Notre-Dame du Mont-Carmel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Notre Dame du Mont-Carmel)

Notre-Dame du Mont-Carmel
Image illustrative de l’article Notre-Dame du Mont-Carmel
Notre-Dame du Mont-Carmel et les saints du Carmel (Simon Stock, Ange de Jérusalem, Marie-Madeleine de Pazzi, Thérèse d'Avila) par Pietro Novelli, 1641
Autres noms Vierge du Carmel,
Fleur du Carmel
Vénérée par l’Église catholique, Ordre du Carmel, de nombreux pays et organismes dont elle est la patronne
Fête 16 juillet
Attributs présente un ou des scapulaire(s), souvent représentée en habit de carmélite
Sainte patronne Ordre du Carmel, le Chili et son armée, la Bolivie et son armée, l'Armée de l'Argentine, la Marine Espagnole, des transporteurs de Colombie, des marins dans de nombreux pays

Notre-Dame du Mont-Carmel (ou Notre-Dame du Carmel) est l'une des dénominations données à la Vierge Marie dans l'Église catholique. Ce titre est lié au mont Carmel, en Terre Sainte, un nom qui dérive de Karmel ou Al-Karem et que l'on pourrait traduire par jardin. L'Ordre du Carmel, fondé au tout début du XIIIe siècle est à l'origine de cette dévotion. De nombreuses congrégations religieuses fondées ultérieurement sont rattachées aux branches historiques de cet ordre.

La dévotion à la Vierge du Carmel est également liée au scapulaire de Notre-Dame du Mont-Carmel qui apparait à la fin du XIIIe siècle et se répand chez les laïcs au XVIe siècle. Très vénérée chez les marins, Notre-Dame du Mont-Carmel a été déclarée patronne de plusieurs pays, ainsi que de la marine (militaire) et parfois des troupes armées des pays. Cette dévotion est aussi parfois rattachée à la prière pour les « âmes du purgatoire ».

La fête de Notre-Dame du Mont-Carmel est célébrée le 16 juillet dans l’Église catholique. Cette fête donne lieu, localement, à de grandes processions terrestres voir maritimes, ainsi qu'à des festivités publiques, surtout dans les pays ou la Vierge du Carmel a été déclarée « patronne » du pays, des localités, ou de corporations.

Historique[modifier | modifier le code]

La dévotion à la Vierge du Carmel est intimement liée à la naissance et au développement de l'Ordre du Carmel, communauté monastique catholique née au tournant des XIIe et XIIIe siècle. La diffusion des religieux et de leurs couvents a entrainé la diffusion de cette dévotion dans la population européenne puis mondiale[1],[2].

La diffusion du scapulaire carmélitain dans la population des laïcs, à partir du XVIe siècle, popularise cette dévotion à la Vierge[2].

L'ordre du Carmel[modifier | modifier le code]

Ruines de la première église « Notre-Dame du Mont-Carmel » (XIIe siècle) sur les pentes du mont Carmel.

Au XIIe siècle, des chrétiens croisé occidentaux choisissent de vivre en ermites dans les grottes du mont Carmel, à la recherche de Dieu. Ils s'inspirent des prophètes Élie et Élisée, qui selon une tradition, auraient vécu dans les grottes du mont Carmel et y auraient fondé une « École des prophètes »[3],[4],[5],[N 1].

Les premiers ermites, menés par Berthold, construisent une chapelle en l'honneur de la Sainte Vierge, et lui portent une dévotion particulière sous le titre de « Notre-Dame du Mont-Carmel ». Ils la désignent rapidement comme sainte patronne de leur communauté. Ces ermites du mont Carmel élaborent, aux environs de 1209, une règle de vie approuvée par le patriarche Albert de Jérusalem. La prière est au centre de cette règle de vie. À la suite de la conquête de la Palestine par Saladin (de la chute de Jérusalem en 1187 par Saladin, jusqu'à la chute de Saint-Jean-d'Acre en 1291), les ermites se réfugient progressivement en Europe (au cours du XIIIe siècle) car leur sécurité ne peut plus être assurée dans leurs ermitages[3],[4],[5].

Lors du concile de Latran de 1215, la papauté voulant réorganiser les ordres mendiants supprime un grand nombre de ces communautés nouvelles, rattachant leurs membres aux deux ordres mendiants officiels (ordre de saint François et ordre de saint Dominique). Elle menace ainsi de supprimer l'ordre des Carmes tout juste créé. Honorius III, en 1226, admet que l’ordre des Carmes puisse être préservé. Le concile de Lyon de 1274 entérine la suppression de 22 ordres religieux nés après 1215, mais sursoit à la suppression des Carmes et des Ermites de saint Augustin[N 2]. Le Pape Urbain VI, en 1379, confirme le titre, pour le Carmel, d'Ordre de la Bienheureuse Marie, Mère de Dieu, Notre-Dame du Mont-Carmel[6],[7].

