Nouvelle-Bretagne orientale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Nouvelle-Bretagne orientale
East New Britain
Localisation de la province (en rouge) dans le pays.
Localisation de la province (en rouge) dans le pays.
Administration
Pays Drapeau de la Papouasie-Nouvelle-Guinée Papouasie-Nouvelle-Guinée
Type Province
Région Îles
Capitale Kokopo
Démographie
Population 271 250 hab. (2011)
Densité 17 hab./km2
Géographie
Superficie 15 816 km2

La Nouvelle-Bretagne orientale (en anglais East New Britain) est une province de la Papouasie-Nouvelle-Guinée appartenant à la région des Îles. Le nord-est de l'île est constitué par la péninsule de Gazelle.

Elle se trouve, comme son nom l'indique, sur la partie orientale de l'île de Nouvelle-Bretagne.

Elle contient une partie de la zone karstique classée dans la liste indicative du patrimoine mondial de l'humanité, sous l'appellation The Sublime Karsts of Papua New Guinea.

Elle est notamment fréquentée par les spéléologues du monde entier qui y organisent presque chaque année des expéditions, notamment dans les Monts Nakanaï.

Districts et gouvernements locaux[modifier | modifier le code]

Chaque province de Papouasie-Nouvelle-Guinée est subdivisée en districts ; chaque district est lui-même subdivisé en zones administrées par des Local Level Government (LLG) de zone. Pour les recensements, les zones LLG sont à leur tour subdivisés en circonscription (wards) puis en unités de recensement (census units)[1].

Un homme et son petit-fils en Nouvelle-Bretagne orientale.
District Capitale LLG
District de Gazelle Kerevat Central Gazelle Rural
Inland Baining Rural
Lassul Baining Rural
Livuan-Reimber Rural
Toma-Vunadidir Rural
District de Kokopo Kokopo Bitapaka Rural
Duke of York Rural
Kokopo-Vunamami Urban
Raluana Rural
District de Pomio Pomio Central-Inland Pomio Rural
East Pomio Rural
Melkoi Rural
Sinivit Rural
West Pomio-Mamusi Rural
District de Rabaul Rabaul Balanataman Rural
Kombiu Rural
Rabaul Urban
Watom Island Rural

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « PRISM », sur spc.int (consulté le 5 février 2017)

Voir aussi[modifier | modifier le code]