Noyal-Pontivy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Noyal-pontivy)

Noyal-Pontivy
Noyal-Pontivy
La mairie, ancienne maison-forte.
Blason de Noyal-Pontivy
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Morbihan
Arrondissement Pontivy
Intercommunalité Pontivy Communauté
Maire
Mandat
Lionel Ropert
2020-2026
Code postal 56920
Code commune 56151
Démographie
Gentilé Noyalais, Noyalaise
Population
municipale
3 596 hab. (2020 en diminution de 2,31 % par rapport à 2014)
Densité 67 hab./km2
Population
agglomération
42 209 hab.
Géographie
Coordonnées 48° 04′ 03″ nord, 2° 52′ 51″ ouest
Altitude 120 m
Min. 54 m
Max. 162 m
Superficie 53,45 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine Noyal-Pontivy
(ville isolée)
Aire d'attraction Pontivy
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Pontivy
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Noyal-Pontivy
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Noyal-Pontivy
Géolocalisation sur la carte : Morbihan
Voir sur la carte topographique du Morbihan
City locator 14.svg
Noyal-Pontivy
Géolocalisation sur la carte : Bretagne
Voir sur la carte administrative de Bretagne
City locator 14.svg
Noyal-Pontivy
Liens
Site web Site officiel de la commune de Noyal-Pontivy

Noyal-Pontivy [nwajal pɔ̃tivi] est une commune française, située dans le département du Morbihan en région Bretagne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte de Noyal-Pontivy et des communes avoisinantes.

Relief et hydrographie[modifier | modifier le code]

Limitrophe à l'ouest de Pontivy, la commune de Noyal-Pontivy a une altitude maximale de 162 mètres dans l'angle nord-est de son finage, à la limite avec la commune de Gueltas (un parc de 6 éoliennes a été installé en 2005 dans cette zone, au lieu-dit "Les Prés de Kerlaizan", dont 4 sont sur le territoire de Noyal-Pontivy, les deux autres sur celle de Gueltas (elles produisent en moyenne 9 MW d'électricité chaque année) ; deux éoliennes supplémentaires sont projetées[1]). Les altitudes vont décroissant vers le sud-ouest, la plus basse (55 mètres) se trouvant dans la vallée du Ruisseau de Saint-Niel à l'endroit où ce cours d'eau quitte le territoire communal, à l'ouest du hameau de Kerihoué Moten. Le bourg, en position assez centrale au sein de son finage, est vers 130 mètres d'altitude. Les pentes sont modérées, la commune étant plutôt plane, ce qui a facilité l'implantation d'quipements comme l'aérodrome de Pontivy et l'hippodrome.

Le réseau hydrographique est constitué d'affluents et sous-affluents de rive gauche du Blavet, ce fleuve côtier ne coulant pas dans la commune, mais n'étant pas éloigné de sa limite ouest. D'amont vers l'aval ces rivières sont, pour les principales d'entre elles, le Douric, qui forme pour partie la limite de l'extême nord de la commune, même si celle-ci ne coïncide que par endroits avec son cours, le territoire communal débordant même quelque peu sur sa rive droite au niveau des étangs du Roz (lesquels sont en bonne partie dans la commune voisine de Neuillac) et aussi à proimité de l'écluse de La Haye ; le Douric conflue avec le Blavet dans la ville de Pontivy. Le Ruisseau du Resto traverse la partie nord de la commune, passant notamment juste au nord de la chapelle de Sainte-Noyale, avant d'alimenter, ainsi que son affluent, le Ruisseau de Cran, l'étang du Valvert ; à sa sortie ce cet étang, il devient le Ruisseau de Saint-Niel et forme alors la limite communale avec Pontivy, presque jusqu'à sa confluence avec son propre affllent le Ruisseau de Quénet, lequel a sa source près du hameau du Net, traverse la partie sud du finage communal avant d'en former sur une petite partie de son cours la limite avec Saint-Thuriau. Le Ruisseau de Belle Chère forme un instant dans sa partie amont la limite acommunale avec Gueltas, avant de traverser la partie orientale du finage de Noyal-Pontivy, de former à un moment la limite communale avec Kerfourn (par exemple au niveau du moulin de Belle Chère), puis traverse la partie sud-est de la commune, recevant l'apport de ses propres affluents (le Ruisseau du Guern et le Ruisseau de Mengouet notamment), puis, counat vers le sud, de former à nouveau la limite communale, cette fois-ci avec Naizin, au niveau de l'extrême sud de Noyal-Pontivy ; ce Ruisseau de Belle-Chère est un affluent de l'Ével, avec lequel il conflue beaucoup plus au sud, et donc un sous-affluent du Blavet.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique franc », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[2]. En 2020, la commune ressort du type « climat océanique » dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Ce type de climat se traduit par des températures douces et une pluviométrie relativement abondante (en liaison avec les perturbations venant de l'Atlantique), répartie tout au long de l'année avec un léger maximum d'octobre à février[3].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent à la normale 1971-2000[Note 1]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[2]

