Notation des figures de jonglerie autour du corps

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

La notation des figures autour du corps (bodytricks theory en anglais) est utilisée en jonglerie pour noter les lancers et réceptions mettant en jeu divers zones et plans du corps. Elle a été introduite par Denis Paumier en 2001. En combinant un petit nombre de syllabes élémentaires, elle permet ainsi de composer un mot simple décrivant un lancer complexe.

Principes de la notation[modifier | modifier le code]

Zones du corps

Par souci d’économie dans la notion, la théorie des figures autour du corps considère le jongleur selon deux dimensions, pour délimiter 3 zones fondamentales notées par une syllabe :

  • ac (arm-crane) pour l’espace entre le bras et la tête ;
  • al (arm-leg) pour l’espace entre le bras et la jambe ;
  • bol (both legs) pour l’espace entre les jambes.

Pour différencier les côtés, on rajoutte un opérateur :

  • op (opposite) lorsque l’on parle de la zone du côté opposé à la main qui lance.

Ainsi pour noter un lancer, on note simplement dans l’ordre toutes les zones traversées par la balle. Un moyen simple est de se représenter le jongleur comme un dessin sur une feuille de papier, il suffit alors de noter tous les trous que l’on doit faire pour simuler le lancer.

Exemples[modifier | modifier le code]

  • Un lancer croisé derrière le dos (backcross) sera noté alopac : la balle sort par l’espace entre le bras qui lance et la jambe (al), passe derrière le dos puis traverse l’espace entre la tête et le bras opposé (opac).
  • Un lancer derrière la tête sera noté acopac.
  • Un lancer décroisé par-dessus l’épaule de l’arrière vers l’avant (shoulder throw) sera noté alac.

Rapports avec les autres notations[modifier | modifier le code]

La notation des figures autour du corps précise le type des lancers et est ainsi compatible avec toutes les notations décrivant la succession des lancers, le siteswap étant le plus communément utilisé. On peut ainsi écrire 4<acal>41, 441<alopal>, 441<alopac>, 53<acal>1… Elle peut également accompagner des notations décrivant d’autres aspects des trajectoires comme l’EBN qui distingue les différentes trajectoires utilisées dans la jonglerie à rebond, ainsi : 6s3<acopal>3<alopac>, 5b5b2q<albol>

À l’exception du MMSTD, limité aux croisements de bras et aux figures de type Mills Mess, il n’existe pas à l’heure actuelle d’autre terminologie fixe pour décrire les lancers autour du corps. La plupart du temps on utilise la terminologie anglaise, elle-même flottante et non systématique. Sans être incompatible avec le MMSTD (on peut ainsi écrire le Mills Mess 3<out acal>3<opalac>3 en rajoutant out pour les lancers extérieurs), la notation des figures autour du corps est moins efficace dans le domaine spécifique des croisements de bras étant donné qu’elle ne distingue pas entre lancers intérieurs et extérieurs et qu’elle ne permet pas de construire des diagrammes de transition entre les différents états de croisement.

Limites de la notation[modifier | modifier le code]

Dans son effort de simplification, la notation des figures autour du corps exclut certains aspects :

  • Elle ne rend compte que des figures où un objet traverse les zones formées entre les différentes parties du corps et est ainsi inapplicable à celles où c’est le corps qui traverse l’objet. Elle ne permet pas, par exemple de noter de nombreuses figures autour du corps spécifiques aux anneaux.
  • Elle ne fait pas la différence entre une balle portée et une balle lancée, les zones pouvant être traversées aussi bien par la main qui porte la balle que par la balle seule.
  • Elle ne définit pas la position du corps lors du lancer. Un simple lancer sous la jambe avec la jambe levée sera ainsi noté albol, de la même manière qu’un albert ou un trebla qui obligent à garder les deux pieds au sol.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]