amsterdam), 1 ville portugaise (Lisbonne), et 1 ville taïwanaise (Taichung) sont concernées[200].

En France[modifier | modifier le code]

Assemblée générale à Nice le 15 avril 2016.

Le mouvement est représenté dans toute la France, notamment à partir du 5 avril[21]. Soixante villes sont concernées le samedi 9 avril[201].

Les assemblées sont quotidiennes à Paris, et rassemblent des milliers de participants chaque soir début avril[202]. Elles regroupent quotidiennement des centaines de personnes à Lyon[203].

En tout, 140 villes en France ont organisé des rassemblements Nuit Debout[204].

France d'outre-mer[modifier | modifier le code]

Le mouvement est également représenté en France d'outre-mer :

En Belgique[modifier | modifier le code]

Hors de France, c'est en Belgique que le mouvement a pris le plus d'ampleur[383] ; notamment à Bruxelles à partir du 7 avril (place des Barricades puis mont des Arts)[384],[385].

Les premières Nuit debout se tiennent le à Liège[23],[386], le 12 avril à Namur[387], le 16 avril à Charleroi[388] et Mons[389],[390], le 17 avril à Tournai[391], le 21 avril à Louvain-la-Neuve[392].

En Région flamande, la première Nuit debout se tient le , à Gand[393],[394].

Autres pays[modifier | modifier le code]

Nuit debout à Madrid.

Le mouvement apparaît en Allemagne à Berlin où une soixantaine de personnes se sont réunies[395],[396] et à partir du 17 avril à Leipzig, manifestation qui a réuni une cinquantaine de personne[397],[398].

Le 9 avril, le mouvement s'exporte au Portugal, dans sa capitale Lisbonne[399]. Et en Espagne, symboliquement, il atteint Madrid[399], point de départ du Mouvement des Indignés en 2011, puis Valence, Saragosse, Tarragone, Murcie, Barcelone[318].

Le , Nuit debout se tient pour la première fois aux Pays-Bas, à Amsterdam où quelques personnes se sont réunies[400],[401] et le à Luxembourg[402].

Le , Nuit debout s'exporte vers l'autre côté de l'Atlantique, au Québec, à Montréal où environ 200 personnes se sont rassemblées[403].

Le 11 juin, des jeunes Congolais essayent d'importer Nuit debout à Kinshasa, mais l'événement ne réunit que quelques dizaines de personnes et est dispersé par la police. 5 manifestants sont arrêtés, et tous relâchés dans la soirée ou le lendemain[404].

Global Debout[modifier | modifier le code]

Global Debout à Paris
Assemblée générale à Salamanque en Espagne, dans le cadre de Global Debout.

Les 7 et 8 mai 2016, Nuit debout en France appelle, par un texte traduit en huit langues[note 2] à internationaliser le mouvement le 15 mai (« 76 mars ») en occupant des places partout dans le monde[405]. Cette date a l'avantage d'être fériée dans plusieurs pays (Dimanche de Pentecôte), et correspond symboliquement au cinquième anniversaire du Mouvement des Indignés[406].

Cet appel est suivi en Espagne, avec des rassemblements de plusieurs milliers de personnes à Madrid[407],[408],[409] et environ 1200 à Barcelone[410].

Au total, des manifestations sont organisées dans 300 villes en France[406], et 130 autres villes réparties dans 28 pays[406],[407], mais en-dehors de Madrid, Paris et Barcelone, les rassemblements restent de taille modeste, voire très modeste[409].

Quelques chiffres :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La loi Travail, les migrants, la démocratie, le renseignement et les caméras de vidéo-protection.
  2. basque, anglais, arabe, espagnol, italien, russe, japonais et espéranto.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Le mouvement Nuit Debout s'est-il couché? », Huffington Post,‎ (lire en ligne)
  2. « Loi travail : les chiffres des manifestations », sur Challenges,
  3. « La mobilisation contre la loi travail plus forte que le 9 mars », sur Le Monde,
  4. Geoffrey Pleyers, « #NuitDebout : le retour des indignés ? », Marianne,‎ (lire en ligne).
  5. Mathieu Dejean, Yves Sintomer, « "Nuit debout a déplacé le centre de gravité du débat public" », Les Inrocks,‎ (lire en ligne).
  6. a et b Edouard Lamort, « Les anti Nuit debout donnent (aussi) de la voix », sur L'Obs (consulté le 13 avril 2016)
  7. a, b, c, d, e, f, g et h Raphaëlle Besse Desmoulières, « Nuit debout, histoire d’un ovni politique », Le Monde, no 22 154,‎ , p. 12 (ISSN 0395-2037, lire en ligne)
  8. « François Ruffin : “Nuit Debout n'est pas un mouvement spontané, il a fallu l'organiser” », sur www.telerama.fr (consulté le 20 avril 2016)
  9. Luc Peillon, « Qui sont les patrons de la Nuit ? », Libération.fr,‎ (lire en ligne).
  10. Mathilde Blottière, « François Ruffin : « Nuit Debout n'est pas un mouvement spontané, il a fallu l'organiser » », Télérama,‎ (lire en ligne).
  11. Daniel Schneidermann, « Frédéric Lordon à la République, mine de rien », Libération.fr,‎ (lire en ligne).
  12. a, b, c, d et e Annick Cojean, « #NuitDebout : « Et voilà qu’on se parle, qu’on ose dire tous ensemble : ça suffit ! Y en a marre ! » », Le Monde, no 22 152,‎ , p. 13 (ISSN 0395-2037, lire en ligne)
  13. http://la-bas.org/la-bas-magazine/reportages/frederic-lordon-il-est-possible-qu-on-soit-en-train-de-faire-quelque-chose.
  14. Frédéric Lordon, « Pour la république sociale », Le Monde diplomatique, no 744,‎ , p. 17-19
  15. « Nuit Debout. Frédéric Lordon : "Pour en finir avec l'empire du capital..." », L'Obs,‎ (lire en ligne).
  16. a et b « Nuit Debout. Le mouvement continue de grandir et de faire des petits », sur ouest-france.fr, (consulté le 9 avril 2016)
  17. « NuitDebout : ces photographies qui dévoilent une autre réalité », sur mrmondialisation.org, (consulté le 9 avril 2016)
  18. a, b et c « Hauts-de-France: Des actions #NuitDebout prévues à Lille et Amiens », sur 20minutes.fr, (consulté le 6 août 2016)
  19. a et b « Nuit debout : la récupération politique est dans toutes les têtes », sur tempsreel.nouvelobs.com, (consulté le 8 avril 2016).
  20. a et b « Depuis un mois, gauche et droite se divisent sur Nuit debout », sur lemonde.fr, (consulté le 29 avril 2016)
  21. a, b, c, d, e et f Philippe Gagnebet, Nicolas Legendre, Gilles Rof et Etrichard Schittly, « Le mouvement gagne d’autres grandes villes », Le Monde, no 22 154,‎ , p. 13 (ISSN 0395-2037, lire en ligne)
  22. Sylvia Zappi, « Le mouvement Nuit debout peine à s’étendre en banlieue », Le Monde,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne).
  23. a et b « La Nuit debout s’exporte aussi en Europe » (consulté le 7 avril 2016)
  24. a et b « Nuit debout - Montreuil », sur paris.demosphere.eu, (consulté le 9 avril 2016)
  25. Pascal Charrier, « « Nuit debout », un mouvement en quête d’un second souffle », La Croix,‎ (lire en ligne).
  26. « Nuit debout à La Réunion : des débuts timides », sur clicanoo.re, (consulté le 9 avril 2016)
  27. Mathieu Dejean, « Nuit debout, Occupy Wall Street : même combat ? », Les Inrocks,‎ (lire en ligne).
  28. Virginie Cresci, Etienne Girard, « Nuit debout : bientôt des porte-parole élus ? », L'Obs,‎ (lire en ligne).
  29. Hervé Kempf, « La Nuit debout entre organisation et spontanéisme », Reporterre,‎ (lire en ligne).
  30. a et b « Nuit debout » réfléchit à son avenir, sur lesinrocks.com, (consulté le 10 avril 2016)
  31. Ismaël Halissat, « Nuit debout : à la Bourse du travail, l'étape d'après reste en suspens », Libération,‎ (lire en ligne).
  32. Mathieu Dejean, « A la Bourse du travail, Nuit debout se cherche une suite dans la douleur », Les Inrocks,‎ (lire en ligne).
  33. Robin D'Angelo, Denis Meyer, « Dans le brouhaha, Ruffin et Fakir tentent de donner un second souffle à Nuit Debout », StreetPress,‎ (lire en ligne).
  34. Assemblée Populaire Parisienne, « Pétition : « Syndicats et Nuits Debout : ensemble pour leur faire peur ! », Fakir,‎ 22 et 23 avril 2016 (lire en ligne).
  35. Camille Romano, Violaine Morin, « A la Nuit debout, les syndicats reçoivent un accueil mitigé », Le Monde,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne).
  36. Etienne Girard, « Quand Nuit debout et la CGT s’essayent à la convergence des luttes », L'Obs,‎ (lire en ligne).
  37. Mathilde Golla, « Quand Philippe Martinez tente de se rapprocher de Nuit debout », Le Figaro,‎ (ISSN 0182-5852, lire en ligne).
  38. a, b et c « Nuit Debout: un conseil régional et un conseil municipal perturbés », sur lexpress.fr, (consulté le 3 mai 2016)
  39. a et b « Irruption des " Nuit Debout" au Conseil régional, grosse tension », sur bienpublic.com, (consulté le 3 mai 2016)
  40. a, b et c « Nuit Debout se déplace devant l'Assemblée avant le débat sur la loi Travail », sur huffingtonpost.fr, (consulté le 3 mai 2016)
  41. « Loi Travail : Manuel Valls dégaine le 49.3 », sur francetvinfo.fr, (consulté le 7 juin 2016)
  42. a, b et c « VIDÉO. Les participants à "Nuit Debout" manifestent devant l'Assemblée nationale contre l'utilisation du 49-3 », sur huffingtonpost.fr, (consulté le 10 mai 2016)
  43. a et b « A Grenoble, Nuit debout appelle à la mobilisation à l'heure du recours au 49.3 pour la Loi Travail », sur france3-regions.francetvinfo.fr, (consulté le 10 mai 2016)
  44. a et b « Nuit debout exceptionnelle ce mardi soir contre le passage en force du gouvernement sur la loi travail », sur lejsl.com, (consulté le 10 mai 2016)
  45. « Loi Travail : plusieurs milliers de manifestants en France contre le recours au 49-3 », sur lesechos.fr, (consulté le 11 mai 2016)
  46. a et b « Blocages à Lorient. Les militants de Nuit debout mobilisés », sur ouest-france.fr, (consulté le 26 mai 2016)
  47. « Nuit debout » : des centaines de personnes tentent de manifester vers le domicile de Valls, sur liberation.fr, (consulté le 13 avril 2016)
  48. « Nuit Debout » : les manifestants tentent de s'inviter « chez Valls » pour l'apéro, sur lexpress.fr (consulté le 13 avril 2016)
  49. « Nuit debout: un espace pour « sortir de la résignation » », L'Express,‎ (lire en ligne)
  50. « Toulouse: Les militants de NuitDebout occupent une agence de la BNP Paribas », 20 minutes,‎ (lire en ligne)
  51. placegrenet.fr du 24 avril 2016, Pique-nique sauvage de Nuit debout Grenoble dans Carrefour Grand'Place.
  52. « #Nuitdebout à Toulouse : les images de l'intervention musclée des CRS au Mac Do du Capitole - France 3 Midi-Pyrénées », sur France 3 Midi-Pyrénées (consulté le 25 mai 2016)
  53. « Big MicMac au Capitole », sur apparté.com,
  54. « Nuit Debout trinque contre l'évasion fiscale devant l'usine Autajon à Montélimar », sur francebleu.fr, (consulté le 26 mai 2016)
  55. Laurent Carpentier, « La lutte des intermittents et de Nuit debout converge à l’Odéon », Le Monde,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne).
  56. Clémentine Gallot, « Les intermittents emmènent Nuit debout à l’Odéon », Libération,‎ (lire en ligne).
  57. « A Montpellier, Nuit debout crée une ZAD écologique en quartier populaire », sur reporterre.net, (consulté le 9 mai 2016)
  58. Cyril Castelliti, « Les Inrocks - A Paris, les opposants à la loi Travail ont relancé la mobilisation », sur Les Inrocks, (consulté le 16 septembre 2016)
  59. Valérie Latesse, « Nuit debout : nuit agitée au conseil municipal de Clermont-Ferrand », sur francebleu.fr, (consulté le 3 mai 2016)
  60. Marie Morin, « Clermont-Ferrand : un militant de Nuit Debout placé en détention provisoire », sur france3-regions.francetvinfo.fr, (consulté le 3 mai 2016)
  61. a, b et c « Poitiers : Nuit Debout investit le conseil municipal », sur francebleu.fr, (consulté le 10 mai 2016)
  62. a, b et c « Poitiers: " Nuit debout " enflamme le conseil municipal », sur lenouvellerepublique.fr, (consulté le 10 mai 2016)
  63. a et b « Nuit Debout: l'école des Beaux-Arts à Paris évacuée après une courte occupation », sur LExpress.fr (consulté le 30 mai 2016)
  64. « Après le déluge, les musées parisiens mesurent l’étendue des dégâts », sur Le Monde.fr (consulté le 18 juillet 2017)
  65. « Restauration, musée (et dégât des eaux limité)... Actualité de l'École des Beaux-Arts - La Tribune de l'Art », sur www.latribunedelart.com (consulté le 18 juillet 2017)
  66. a et b « A Rouen, une église abandonnée occupée par Nuit Debout : les militants dans l'attente d'une expulsion », sur tendanceouest.com, (consulté le 23 mai 2016)
  67. a, b, c, d, e et f « À Rouen, les militants de Nuit Debout accueillent les habitants du quartier Saint-Nicaise dans l’église qu’ils occupent », sur paris-normandie.fr, (consulté le 23 mai 2016)
  68. « Nuit debout crée la «Commune Saint-Nicaise» à Rouen », sur mediapart.fr, (consulté le 23 mai 2016)
  69. « Nuit debout à Rouen. Des militants expulsés d'une église », sur ouest-france.fr, (consulté le 7 juin 2016)
  70. « Débordements et dégradations en marge de Nuit debout à Paris : vingt et une interpellations », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  71. Timothée Boutry, « Nuit debout : «Céder à la violence est contre-productif» », Le Parisien,‎ (lire en ligne).
  72. Communiqué - Préfecture de Police - 18 avril 2016
  73. La préfecture de police félicite les organisateurs de Nuit debout
  74. « Communiqué de la Préfecture »
  75. Hervé Kempf, « Nuit debout s’interroge sur la violence », Reporterre,‎ (lire en ligne).
  76. inrockstv, « L'évacuation très musclée de Nuit debout, place de la République à Paris », Les Inrocks,‎ (lire en ligne).
  77. Le Parisien TV, « Evacuation musclée de Nuit Debout place de la République à Paris [VIDEO] », Le Parisien,‎ (lire en ligne).
  78. Taranis, « Paris, évacuation de la place sous les grenades et les flashballs », Taranis News,‎ (lire en ligne).
  79. Rédaction, « Nuit debout : des images montrent la police frapper des manifestants menottés », L'Obs,‎ (lire en ligne).
  80. Rédaction, « VIDEO. Des CRS frappent des manifestants menottés lors de l'évacuation de Nuit debout », Francetv info,‎ (lire en ligne).
  81. « La préfecture durcit les conditions de rassemblement de Nuit debout », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  82. Finkielkraut : «Ma réponse à ceux qui m'ont expulsé de Nuit debout», Le Figaro, 19 avril 2016.
  83. Alain Finkielkraut éconduit de "Nuit debout" : "Personne ne l'a empêché de regarder l'Assemblée populaire", Europe 1, 17 avril 2016.
  84. a et b Nuit debout : Alain Finkielkraut chassé de la place de la République : "Le soir même, les Jeunes communistes se sont félicités d’avoir «tej» (jeté) Alain Finkelkraut.", Libération, 17 avril 2016.
  85. Le Point, magazine, « Nuit debout : Finkielkraut et les Jeunes Communistes continuent de s'étriller », sur Le Point, (consulté le 25 mai 2016)
  86. a et b Alain Finkielkraut chassé de Nuit debout : la polémique en cinq actes, France TV info, 18 avril 2016.
  87. a, b et c Finkielkraut expulsé, malaise à Libération, Blog de Mediapart, 18 avril 2016.
  88. a et b Adrien Sénécat et Samuel Laurent, « Alain Finkielkraut expulsé de Nuit debout : les faits », Le Monde, 18 avril 2016.
  89. « Critiques contre "Nuit debout" après l'éviction de Finkielkraut », Reuters, 17 avril 2016
  90. APF, « Nuit debout : Finkielkraut conspué, indignation dans la classe politique », Le Point, 17 avril 2016.
  91. a, b et c Laurent Joffrin, « Finkielkraut expulsé, malaise à Nuit debout », Libération, 17 avril 2016.
  92. « Nuit debout : il faut (encore) sauver le soldat Finkielkraut », sur acrimed.org,
  93. a et b « A LYON, L’EXTRÊME DROITE S’ATTAQUE À NUIT DEBOUT », sur streetpress.com, (consulté le 1er mai 2016)
  94. a, b et c « VIDEO. Des CRS frappent des manifestants menottés lors de l'évacuation de Nuit debout », sur francetvinfo.fr, (consulté le 1er mai 2016)
  95. a, b et c « Nuit debout : des images montrent la police frapper des manifestants menottés », sur tempsreel.nouvelobs.com, (consulté le 1er mai 2016)
  96. A nuit debout, tout le monde déteste les veilleurs
  97. I-TELE, « Joseph Thouvenel (CFTC) et les Veilleurs agressés par Nuit Debout : Il témoigne ! (12/06/16, I-TELE) », sur Youtube, .
  98. « Les Veilleurs chassés par des militants de Nuit Debout », sur Le Figaro, .
  99. a et b lefigaro.fr, «Les veilleurs» chassés par des militants de Nuit debout à Paris, sur Le Figaro (consulté le 10 juin 2016)
  100. « Les altercations lors de l'expulsion des Veilleurs de la Place de la République », sur Le Huffington Post (consulté le 10 juin 2016)
  101. La-Croix.com, « Les Veilleurs chassés par Nuit Debout », sur La Croix (consulté le 10 juin 2016)
  102. « Lyon Nuit Debout joue les prolongations... en journée! », sur france3-regions.francetvinfo.fr, (consulté le 7 juin 2016)
  103. « Le mouvement Nuit Debout a trouvé un second souffle », sur ladepeche.fr, (consulté le 7 juin 2016)
  104. a et b « Soleil couchant sur Nuit debout », sur mediapart.fr, (consulté le 5 juillet 2016)
  105. a, b et c Eugénie Bastié, « Nuit Debout s'est recouché », Le Figaro, 30 juin 2016.
  106. a, b, c et d Elise Lambert, « Nuit debout fait sa rentrée : "C'est la seule voie démocratique qu'il nous reste pour exprimer notre opposition" », sur francetvinfo.fr, (consulté le 2 septembre 2016)
  107. « Nuit Debout de retour au Capitole » (consulté le 10 septembre 2016)
  108. « Nantes. Nuit Debout fait sa rentrée place du Bouffay ce vendredi », (consulté le 10 septembre 2016)
  109. « Nuit Debout fait sa rentrée et réinvestit la place de la République », sur 20 minutes, (consulté le 31 août 2016)
  110. Jeanne Blanquart, « A Saint-Omer, les participants à Nuit Debout se dressent contre la corruption des élus », France 3 Hauts-de-France,‎ (lire en ligne)
  111. « Au rassemblement contre la corruption en politique, le retour de Nuit debout », Paris Match,‎ (lire en ligne)
  112. http://www.lemonde.fr/politique/article/2017/04/02/a-paris-nuit-debout-a-l-heure-de-la-presidentielle_5104782_823448.html
  113. http://www.mlyon.fr/158052-lyon-le-mouvement-nuit-debout-fait-son-retour.html
  114. « "Nuit debout s'inscrit dans une logique de convergence des luttes" », sur L'Obs, (consulté le 17 mai 2016)
  115. Hakim Bey, Zone Autonome Temporaire (TAZ), L'Herne, 2011 (lire en ligne)
  116. Youenn Gourlay, « « Nuit debout entre en résonance avec ce qu’on a vécu en Espagne » », Le Monde,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne).
  117. Halissat I (2016), article intitulé «Une transformation en un mouvement social structuré paraît difficile» publié dans le journal Libération du 28 avril 2016
  118. « DÉBAT. Bientôt un nouveau Mai 68 ? », sur leparisien.fr (consulté le 7 mai 2016)
  119. « Depardieu : "Nuit debout ou assis sur la cuvette de chiottes, c'est pareil !" », Le Parisien, 15 mai 2016.
  120. a, b et c « “Nuit Debout est le premier mouvement social post-marxiste” », sur lesinrocks.com, (consulté le 8 mai 2016)
  121. « La presse décrypte le mouvement Nuit debout », sur Le Point, (consulté le 20 juin 2016)
  122. Emmanuel Todd, « Nuit debout contre le grand vide », sur Fakir (consulté le 20 juin 2016)
  123. Cédric Enjalbert, « Sandra Laugier : “ Nuit Debout démystifie le fonctionnement traditionnel du jeu politique ” », Philosophie Magazine,‎ (lire en ligne).
  124. Gaël Brustier, « #NuitDebout, un mouvement parti pour durer », Slate.fr,‎ (lire en ligne).
  125. Eric Aeschimann, Chantal Mouffe, « Nuit debout et le “refus du leader” : “Occuper une place ne suffit pas” », L'Obs,‎ (lire en ligne).
  126. « De 1791 à "Nuit debout", une brève histoire du mot "démocratie participative" », sur France Culture, (consulté le 16 mai 2016)
  127. « Antisystème, autogérée... Comme Mai 68, "Nuit Debout" renouvelle le militantisme de gauche », sur leplus.nouvelobs.com (consulté le 7 mai 2016)
  128. AFP, « La Nuit debout veut sortir de la place de la République », RTL Info,‎ (lire en ligne).
  129. AFP, « Pourquoi « Nuit debout » devient un mouvement européen », Europe 1,‎ (lire en ligne).
  130. Philippe Marlière, « Nuit debout : la révolte qui vient sera antiautoritaire », Regards.fr,‎ (lire en ligne).
  131. « Yves Sintomer : « Une transformation en un mouvement social structuré paraît difficile » », Libération,‎ (lire en ligne).
  132. « Romain Goupil: « C’est une liberté incroyable que d’être en désaccord », Le Monde, 19 avril 2016.
  133. Eugénie Bastié, «François Ruffin, Frédéric Lordon, Serge Halimi : un trio derrière Nuit Debout», LeFigarofr, avril 2016.
  134. Nicolas Beytout, « Nuit Debout, cauchemar pour tous », L'opinion,‎ (lire en ligne)
  135. Jean-Louis Margolin, « "C’est l’uniformité idéologique de Nuit Debout qui l’a empêché d’apporter une innovation durable" », lemonde.fr, 8 juillet 2016.
  136. Brice Couturier : le Parti des médias et l'intelligentsia méprisent la réalité, entretien, lefigaro.fr, 19 août 2016
  137. a et b « Nuit Debout : "le feu n'a pas pris" (Lordon/Bondy Blog) », sur Arrêt sur images, (consulté le 19 septembre 2016)
  138. a et b « 34 mars : le drôle de calendrier de #NuitDebout », sur Rue89, (consulté le 11 avril 2016)
  139. Béatrice Jérôme, « L’avertissement d’Anne Hidalgo à la Nuit debout », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  140. « VIDEOS. Nuit debout débordée », Le Parisien, 16 avril 2016.
  141. « Une partie de la gauche prend ses distances avec l'imprévisible Nuit debout », Le Huffington Post, 11 avril 2016.
  142. AFP, « Le FN demande la « dissolution » de Nuit Debout », Libération,‎ (lire en ligne).
  143. Yanis Varoufakis place de la République : « Je vous apporte la solidarité de la Grèce »
  144. Nuit debout : cinq minutes de temps de parole pour l’ancien ministre grec Yanis Varoufakis
  145. a et b « [Vidéo Nuit Debout] : «Avant toute révolution, il y a l’insoumission» », sur politis.fr, (consulté le 27 avril 2016)
  146. Arthur Berdah, « Pour Sarkozy, les participants à Nuit Debout « n'ont rien dans le cerveau » », Le Figaro,‎ (ISSN 0182-5852, lire en ligne).
  147. Agathe Ranc, « Pour Nicolas Sarkozy, les "gens de Nuit debout n'ont rien dans le cerveau" », L'Obs,‎ (lire en ligne).
  148. « Sarkozy sur TF1 : «Ce qui se passe en Autriche peut arriver en France» », sur leparisien.fr (consulté le 23 mai 2016)
  149. Tristan Quinault Maupoil, « La droite hausse le ton et demande l'interdiction de Nuit debout », Le Figaro,‎ (ISSN 0182-5852, lire en ligne).
  150. a et b « Loi travail : Cazeneuve dénonce la présence de « casseurs extrémistes » dans les manifestations », sur lemonde.fr, (consulté le 29 avril 2016)
  151. « Loi Travail: L'étudiant blessé à Rennes pourrait perdre son œil », sur 20minutes.fr, (consulté le 29 avril 2016)
  152. « Loi travail: L'étudiant blessé à Rennes a perdu la vision totale d'un œil », sur 20minutes.fr, (consulté le 29 avril 2016)
  153. « Le député LR Eric Ciotti lance une pétition pour interdire Nuit Debout », sur tempsreel.nouvelobs.com, (consulté le 30 avril 2016)
  154. « Nuit debout "manipulé par l'extrême gauche" (Le Guen) », Le Figaro, 24 avril 2016.
  155. Etienne Girard, « Quand le député Jean Lassalle vient soutenir Nuit debout devant l’Assemblée nationale », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  156. « NKM sur Nuit debout : "Il faut aller place de la République" », Le JDD, 10 avril 2016.
  157. Ugo Moret, « "Nuit Debout" : l’imperméabilité médiatique de l’événement-média », L'Observatoire des médias,‎ (lire en ligne).
  158. « Frédéric Lordon à la bourse du Travail : "Nuit Debout : L'Étape d'Après" »
  159. « Vallaud-Belkacem : "Nuit debout doit s’interroger sur sa suite" » Le Parisien, 17 avril 2016.
  160. Violaine Morin « L’insaisissable Frédéric Lordon, maître à penser de la Nuit debout », Le Monde, 21 avril 2016.
  161. "Nuit debout": les têtes d'un mouvement sans chef
  162. Violaine Morin, « Nuit debout à Paris : « On continuera jusqu’à aboutir à quelque chose de concret » », sur Le Monde.fr, (ISSN 1950-6244, consulté le 6 avril 2016).
  163. Hugo Domenach, Michel Pigenet, « Nuit debout, les enfants des sans-culottes », Le Point,‎ (lire en ligne).
  164. a, b, c et d « Nuit debout trouve son assise », sur liberation.fr, (consulté le 7 avril 2016)
  165. a, b, c, d, e et f Luc Peillon, Emmanuèle Peyret, Virginie Ballet, Amandine Cailhol, « Ce que retient la nuit », Libération,‎ (lire en ligne).
  166. a et b Wiki NuitDebout.
  167. a et b Florian Reynaud, « Nuit Debout ne sait pas sur quel pied communiquer », Le Monde,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne).
  168. « Sur Periscope, le succès de la « Nuit debout » », sur lefigaro.fr, (consulté le 5 avril 2016)
  169. a et b « Nuit Debout, infrastructure d'un mouvement social hautement numérisé », sur Mais où va le Web, (consulté le 29 mai 2016)
  170. « Compte rendu de l’assemblée générale de la Nuit debout 1er avril 2016 », lire en ligne.
  171. « Compte rendu de l’assemblée générale de la Nuit debout 2 avril 2016 », lire en ligne.
  172. a et b « Quand la « Nuit debout » se transforme en nuit des barricades à Paris », sur lesinrocks.com, (consulté le 6 avril 2016)
  173. « Compte rendu de l’assemblée générale de la Nuit debout 5 avril 2016 #36 mars », lire en ligne.
  174. « Compte rendu de l’assemblée générale de la Nuit debout 6 avril 2016 #37 mars », lire en ligne.
  175. « Compte rendu de l’assemblée générale de la Nuit debout 15 avril 2016 #46 mars », lire en ligne.
  176. Commission écologie/climat de Nuit debout, « Le manifeste écologique de Nuit debout », Reporterre,‎ (lire en ligne).
  177. Claire Richard, « BiblioDebout : ce qu’on apprend en tenant une bibliothèque éphémère », sur rue89.nouvelobs.com, (consulté le 2 septembre 2016)
  178. a, b et c « Nuit Debout : « On passera au mois d’avril quand on l’aura décidé! » », sur lesinrocks.com, (consulté le 6 avril 2016)
  179. Voir sur ricochet.media.
  180. « Redonnez-nous notre boise ! », sur mediapart.fr, (consulté le 9 juin 2016)
  181. a et b « Nuit debout crée la «Commune Saint-Nicaise» à Rouen », sur mediapart.fr, (consulté le 9 juin 2016)
  182. « Lois injustes, insoumission et lutte des classes : les slogans de la « Nuit Debout » », sur lefigaro.fr, (consulté le 6 avril 2016)
  183. «Nuit debout», mode d'emploi, sur liberation.fr,
  184. a, b et c « Nuit Debout : « Le mouvement est en voie d’extension » », sur nouvelobs.com, (consulté le 4 avril 2016)
  185. a et b « Le mouvement « Nuit Debout » va organiser un rassemblement à Metz », sur loractu.fr, (consulté le 6 avril 2016)
  186. Camille Bordenet, « A la Nuit debout, les réunions non mixtes des féministes font débat », Le Monde,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne).
