Nous autres

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Nous autres
Image illustrative de l’article Nous autres

Auteur Évguéni Zamiatine
Pays Drapeau de la république socialiste fédérative soviétique de Russie RSFS de Russie
Genre Roman de science-fiction
Version originale
Langue Russe
Titre Мы
Lieu de parution Paris
Date de parution 1920
Version française
Traducteur Benjamin Cauvet-Duhamel
Éditeur Gallimard
Collection Les Jeunes Russes
Lieu de parution Paris
Date de parution 1929
Nombre de pages 237

Nous autres (titre original : Мы) est un roman de science-fiction satirique écrit en 1920 par l'auteur russe Ievgueni Zamiatine.

Historique[modifier | modifier le code]

Le roman est publié en russe à Paris en 1920, puis en Union soviétique. Mais la publication du livre est interdite en 1923. En butte à la censure stalinienne, qu'il critique implicitement dans ses ouvrages de fiction, Zamiatine s'exile à Paris en 1931.

Le roman sera traduit en France en 1929 à partir d'une traduction anglaise et il faudra attendre 2017 pour avoir une traduction à partir du texte russe d'origine sous le titre Nous (éditions Actes Sud dans la collection Exofictions).

Résumé[modifier | modifier le code]

Il s'agit du journal d'un homme du futur nommé « D-503 ». Son travail consiste à fabriquer l'Intégral, un vaisseau spatial destiné à convertir les civilisations extraterrestres au bonheur, que l'État unique prétend avoir découvert. Au cours du roman, D-503 se rend compte qu'il devient, malgré lui, de plus en plus attiré par l'ancien monde (en particulier le nôtre), caractérisé par la liberté, l'imprévisible et la précarité du bonheur.

Comme dans la plupart des contre-utopies (ou dystopies), l'État unique décrit dans le roman est un État totalitaire qui prétend régir toutes les activités humaines (décrites avec précision dans la Table des heures) et faire le bonheur des gens au détriment de leurs libertés individuelles.

Analyse[modifier | modifier le code]

Les dénominations chiffrées des personnages (une lettre et deux ou trois chiffres), qui véhiculent une impression de déshumanisation sont une private joke très personnelle de Zamiatine : pour nommer les personnages de son roman, il s'est servi des numéros des pièces de charpente métallique (quille, couples, varangues, etc.) du célèbre brise-glace Alexandre-Nevski dont il avait assuré le suivi de chantier lors de sa construction dans un chantier naval anglais[réf. nécessaire].

Adaptations et influence[modifier | modifier le code]

Dans la littérature[modifier | modifier le code]

On peut retrouver des thèmes similaires dans Le Meilleur des mondes d'Aldous Huxley, Hyme d'Ayn Rand, 1984 de George Orwell[1] et Un bonheur insoutenable de Ira Levin.

Dans son livre sur la conquête spatiale The Right Stuff (L'étoffe des héros) l'écrivain américain Tom Wolfe identifie facétieusement les concepteurs du programme spatial soviétique (qui restaient anonymes, seuls Gagarine, Titov, Terechkova et les autres cosmonautes étaient médiatisés) à D 503, constructeur de L'Intégral, un fabuleux vaisseau spatial soviétique. Il en fait un personnage de farceur sardonique, jouant avec les nerfs des Américains, qui avaient eu quelques déboires avec leurs propres fusées au début du programme Mercury et mettaient les bouchées doubles pour rattraper les Soviétiques dans la course à l'espace.

À l'opéra[modifier | modifier le code]

En bande-dessinée[modifier | modifier le code]

Dans La Brigade chimérique de Fabrice Colin et Serge Lehman, l'URSS est dominée par un régime d'hommes et de femmes anonymes appelé « Nous Autres ». À la tête de ce régime, un robot, dont le visage évoque Staline, est appelé « Grand Frère », en référence au « Big Brother » de 1984 de George Orwell[2].

En musique[modifier | modifier le code]

  • Nous autres a inspiré en 2015 l'album The Glass Fortress, adaptation musicale et narrative du roman russe, par Rémi Orts Project and Alan B [1].
  • D503 en 2011 une pièce radiophonique de Franck Vigroux pour les ateliers de création radiophonique de France Culture [3]
  • Nous autres a inspiré en 2016 l'écriture de l'album For This We Fought the Battle of Ages du groupe de métal SubRosa.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Préface de Jorge Semprún p. 12 (Nous autres, L'Imaginaire)
  2. Clément Hummel, « Pour un imaginaire (mythique) de la fiction de genre d’avant-guerre, La Brigade chimérique (2009-2010) de Serge Lehman », Journée d'étude doctorale « Genres littéraires et fictions médiatiques »,‎ , p. 3 (lire en ligne)
  3. « Artsonores - Franck VIGROUX, D503 », sur INA

Éditions[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]