Aller au contenu

Notre-Dame-du-Bec

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Notre-Dame-du-Bec
Notre-Dame-du-Bec
L'église et la mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Seine-Maritime
Arrondissement Le Havre
Intercommunalité Le Havre Seine Métropole
Maire
Mandat
Pascal Cornu
2020-2026
Code postal 76133
Code commune 76477
Démographie
Gentilé Becais
Population
municipale
457 hab. (2021 en augmentation de 1,11 % par rapport à 2015)
Densité 115 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 35′ 39″ nord, 0° 12′ 46″ est
Altitude Min. 37 m
Max. 96 m
Superficie 3,99 km2
Type Commune rurale à habitat dispersé
Unité urbaine Le Havre
(banlieue)
Aire d'attraction Le Havre
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton d'Octeville-sur-Mer
Législatives Septième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Notre-Dame-du-Bec
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Notre-Dame-du-Bec
Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime
Voir sur la carte topographique de la Seine-Maritime
Notre-Dame-du-Bec
Géolocalisation sur la carte : Normandie
Voir sur la carte administrative de Normandie
Notre-Dame-du-Bec
Liens
Site web https://notredamedubec.fr/

Notre-Dame-du-Bec est une commune française située dans le département de la Seine-Maritime en région Normandie.

Géographie

[modifier | modifier le code]

Cette commune est située sur la rive droite de la Seine, à une quinzaine de kilomètres du Havre, dans le canton de Montivilliers.

La commune est traversée par un tronçon ferroviaire désaffecté de l'ancienne ligne du Havre-Graville à Tourville-les-Ifs.

En 2010, le climat de la commune est de type climat océanique franc, selon une étude du CNRS s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[2]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat océanique et est dans la région climatique Côtes de la Manche orientale, caractérisée par un faible ensoleillement (1 550 h/an) ; forte humidité de l’air (plus de 20 h/jour avec humidité relative > 80 % en hiver), vents forts fréquents[3]. Parallèlement le GIEC normand, un groupe régional d’experts sur le climat, différencie quant à lui, dans une étude de 2020, trois grands types de climats pour la région Normandie, nuancés à une échelle plus fine par les facteurs géographiques locaux. La commune est, selon ce zonage, exposée à un « climat maritime », correspondant au Pays de Caux, frais, humide et pluvieux, légèrement plus frais que dans le Cotentin[4].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 10,5 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 12,5 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 939 mm, avec 13,2 jours de précipitations en janvier et 8,6 jours en juillet[2]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique la plus proche, située sur la commune de Octeville-sur-Mer à 8 km à vol d'oiseau[5], est de 11,5 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 790,7 mm[6],[7]. Pour l'avenir, les paramètres climatiques de la commune estimés pour 2050 selon différents scénarios d’émission de gaz à effet de serre sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[8].

Au , Notre-Dame-du-Bec est catégorisée commune rurale à habitat dispersé, selon la nouvelle grille communale de densité à sept niveaux définie par l'Insee en 2022[9]. Elle appartient à l'unité urbaine du Havre[Note 1], une agglomération intra-départementale regroupant 18 communes, dont elle est une commune de la banlieue[Note 2],[10],[11]. Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction du Havre, dont elle est une commune de la couronne[Note 3],[11]. Cette aire, qui regroupe 116 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[12],[13].

Occupation des sols

[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (86,9 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (86,9 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (60,2 %), zones agricoles hétérogènes (18,7 %), forêts (12,4 %), prairies (8 %), zones urbanisées (0,7 %)[14]. L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Notre-Dame, le vocable désigne la Vierge Marie.

Son nom est attesté sous la forme latinisée Sancta Maria de Becco en 1222, puis Notre Dame du Bec Crespin du XVe siècle au XVIIIe siècle[15].

Le vieux normand bec « ruisseau », terme issu de l'ancien scandinave bekkr, même sens, désigne sans doute ici la Lézarde[16].

À la fin du XIIIe siècle, Guillaume Crespin, en épousant Jeanne de Mortemer, devint seigneur du Bec-de-Mortemer, qui prit à cette occasion le nom de Bec-Crespin[17].

Le château où séjournaient les barons du Bec-de-Mortemer, puis du Bec-Crespin, se trouve sur la commune voisine de Saint-Martin-du-Bec, à une centaine de mètres de Notre-Dame-du-Bec.

Politique et administration

[modifier | modifier le code]
La mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1945 1977 Alfred Souhaité SE Éleveur de Volailles
1988 1994 Marcel Basile SE Ouvrier-couvreur
1983 1988 Jean Navarre SE Agriculteur
1977 1983 Édith Grieu SE Hôtesse d'accueil
1994 mai 2020[18] Denis Navarre SE-DVD Agriculteur
mai 2020[19],[20] En cours
(au 10 août 2020)
Pascal Cornu SE Cadre de l’ingénierie

Démographie

[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[21]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[22].

