Nouvelle-Zélande aux Jeux olympiques d'hiver de 2010

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Nouvelle-Zélande aux Jeux olympiques d'hiver de 2010
Image illustrative de l’article Nouvelle-Zélande aux Jeux olympiques d'hiver de 2010

Code CIO NZL
Comité Comité olympique néo-zélandais

Lieu Drapeau : Canada Vancouver
Participation 14e aux Jeux d'hiver
Athlètes 16
Porte-drapeau non déterminé
Médailles
Rang : -
Or
0
Arg.
0
Bron.
0
Total
0
Nouvelle-Zélande aux Jeux olympiques d'hiver

Cet article contient des informations sur la participation et les résultats de la Nouvelle-Zélande aux Jeux olympiques d'hiver de 2010 à Vancouver au Canada.

Cérémonies d'ouverture et de clôture[modifier | modifier le code]

Photographie de l'entrée de la délégation néo-zélandaise lors de la cérémonie d'ouverture.
Entrée de la délégation néo-zélandaise lors de la cérémonie d'ouverture.

Comme cela est de coutume, la Grèce, berceau des Jeux olympiques, ouvre le défilé des nations, tandis que le Canada, en tant que pays organisateur, ferme la marche[1]. Les autres pays défilent par ordre alphabétique. La Nouvelle-Zélande est la 59e des 82 délégations à entrer dans le BC Place Stadium de Vancouver au cours du défilé des nations durant la cérémonie d'ouverture, après les Pays-Bas et avant la Norvège. Cette cérémonie est dédiée au lugeur géorgien Nodar Kumaritashvili, mort la veille après une sortie de piste durant un entraînement[2]. Le porte-drapeau du pays est la snowboardeuse Juliane Bray[1].

Lors de la cérémonie de clôture qui se déroule également au BC Place Stadium, les porte-drapeaux des différentes délégations entrent ensemble dans le stade olympique et forment un cercle autour du chaudron abritant la flamme olympique[3]. Le drapeau néo-zélandais est alors porté par Ben Sandford, spécialiste du skeleton[4].

Engagés par sport[modifier | modifier le code]

Biathlon[modifier | modifier le code]

Femmes

Patinage de vitesse[modifier | modifier le code]

Hommes

Patinage de vitesse sur piste courte[modifier | modifier le code]

Hommes

Skeleton[modifier | modifier le code]

Hommes

Femmes

Ski acrobatique[modifier | modifier le code]

Femmes

Ski alpin[modifier | modifier le code]

Qualification[modifier | modifier le code]

Trois-cent-vingt places sont attribuables en ski alpin pour les Jeux olympiques de Vancouver, dans la limite de vingt-deux skieurs par nation. Chaque délégation ne peut engager plus de quatre skieurs par épreuve. La période d'obtention des quotas s'étale entre juillet 2008 et le [5]. Pour se qualifier, les skieurs classés parmi les 500 premiers de chaque épreuve au classement établi par la Fédération internationale de ski (FIS) sont admissibles, en sachant que pour les épreuves de descente, de super-combiné et de super-G, les skieurs doivent détenir un maximum de 120 points FIS dans l'épreuve concernée[5]. Si une nation ne possède aucun skieur réalisant ces critères, il lui est néanmoins possible d'engager un skieur dans les épreuves de slalom et de slalom géant, à condition que celui-ci ait participé aux 2009 et qu'il ne dépasse pas les 140 points FIS dans l'épreuve concerneée[5]. Tim Cafe se qualifie pour l'épreuve du super-G en faisant partie des 500 premiers du classement FIS dans cette épreuve. Il en est de même pour Benjamin Griffin, qui se qualifie également pour l'épreuve du slalom géant.

Résultats[modifier | modifier le code]

Athlète Épreuve Temps final Retard Rang
Benjamin Griffin Super-G Abandon - -
Slalom géant Abandon
(Manche 1)
- -
Tim Cafe Super-G min 35 s 55 s 21 38e

Ski de fond[modifier | modifier le code]

Hommes

Femmes

Snowboard[modifier | modifier le code]

Hommes

Femmes

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) [PDF] « The Flagbearers for the Vancouver 2010 Opening Ceremony », Comité international olympique, (consulté le 18 janvier 2014).
  2. « La cérémonie d'ouverture des Jeux endeuillée par la mort d'un athlète », sur liberation.fr, Libération, (consulté le 18 janvier 2014).
  3. (en) Lindsay Kines, « "These Games have lifted us up," Furlong tells Olympians », The Gazette,‎ (lire en ligne).
  4. (en)[PDF]« The Flagbearers for the Vancouver 2010 Closing Ceremony », Comité international olympique, (consulté le 18 janvier 2014).
  5. a b et c [PDF] « Systèmes de qualification pour les XXIes Jeux olympiques d'hiver, Vancouver 2010 », Fédération internationale de ski, .