  • Moyenne annuelle de température : 11,1 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 1,2 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 1,9 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 2] : 12,1 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 3] : 916 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 14,1 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 6,7 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[6] complétée par des études régionales[7] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Pontivy », sur la commune de Pontivy, mise en service en 1968[8] et qui se trouve à 7 km à vol d'oiseau[9],[Note 4], où la température moyenne annuelle est de 11,4 °C et la hauteur de précipitations de 968,4 mm pour la période 1981-2010[10]. Sur la station météorologique historique la plus proche, « Saint-Brieuc », sur la commune de Saint-Brieuc, dans le département des Côtes-d'Armor, mise en service en 1997 et à 50 km[11], la température moyenne annuelle évolue de pour 1981-2010[12] à pour 1991-2020[13].

Transports[modifier | modifier le code]

La RD 768 (ancienne RN 168), axe routier en bonne partie aménagé en voie express, notamment pour son tronçon allant de Pontivy à Loudéac, traverse la partie nord-ouest de la commune, laquelle est desservie principalement par l'échangeur de Saint-Niel, qui via la RD 2, dessert l'agglomération de Noyal-Pontivy, desservie par ailleurs par des axes routiers secondaires.

La Ligne ferroviaire de Saint-Brieuc à Pontivy traverse l'angle nord-ouest du terrtoire communal ; mise en service en 1872 pour le tronçon allant de Loudéac à Pontivy, cette ligne a fermé en 2017 pour le tronçon allant de Loudéac à Saint-Brieuc ; son prolongement sud, la Ligne d'Auray à Pontivy, mise en service en 1864, est fermée au trafic voyageurs depuis 1949, mais quelques trains de marchandises, transportant des céréales, y circulent encore, desservant notamment le Parc d'activités de Pont Saint-Caradec en Saint-Gérand, à la limite de la commune de Noyal-Pontivy. Ces lignes sont à voie unique et écartement normal. Un projet de réhabilitation et de réouverture de cet axe ferroviaire permettant d'aller d'Auray à Saint-Brieuc via Pontivy et Loudéac existe[14].

Le Canal de Nantes à Brest, dont le tracé emprunte un temps le cours du Douric, traverse ou longe selon les endroits la partie nord-ouest du territoire communal ; ce canal est alimenté par une série d'"étangs" (les étangs du Roz) qui sont en fait des bassins aménagés permettant de garder un niveau d'eau stable au moment des éclusages; plusieurs écluses sont situées sur le territoire de la commune[15].

L'aérodrome de Pontivy est situé sur le territoire communal de Noyal-Pontivy.

Paysages et habitat[modifier | modifier le code]

Le paysage agraire traditionnel de Noyal-Pontivy est le bocage avec un habitat dispersé en écarts formés de hameaux (villages) et fermes isolées.

Mais l'essor démographique lié à la proximité de la ville de Pontivy explique une forte périurbanisation autour du bourg (avec des lotissements tout autour du bourg traditionnel), une certaine rurbanisation autour de certains hameaux comme celui du Net ou, à l'ouest de la commune, entre ceux de Kerguimarec et Kerlébaut, ou encore à Rescourio. Une zone industrielle (ZI de Kerguilloten) a été créée au sud-est du bourg ; le parc d'activités de Pont Saint-Caradec est à la limite nord de la commune, mais en Saint-Gérand. La partie orientale de la commune a davantage conservé son caractère rural.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Noyal-Pontivy est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 5],[16],[17],[18]. Elle appartient à l'unité urbaine de Noyal-Pontivy, une unité urbaine monocommunale[19] de 3 639 habitants en 2017, constituant une ville isolée[20],[21].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Pontivy, dont elle est une commune de la couronne[Note 6]. Cette aire, qui regroupe 17 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[22],[23].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Le tableau ci-dessous présente l'occupation des sols de la commune en 2018, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC). Noyal-Pontivy appartient au bassin agricole de Pontivy, parfois surnommé la « Petite Beauce », un territoire s'étendant au nord, à l'est et au sud de cette ville voué à l'agriculture intensive caractérisé par la présence de grandes parcelles de céréales et la rareté des espaces boisés[24].

Occupation des sols en 2018
Type d’occupation Pourcentage Superficie
(en hectares)
Tissu urbain discontinu 4,0 % 213
Zones industrielles ou commerciales et installations publiques 1,2 % 64
Équipements sportifs et de loisirs 0,8 % 41
Terres arables hors périmètres d'irrigation 72,9 % 3894
Prairies et autres surfaces toujours en herbe 2,8 % 147
Systèmes culturaux et parcellaires complexes 17,3 % 925
Surfaces essentiellement agricoles interrompues par des espaces naturels importants 0,3 % 14
Forêts de feuillus 0,7 % 39
Plans d'eau 0,1 % 7
Source : Corine Land Cover[25]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Fontaine de Sainte-Noyale : statue de sainte Noyale tenant dans ses mains sa tête décapitée.

Dès le Ve siècle, il est fait mention de Noala, révélant un peuplement dès le Bas-Empire[26], (Nuial en 1082[27]). Dérive du gaulois Noviios[28] nouveau (devenu nevez (nouveau) en breton contemporain standard et néhué[Quoi ?] en breton morbihannais) et ialon lieu défriché, clairière, village[28],[29],[30]. Noyal-Pontivy pourrait, en son temps, avoir été une ville nouvelle par rapport à un habitat plus ancien situé dans la région, la cité légitimant par la suite son nom par une sainte légendaire, sainte Noyale[31], fille d'un prince de Grande-Bretagne, issue de l'émigration bretonne en Armorique au VIe siècle[32]. Le culte de cette sainte y est resté très vivace jusqu'au début du XXe siècle où « se déroulait une cérémonie issue d'un vieux culte agraire : les vaches de la paroisse étaient amenées au cours d'une procession jusqu'à la fontaine de Sainte-Noyale, à deux kilomètres du bourg actuel »[33].

Noal-Pondi en breton[34].

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire et Antiquité[modifier | modifier le code]

Un menhir en poudingue, de 4 mètres de hauteur, se trouvait sur la route de Pontivy à La Houssaye (un hameau désormais annexé par Pontivy).

122 monnaies romaines à l'effigie d'Auguste, de Tibère, etc.. furent trouvées en 1829 à Signan, un hameau situé sur la rive gauche du Blavet[35].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

La région a été une zone forestière dénommée forêt de Branquily (désormais en Gueltas), dans laquelle saint Gonery vint chercher refuge au VIe siècle (« il édifia les habitants du voisinage, et convertit même par sa patience le seigneur du canton, nommé Alvand »), faisant tampon par la suite entre l'évêché de Vannes et l'évêché de Saint-Brieuc. Selon la légende sainte Noyale y serait aussi venue[36].

Noyal dépendit de la seigneurie des Rohan de 1116 à 1790. L'immense paroisse de Noyal comptait sous l'Ancien Régime quarante-sept seigneuries et vingt-neuf manoirs. En 1265 Saint-Gonnery en fut détachée, puis en 1387 Groshanvec[Note 7] ; néanmoins elle demeura la plus vaste paroisse (puis commune) de Bretagne jusqu'en 1839[36].

En 1233, Geoffroi de Noial vend son manoir, dénommé "La Motte" (donc une ancienne motte féodale), situé dans le bourg, à Geoffroi de Rohan, chanoine de Saint-Brieuc et frère cadet du vicomte Alain VI de Rohan. Ce manoir est resté dans la famille de Rohan jusqu'en 1683.

Le Jean Ier de Rohan fit une fondation au bénéfice des moines de l'abbaye de Bon-Repos, les dotant de dîmes perçues dans les paroisses de Noyal, Moustoir-Remungol et Malguénac, à condition qu'ils créent une école près de la chapelle Sainte-Marguerite (une chapelle disparue depuis) et y assurent l'instruction (ce qui dura jusqu'au , date à laquelle les moines perdirent la perception des dîmes, la chapelle et l'école étant alors abandonnées)[37].

Dès le haut Moyen Âge, Noyal-Pontivy est devenue une foire de première importance et semble avoir joué un rôle notable entre l'Oust et le Blavet[38].

L'ancienne église paroissiale, donc le centre de la paroisse, se trouvait jusqu'au début du XVe siècle sur le site de l'actuelle chapelle de Sainte-Noyale, laquelle fut construite en 1423.

Temps modernes[modifier | modifier le code]

Carte de Cassini de la paroisse de Noyal-Pontivy (partie nord) publiée en 1787.
Carte de Cassini de la paroisse de Noyal-Pontivy (partie sud) publiée en 1787.

Vers 1780, on dénombrait 8 000 communiants dans la paroisse de Noyal-Pontivy, y compris ses trèves de Gueltas, Kerfourn, Saint-Gérand et Saint-Thuriau . Le terroir est fertile en grains, lin et fruits. Il se tient trois foires par an à Noyal-Pontivy, à savoir celles de Noyal, de la Houssaye et de La Brolade. Elles sont très anciennes, d'autant plus considérables qu'elles sont franches et exemptes de droits d'entrée. La plus célèbre est celle de Noyal, qui s'y tient au mois de juillet. On y observait jadis des coutumes singulières. Tout marchand qui aurait osé vendre avant que le receveur de la vicomté de Rohan, ou autre commis du vicomte, eut porté le gant levé pour cette foire, aurait perdu toutes ses marchandises qui étaient confisquées au profit du seigneur. On trouvait à cette foire plus de trois mille chevaux mais on ne pouvait en vendre un seul qu'après le gant levé. Les marchands faisaient ensuite passé en revue, devant le vicomte ou son commis, tous les chevaux à vendre et il en prenait le nombre qu'il voulait au prix fixé par son écuyer ou son maître d'hôtel. Pour le bien général de ceux qui étaient à la foire, le seigneur de Rohan y tenait ses plaids généraux et on y jugeait toutes les causes pendantes dans les cours ou siège du ressort de Pontivy, de Corlay, de Loudéac, de Baud. Toutes ces cérémonies se faisaient au lieu accoutumé, nommé Bellechère[39].

Révolution française[modifier | modifier le code]

Émile Sageret écrit que vers 1798 « depuis Pontivy jusqu'à Locminé, tous les jeunes gens étaient aux chouans, disait-on, sauf à Noyal-Pontivy où les royalistes ne comptaient encore aucune recrue et au Moustoir-Remungol où il n'y en avait que deux »[40].

Olivier Le Fellic, prêtre né le dans le village de Keranduic en Noyal, qui était desservant de la chapellenie de Saint-Yves en Bubry, qui refusa de prêter le serment de fidélité à la Constitution civile du clergé, fut arrêté en décembre 1794, condamné à mort par le tribunal criminel du Morbihan le et guillotiné à Lorient le même jour[41].

XIXe siècle[modifier | modifier le code]

En 1806, lors de la grande enquête linguistique effectué sous le Premier Empire par Charles Coquebert de Montbret, la paroisse de Noyal-Pontivy est placée en Bretagne bretonnante ainsi que ses trêves de Saint-Thuriau et Kerfourn, tandis que ses trêves de Saint-Gérand et Gueltas sont placées en pays gallo.

Jusqu'en 1839, la commune de Noyal-Pontivy était la plus grande de Bretagne. Sa superficie était de 135,47 km2. En 1840, la commune de Noyal-Pontivy est démembrée au profit de ses quatre trèves : Gueltas, Kerfourn, Saint-Gérand et Saint-Thuriau, qui sont érigées en commune. Sa superficie n'est plus que de 53,79 km2 dont 2 132 ha de terres labourables, 1 830 ha de landes, 511 ha de prés et pâturages, 359 ha de vergers et jardins, 63 ha de bois[42].

La congrégation des Filles du Saint-Esprit s'est implantée à Noyal-Pontivy en septembre 1864, pour se consacrer à l'enseignement et au soin des malades. La fermeture est survenue en février 2019[43].

La limite entre les langues bretonne et gallèse (carte de 1886).

La région est traditionnellement à la limite entre les langues française (pays gallo) et bretonne, qui est ainsi décrite en 1886 : Croixanvec est une commune bretonnante et Saint-Gonnery, sauf une petite pointe à l'ouest, est de langue française ; la limte entre les deux langues laisse ensuite en pays français la commune de Gueltas, passe par Kerjean, commune de Noyal-Pontivy, qui parle breton, sauf deux villages à l'est de cette limite. Laissant le bourg de Kerfourn en pays bretonnant, elle passe par Gahvern et Lesoanic, hameaux de cette commune[44].

Lors des élections législatives de 1876 « de nombreux témoins ont déposé qu'à Pluméliau, à Cléguérec, à Moustoir-Ac, à Baud, à Séglien, à Locuon, à Naizin, à Noyal-Pontivy, et dans un grand nombre d'autres communes, les curés et les vicaires se tenaient, le jour du scrutin, à la porte des sections de vote, surveillaient les bulletins, déchiraient ceux de M. Cadoret, forçaient les électeurs à prendre ceux de M. de Mun, et les conduisaient voter »[45].

XXe siècle[modifier | modifier le code]

La Belle Époque[modifier | modifier le code]

L'ossuaire et ses boîtes à crânes[modifier | modifier le code]

L'ossuaire de Noyal-Pontivy avec ses boîtes à crânes parfaitement alignées (carte postale A. Waron)

Au début du XXe siècle on pouvait encore voir un curieux spectacle à Noyal-Pontivy. Les habitants avaient l'habitude d'enfermer dans des petites boîtes en bois en forme de chapelle les chefs de leur défunts parents comme s'il s'agissait de saintes reliques. Les caveaux n'étaient pas assez nombreux à l'époque dans le cimetière et les anciens morts étaient exhumés pour faire de la place aux nouveaux. Les ossements ainsi récupérés étaient ensuite placés dans l'ossuaire et finissaient pour certains dans ces étranges boîtes.

La Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts.