Le début du culte[modifier | modifier le code]

Le vote le par le concile de Lyon de la préservation de l'ordre du Carmel est vu par les moines comme une réponse de la Vierge Marie à leurs prières, et à sa protection toute particulière. Ils retiennent alors la date du 17 juillet pour célébrer la fête de « Notre-Dame du Mont-Carmel » en signe de reconnaissance envers celle qui les a préservés de la disparition[8],[9],[10]. La date du 17 juillet étant en conflit avec la fête de saint Alexis, c'est probablement ce qui a entraîné le changement de date au 16 juillet, qui est resté la fête de Notre-Dame du Mont-Carmel dans l'Église catholique[11].

La fête liturgique solennelle de « Notre-Dame du Mont-Carmel » a probablement été célébrée la première fois en Angleterre dans la dernière partie du XIVe siècle. Son objet était de rendre grâces à Marie, la patronne de l'Ordre du Carmel, pour les avantages et la protection qu'elle avait accordés à l'ordre durant ses débuts difficiles. L'institution de la fête est peut-être venue dans le sillage de la défense du titre de « Frères de la Bienheureuse Vierge Marie » à Cambridge en 1374[12],[13]. Célébrée au départ uniquement dans les couvents du Carmel, la fête est ouverte à toute l’Église catholique en 1726 par le pape Benoît XIII[9].

Au cours de l'histoire, la fête de Notre-Dame du Mont-Carmel, s'est intimement liée à celle du scapulaire. Après le concile Vatican II, cette fête de la Vierge est officiellement retirée du calendrier en raison des doutes sur l'historicité de la vision de Simon Stock[14],[13]. En 1979 la fête de Notre-Dame du Mont-Carmel est réintroduite dans le calendrier officiel de l’Église, mais elle est détachée de la fête du scapulaire[11].

Tradition de la remise du scapulaire[modifier | modifier le code]

La Vierge remettant le scapulaire à saint Simon Stock, seconde moitié du XVIIe siècle.

En 1245, saint Simon Stock devient supérieur général des Carmes. Selon la légende, Simon Stock, très inquiet sur la survie de l'ordre (toujours très menacé jusqu'en 1274 et la signature officielle en 1298 par le pape Boniface VIII de l'acte d’approbation définitive de l’existence de l’Ordre[8]) demande à Marie dans ses ferventes prières de prendre son ordre sous sa protection. À l'aurore, celle-ci lui apparaît au milieu d'anges et cerclée de lumière. Elle est vêtue de l'habit de l'Ordre, et tient dans sa main une étoffe marron qui était le scapulaire de l'Ordre. Elle le donne à Simon Stock en lui disant : « Ceci est un privilège pour toi et pour tous les Carmes. Quiconque mourra en portant cet habit ne souffrira pas le feu éternel »[13],[15].

Cet événement, aux sources historiques incertaines est aujourd'hui remis en doute[11],[16],[N 3].

La diffusion progressive du scapulaire dans la chrétienté et la fondation de confréries ou communautés du Tiers-Ordre carmélite diffusent progressivement la dévotion à la Vierge du Carmel chez les catholiques (mais aussi au-delà, chez d'autres Églises chrétiennes). La bulle papale du privilège sabbatin en 1614 augmente la popularité de ce scapulaire[1],[2].

Dévotion dans l’Église catholique[modifier | modifier le code]

Le scapulaire de Notre-Dame du Mont-Carmel[modifier | modifier le code]

Le scapulaire de Notre-Dame du Mont-Carmel, ou « Scapulaire Marron ».

Une déclaration doctrinale 1996 approuvée par la Congrégation pour le culte divin et la discipline des sacrements, déclare que « La dévotion à Notre-Dame du Mont-Carmel est liée aux valeurs historiques et spirituelles de l'Ordre des Frères de la Bienheureuse Vierge Marie du Mont-Carmel et est exprimée à travers le scapulaire. Ainsi, celui qui reçoit le scapulaire devient un membre de l'ordre et lui / elle s'engage à vivre selon sa spiritualité en conformité avec les caractéristiques de son état dans la vie »[17],[N 4].

Au cours de l'histoire, l’Église est intervenue à plusieurs reprises pour clarifier le sens et les privilèges du scapulaire : « Le scapulaire est un habit ou un vêtement marial. Il est à la fois un signe et un gage un signe d'appartenance à Marie ; un gage de sa protection maternelle, non seulement dans cette vie, mais après la mort. Comme un signe, c'est un signe conventionnel signifiant trois éléments intimement associés »[18],[15] :

  • d'abord, l'appartenance à une famille religieuse particulièrement consacrée à Marie, particulièrement chère à Marie, l'Ordre du Carmel,
  • d'autre part, la consécration à Marie, la dévotion et la confiance dans son Cœur Immaculé,
  • le troisième une incitation à devenir comme Marie en imitant ses vertus, surtout son humilité, chasteté et l'esprit de prière.

De leur côté, les frères carmes insistent bien sur le fait que le scapulaire n'est ni « un objet magique » protégeant des accidents, ni une « garantie de salut éternel », mais pour le fidèle, le symbole matériel d'un engagement dans un chemin de foi, de prière et d'amour vers Dieu[15].

Prières à la bienheureuse Vierge Marie du Mont-Carmel[modifier | modifier le code]

Plusieurs prières existent, parmi celles-ci, nous pouvons citer :

Oh la plus belle fleur du Mont Carmel, vigne féconde, splendeur du ciel, Sainte Mère du Fils de Dieu, Vierge Immaculée, aidez moi dans ma nécessité.
Oh Étoile de la mer, aidez-moi et montrez-moi que vous êtes ma Mère.
Oh Sainte Marie, Mère de Dieu, Reine du Ciel et de la terre, je vous supplie humblement du fond de mon cœur de me secourir dans ma nécessité (faire la demande).
Il n'y a rien qui ne puisse résister à votre puissance.
Ô Marie, conçue sans péché, priez pour nous qui avons recours à vous (ter).
Sainte Marie, je mets cette prière dans vos mains (ter).
Amen[19].

Mais aussi :

Fleur du Carmel,
Vigne fleurie,
Beauté du Ciel,
Vierge féconde,
Mère douce et toute pure,
Étoile de la mer,
Donne-nous un signe de ta maternelle protection,
Fleur du Carmel,
Vigne fleurie,
Beauté du Ciel[20].

Notre-Dame du Mont-Carmel et les âmes du purgatoire[modifier | modifier le code]

Notre-Dame du Mont-Carmel, œuvre baroque d'Antoine Duparc à Beniaján, Espagne.

Notre-Dame du Mont-Carmel a été associée avec le purgatoire depuis des siècles. Dans certains cas, elle est représentée accompagnée d'anges et des âmes portant le scapulaire carmélitain, qui plaident pour sa médiation. Cette association est issue de la « Bulle Sabbatine » qu'aurait accordée le pape Jean XXII en 1317 concernant les porteurs du scapulaire de Notre-Dame du Mont-Carmel[21],[22].

Aujourd'hui, l’Église, tout en encourageant une croyance en l'aide et la prière de Marie pour leurs âmes après la mort, spécialement son aide à ceux qui portent le scapulaire avec dévotion, et se félicitant de la dévotion à Marie surtout le samedi[N 5], n'insistent pas trop sur le privilège sabbatin[21],[15].

Apparitions mariales liées à la Vierge du Carmel[modifier | modifier le code]

Notre-Dame du Mont-Carmel serait apparue à saint Simon Stock vers 1251, à qui elle aurait donné le scapulaire brun[15].

À Lourdes, Marie apparaît à sainte Bernadette Soubirous pour la dernière fois le , jour de Notre-Dame du Mont-Carmel. Bernadette dira « Notre-Dame était plus belle que jamais. »[23]. Cette apparition est généralement associée avec la Vierge du Carmel.

Marie aurait été vue durant des apparitions de Fátima lors du miracle du soleil par Lucie dos Santos, Francisco Marto et Jacinta Marto habillée comme Notre-Dame du Mont-Carmel[24].

Fêtes et célébrations dans le monde[modifier | modifier le code]

Célébration dans l’Église catholique[modifier | modifier le code]

Dans l’Église catholique, la fête de Notre-Dame du Mont-Carmel est célébrée le 16 juillet avec rang de mémoire facultative[25],[26].

Le 16 juillet, par extension du nom de la Vierge, toutes les personnes s'appelant Carme, Carmen ou Carmel sont également fêtées[27].

Dans l'Ordre du Carmel[modifier | modifier le code]

La Vierge en gloire remet à saint Simon Stock le scapulaire.
Giambattista Tiepolo, 1739-1744
Scuola Grande dei Carmini, Venise
Salle du chapitre[28].

Dans l'Ordre du Carmel le 16 juillet, fête de Notre-Dame du Mont-Carmel, est une solennité[29] (fête obligatoire), donnant lieu à l'indulgence plénière[30].

La dévotion à Notre-Dame du Mont-Carmel est notamment pratiquée au sein de l'Ordre du Carmel, ainsi que dans le carmel séculier qui en fait partie intégrante[29],[30].

Les Carmes voient dans la Bienheureuse Vierge Marie un modèle parfait de vie intérieure de prière et de contemplation à laquelle aspirent les Carmes, un modèle de vertu, ainsi que la personne qui était la plus proche de la vie de Jésus-Christ. Marie est considérée comme la personne qui amène les chrétiens le plus sûrement au Christ, en disant à tous ce qu'elle a dit aux serviteurs durant les Noces de Cana : « Faites tout ce qu'il [Jésus] vous dira ». Les Carmes se tournent vers la Vierge Marie comme Mère spirituelle[31]. Le monastère Stella Maris sur le mont Carmel, nommé d'après un titre traditionnel de la Bienheureuse Vierge Marie, est considéré comme le siège spirituel de l'ordre.

Frère Gabriel de Sainte-Marie-Madeleine de Pazzi, OCD, auteur d'ouvrages sur la spiritualité carmélitaine, a écrit que la dévotion à Notre-Dame du Mont-Carmel signifie :

Un appel spécial à la vie intérieure, qui est par excellence une vie mariale. Notre-Dame veut que nous lui ressemblions non seulement dans notre vêtement extérieur, mais, bien plus, de cœur et d'esprit. Si nous regardons dans l'âme de Marie, nous allons voir que la grâce en elle a fleuri dans une vie spirituelle d'une richesse incalculable : une vie de recueillement, de prière, d'offrande à Dieu sans interruption, un contact continu et l'union intime avec lui. L'âme de Marie est un sanctuaire réservé à Dieu seul, où aucune créature humaine n'a jamais laissé sa trace, où l'amour et le zèle pour la gloire de Dieu et le salut de l'humanité règnent en maîtres. [...] Ceux qui veulent vivre leur dévotion à Notre-Dame du Mont-Carmel au complet doivent suivre Marie dans les profondeurs de sa vie intérieure. Le Carmel est le symbole de la vie contemplative, la vie entièrement dédiée à la recherche de Dieu, entièrement orientée vers l'intimité avec Dieu, et celle qui a le mieux compris ces idéaux les plus élevés est Notre-Dame elle-même, de la Reine et la splendeur du Carmel »[12].

Célébrations en Europe[modifier | modifier le code]

En Espagne[modifier | modifier le code]

Procession maritime à Melilla.
Procession en 2013, à El Puerto de Santa María (Andalousie).

L'Espagne est un des pays où ce titre marial est le plus enraciné. Notre-Dame du Mont-Carmel est patronne des marins et de la marine espagnole[32]. Pour cette raison, la Vierge du Carmel est connue comme « l'étoile de la mer » (Stella Maris)[33].

Presque toutes les villes de la côte maritime vouent un culte religieux à la Vierge du Carmel, en organisant des processions et pèlerinages maritimes portant son image ou sa statue tous les 16 juillet. Ce pèlerinage est généralement le point d'orgue des festivités. Mais le plus surprenant est peut être l'ancrage historique de nombreuses fêtes dédiées à la Vierge du Carmel dans des villes placées à l'intérieur des terres, et non liées à l'activité maritime[33].

Notre-Dame du Mont-Carmel est la sainte patronne de plus de 75 villes et villages espagnols.

L'installation des couvents de carmes dans la péninsule espagnole est très ancienne : le premier couvent des Carmes ibérique apparaît à Perpignan (France), qui fait alors partie de la Couronne d'Aragon. La date de fondation se situe entre 1265 et 1269. Sa propagation est rapide tout au long de la péninsule, atteignant Séville en 1358, ville à partir de laquelle sera créée la province carmélite d'Andalousie en 1499. Sainte Thérèse d'Avila et saint Jean de la Croix, au XVIe siècle, introduisent une réforme au sein de l'Ordre donnant lieu à la création d'une nouvelle congrégation baptisée « carmes déchaussés »[34].

En France[modifier | modifier le code]

En France, Henri IV cré en 1608 l'ordre de Notre-Dame du Mont-Carmel, qui fusionne ensuite avec l'ordre de Saint-Lazare de Jérusalem, pour donner l'ordre royal de Notre-Dame du Mont-Carmel et de Saint-Lazare de Jérusalem, qui disparait après la révolution de 1830.

En Guadeloupe à Basse-Terre et en Corse, il existe toujours des confréries qui viennent fêter Notre-Dame du Mont-Carmel tous les 16 juillet, comme par exemple la confrérie des « Dames de la Miséricorde d'Ajaccio » qui va à la chapelle A Signora di a Furesta dans la forêt de Vizzavona[35].

En Italie[modifier | modifier le code]

Procession à travers la ville de la Vierge du Carmel durant le miracle de 1884.
La statue miraculeuse de Notre-Dame du Mont-Carmel à Palmi.

En Italie, la Vierge du Carmel est célébrée dans différentes villes. Parmi celles-ci nous pouvons citer :

Le miracle de Notre-Dame du Mont-Carmel à Palmi, selon l’Église catholique aurait eu lieu entre le et le dans la ville : la statue de Notre-Dame du Mont-Carmel a été vue par les fidèles durant 17 jours avec des mouvements d'yeux et des changements de couleur du visage. La presse locale et nationale a diffusé l'information, et le soir du les fidèles ont improvisé une procession de la statue dans les rues. Quand le cortège a atteint l’extrémité de la ville, un violent tremblement de terre[37] a frappé tout le district de Palmi, détruisant la plupart des maisons. Seules 9 victimes ont été dénombrées sur une population totale d'environ 11 000 habitants, car la quasi-totalité de la population était dans la rue pour participer à la procession[36].

L’Église catholique a officiellement reconnu le miracle, couronnant la statue le , à la suite du décret publié lors du Chapitre du Vatican du [38].

Malte[modifier | modifier le code]

La Vierge du Carmel est la patronne de la capitale maltaise, la ville de La Valette. Les frères Carmes sont présents sur l'ile depuis le XVe siècle. L'église des carmes dédiée à Notre-Dame du Mont-Carmel a été la première église construite dans la nouvelle ville de La Valette en 1585. Le tableau de la Vierge du Carmel présent dans cette église est couronné en 1881, et l'église est érigée en basilique mineure quelques années plus tard. Plusieurs autres églises sur l'ile sont également consacrées à la Vierge du Carmel. De nombreux habitants de l'ile portent le scapulaire brun, et le Tiers-Ordre carmélite est bien présent sur l'ile[39].

Célébrations en Amérique[modifier | modifier le code]

En Amérique latine, la Vierge du Carmel est très vénérée, en particulier en Équateur, au Mexique, à Haïti, Nicaragua, Panama, Pérou, Venezuela.

Au Canada, la ville de Notre-Dame-du-Mont-Carmel honore cette appellation.

Argentine[modifier | modifier le code]

La Vierge est vénérée dans de nombreuses villes d'Argentine, mais aussi dans plusieurs provinces et paroisses. Notre-Dame du Mont-Carmel est la patronne de l'Armée des Andes, fondée par le général San Martin[40].

Bolivie[modifier | modifier le code]

La dévotion à la Vierge du Carmel a été apportée par les missionnaires espagnols à l'époque coloniale. Elle est intimement liée à l'histoire de la Bolivie. Durant la lutte pour l'indépendance, les Patriotes l'ont prise comme protectrice. Le éclate une émeute dans la ville de La Paz, dirigée par Pedro Domingo Murillo, contre le gouverneur espagnol, émeute profitant de la procession de la fête de la Vierge du Carmel. Après la destitution des autorités officielles, la Junta Tuitiva proclame la libération du pays du pouvoir espagnol. Quelques jours plus tard, les Patriotes reviennent en procession derrière la statue de la Vierge du Carmel, en action de grâces pour la victoire de l'insurrection. Mais cette fois, ils placent sur la tête de la statue le bonnet phrygien de la liberté, en remplacement de sa couronne, ainsi qu'une épée dans sa main[41],[42].

Le pape Pie IX proclame la Vierge du Carmel « Patronne de la Bolivie » en 1851, déclaration ratifiée par le gouvernement bolivien en 1852. Plus tard, par la loi du , elle est proclamée « Général et patronne des Forces armées de la Nation ». Sa fête est célébrée avec grande dévotion et de solennité dans de nombreuses villes, accompagnée de la participation des forces armées[43].

Chili[modifier | modifier le code]

Sortie de la procession de la statue de la Vierge du Carmel du sanctuaire de Tirana.
Statue de la Vierge du Carmel dans le sanctuaire de Tirana.
Photo d'archive de la procession devant le sanctuaire de Tirana.

Dans le village de La Tirana (es), la solennité de Notre-Dame du Mont-Carmel se déroule du au . Durant ces festivités qui regroupent plus de 200 000 personnes, se déroulent de nombreuses danses le jour et la nuit. Une centaine de confréries venant de tout le pays se retrouvent ici pour cette occasion où la population célèbre une « religiosité populaire » en même temps que la mémoire de l'anniversaire de la libération du pays[44],[45]. Le se déroulent une messe et les vêpres sur la place du sanctuaire qui réunit des milliers de pèlerins[46].

La Vierge est également la patronne du Chili, et de ses forces armées depuis la guerre d'indépendance. Le chef des armées de libération, O'Higgins, en 1818, à la veille de la bataille décisive avait fait la promesse : « Sur le lieu même où ils se déroulerait la bataille et sera donnée la victoire, il sera élevé un sanctuaire à la Vierge du Carmel, patronne et général en chef des armées du Chili, et la fondation seront placés par les mêmes juges qui font ce vœu, au lieu même de sa miséricorde, qui sera élevé sa gloire. »[47].