En 2021, la commune comptait 457 habitants[Note 4], en augmentation de 1,11 % par rapport à 2015 (Seine-Maritime : −0,14 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
293400318330329323307301325
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
325344350373307330313314356
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
276271276296313329309343359
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
292279292304324379416427422
2014 2019 2021 - - - - - -
452453457------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[23] puis Insee à partir de 2006[24].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine

[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments

[modifier | modifier le code]
L'église Notre-Dame.
  • L'église de Notre-Dame-du-Bec, dont la construction date du XVIe siècle, abrite des dalles tumulaires.
  • Une motte féodale se dresse près de l'église.
  • Un clos masure faisait office d'hospice pour les lépreux. Cette léproserie est mentionnée dans certains documents historiques et daterait du XIIe siècle. Elle a été créée par un seigneur du château du Bec Crespin. Elle porte le nom : léproserie Saint-Eustache du Bec Crespin. Il s'agit d'un petit manoir cauchois. En effet, comme dans tous les manoirs, les prêtres et les malades vivaient en autarcie, et ce, sur 17 acres de terre. On pouvait trouver derrière les épais talus plantés d'ormes, une chapelle du XIIe siècle, un puits artésien de 70 mètres de profondeur, un four à pain, une grande mare d'au moins 300 m2 et un verger sur l'étendue de la cour soit 1,1 hectare. Aujourd'hui seul le four à pain est resté debout. La mare ne fait plus que 80 m2, les ormes ont tous disparu, et un tiers du verger a été préservé. Il est composé de 37 arbres dont 13 pommiers à cidre.

Personnalités liées à la commune

[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie

[modifier | modifier le code]
  • Gilbert Décultot, Curé de Rolleville, La Seigneurie du Bec-Crespin, Imp. L. Durand & Fils, Fécamp, 1970

Articles connexes

[modifier | modifier le code]

Liens externes

[modifier | modifier le code]

Notes et références

[modifier | modifier le code]
  1. Une unité urbaine est, en France, une commune ou un ensemble de communes présentant une zone de bâti continu (pas de coupure de plus de 200 mètres entre deux constructions) et comptant au moins 2 000 habitants. Une commune doit avoir plus de la moitié de sa population dans cette zone bâtie.
  2. Dans une agglomération multicommunale, une commune est dite de banlieue lorsqu'elle n'est pas ville-centre, à savoir que sa population est inférieure à 50 % de la population de l’agglomération ou de la commune la plus peuplée. L'unité urbaine du Havre comprend une ville-centre et 17 communes de banlieue.
  3. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.
  1. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).

Références

[modifier | modifier le code]
  1. « OpenStreetMap, La carte coopérative libre ».
  2. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  3. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le )
  4. GIEC normand, Le climat en Normandie : présentation et évolution, , 18 p. (lire en ligne), p. 2
  5. « Orthodromie entre Notre-Dame-du-Bec et Octeville-sur-Mer », sur fr.distance.to (consulté le ).
  6. « Station Météo-France « Octeville » (commune de Octeville-sur-Mer) - fiche climatologique - période 1991-2020 », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  7. « Station Météo-France « Octeville » (commune de Octeville-sur-Mer) - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  8. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.fr, (consulté le )
  9. « La grille communale de densité », sur le site de l'Insee, (consulté le ).
  10. « Unité urbaine 2020 du Le Havre », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  11. a et b Insee, « Métadonnées de la commune de Notre-Dame-du-Bec ».
  12. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Le Havre », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  13. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Insee, (consulté le ).
  14. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le ).
  15. François de Beaurepaire (préf. Marianne Mulon), Les Noms des communes et anciennes paroisses de la Seine-Maritime, Paris, A. et J. Picard, , 180 p. (ISBN 2-7084-0040-1, OCLC 6403150), p. 117.
  16. François de Beaurepaire, op. cit.
  17. A. Lechevalier, Notice historique sur les barons et la baronnie du Bec, dit Bec-Vauquelin, Bec-de-Mortemer et Bec-Crespin (arrondissement du Havre), Paris, Librairie Ernest Dumont, , 25 p. (lire en ligne), p. 6.
  18. « Notre-Dame-du-Bec. Les vœux de Denis Navarre : une retraite bien méritée », Le Courrier cauchois,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  19. « Municipales à Notre-Dame-du-Bec : Pascal Cornu dans la continuité : Denis Navarre, le maire, ne se représente pas et c’est son premier adjoint qui conduit la liste sortante », Paris-Normandie,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  20. « Municipales 2020. Le nouveau conseil prend ses fonctions à Notre-Dame-du-Bec : Pascal Cornu a été installé dans le fauteuil de maire, succédant à Denis Navarre », Paris-Normandie,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Samedi 23 mai, Denis Navarre a laissé officiellement son fauteuil et transmis son écharpe de maire à Pascal Cornu, qui était jusqu’alors son premier adjoint et membre du bureau de Le Havre Seine Métropole » « Le maire Denis Navarre ne se représentant pas aux municipales, c'est son premier adjoint Pascal Cornu qui mènera la liste sortante « Bien vivre ensemble à Notre-Dame-du-Bec ».
  21. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  22. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  23. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  24. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.