Le monument aux morts de Noyal-Pontivy porte les noms de 120 soldats morts pour la France pendant la Première Guerre mondiale ; parmi eux 7 sont morts en Belgique dont 5 (François Jan, François L'Hospitalié, Jean Le Clainche, Pierre Le Roscouët et Joseph Mahé) dès le dans les combats de Maissin, Rossignol et Arsimont ; 3 (Jean Cobigo en Bulgarie, Louis Dran et Joseph Le Néchet dans l'actuelle Macédoine du Nord) sont morts dans les Balkans, membres de l'Armée d'Orient ; 4 (Jean Garaut, Jean Le Berre, Mériadec Le Dain et Joseph Rello) sont morts en Grèce dans le cadre de l'expédition de Salonique ; Joseph Le Norcy est mort en captivité en Allemagne ainsi que Pierre Le Guerroué (mais ce dernier dans une localité désormais polonaise) ; Joseph Guillermic est mort en mer, mais de maladie sur un navire-hôpital) ; tous les autres sont morts sur le sol français, dont Marc Le Cunff, décoré de la Médaille militaire et de la Croix de guerre et Mathurin Le Gouevec, décoré de la Croix de guerre[46].

L'Entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts, dû au sculpteur Gaston Schweitzer et à l’architecte Demeret, est inauguré en 1923 ; il fut installé à l'emplacement de l'ancien cimetière (il a été réinstallé en 2000 au nord-ouest de l'église paroissiale).

Le club de football des "Moutons blancs" est créé en 1926. Son nom original proviendrait du costume traditionnel porté par les paysans dans les grandes occasions, qui était fait de laine de mouton à dominante blanche. Le bagad et cercle celtique local, la "Kerlenn Pondi", issu de la fusion en 1953 entre la "Garde Saint-Ivy" et les "Moutons blancs", porte un costume qui en est inspiré[47].

Un monument à la mémoire de Mathurin Le Texier[Note 8], prêtre, auteur de huit cantiques, qui eût une conduite héroïque pendant la Première Guerre mondiale (décoré de la Légion d'honneur), fut inauguré le à l'occasion du congrès du Bleun Brug qui se tint ce jour-là à Noyal-Pontivy.

La Deuxième Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts de Noyal-Pontivy porte les noms de 27 personnes mortes pour la France pendant la Seconde Guerre mondiale ; parmi elles 7 (Joseph Auffret, Jean Dran, Jean Launay, Prosper Le Clainche, Joseph Le Guevel, Jean Le Sant et Maurice Morgand), sont morts pendant la Bataille de France au printemps 1940 ; Louis Le Guennec est mort en captivité en Autriche ; Mathurin Brajeul est mort en Allemagne le  ; Jean Bouquin, Germaine Giquel et 4 membres de la famille Jehan sont des victimes civiles de la guerre ; Michel et Noël Coget, deux frères résistants FTPF, ont été fusillés à la Citadelle de Port-Louis en juin 1944[46].

L'après Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Un soldat (Lucien Kerguen) originaire de Noyal-Pontivy est mort pour la France pendant la Guerre d'Indochine (au Laos) et un (Marcel Le Pailh) pendant la Guerre d'Algérie[46].

Le XXIe siècle[modifier | modifier le code]

En 2012 l'hôpital de Pontivy, désormais dénommé "Centre hospitalier du Centre-Bretagne", a été transféré du centre de cette ville à Noyal-Pontivy[48].

Blasonnement[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Noyal-Pontivy (Morbihan).svg

Les armoiries de Noyal-Pontivy se blasonnent ainsi :

Taillé : d’azur à la Sainte Noyale d’argent décapitée tenant sa tête entre les mains, mi-taillé de gueules à neuf macles d’or, trois, trois et trois. (emblème de Sainte-Noyale la patronne de la paroisse, et de la famille des Rohan)

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
avril 1953 mars 1965 Joseph Cadic[49] PPUS Agriculteur
Député du Morbihan (1956-1958)
mars 1965 14 mars 1971 Lucien Guillemot[Note 23] DVD Instituteur à l'école des Saints-Anges.
14 mars 1971 17 mars 2001 Jean-Charles Cavaillé RPR Conseiller juridique
Député du Morbihan (3e circ.) (1978-2002)
Conseiller général (1976-2004)
Président du conseil général (1998-2004)
Président de la CC du Pays de Pontivy (1993-2003)
17 mars 2001[50] 2 décembre 2002 Bernard Delhaye Centriste Bibliothécaire. Élection invalidée[51].
2 décembre 2002 31 janvier 2003 Délégation spéciale    
31 janvier 2003[52] 4 avril 2014 Michel Houdebine DVD Chef d'entreprise
Réélu en 2008[53]
4 avril 2014 28 mai 2020 Marc Kerrien DVD Chargé de mission
Conseiller régional (1998-2004)
11e vice-président de Pontivy Communauté. Décide en 2020 de ne pas se représenter[54];
28 mai 2020 En cours Lionel Ropert[55] DVG Logisticien
14e vice-président de Pontivy Communauté

Démographie[modifier | modifier le code]

En 1839, la commune est scindée pour donner naissance à celles de Gueltas, Kerfourn, Saint-Gérand et Saint-Thuriau.

