Nudge (livre)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Nudge.

Nudge - La méthode douce pour inspirer la bonne décision (en anglais, Nudge: Improving Decisions about Health, Wealth, and Happiness) est un livre écrit par Richard Thaler, économiste à l'université de Chicago, et par Cass R. Sunstein, professeur à l'université de droit de Harvard. L'ouvrage se fonde sur des recherches en psychologie et en économie comportementale pour défendre l'idée d'un paternalisme libéral ou libertarien (libertarian paternalism (en)) et des techniques actives dans le domaine de ce que les auteurs appellent l'« architecture du choix »[1],[2],[3],[4].

Terminologie[modifier | modifier le code]

Thaler et Sunstein ont choisi le terme de « paternalisme libéral » pour caractériser leur théorie. « Nudge » est un terme anglais qui signifie « coup de pouce ». Il s'agit de pousser doucement dans la bonne direction[5]. Ils définissent cette théorie comme

« une version relativement modérée, souple et non envahissante de paternalisme, qui n’interdit rien et ne restreint les options de personne. Une approche philosophique de la gouvernance, publique ou privée, qui vise à aider les hommes à prendre des décisions qui améliorent leur vie sans attenter à la liberté des autres. »

C'est une voie intermédiaire cherchant à orienter les individus vers leur bien en termes d'écologie, de santé et d’éducation, tout en essayant de limiter les contraintes et les interdictions gouvernementales auxquelles les nudges viennent se substituer.

Origines[modifier | modifier le code]

Une des principales justifications de l'appui de Thaler et Sunstein pour le paternalisme libertarien dans le nudge est tirée d'expériences sur la nature humaine et la psychologie. Ce livre est une critique du concept de l'homo economicus, espèce imaginée par les économistes, constituée d'êtres imaginaires qui pensent et choisissent toujours de façon optimale[6].

Ils citent un ensemble d'exemples de recherches qui mettent en évidence de nombreuses limites à la rationalité supposée de certains jugements et décisions que nous faisons[7]. Ils déclarent que, contrairement aux homo economicus, les homo sapiens font des erreurs prévisibles car ils utilisent des heuristiques et parce qu'ils sont influencés par le contexte social.

Réception critique[modifier | modifier le code]

Le livre a reçu des critiques largement positives. Le Guardian le décrit comme « jamais intimidant, toujours amusant et instructif : c'est une farce économique truffée de leçons pertinentes[8]. »

Il a été nommé parmi les meilleurs livres de 2008 par le journal The Economist[9].

Édition française[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]