Nuage moléculaire 1 du Taureau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Nuage moléculaire 1 du Taureau
Image illustrative de l’article Nuage moléculaire 1 du Taureau
Partie du nuage moléculaire Taurus 1.
Données d’observation
(Époque J2000.0[1])
Constellation Taureau
Ascension droite (α) 04h 41m 0s[1]
Déclinaison (δ) 25° 52′ 0″ [1]

Localisation dans la constellation : Taureau

(Voir situation dans la constellation : Taureau)
Taurus IAU.svg
Astrométrie
Caractéristiques physiques
Découverte
Désignation(s) HCL 2, Heiles's cloud 2, TMC-1, Taurus Molecular Cloud 1[1]
Liste des objets célestes

Le nuage moléculaire 1 du Taureau[2] (TMC-1 pour l'anglais Taurus Molecular Cloud 1) est un nuage moléculaire situé à environ 140 pc (∼457 a.l.) de la Terre dans la constellation du Taureau. Il serait ainsi la région de formation d'étoiles d'importance la plus proche du Système solaire[3].

Avec le nuage moléculaire 2 du Taureau ou le nuage de Kutner (TMC-2), il est un des nuages individuels du complexe Taureau-Cocher, une formation en groupes d'étoiles [4].

Le nuage contient plusieurs molécules complexes telles des cyanopolyynes HCnN où n=3, 5, 7 et 9[5].

Le nuage moléculaire 1 du Taureau se compose des sous-groupes suivants :

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Taurus Molecular Cloud 1 » (voir la liste des auteurs).
  1. a b c et d (en) Nuage moléculaire 1 du Taureau sur la base de données Simbad du Centre de données astronomiques de Strasbourg.
  2. Excitation collisionnelle du formaldéhyde interstellaire : Théorie et Observations, thèse de doctorat de Nicolas Troscompt, Université Joseph-Fourier - Grenoble 1, 2010. Consulté le 10 novembre 2014 sur l'archive ouverte HAL.
  3. (en) M. Guedel et al., « The XMM-Newton Extended Survey of the Taurus Molecular Cloud (XEST) », EDP, Astronomy and Astrophysics,‎ (lire en ligne, consulté le )
  4. (en) « Taurus-Auriga Complex », sur Astrophysics
  5. (en) A. Freeman et T. J. Millar, « Formation of complex molecules in TMC-1 » [« Formation de molécules complexes dans TMC-1 »], Nature, vol. 301,‎ , p. 402-404 (DOI 10.1038/301402a0)
  6. (en) TMC 1A sur la base de données Simbad du Centre de données astronomiques de Strasbourg.
  7. « La formation des planètes commencerait avant la naissance des étoiles », sur Archipel des Sciences,
  8. (en) TMC 1B sur la base de données Simbad du Centre de données astronomiques de Strasbourg.
  9. (en) TMC 1C sur la base de données Simbad du Centre de données astronomiques de Strasbourg.
  10. (en) TMC 1D sur la base de données Simbad du Centre de données astronomiques de Strasbourg.
  11. (en) TMC 1E sur la base de données Simbad du Centre de données astronomiques de Strasbourg.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :