Noubas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Nouba.
Noubas
Description de cette image, également commentée ci-après

Femme nuba de Kau

Populations significatives par région
Autres

Les Noubas désignent les différentes populations africaines qui vivent dans les monts Nouba au Kordofan du Sud, au Soudan.

Ethnonymie et origines[modifier | modifier le code]

Selon les sources et le contexte, on observe quelques variantes : Nouba, Noubas, Nuba, Nubas[1].

Langues[modifier | modifier le code]

La plupart des langues des peuples Noubas, sont des langues kordofaniennes, du groupe niger-congo, une minorité étant des langues nilo-sahariennes. L'arabe soudanais sert de langue vernaculaire.

Histoire[modifier | modifier le code]

Au XXIe siècle, les Noubas sont organisés en petites communautés indépendantes. Ils pratiquent majoritairement une religion traditionnelle locale, avec quelques minorités chrétiennes, catholique, protestante et copte. Ils voisinent avec des tribus nomades arabisées, les Baggara. Au XIXe siècle, ils ont été victimes des esclavagistes arabes. La seconde guerre civile soudanaise s'est étendue aux Monts Nouba au début des années 1990. Une branche du mouvement rebelle du Soudan du Sud, le SPLM, est alors activedans les monts nouba. La population y subit en effet les mêmes maux qu'au Sud  : arabisation forcée et islamisation forcée[2], notamment l'imposition de la charia. Le gouvernement d'Omar el-Bechir utilise alors les populations arabes de la zone comme supplétifs contre les Noubas.

La répression contemporaine[modifier | modifier le code]

Village nouba abandonné.

Après l'indépendance du Soudan du Sud en 2011, un mouvement de rébellion nouba réclamant l'accès aux terres et à l'eau ainsi qu'un meilleur partage des bénéfices pétroliers fait l'objet d'une politique de répression accrue de la part de Khartoum. Les bombardements aériens causent la mort de plusieurs centaines de personnes et provoquent la fuite d'environ 500 000 autres[3].

Culture[modifier | modifier le code]

Entre 1962 et 1977, Leni Riefenstahl a passé plusieurs années dans les monts Nouba et y a consacré plusieurs livres de photographies, notamment The Last of the Nuba en 1974.

Ousmane Sow s'est inspiré du travail de Leni Riefenstahl pour réaliser une série de sculptures consacrée aux Noubas.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Source RAMEAU, BnF [1]
  2. Jean Sellier, Atlas des peuples d'Afrique, La Découverte,‎ , p. 46
  3. « Noubas peu médiatiques au Soudan », Le Canard enchaîné,‎ , p. 8 (ISSN 0008-5405)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (de) Leni Riefenstahl, Die Nuba, List Verlag, Munich, 1972, 206 p. (ISBN 3933366410)
  • (de) Leni Riefenstahl, Die Nuba von Kau, List Verlag, Munich, 1976, 224 p.
  • (en) James C. Faris, Nuba personal art, University of Toronto Press, Buffalo, 1972, 130 p.(ISBN 0802018572)
  • (en) Siegfried Frederick Nadel, The Nuba : an anthropological study of the hill tribes in Kordofan, Oxford University Press, Londres, New York, 1947, 527 p.
  • (fr) George Rodger, Le village des Noubas, R. Delpire, Paris, 1955, 111 p.

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • Les Nubas de Fungor, film documentaire de Etienne Verhaegen, 1978
  • (en) Kafi's Story, film documentaire de Arthur Howes, The Royal Anthropological Institute, Londres, 1989, 53' (DVD)
  • (en) Nuba Conversation, film documentaire de Arthur Howes, The Royal Anthropological Institute, Londres, 1999, 53' (DVD)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :