Nuestra Señora de Loreto

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Nuestra Señora de Loreto
Ruinas Loreto Capilla de la Virgen 02.jpg
Géographie
Pays
Province
Département
Municipalité
Candelaria (en)
Établissement humain
Partie de
Missions jésuites des Guaranis (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Superficie
0,75 km2Voir et modifier les données sur Wikidata
Coordonnées
Fonctionnement
Statut
Statut patrimonial
Partie d'un site du patrimoine mondial (d) (depuis ), monument historique national (d) (depuis le )Voir et modifier les données sur Wikidata
Histoire
Origine du nom
Our Lady of Loreto (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Nuestra Señora de Loreto (en français : Notre-Dame de Lorette) est une ancienne réduction jésuite fondée en 1633, à la suite du déplacement des missions jésuites du Paraguay vers le sud du Paraná. Ses ruines se trouvent en Argentine, dans la commune actuelle de Loreto, département de Candelaria, province de Misiones[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Les réductions jésuites de la Guayrá (Loreto I )[modifier | modifier le code]

L’emplacement initial de Nuestra Señora de Loreto se trouvait à l’extrême nord de l’État brésilien actuel de Paraná, dans une zone qui constituait aux XVIIe et XVIIIe siècles la région jésuite hispanique de La Guayrá. Les jésuites fondent à partir de 1554 plus d’une dizaine de réductions dans cette région appelée Guayrá par les Indiens et La Pineria par les Espagnols (en raison de la présence abondante du pin du Paraná dans la région). Ces territoires étaient alors espagnols et correspondent aujourd’hui à l’état brésilien de Paraná.

La réduction Nuestra Señora de Loreto (Notre-Dame de Lorette) était la capitale des Missions jésuites du Guayrá. Celui qui introduisit la musique dans les réductions, Jean Vaisseau - décédé en 1623 - y est enterré.

1632-1817 : Nuestra Señora de Loreto (Loreto II)[modifier | modifier le code]

En 1631, la plupart des réductions jésuites du Guayrá sont assiégées et détruites par les bandeirantes portugais, sauf San Ignacio et Nuestra Senora de Loreto, qui se replient néanmoins vers l’ouest. Nuestra Señora de Loreto (Loreto II) est fondée à cette époque au bord du rio Paraná. En 1767, la Compagnie de Jésus est expulsée des territoires portugais: les jésuites quittent les missions l’année suivante.

La réduction de Nuestra Señora de Loreto disparaît en 1817.

Site archéologique[modifier | modifier le code]

En 1984, l’UNESCO classe Nuestra Señora de Loreto au patrimoine mondial, avec les autres missions jésuites de la province de Misiones : Santa Ana, de Santa Maria la Mayor et de San Ignacio Mini[1].

Références[modifier | modifier le code]