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[56]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[57].

En 2020, la commune comptait 3 596 habitants[Note 24], en diminution de 2,31 % par rapport à 2014 (Morbihan : +3,12 %, France hors Mayotte : +1,9 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
7 5027 0847 0497 5697 5697 8033 3203 6603 505
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
3 3903 3103 3963 2883 3153 2633 2963 3903 545
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
3 6353 5413 3913 0483 0993 0713 0483 1192 747
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2013
2 6652 4582 7313 0663 1553 2853 5583 6373 677
2018 2020 - - - - - - -
3 6193 596-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[58] puis Insee à partir de 2006[59].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

La commune héberge le premier point de « rebours » de gaz naturel de France, installé en 2019 pour permettre le développement d'unités de production de biométhane dans les environs en injectant dans le réseau de transport l'excédent de production locale[60],[61].

Langue bretonne[modifier | modifier le code]

L'adhésion à la charte Ya d’ar brezhoneg a été votée par le conseil municipal le .

À la rentrée 2013, 21 élèves étaient scolarisés dans la filière bilingue catholique (soit 6,2 % des enfants de la commune inscrits dans le primaire)[62].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Églises ou chapelles[modifier | modifier le code]

  • La chapelle de Sainte-Noyale (XVe et XVIe siècles), de style gothique, avec ses 12 clochetons dorés (ils datent du XVIIIe siècle), classée monument historique ; les lambris peints de la voûte, qui datent du XVIIe siècle, illustrent la vie de la martyre. Sa sacristie date de 1719 comme l'indique la longue dédicace qui se trouve sur son mur sud. Son pardon se déroule le dernier dimanche de juin (par le passé, après la cérémonie était organisée la bénédiction des chevaux).
  • La chapelle Sainte-Barbe (Logo monument historique Inscrit MH (2018)), au village du Poulvern, date du XVe siècle ; de plan rectangulaire, les 8 peintures de son lambris illustrent des scènes des vies de sainte Barbe et sainte Noyale ; elle abrite plusieurs statues du XVe siècle ;
  • La chapelle Saint-Arnould date de 1842 ; c'est un édifice en forme de croix latine, construit à l'emplacement d'un ancien sanctuaire ; il est dédié à saint Arnould, qui fut évêque de Metz. Le calvaire situé à proximité date de 1806 ;
  • La chapelle Petite Sainte-Noyale date du début du XVIIIe siècle ; elle est située dans le bourg ; c'est pour la distinguer de la chapelle de Sainte-Noyale et de l'église paroissiale Sainte-Noyale qu'on la, ainsi qualifiée.
  • Plusieurs fontaines de dévotion :
    • Les "Trois Fontaines" datent probablement du XVIe siècle ; selon la légende ces trois fontaines proches correspondraient à des sources jaillies spontanément là où sainte Noyale aurait versé des larmes lorsqu'elle fut décapitée (ces fontaines ont été restaurées en 1818) ;
    • Des fontaines existent aussi près des chapelles de Sainte-Barbe, de Saint-Arnould et de Sainte-Noyale.

Monuments anciens[modifier | modifier le code]

  • Plusieurs manoirs (au village de Kerponner, Kerboutier, Kerscomard...)
  • Le Manoir du Verger, bâti en 1639, mairie depuis 1962[64].
  • Plusieurs calvaires (Sainte-Noyale, Saint-Arnould, les 3 fontaines, Sainte-Barbe, Rescourio, rue de Sainte-Noyale...)

Autres monuments[modifier | modifier le code]

  • Groupe de 6 éoliennes de 9 MW à la limite avec Gueltas, depuis 2004, atteignant 116 m de haut
  • L’école Sainte-Noyale
  • Des écluses sur le Canal de Nantes à Brest : écluse no 88, dite de Joli Cœur[65], écluse no 89, dite de Parc Lann Hir, no 89[66], écluse no 91, dite de Parc Bihan[67], écluse no 102, dite de Parc Lann Hoarem[68], écluse no 103, dite de la Haie[69], etc..

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les normales servent à représenter le climat. Elles sont calculées sur 30 ans et mises à jour toutes les décennies. Après les normales 1971-2000, les normales pour la période 1981-2010 ont été définies et, depuis 2021, ce sont les normales 1991-2020 qui font référence en Europe et dans le monde[4].
  2. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  3. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[5].
  4. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  5. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  6. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  7. Lieu non identifié.
  8. Mathurin Le Texier, né le à Pontivy, décédé des suites de ses blessures de guerre le .
  9. Jean Cadic, né le à Saint-Thuriau, décédé le à Noyal-Pontivy.
  10. Mathurin Quéro, né le au bourg de Noyal-Pontivy, décédé le à Noyal-Pontivy.
  11. François Le Guernic, né le à Kerscouo en Noyal-Pontivy, décédé le à Kerscudo en BNoyal-Pontivy.
  12. Mathurin Martel, né le à Pennereste en Noyal-Pontivy, décédé le à Noyal-Pontivy.
  13. Mathurin Robic, né le à Noyal-Pontivy, décédé le à Noyal-Pontivy.
  14. Mathurin Thomas, né le à Saint-Gouvry, décédé le à Saint-Gouvry.
  15. Joseph Talmont, né le à Noyal-Pontivy, décédé le à Noyal-Pontivy.
  16. Jean-François Le Gargasson, né le à Gueltas, décédé le au Penner en Noyal-Pontivy.
  17. François Cadic, né le au Faoudo en Noyal-Pontivy, décédé le à Noyal-Pontivy.
  18. Olivier Séveno, né le à Noyal-Pontivy, décédé le à Noyal-Pontivy.
  19. Mathurin Le Mouël, né le à Rescourio en Noyal-Pontivy, décédé le à Saint-Gérand ou Mathrin Le Mouël, né le à Kergrist, décédé le à Noyal-Pontivy.
  20. François Louis Cadic, né le à Kerfourn, décédé en 1920 à Crécran ( Lehkrenn ) en Noyal-Pontivy.
  21. Pierre Juin, né le à Kérignet en Noyal-Pontivy, décédé le à Kérignet en Noyal-Pontivy.
  22. Pascal Juin, né le à Naizin, décédé le à Noyal-Pontivy.
    Nécrologie : « M. Pascal Juin ancien maire de Noyal-Pontivy et ancien conseiller général de Pontivy », Ouest-France (archives du journal),‎
  23. Lucien Guillemot, né vers 1923, décédé en octobre 2019 à Noyal-Pontivy.
  24. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2023, millésimée 2020, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2022, date de référence statistique : 1er janvier 2020.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Éric Le Dorze, « Noyal-Pontivy et Gueltas : de nouvelles éoliennes attendues sur le parc de Kerlaizan », Journal de Pontivy,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  2. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  3. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  4. 2021 : de nouvelles normales pour qualifier le climat en France, Météo-France, 14 janvier 2021.
  5. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  6. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  7. « Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (Oracle) - Bretagne », sur www.chambres-agriculture-bretagne.fr, (consulté le )
  8. « Station Météo-France Pontivy - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  9. « Orthodromie entre Noyal-Pontivy et Pontivy », sur fr.distance.to (consulté le ).
  10. « Station Météo-France Pontivy - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  11. « Orthodromie entre Noyal-Pontivy et Saint-Brieuc », sur fr.distance.to (consulté le ).
  12. « Station météorologique de Saint-Brieuc - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  13. « Station météorologique de Saint-Brieuc - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  14. « Loudéac. Faut-il rouvrir la ligne de chemin de fer Auray – Saint-Brieuc ? », Journal Ouest-France,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  15. « Chaîne d'écluses : n° 88 à 99 (Pontivy) », sur patrimoine.bzh, (consulté le ).
  16. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  17. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  18. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  19. « Unité urbaine 2020 de Noyal-Pontivy », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  20. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  21. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le ).
  22. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Pontivy », sur insee.fr (consulté le ).
  23. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  24. « Le pays de Pontivy est constitué de 4 unités paysagères » (consulté le )
  25. « Données statistiques sur les communes de Métropole; Répartition des superficies en 44 postes d'occupation des sols (métropole) », sur CORINE Land Cover, (consulté le ).
  26. Noël-Yves Tonnerre, Naissance de la Bretagne : géographie historique et structures sociales de la Bretagne méridionale (Nantais et Vannetais) de la fin du VIIIe à la fin du XIIe siècle, Presses de l'Université d'Angers, , p. 121.
  27. A. Dauzat et Ch. Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Librairie Guénégaud, , 738 p. (ISBN 2-85023-076-6), p. 500.
  28. a et b Xavier Delamarre, Dictionnaire de la langue gauloise : une approche linguistique du vieux-celtique continental, Paris, Éditions Errance, , 440 p. (ISBN 2-87772-237-6), p. 185.
  29. « Noyal-Pontivy : Histoire, Patrimoine, Noblesse (commune du canton de Pontivy) », sur www.infobretagne.com (consulté le ).
  30. « Noyal — Wiktionnaire », sur fr.wiktionary.org (consulté le ).
  31. « Sainte Noyale de Pontivy Martyre en Bretagne (VIe siècle) », sur nominis.cef.fr (consulté le ).
  32. Jean-Yves Le Moing, Noms de lieux de Bretagne, Bonneton, , p. 182.
  33. Noël-Yves Tonnerre, Naissance de la Bretagne : géographie historique et structures sociales de la Bretagne méridionale (Nantais et Vannetais) de la fin du VIIIe à la fin du XIIe siècle, Presses de l'Université d'Angers, , p. 122.
  34. Erwan Vallerie, Diazezoù studi istorel an anvioù-parrez = Traité de toponymie historique de la Bretagne, An Here, (ISBN 2-86843-153-4 et 978-2-86843-153-0, OCLC 63764620), p. 128
  35. Joseph-Marie Le Mené, Histoire archéologique, féodale et religieuse des paroisses du diocèse de Vannes, .
  36. a et b « Étymologie et histoire de Noyal-Pontivy », sur infobretagne.com (consulté le ).
  37. « L'instruction populaire sous l'Ancien Régime », sur infobretagne.com (consulté le ).
  38. Patrick Naas, La Vallée du Blavet à l’époque gallo-romaine : prospection archéologique d’un bassin fluvial, mémoire de DEA, université de Rennes 2, 1988
  39. Jean-Baptiste Ogée, "Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne", tome 3, 1778, page 320, https://archive.org/details/dictionnairehist03og/page/320/mode/2up.
  40. Émile Sageret, Le Morbihan et la chouannerie morbihannaise sous le Consulat, vol. 1, (lire en ligne), page 306.
  41. « Olivier LE FELLIC, prêtre guillotiné à Lorient en exécution de la loi des 29-30 vendémiaire an II. », sur infobretagne.com (consulté le ).
  42. A. Marteville et P. Varin, continuateurs d'Ogée, "Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne", tome 2, 1853, https://books.google.fr/books?id=HTHRAAAAMAAJ&printsec=frontcover&dq=editions:WxuwoVautzEC&hl=fr&sa=X&redir_esc=y#v=onepage&q&f=false.
  43. https://actu.fr/bretagne/noyal-pontivy_56151/noyal-pontivy-une-maison-chargee-dhistoire-bientot-vendre_21543790.html.
  44. Paul Sébillot, « La langue bretonne : limites et statistique », Revue d'ethnographie,‎ , p. 13 (lire en ligne, consulté le ).
  45. Auguste Vacquerie, « L'enquête sur l'élection de Mun », Journal Le Rappel,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  46. a b et c « Noyal-Pontivy. Monument aux Morts (Relevé n° 37284) », sur memorialgenweb.org, (consulté le ).
  47. Pierre Bernard, « Drôle de nom pour un club de foot : les Moutons blancs, la bêle équipe », sur Journal Le Télégramme, (consulté le ).
  48. Aurélien Dupuy, « Pontivy et son hôpital : retour sur une histoire commencée au XIIe siècle, au cœur de la cité », Journal Ouest-France,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  49. Julie Schittly, « Noyal-Pontivy. Chez Joseph Cadic, maire et député, « c’était le défilé tous les dimanches matin » », Ouest-France,‎ (lire en ligne)
  50. « Conseil municipal : Bernard Delhaye succède à Jean-Charles Cavaillé », Le Télégramme,‎ (lire en ligne)
  51. Élection invalidée par une décision du Conseil d’État du 25 octobre 2002 (n°235323) [1]
  52. « Michel Houdebine élu maire », Le Télégramme,‎ (lire en ligne)
  53. « Municipales. Michel Houdebine réélu maire », Le Télégramme,‎ (lire en ligne)
  54. « Municipales 2020. Le maire Marc Kerrien ne se représentera pas à Noyal-Pontivy », Journal Ouest-France,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  55. « Municipales à Noyal-Pontivy. Lionel Ropert a été élu maire », sur Ouest-France, (consulté le ).
  56. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  57. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  58. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  59. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019 et 2020.
  60. Sophie Fabrégat, « Biométhane : mise en service du premier poste de rebours pour accueillir plus de projets », sur actu-environnement.com, (consulté le ).
  61. Pierre Bernard, « Station de rebours. Marc Kerrien : « Une grande fierté » », sur letelegramme.fr, (consulté le ).
  62. http://www.opab-oplb.org/98-kelenn.htm
  63. « Noyal-Pontivy. Histoire et patrimoine », sur noyal-pontivy.fr (consulté le ).
  64. Notice no IA00010357, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  65. « Site d'écluse de Joli Coeur, n° 88, le Roz (Noyal-Pontivy) », sur patrimoine.bzh, (consulté le ).
  66. « Écluse de Parc Lann Hir, n° 89 (Noyal-Pontivy) », sur patrimoine.bzh, (consulté le ).
  67. « Écluse de Parc Bihan, n° 91 (Noyal-Pontivy) », sur patrimoine.bzh, (consulté le ).
  68. « Écluse de Parc Lann Hoarem, n° 102 (Noyal-Pontivy) », sur patrimoine.bzh, (consulté le ).
  69. « Site d'écluse de la Haie, n° 103 (Noyal-Pontivy) », sur patrimoine.bzh, (consulté le ).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Archives[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]