Nouveau Parti patriotique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
New Patriotic Party
Image illustrative de l'article Nouveau Parti patriotique
Logotype officiel.
Présentation
Président Peter MacManu
Fondation 1992
Siège Asylum Down, Accra
Idéologie libéralisme
Affiliation internationale Union démocratique internationale
Couleurs Rouge, Blanc et Bleu
Site web http://www.thenewpatrioticparty.org

Le Nouveau Parti patriotique (New Patriotic Party en anglais, abréviation NPP) est un parti politique ghanéen, membre associé de l'Union démocratique internationale. Il est devenu un des deux principaux partis du pays, avec une alternance au pouvoir depuis l'avènement du multipartisme en 1992.

Historique[modifier | modifier le code]

Il est considéré comme un des héritiers du United Gold Coast Convention (en), un parti créé avant l'indépendance, alors que le Ghana était encore une colonie africaine, la Côte-de-l'Or ( en anglais : Gold Coast). Ce parti, positionné au centre-droit, est créé sous son nom de Nouveau Parti patriotique, en 1992, lorsque le multipartisme est rétabli au Ghana. Battu dans les urnes en 1992 et 1996[1], il ne parvient à réunir les suffrages lui permettant d’accéder au pouvoir que huit ans plus tard, en 2000. John Kufuor devient ainsi président de la République, et est réélu dans cette fonction quatre ans plus tard, en 2004[2].

Pour l'élection présidentielle de 2008, John Kufuor ne peut se représenter une troisième fois. Le candidat du NPP devient Nana Akufo-Addo, ancien Procureur Général, et ancien ministre de la Justice et ancien ministre des Affaires étrangères de Kufuor. Le scrutin est serré[3], mais le NPP perd et se soumet à l'alternance politique souhaité par une majorité d'électeurs[4].

Le 24 juillet 2012, le président John Atta Mills, issu du parti traditionnellement opposé au NPP et vainqueur de l'élection de 2008, meurt. Le pouvoir est transmis au vice-président, John Dramani Mahama, et des élections sont convoquées[5]. Il est confirmé à son poste par le scrutin de décembre 2012[6]. Son mandat est perturbé par une croissance en berne et des scandales de corruption. En 2016, il perd l'élection présidentielle face au chef du NPP, Nana Akufo-Addo, qui bénéficie à nouveau d'une alternance politique au pouvoir[7].

Références[modifier | modifier le code]

  1. « L'opposition pourrait emporter la présidentielle au Ghana », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  2. « John Kufuor réélu à la présidence du Ghana », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  3. Philippe Bernard, « Un scrutin serré met à l'épreuve la démocratie ghanéenne », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  4. Philippe Bernard, « Le Ghana connaît sa deuxième alternance politique pacifique », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  5. Fabrice Praz, « La démocratie modèle du Ghana à l’épreuve », Le Temps,‎ (lire en ligne)
  6. « Le président ghanéen Mahama élu à la tête de la Cédéao », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  7. Agence Belga, « Présidentielle au Ghana: le président sortant concède sa défaite », Radio Télévision Luxembourg,‎ (lire en ligne)