Nothalten

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Nothalten
Nothalten
Villages de Nothalten et Blienschwiller.
Blason de Nothalten
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Collectivité territoriale Collectivité européenne d'Alsace
Circonscription départementale Bas-Rhin
Arrondissement Sélestat-Erstein
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Barr
Maire
Mandat
Marc Reibel
2020-2026
Code postal 67680
Code commune 67337
Démographie
Gentilé Nothaltenois(es)
Population
municipale
456 hab. (2018 en diminution de 1,94 % par rapport à 2013)
Densité 114 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 21′ 10″ nord, 7° 25′ 13″ est
Altitude Min. 193 m
Max. 393 m
Superficie km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton d'Obernai
Législatives Cinquième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Nothalten
Géolocalisation sur la carte : Bas-Rhin
Voir sur la carte topographique du Bas-Rhin
City locator 14.svg
Nothalten
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Nothalten
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Nothalten
Liens
Site web www.pays-de-barr.com

Nothalten est une commune française située dans la circonscription administrative du Bas-Rhin et, depuis le , dans le territoire de la Collectivité européenne d'Alsace, en région Grand Est.

Cette commune se trouve dans la région historique et culturelle d'Alsace.

Géographie[modifier | modifier le code]

Entrée du village de Nothalten.

Nothalten est un village viticole situé sur la route des vins d'Alsace et sur la Véloroute du vignoble d'Alsace (EuroVelo 5) , dans le département du Bas-Rhin, entre la ville médiévale de Dambach-la-Ville et le chef-lieu du canton de Barr. Il est installé à 220 mètres d'altitude, au pied de l'Ungersberg, montagne gréseuse culminant à 901 mètres, au cœur du site classé du Piémont des Vosges. Son territoire s'étend sur 440 hectares, la majeure partie de celui-ci est une aire d'appellation d'origine contrôlée dont la production viticole fait partie des meilleurs crus de vins d'Alsace. Son terroir de référence est celui du grand cru muenchberg, d'une superficie de 17,7 hectares, essentiellement planté de riesling, orienté plein sud et dont la configuration géographique évoque celle d'un amphithéâtre.

Communes limitrophes de Nothalten
Bernardvillé Itterswiller
Reichsfeld Nothalten Epfig
Blienschwiller

Écarts et lieux-dits[modifier | modifier le code]

  • Boemstein ;
  • Zell.

Géologie[modifier | modifier le code]

Le territoire communal a connu une exploitation de houille au XIXe siècle[1].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Nothalten est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4]. La commune est en outre hors attraction des villes[5],[6].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (64,9 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (64,9 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : cultures permanentes (47,2 %), forêts (27,9 %), zones agricoles hétérogènes (11,4 %), zones urbanisées (7,2 %), prairies (6,3 %)[7].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[8].

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • Nothalden en 1303 (qui signifie coteaux difficiles).

Histoire[modifier | modifier le code]

Origine du village[modifier | modifier le code]

La commune est formée de deux anciens villages : Nothalden et Zell. On trouve dans les archives un document où les deux bourgs sont en 1099 mentionnés sous le titre de villages impériaux. À l'origine, on trouve les noms de Nodelt ou Nothehalt et à partir de l'année 1262 le nom actuel est adopté. Le deuxième village est cité au XIIIe siècle. Vers le XIVe siècle, les deux localités sont la propriété des comtes d'Andlau et de l'évêque de Strasbourg qui exploitent conjointement ce territoire. Au XIIIe siècle est construit le château de Boemstein qui tombera en ruine au XVe siècle. Aujourd'hui, ce château n'est plus qu'un amas de ruines à peine visible.

Les moines de Baumgarten[modifier | modifier le code]

Le village de Nothalten est au XIIe siècle un lieu de recueillement pour les moines de l'abbaye de Baumgarten qui venaient prier au pied du Zellberg dont le nom Zell signifie cellule. Ils sont probablement à l'origine de la plantation des vignes dans le secteur. Leurs connaissances de la vigne et de la vinification ont contribué à la renommée et à l'essor de la vigne comme en témoignent d'ailleurs des documents qui se trouvent aux archives départementales du Bas-Rhin. Dans ces documents du XIIe siècle, on trouve d'autres textes écrits concernant les rapports qu'entretenaient les moines avec les vignerons de Nothalten et de leurs formations. Le Muenchberg, qui veut dire montagne des moines et le Zellberg représentent les témoins authentiques de ce pan de l'histoire qu'ont su mettre en valeur les moines de l'époque et aujourd'hui les vignerons de Nothalten.

Héraldique[modifier | modifier le code]


Blason de Nothalten

Les armes de Nothalten se blasonnent ainsi :
« De gueules à l'ours en pied de sable, la tête contournée, lampassé du champ, armé d'argent, tenant de sa dextre une ancre d'or, la trabe en forme de chiffre 4, le tout posé sur une montagne de trois coupeaux de sinople, mouvant de la pointe. »[9].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2008 mai 2020 Thierry Allonas[10] MoDem  
mai 2020 En cours Marc Reibel [11]    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[12]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[13].

En 2018, la commune comptait 456 habitants[Note 2], en diminution de 1,94 % par rapport à 2013 (Bas-Rhin : +2,17 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
596608662821779838804829813
1856 1861 1866 1871 1875 1880 1885 1890 1895
765727776781771740730713707
1900 1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954
711682667551523495512488454
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
446437417420449417452457460
2017 2018 - - - - - - -
456456-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[14] puis Insee à partir de 2006[15].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Marine Sohler, reine des vins d'Alsace 2014.
  • Lucie et Valentin Zaepffel, duo de chanteurs connus pour leurs interprétations en duo ou en solo, utilisant notamment en alsacien.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jacques Baquol,Ristelhuber, L'Alsace ancienne et moderne ou dictionnaire géographique, historique et statistique du Bas-Rhin, (lire en ligne), p. 357.
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  7. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  8. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  9. Jean-Paul de Gassowski, « Blasonnement des communes du Bas-Rhin », sur http://www.labanquedublason2.com (consulté le ).
  10. [PDF] Liste des maires au 1er avril 2008 sur le site de la préfecture du Bas-Rhin.
  11. « Répertoire national des élus (RNE) - version du 24 juillet 2020 », sur le portail des données publiques de l'État (consulté le ).
  12. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  13. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  14. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.