  187. Clémentine Spiler, « Nuit debout : quelle place pour les féministes dans le mouvement ? », Les Inrocks,‎ (lire en ligne).
  188. Anna Villechenon, « Nuit debout : la grève générale en débat », Le Monde,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne).
  189. a, b, c, d et e Violaine Morin, « Nuit debout : après l’affaire Finkielkraut, le casse-tête des opinions divergentes », Le Monde,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne).
  190. « Nuit Debout Paris reçoit les Zadistes de notre Dame des Landes ce lundi », sur toulouse7.com, (consulté le 11 avril 2016)
  191. a et b « Nuit debout : voici comment tout a commencé », sur reporterre.net, (consulté le 11 avril 2016)
  192. « De la zad de NDDL à la place de la République », sur zad.nadir.org, (consulté le 15 avril 2016)
  193. « Nuit debout à Dijon : les militants des Lentillères sont très investis », sur francebleu.fr, (consulté le 11 avril 2016)
  194. La Nuit debout se mobilise pour une famille roumaine
  195. « Montpellier : les « Nuit Debout » ce matin à Las Rébes », sur infos-h24.fr, (consulté le 11 avril 2016)
  196. a et b « Les Veilleurs s'invitent à Nuit debout, et ils ne sont pas les bienvenus », sur tempsreel.nouvelobs.com, (consulté le 7 juin 2016)
  197. « NuitDebout : Indignados à la française ou Veilleurs de gauche ? », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  198. « Axel Rokvam », sur YouTube, .
  199. « Axel Rokvam : "Les Veilleurs et Nuit Debout ont une intuition commune !" », sur DailyMotion, .
  200. « NuitDebout - uMap », sur framacarte.org (consulté le 14 avril 2016)
  201. AFP, « Loi travail : « Nuit Debout » partout en France après des manifestations émaillées de violences », La Libre Belgique,‎ (lire en ligne).
  202. Nicolas Rinaldi, « On a passé la #NuitDebout avec les indignés de la République », sur Marianne, (consulté le 10 juillet 2016)
  203. « Nuit Debout Lyon », le bilan d'une semaine d'occupation -, sur Rue89Lyon, (consulté le 10 juillet 2016)
  204. http://www.lci.fr/societe/que-reste-il-de-nuit-debout-un-an-apres-les-gens-ont-commence-a-relever-la-tete-2030822.html
  205. a et b « NuitDebout: Où rester éveillé dans le Grand Est », sur 20minutes.fr, (consulté le 6 avril 2016)
  206. « Nuit debout : 300 citoyens rassemblés mardi soir à Strasbourg », sur france3-regions.francetvinfo.fr, (consulté le 6 avril 2016)
  207. Retour sur la première Nuit debout à Metz : les citoyens prennent la parole (photos + vidéo)
  208. Nuit Debout prend quartier à Châlons
  209. « Première Nuit debout à Troyes vendredi », sur L'Est-Éclair.fr, (consulté le 14 avril 2016)
  210. Nuit debout s’installe à Guebwiller
  211. VOSGES : EPINAL PASSE SA PREMIÈRE NUIT DEBOUT
  212. VOSGES : « NUIT DEBOUT » SOUS LA PLUIE À PLOMBIÈRES-LES-BAINS
  213. «Nuit debout» à Chaumont : une première mais pas une dernière
  214. Saint-Avold : première Nuit debout
  215. LA « NUIT DEBOUT » S’INSTALLE À VERDUN
  216. http://www.lequotidien.lu/grande-region/une-nuit-debout-ce-samedi-a-audun-le-tiche/
  217. #NuitDebout: Mobilisation ce mardi à Pau et samedi à Bordeaux
  218. « LE MOUVEMENT NUIT DEBOUT S’ÉVEILLE AUSSI À ANGOULÊME », sur charentelibre.fr, (consulté le 10 avril 2016)
  219. Deux-Sèvres - Niort - Politique : Une centaine de citoyens dans la première Nuit Debout
  220. Nuit Debout s’éveille à Bordeaux
  221. a et b Les « nuits debout » s'organisent à Limoges et Tulle
  222. Les Poitevins de « Nuit Debout »
  223. a, b et c Nuit debout : trois rassemblements samedi en Charente-Maritime
  224. Bergerac : la première Nuit Debout réunit plus de 70 personnes
  225. Une Nuit debout à Périgueux aussi
  226. a et b Le mouvement Nuit debout gagne le Lot-et-Garonne
  227. Le mouvement Nuit debout s'invite au Pays basque le 15 avril
  228. Une opération « Nuit debout » dans les Landes
  229. Dordogne : une Nuit debout à la campagne
  230. Sarlat : la première Nuit debout ce vendredi soir
  231. Le mouvement "Nuit debout" débarque en Creuse
  232. Nuit Debout : une cinquantaine de personnes pour la première
  233. Les manifestants de Nuit Debout s'invitent au supermarché à Tulle
  234. « Nuit Debout », quand la contestation fait nuit blanche, sur lyoncapitale.fr, (consulté le 8 avril 2016)
  235. « A Lyon, une Nuit debout est improvisée sous un pont », sur mediapart.fr (consulté le 6 avril 2016)
  236. Roanne : Première « Nuit Debout » contre la loi Travail
  237. AGORA - La première « Nuit Debout » à Saint-Étienne
  238. 150 personnes ont participé aux premières « Nuit Debout » sur la pelouse du Pâquier
  239. Clermont-Ferrand : une première Nuit Debout dans la bonne humeur
  240. Une première « Nuit Debout » samedi soir à Grenoble
  241. http://www.ensembleici.fr/agenda.nyons.nuit-debout-le-9-avril-a-nyons.9568.1441110751.html
  242. Le mouvement « Nuit debout » a gagné Valence
  243. Nuit debout : une cinquantaine de personnes réunies au Puy-en-Velay
  244. Nuit Debout arrive à Chambéry
  245. Une première Nuit Debout à Vichy
  246. Première Nuit debout aurillacoise
  247. Nuitdebout Montbrison
  248. LA CÔTE-SAINT-ANDRÉ - Première "Nuit debout" sous la Halle
  249. HAUTE-LOIRE - Nuit debout : un autre rassemblement prévu dimanche
  250. Nuit Debout à Montélimar le 22 avril
  251. Une première Nuit Debout à Bourgoin-Jallieu, en Isère
  252. Villes/Annemasse - Nuit Debout
  253. http://www.lamontagne.fr/economie/actualites/social/2016/04/21/une-nuit-debout-se-prepare-sur-les-reseaux-sociaux_11880189.html
  254. « Nuit debout » s'étend à la Bourgogne
  255. Nuit Debout… aussi à Chalon sur Saône ?
  256. « Contre la loi Travail : péage gratuit, Nuit Debout et manifestation prévus à Besançon », sur macommune.info, (consulté le 6 avril 2016)
  257. Une « Nuit Debout » à Dijon samedi ?
  258. Nuit Debout arrive à Nevers !