À la suite de la victoire des patriotes lors de la bataille de Maipú, le , l'indépendance chilienne est déclarée, conformément à sa promesse, Bernardo O'Higgins ordonne la construction du sanctuaire national de Maipù (es). En 1923, le pape Pie XI proclame la Vierge du Carmel « patronne du Chili », et sa statue est solennellement couronnée en 1926[47]. Le , le Chili est consacré à la Vierge du Carmel par le pape Jean-Paul II, lors d'une célébration dans le sanctuaire national de Maipù[48].

Sa fête, le 16 juillet est célébrée dans le pays (depuis 2007) en remplacement de la fête du Corpus Christi, et ce jour est déclaré férié dans tout le pays[49].

Costa Rica[modifier | modifier le code]

La tradition rapporte qu'en 1913, le navire « Galileo » disparaît en mer lors d'une tempête. Plusieurs jours plus tard, tous l'équipage est récupéré sain et sauf et ramené à leur port d'attache Puntarenas. Ils témoignent qu'une femme, durant la tempête les a accompagnés et ravitaillés, leur permettant de nager jusqu'à la mer. Les habitants du village y voient une intervention de la Vierge du Carmel qui a répondu à leurs prières d'intercession. Tous montent alors en pèlerinage, à genoux, jusqu'à l'église où se trouve la statue de Marie[50].

Depuis lors, les habitants appellent Marie la Vierge de la mer, et tous les pêcheurs dans le golfe de Nicoya viennent lui rendre hommage. Ils rendent grâce pour les fruits de leur travail et demandent de les protéger quand ils partent en mer. Chaque année, le les Costariciens affluent vers Puntarenas pour la remercier. Une procession de navires est organisée regroupant près d'une centaine d'embarcations[50].

Colombie[modifier | modifier le code]

Les transporteurs routiers colombiens ont choisi Notre-Dame du Mont-Carmel comme patronne et protectrice. Il leur arrive d'installer et faire bénir un scapulaire dans leur camion comme signe de la dévotion et protection mariale. De nombreuses célébrations ont lieu le en l'honneur de la Vierge du Carmel dans différentes villes de Colombie[51],[27].

La Vierge du Carmel est également déclarée présidente et reine des Forces militaires de Colombie, de la police, de l'Infanterie de Marine (es) et des Forces aériennes. Elle est également la patronne des services d'incendie[52],[53].

Guatemala[modifier | modifier le code]

La dévotion à la Vierge du Carmel au Guatemala est très présente dans le pays, depuis qu'au XVIIe siècle une statue de la Vierge du Carmel donnée par Thérèse d'Avila a été apportée dans le pays (alors colonie espagnole), dans la vallée de « Las Vacas ». Plusieurs églises lui sont dédiées dans la capitale. La principale église de la capitale, le Santuaire du Cerrito del Carmen (es), lui est dédiée[54],[55].

Porto Rico[modifier | modifier le code]

L'une des dévotions les plus populaires à Porto Rico est celle de la Vierge du Carmel. Le centre de pèlerinage le plus important est situé sur le côté est de l'île et est appelé le Sanctuaire diocésain de la Vierge du Carmel, situé dans la municipalité de San Lorenzo, dans la zone connue comme la Sainte Montagne. Ce site a été érigé en sanctuaire le par Mgr Enrique Hernandez Rivera (es), évêque de Caguas. Ce lieu est fréquenté par des milliers de personnes depuis près de 100 ans[56],[57],[58].

Iconographie[modifier | modifier le code]

Les statues de Notre-Dame du Mont-Carmel la représentent généralement en habit de carmélite (robe et scapulaire marron, ainsi qu'un manteau blanc). Généralement la Vierge porte l'Enfant-Jésus sur son bras gauche, et donnant un scapulaire marron[59].

Information Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Cette information est issue d'une tradition dans l'Ordre du Carmel, mais à ce jour, aucune trace archéologique ou bibliographique ne permet de la confirmer ou de l'infirmer. Voir La grotte d'Élie - École des Prophètes sur le site du Carmel d'Haïfa.
  2. Comme pour les Carmes, l'Ordre de Saint Augustin sera lui aussi conservé.
  3. Se reporter à la petite étude critique des sources bibliographiques sur le site du carmel anglais dans l'article (en) Simon Stock (XIII cent.) Saint, priest
  4. Personnes laïques ou religieux consacrés, mariés, célibataires, veufs, ...
  5. La journée du samedi est particulièrement consacrée à la Vierge Marie dans l’Église catholique
  6. Voir la Fête de la Bienheureuse Vierge du Carmel (Palmi) (it).

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) B. Zimmerman, « The Carmelite Order », The Catholic Encyclopedia, New York, Robert Appleton Company,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  2. a b et c (en) F. Holweck, « Feast of Our Lady of Mount Carmel », The Catholic Encyclopedia, New York, Robert Appleton Company,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  3. a et b « Les origines sur le Mont Carmel », sur carmel.asso.fr, Le Carmel en France (consulté le ).
  4. a et b Association des Amis de Saint-Hilaire, « De l’érémitisme chrétien d’Orient, aux Carmes et Carmélites d’Occident », sur abbaye-saint-hilaire-vaucluse.com (consulté le ), p. 87-100.
  5. a et b Arte et Iconografia de los conventos carmelitas, p. 17-29.
  6. De l’érémitisme chrétien d’Orient, aux Carmes, p. 134-147.
  7. « Le retour en Europe », sur carmel.asso.fr, Le Carmel en France (consulté le ).
  8. a et b « La spiritualité mariale », sur carmel.asso.fr, Le Carmel en France (consulté le ).
  9. a et b (en) Frederick Holweck, « Feast of Our Lady of Mount Carmel », The Catholic Encyclopedia, New York, Robert Appleton Company, vol. 10,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  10. De l’érémitisme chrétien d’Orient, aux Carmes, p. 151-152.
  11. a b et c (en) « St. Simon Stock, Religious », sur Curia Generalizia dei Carmelitani (consulté le ).
  12. a et b (en) Bede Edwards, « St. Simon Stock—The Scapular Vision & the Brown Scapular Devotion », Carmel Clarion, Ordre du Carmel Séculier Déchaussé, Washington Province, vol. XXI,‎ , p. 17–22. Le Frère Gabriel of St. Mary Magdalene de' Pazzi est cité dans cet article.
  13. a b et c Le grand livre des Saints : encyclopédie illustrée jour par jour, Le pré aux clercs, , 335 p. (ISBN 978-2-84228-455-8), p. 183.
  14. (en) Fr. Paul D'Souza, « The Carmelite Scapular: History and Devotion », sur St. John the Baptist Church (consulté le ).
  15. a b c d et e (en) « Our Lady of Mount Carmel », sur Catholic News Agency (consulté le ).
  16. (en) Herbert Thurston, S.J., « The Origin of the Scapular – A Criticism », The Irish Ecclesiastical Record, Dublin, Browne & Nolan, Limited, vol. XVI,‎ , p. 59-75 (lire en ligne, consulté le ). Article de 1904 bien documenté démontrant la falsification de la lettre de Swanington ainsi que la bulle papale à la base du « privilège sabbatin ». Indications sur l'histoire des Carmes et l'évolution de la dévotion au scapulaire
  17. (en) North American Provincials of the Carmelite Orders, The Scapular of Our Lady of Mount Carmel : Catechesis and Ritual, , 56 p. (ASIN B000H0IQ5O).
  18. (en) Fr. Kieran Kavanaugh, « Brown Scapular: A Silent Devotion », Zenit News Service,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  19. (en) G. P. Geoghegan, A Collection of My Favorite Prayers, (ISBN 978-1-4116-9457-6), p. 73.
  20. « Prière à Notre Dame du Mont Carmel », sur Monastère du Carmel de Saint-Saulve (consulté le ).
  21. a et b (en) J. Hilgers, « Scapular », The Catholic Encyclopedia, New York, Robert Appleton Company,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  22. (en) J. Hilgers, « Sabbatine Privilege », The Catholic Encyclopedia, New York, Robert Appleton Company,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  23. « Ordinations diaconales – Lourdes - 16 juillet 2012 » [PDF], sur Le Carmel en France, (consulté le ), p. 1.
  24. (en) Stanley L. Jaki, God and the sun at Fatima, USA, Real View Books, , 382 p. (ASIN B0006R7UJ6), p. 87,152-153.
  25. « Notre-Dame du mont Carmel », sur Nominis, CEF (consulté le ).
  26. Prière du Temps présent, Paris, du Cerf, , 1590 p. (ISBN 2-204-04853-4), p. 1260
  27. a et b (es) « Virgen del Carmen, Patrona de los transportadores en Colombia », News Press Service,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  28. (it) « La Scuola Grande dei Carmini », sur Scuola Grande dei Carmini, (consulté le ).
  29. a et b Les heures du Carmel (trad. du latin), Lavaur, Éditions du Carmel, , 347 p. (ISBN 2-84713-042-X), p79
  30. a et b Calendrier liturgique à l'usage des communautés carmélitaines, Carmel de Créteil, , p. 14.
  31. La Vierge Marie dans notre vie sur le site de l'Ordre des Carmes déchaux
  32. (es) « Virgen del Carmen », sur Ministerio de Defensa de España, (consulté le ).
  33. a et b (es) Casimiro Lopez Llorente, « La Virgen del Carmen, Stella maris y patrona de la gente del mar », Agencia SIC,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  34. (es) Ana Cristina Valero Collantes, « Arte et Iconografia de los conventos carmelitas en la provincia de Valladolid (Thèse de doctorat) » [PDF], sur Universidad de Valladolid (consulté le ), p. 30-38.
  35. « Vizzavona », sur Le Parisien, leparisien.fr (consulté le ).
  36. a et b (it) « I terremoti nella STORIA: Memoria condivisa, tradizioni popolari e il terremoto del 16 novembre 1894 nella Calabria meridionale », sur INGV Terremoti, ingvterremoti.com, (consulté le ).
  37. (it) Annali del R. UFFICIO Centrale Meteorologico e Geodinamico : Il terremoto del 16 novembre 1894 en calabria e sicilia, vol. XIX, Rome, (lire en ligne).
  38. (it) « Santuario S. Maria del Carmine (Palmi) », sur Provincia Napoletana dei Carmelitani (consulté le ).
  39. (en) Jean Pierre Fava, « Our Lady of Mount Carmel in the Maltese Islands », Alteia,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  40. (es) Juan Marcelo Calabria, San Martín : Modelo de Líder Americano, Dunken, , 168 p. (ISBN 9789870271499, lire en ligne), p. 77.
  41. (es) « ¿Fue la Revolución de La Paz el primer levantamiento independentista en Iberoamérica? », Notimerica,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  42. (es) « Levantamiento en La Paz y Pedro Domingo Murillo », Opinion,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  43. (es) René Vargas Velarde, « Virgen del Carmen de Villa Rivero, imagen con historia », Los Tiempos,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  44. « Fête de la Virgen del Carmen à La Tirana (Iquique) », sur Le Routard (consulté le ).
  45. (es) Marta Apablaza, « La vigencia de la fiesta grande de la Virgen del Carmen de La Tirana », sur Université du Chili, (consulté le ).
  46. (es) « Fiesta del la Virgen del Carmen en Maipú », Revista Maipu,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  47. a et b (es) « Virgen del Carmen: patrona de Carabineros de Chile », sur Museo Histórico de Carabineros de Chile, (consulté le ).
  48. (es) Jean-Paul II, « Viaje Apostolico a Urugyay, Chile y Argentina, Consagracion de Chile à la Virgen del Carmen », sur Vatican, (consulté le ).
  49. (es) « Los 16 de julio ya son oficialmente feriados en Chile », Cooperativa,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  50. a et b (es) Luz Mary Arias Alpízar et Oriester Abarca Hernández, « Acerca de los orígenes de las festividades de la Virgen del Mar en la ciudad de Puntarenas », Diálogos Revista Electrónica de Historia, vol. 16, no 1,‎ (ISSN 1409-469X, lire en ligne, consulté le ).
  51. (es) « Virgen del Carmen: La Patrona. Celebración del Día del Transportador en Santander », El Frente,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  52. (es) « ¿Por qué la Virgen del Carmen es la ‘patrona’ de los conductores? », Opinion Caribe,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  53. (es) « Dia de la Virgen del Carmen, Patrona de los transportaores », sur Interandina de carga, (consulté le ).
  54. (es) Celso Lara, « Historia y tradición de la Virgen del Carmen en Guatemala », La Hora,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  55. (es) María Renée Saravia, « Virgen del Cerrito del Carmen, 400 años de devoción », Perspectiva,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  56. (es) « Aguadilla se une al paseo nacional de la Virgen del Carmen », El Vocero de Puerto Rico,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  57. (es) « La Virgen del Carmen », sur Parroquia San Gabriel Arcánge, (consulté le ).
  58. (es) Fabiola Enríquez, « La Virgen del Carmen en Puerto Rico: Una última mirada desde Aguadilla (Cuarta Parte) », sur Centro Interdisciplinario de Estudios del Litoral, (consulté le ).
  59. Arte et Iconografia de los conventos carmelitas, p. 105-106.

Annexe[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Abbé L. Jaud, Vie des Saints pour tous les jours de l'année, Tours, Mame / Hachette Livre BNF, (réimpr. 2016) (1re éd. 1884), 700 p. (ISBN 978-2-01-363600-1).
  • Beita Philippe, Notre-Dame du Mont Carmel et Son Scapulaire, Tequi, , 110 p. (ISBN 978-2-7403-1786-0).
  • « Notre-Dame du Mont-Carmel », Le grand livre des Saints : encyclopédie illustrée jour par jour, Le pré au clers,‎ , p. 183 (ISBN 978-2842-2845-58).
  • François-René Blot, Notre-Dame du Mont-Carmel, Oudin, , 219 p. (lire en ligne).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]