Losar

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Nouvel an Tibétain)
Aller à : navigation, rechercher
Tentes érigées lors du Losar à Lhassa, 20 février 1939

Losar (tibétain : ལོ་གསར, Wylie : lo gsar) est le nom de la fête du Nouvel An tibétain (tibétain : བོད་ཀྱི་ལོ་གསར།, Wylie : bod kyi lo gsar, THL : bökyi losar). Losar signifie littéralement nouvelle année (lo = année, gsar = nouveau). Avec le festival de la Grande Prière (Monlam) fondé par Tsongkhapa en 1409, c'est l'une des deux fêtes bouddhistes les plus importantes au Tibet.

Origines[modifier | modifier le code]

Les fêtes du Nouvel An ont une origine prébouddhique remontant au premier roi tibétain Nyatri Tsenpo, dont le règne débuta en l’an -127 (av. J.-C.). L'année de son intronisation marque la première année du calendrier tibétain, c'est donc en son honneur qu'est célébré le Losar.

Calcul[modifier | modifier le code]

Le Losar tombe souvent sur le même jour que le Nouvel An chinois (quelquefois avec un jour ou de temps en temps avec une différence d'un mois lunaire). Il est calculé, à peu de chose près, de la même manière que le Tsagaan Sar, le Nouvel An de la Mongolie, lequel repose sur le même concept que le Nouvel An chinois mais se calcule différemment[1].

Le Losar coïncide avec le premier jour de la nouvelle année lunaire. La date est choisie conformément à l’astrologie tibétaine, matière étudiée dans le cadre des études de médecine tibétaine traditionnelle.

Déroulement des célébrations[modifier | modifier le code]

Le Losar est célébré pendant 15 jours, les célébrations principales se déroulant les premiers trois jours. Le premier jour de Losar, une boisson appelée changkol est faite de chhaang (un cousin tibétain de la bière). Le deuxième jour de Losar est appelé le Losar du Roi (gyalpo losar). Le Losar est traditionnellement précédé par cinq jours de pratique de Vajrakilaya.

Le premier jour de la pleine lune, chonga chopa, 15e jour du calendrier tibétain est marqué par l'exposition de sculptures de beurre, traditionnellement réalisées par les moines de Gyuto et Gyurmé, maintenant en Inde. Les célébrations ont lieu à Dharamsala[2].

Extension géographique[modifier | modifier le code]

La danse des lamas à Lachung (en) au Sikkim durant la fête bouddhiste de Losung le 11 décembre 2004.

Le Losar est célébré par les Yolmo (en) et les Sherpa au Népal, et au Bhoutan.

Au Sikkim, au milieu des années 1960, le 16e Karmapa encouragea les villageois de Tingchim (en) de célébrer la nouvelle année lors du Losar, le Nouvel An tibétain, et non plus lors du Losung en décembre après les récoltes. Après son intervention, Losung est marqué par des rituels bouddhiques, tandis que la nouvelle année est célébrée lors de Losar[3].

Appels au renoncement des célébrations de 2009 à 2013[modifier | modifier le code]

En 2009, le gouvernement tibétain en exil en Inde a annoncé qu'il n'y aurait pas de célébrations pour marquer le Nouvel An tibétain. Des Tibétains du Tibet ont signalé qu'ils feraient de même, en souvenir des Tibétains morts durant les troubles au Tibet en 2008[4] ,[5],[6].

En 2010, depuis Dharamsala, le dalaï-lama a invité les Tibétains à renoncer aux célébrations de Losar, des voix s'étant élevées au Tibet, selon lui, pour demander que Losar ne soit pas célébré. Selon le comité de coordination du monastère de Kirti en exil, des moines des monastères de Kirti et de Sey dans le comté de Ngaba et des laïcs ont organisé une manifestation assise en commémoration des personnes tuées lors des troubles de 2008[7],[8].

2013 marque la 5e année de renoncement aux célébrations, en relation avec les immolations de Tibétains (au moins 83 en 2012)[9].

Selon China Tibet News, le 11 février 2013, les Tibétains ont commencé les festivités du Losar du serpent d'eau. Lhassa est couverte de drapeaux de prières, depuis le toit des temples jusqu'à celui des maisons. Un internaute rapporte que la foule des pèlerins et visiteurs au Jokhang était si dense qu'il avait mis cinq heures pour faire le tour de l'édifice[10].

Dates[modifier | modifier le code]

Le calendrier tibétain est un calendrier luni-solaire. Le Losar est célébré du premier au troisième jour du premier mois lunaire.

Année grégorienne Année tibétaine Losar* élément, animal et genre
2000 2127 5 février - 7 février Dragon de fer mâle
2001 2128 24 janvier - 26 janvier Serpent de fer femelle (ou serpent de métal)
2002 2129 25 février - 27 février Cheval d'eau mâle
2003 2130 1er février - 3 février Mouton (ou chèvre) d'eau femelle
2004 2131 22 janvier - 24 janvier Singe de bois mâle
2005 2132 9 février - 11 février* Oiseau (ou coq) de bois femelle
2006 2133 30 janvier - 1er février Chien de feu mâle
2007 2134 18 février - 20 février Cochon de feu femelle
2008 2135 7 février - 9 février Souris de terre mâle[11]
2009 2136 25 février - 27 février Bœuf de terre femelle[12]
2010 2137 14 février - 16 février Tigre de fer mâle[13]
2011 2138 5 mars - 7 mars Lièvre de fer femelle[14]
2012 2139 22 février - 24 février Dragon d'eau mâle
2013 2140 11 février - 13 février Serpent d'eau femelle
2014 2141 2 mars - 4 mars Cheval de bois mâle
2015 2142 18 février (ou 19 février) - 20 février (ou 21 février) brebis/chèvre de bois femelle
2016 2143 8 février - 10 février singe de feu mâle
2017 2144 27 février oiseau (ou coq) de feu femelle
* Note : La date de début de Losar dépend du fuseau horaire où l’on se trouve. Par exemple, en 2005, Losar a commencé le 8 février dans les fuseaux horaires des États-Unis et le 9 février dans les fuseaux horaires de l'Asie.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Luigi Kapaj, Tsagaan Sar: When is Mongolian Lunar New Year?, 26 February 2009 : « First, one must dispel the notion that Mongolians use the same calendar as the Chinese. This is false. They are very similar, especially in concept, but not calculated identically. Mongolians follow a lunar calendar on a 12 animal cycle with the new year starting on a new moon to mark the beginning of spring. It is when the new year begins where the differences are most apparent. The Mongolian calendar is calculated based on "Togs Buyant" astrology typically under the guidance of the large Buddhist monasteries. Tsagaan Sar falls mostly on the same lunar cycle as Losar, the Tibetan new year, as they are calculated nearly the same. About 50% of the time, Tsagaan Sar and Losar fall on a different month than Chinese New Year. »
  2. Clive Erricker, Buddhism In A Week: Teach Yourself, p. 106
  3. (en) Anna Balikci, Lamas, Shamans and Ancestors: Village Religion in Sikkim, p. 212
  4. (en) 4 Tibetans detained for protesting, explosion reported in Chamdo22 janvier 2009
  5. (en) New and Outgoing Representatives meet with Tibetans in France, par Tenam, 18 janvier 2009, Phayul.com
  6. (en) Phurbu Thinley, No celebrations on Tibetan New Year, announces Exile Govt, 7 février 2009 : « Dharamsala, February 7: Tibet’s Government in exile Saturday announced that there would be only “customary religious” ceremonies and no celebrations to mark this year's Losar (traditional Tibetan New Year), which will fall in the last week of this month. [...] Tibetans in Tibet have also signaled that they would refrain from celebrating as a quiet protest gesture, and have urged others to do the same in heated exchanges on the Internet. »
  7. (en) Le dalaï-lama renonce à célébrer le Nouvel An
  8. (en) Tibetan New Year marked with protest in Tibet.
  9. (en) Prayers and protests mark Losar, Phayul, 12 février 2013.
  10. (en) Tibetans observe "Year of Water Snake", China Tibet News, 12 février 2013.
  11. Calendrier tibétain, Institut de médecine et d'astrologie tibétaine
  12. (en) The Kālacakra Calendar
  13. Calendrier tibétain, Institut de médecine et d'astrologie tibétaine
  14. Losar, Nouvel An tibétain en 2011 : année 2138 du Lièvre de Fer

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]