  259. LONS-LE-SAUNIER : Nuit debout s’implante dans le Jura
  260. La première Nuit debout a rassemblé une quarantaine de citoyens
  261. Nuit Debout Montbéliard : acte 1
  262. MÂCON : Nuit debout débarque dans la ville préfecture
  263. Nuit debout à Sens : dimanche 24 avril à Sens à partir de 15h
  264. Nuit Debout à Tonnerre
  265. « Rennes. Retour sur les événements de jeudi en centre-ville », (consulté le 8 avril 2016)
  266. « À Rennes aussi, la Nuit debout s’installe et veut « durer » », sur reporterre.net, (consulté le 6 avril 2016)
  267. a et b « Nuits debout : le mouvement s'installe à Nantes et à Rennes », (consulté le 6 avril 2016)
  268. a, b et c #NuitDebout: Le rassemblement aura lieu sur l'esplanade de Gaulle
  269. Nuit Debout. Le mouvement se propage à Saint-Aubin-du-Cormier
  270. Saint-Brieuc. Nuit debout : ils se rassemblent pour refaire le monde
  271. Morlaix. Soixante participants à la première Nuit debout VIDEO
  272. QUESTEMBERT - Nuit debout. Une trentaine de participants hier soir
  273. Nuit debout : première rencontre à Châteaulin
  274. Une première « Nuit debout » samedi place Saint-Corentin
  275. Saint-Malo. Première Nuit debout installée intra-muros
  276. Vannes. La première Nuit debout s'installe sur le port
  277. Lannion : Une première nuit debout
  278. Concarneau. Cent personnes pour la première Nuit debout
  279. Carhaix. Une vingtaine de personnes pour la première Nuit Debout
  280. http://www.ouest-france.fr/bretagne/guingamp-22200/une-nuit-debout-lancee-guingamp-4235717
  281. Un timide premier rassemblement « Nuit Debout » à Orléans lundi soir
  282. « Le mouvement « Nuit Debout » arrive en région Centre-Val de Loire », sur francetvinfo.fr, (consulté le 6 avril 2016)
  283. Un rassemblement Nuit Debout ce samedi à 18 heures
  284. Châteauroux rejoint le mouvement Nuit debout
  285. Nuit Debout à Chinon : « le début d'un mouvement »
  286. Le mouvement Nuit debout gagne le département
  287. La première Nuit Debout a commencé à Montargis
  288. Nuit debout arrive à Loches
  289. « Première "Nuit Debout" corse : une faible mobilisation à Bastia », sur France 3,
  290. Loi Travail : les manifestants de l'opération « Nuit debout » évacués de la place de la République.
  291. Mouvement Nuit debout : un rassemblement à Fontainebleau
  292. #BanlieuesDebout. Première Nuit Debout à Saint-Ouen (93), dans un grand enthousiasme
  293. a et b Nuit debout à Ivry-sur-Seine et Créteil
  294. Noisy-Champs : galop d’essai timide pour la première Nuit debout
  295. NUIT DEBOUT. Hollande vient à Saint-Denis, Saint-Denis répond Résistance !
  296. Villejuif fait aussi sa Nuit debout devant la médiathèque
  297. Première Nuit Debout au Blanc-Mesnil, premier succès, rendez vous vendredi 22 avril pour la deuxième NUIT DEBOUT!
  298. Une première « Nuit Debout » à Cergy
  299. La « Nuit Debout » débarque en Essonne
  300. a et b Le Val-de-Marne passe aussi ses Nuits debout
  301. Nuit debout arrive à Mantes-la-Jolie
  302. La Nuit Debout arrive à Aubervilliers
  303. Nuit Debout gagne Saint-Quentin-en-Yvelines
  304. Bagneux fait sa Nuit Debout
  305. Après Evry, Nuit debout fait ses premiers pas à la campagne à Pussay
  306. Nuit debout à Malakoff
  307. Le mouvement Nuit Debout débarque à Melun
  308. Première Nuit debout à Clamart
  309. Nuit Debout tous les mardis et jeudis à 18 h place Aristide Briand, à Sète
  310. « Toulouse: Le mouvement #NuitDebout s'étend au Capitole ce mardi soir », sur 20minutes.fr, (consulté le 6 avril 2016)
  311. a et b Toulouse, Montpellier, Nîmes, Alès... : une Nuit debout pour un nouveau monde
  312. « Lozère: Florac en position debout », sur midilibre.fr, (consulté le 9 avril 2016)
  313. http://reporterre.net/Les-dormeurs-de-la-place-de-la-Republique-rangent-tout-avant-une-nouvelle-Nuit
  314. AG et Nuit Debout
  315. Nîmes : le mouvement Nuit debout a débuté au square Antonin
  316. Le mouvement « Nuit debout » arrive à Perpignan ce samedi 9 avril
  317. Villefranche-de-Rouergue - Nuit debout : succès pour une première
  318. a et b « De Rennes à Marseille, Nuit Debout prend racine », sur reporterre.net, (consulté le 12 avril 2016)
  319. Foix : Du monde pour la première Nuit debout
  320. Lodève : Nuit debout s’est installé sur la place de la République
  321. a et b Le mouvement Nuit Debout gagne le Lot
  322. Cazères, 4877 habitants, s'y met aussi… - Loi Travail
  323. Une Nuit Debout, ce soir à Millau
  324. Première Nuit Debout demain à Tarbes
  325. Mobilisation contre la loi El Khomri : première Nuit debout samedi 16 avril à Albi
  326. À Castans, la première Nuit Debout de l'Aude
  327. La "Nuit Debout" débarque à Narbonne
  328. Une première Nuit Debout biterroise
  329. Mirepoix : Une première Nuit debout dans la commune
  330. Saint-Gaudens : Première «Nuit Debout» sur la place Jean Jaurès
  331. 200 personnes pour la première Nuit Debout. Loi Travail - Hier soir à Auch
  332. Le mouvement Nuit Debout s'installe en Lozère
  333. http://exergue.over-blog.com/2016/04/nuit-debout-carcassonne-22-avril.html
  334. Nuit debout au village ? Bien sûr ! On phosphore à Aumessas, dans le Gard
  335. Première «Nuit Debout», place Nationale
  336. Nuit Debout débarque en ville
  337. http://www.ladepeche.fr/article/2016/06/07/2360351-une-premiere-nuit-debout-qui-en-appelle-d-autres.html
  338. Calais : le rassemblement citoyen « Nuit debout » s’invite ce mardi soir place d’Armes
  339. Le mouvement Nuit debout essaime jusqu’à Beauvais
  340. À Béthune, le mouvement Nuit Debout se niche au pied du beffroi
  341. La Nuit Debout arrive à Boulogne-sur-Mer
  342. Nuit Debout à Hénin-Beaumont devient une Nuit trempée…
  343. Maubeuge: le collectif citoyen passe sa première Nuit debout, vendredi
  344. Anonymement, une Nuit Debout à Valenciennes, samedi, s'organise sur les réseaux sociaux
  345. Nuit debout essaime aussi à Saint-Omer
  346. ABBEVILLE Première Nuit debout, ce mercredi
  347. Une Nuit debout à Laon le 22 avril
  348. La Nuit debout, symbole d’une génération désabusée, arrive à Berck
  349. Montreuillois : lycéens et syndicalistes à nouveau dans la rue aujourd’hui, une Nuit Debout ce soir
  350. Une première Nuit Debout à Arras à l’occasion du Salon du 1er mai ?
  351. « Loi travail. Une « Nuit Debout » se prépare à Alençon », sur tendanceouest.com, (consulté le 6 avril 2016)
  352. « Au Havre, ils lancent un mouvement « Nuit Debout » », sur paris-normandie.fr, (consulté le 6 avril 2016)
  353. a, b et c « Une nouvelle « Nuit debout » organisée à Rouen », sur http://france3-regions.francetvinfo.fr/, (consulté le 10 avril 2016)
  354. Saint-Lô : un premier effet « Nuit debout » avec une quarantaine de personnes
  355. À Lisieux, une quarantaine de personnes pour une première Nuit Debout
  356. « Loi travail : retour sur les débordements de ce jeudi à Nantes », sur http://france3-regions.francetvinfo.fr, (consulté le 8 avril 2016)
  357. « 300 personnes à la première Nuit debout à Nantes », sur ouest-france.fr, (consulté le 6 avril 2016)
  358. Le mouvement Nuit debout prend de l’ampleur au Mans
  359. Une studieuse première Nuit Debout angevine
  360. Laval : Une trentaine de personnes à la Nuit Debout
  361. La Roche-sur-Yon : Un appel à rester debout place Napoléon
  362. Nuit debout aux Sables d'Olonne et à Nantes
  363. « Flash infos du 11 au 18 avril 2016 », sur infolibertaire.fr, (consulté le 15 avril 2016)
  364. « Une Nuit Debout s'organise à Saint-Nazaire », sur ouest-france.fr, (consulté le 12 avril 2016)
  365. La première Nuit debout ne sera pas la dernière
  366. « Nuit debout » : 120 personnes réunies à Châteaubriant
  367. Cholet Nuit debout s'invite place Travot
  368. Ancenis lance sa première Nuit Debout, ce mercredi 4 mai
  369. http://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/saint-gilles-croix-de-vie-85800/le-mouvement-nuit-debout-cest-aussi-saint-gilles-croix-de-vie-4235794
  370. « NUIT DEBOUT À MARSEILLE », sur millebabords.org, (consulté le 6 avril 2016)
  371. Gap - Nuit debout : plus d'une centaine de personnes réunies hier soir
  372. Près de 400 personnes pour une première « Nuit debout » à Nice
  373. Mathilde Frénois, « A Nice, le succès d'une « Nuit debout » qui étonne même ses organisateurs », Libération,‎ (lire en ligne).
  374. Une première "Nuit Debout" s'est tenue à Manosque
  375. Première « Nuit debout » vendredi soir à Toulon
  376. Istres : 70 personnes réunies pour une « Nuit debout »
  377. Après Nice, le mouvement « Nuit debout » arrive à Grasse
  378. Nuit debout à Martigues
  379. Sisteron : une première "Nuit debout" avec l’Agora Sisteronaise
  380. Le mouvement #NuitDebout mobilise peu Outre-mer
  381. Nuit Debout à La Réunion : des débuts timides
  382. a et b Des « Nuits debout » organisées à La Réunion
  383. La Libre Belgique : articles en ligne.
  384. La Nuit debout essaime à Bruxelles
  385. Belga, « Une seconde Nuit debout ce jeudi soir au mont des Arts à Bruxelles », RTBF Info,‎ (lire en ligne)
  386. « Nuit Debout »: le mouvement est lancé à Liège
  387. [après-bruxelles-namur-lance-sa-nuit-debout-570d43be35708ea2d479ec6b Après Bruxelles, Namur lance sa -Nuit debout-]
  388. Charleroi: une « Nuit Debout » pour débattre de l'avenir de notre société
  389. [1]
  390. La Grand-Place de Mons a vécu sa première«Nuit Debout» (vidéo)
  391. Une première « Nuit debout » sur la Grand-Place de Tournai
  392. Une première "Nuit debout" organisée sur la Grand-Place de Louvain-la-Neuve
  393. (nl) Het vuur van Nuit Debout waait over naar België
  394. (nl) Zo heeft Gent haar eerste 'Nuit Debout' beleefd: "Onze samenleving is haar samen verloren"
  395. « Nuit debout tisse sa toile sur le web » (consulté le 7 avril 2016)
  396. (de) « Aufrecht durch den Regen » (consulté le 8 juin 2016)
  397. (de) Leipziger „Nuit Debout“-Gruppe lädt am 17. April zur ersten Kundgebung an die Sachsenbrücke ein
  398. (de) Französische Protestbewegung „Nuit Debout“ kommt nach Leipzig
  399. a et b (es) « La Nuit debout se expande a Europa », sur publico.es, (consulté le 9 avril 2016)
  400. (nl) Eerste bijeenkomst DONDERDAG 14 april om 20 uur op de Dam in Amsterdam
  401. (nl) Fotoreportage Maarten Reinboud “Nuit Debout Amsterdam” - See more at: http://www.krapuul.nl/overig/actie-overig/2572840/fotoreportage-maarten-reinboud-nuit-debout-amsterdam/#sthash.0OpUcC73.dpuf
  402. Une "Nuit Debout" à Luxembourg-ville
  403. « Première manifestation du mouvement «Nuit Debout» à Montréal » (consulté le 22 avril 2016)
  404. « RD Congo : une première « Nuit debout de Kinshasa » écourtée », sur jeuneafrique.com, (consulté le 17 juin 2016)
  405. « Nuit Debout passe à l’international », sur reporterre.net, (consulté le 16 mai 2016)
  406. a, b et c « Dimanche, c'est Global Debout, à Paris, en France et dans le monde », sur liberation.fr, (consulté le 16 mai 2016)
  407. a, b et c « VIDEOS. Après Paris, Madrid et Berlin : Nuit debout fait des émules en Europe », sur francetvinfo.fr, (consulté le 16 mai 2016)
  408. « Nuit debout joue l’international », sur liberation.fr, (consulté le 16 mai 2016)
  409. a, b, c, d, e et f « Faible mobilisation en Europe pour Global debout », sur france24.com, (consulté le 16 mai 2016)
  410. (es) « Madrid y Barcelona celebran el quinto aniversario del 15M, con el "todo sigue igual" como principal crítica », sur publico.es, (consulté le 16 mai 2016)
  411. « Nuit debout s’installe sur la plaine de Plainpalais », sur Tribune de Genève (consulté le 8 juin 2016)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]