Northrop N-102 Fang

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Northrop N-102
Vue de l'avion.
Illustrations accompagnant le brevet du Northrop N-102 (accordé en mai 1957).

Constructeur Northrop
Rôle Chasseur léger
Équipage
1
Motorisation
Moteur General Electric J79-GE-1
Dimensions
Envergure 9,34 m
Longueur 12,97 m
Performances
Plafond 18 000 m

Le Northrop N-102 Fang (« Croc ») est un prototype d’avion militaire de la guerre froide réalisé aux États-Unis par Northrop Corporation et proposé à l’United States Air Force en 1953[1].

Conception[modifier | modifier le code]

Au début des années 1950, les États-majors occidentaux étaient confrontés à un phénomène préoccupant : modèle après modèle, les avions de combat, et particulièrement les intercepteurs étaient de plus en plus grands, lourds et sophistiqués. Pour essayer d’inverser la tendance, l’United States Air Force adressa le aux principaux constructeurs aéronautiques américains un cahier des charges pour le remplacement, à l’horizon 1957, des North American F-100 Super Sabre du Tactical Air Command par un chasseur léger de supériorité aérienne. Les principales spécifications de ce cahier des charges étaient :

  • une vitesse maximale d’au moins Mach 1,3 à 35 000 pieds (10 700 mètres) ;
  • un rayon d’action de combat de 650 km ;
  • une distance de décollage de 650 m ;
  • une puissance de feu de deux canons de 30 mm ;
  • l’utilisation d’un collimateur optique, avec télémètre radar en option. Par contre la présence d’un radar de recherche n’était pas jugée utile[2].

Plusieurs constructeurs proposèrent un projet :

Chez Northrop, le concepteur du N-102 est Edgar Schmued. Né en Allemagne en 1899, il avait émigré aux États-Unis en 1931 après ses études d’ingénieur. Il avait dirigé la conception du P-51 Mustang chez North American Aviation pendant la Seconde Guerre mondiale[3]. En décembre 1952, il occupait le poste de vice-président de Northrop, responsable des études. Il parvint à convaincre le comité de direction de Northrop de lancer les études préliminaires d’un intercepteur supersonique léger. L’avion est assemblé dans un hangar discret au siège de Northrop, à Hawthorne (Californie)[2].

Le N-102 était un avion à aile delta, complété par un petit stabilisateur monobloc installé immédiatement derrière le bord de fuite de l’aile, qui permettait d’améliorer la manoeuvrabilité et la stabilité de l’avion aux basses vitesses, et de réduire la course de décollage[2]. Son entrée d’air était ventrale[3], configuration qui se retrouvera par la suite sur le General Dynamics F-16 Fighting Falcon. L’aile haute et mince accusait une forte flèche. Plusieurs modèles de turboréacteurs sont envisagés. Le choix se porte sur le tout nouveau General Electric J79[4] de 6 510 kgp, qui devrait permettre au N-102 d’atteindre Mach 2[3].

Le N-102 était beaucoup plus léger que le chasseur lourd F-89 Scorpion précédemment conçu par Northrop[3], difficile à piloter et qui était affligé d’un taux élevé d’accidents. Sa surface ailaire de 25,08 m2 (une fois et demie celle de son concurrent Lockheed CL-246) lui procurait une charge ailaire beaucoup plus faible : de 271 kg/m2 à 325 kg/m2 selon la masse au décollage, variant avec le type de mission et d’armement emporté. L’équipe de Northrop était persuadée que cela lui donnait un avantage sur le plan de la manœuvrabilité[2].

Cependant, l’US Air Force sélectionna le projet de Lockheed en janvier 1953, et passa le un contrat pour la construction de deux prototypes CL-246, renommés XF-104[2]. Ils mèneront à la fabrication en très grande série (plus de 2 500 exemplaires) du F-104 Starfighter.

Postérité[modifier | modifier le code]

En 1954, Northrop abandonne le projet N-102, notamment parce que son gros réacteur J79 est trop coûteux et très gourmand en carburant, ce qui va à l’encontre du concept de « chasseur léger ». Bénéficiant de l’apparition de petits réacteurs compacts, le successeur du N-102 est le N-156 plus léger[2], qui débouchera sur une prolifique famille d’avions d’entraînement (Northrop T-38 Talon)[3] et de chasse : Northrop F-5 Freedom Fighter, F-5E Tiger II et Northrop F-20 Tigershark[5].

Développement lié

Northrop F-5 Freedom Fighter

Aéronefs comparables

Lockheed XF-104

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « A Rand note », Rand Corporation, nos 1787 à 1798,‎ , p. 60 (lire en ligne)
  2. a b c d e f et g Alain Pelletier, « Northrop N-102 "Fang". Le chasseur petite échelle de Northrop », Le Fana de l'aviation, no 516,‎ , p. 70-75.
  3. a b c d et e (Simonsen 2016, p. 149-150)
  4. (en) General Electric Company, Seven decades of progress : a heritage of aircraft turbine technology, Fallbrook, CA, Aero Publishers, (ISBN 0-8168-8355-6, lire en ligne), p. 108
  5. (en) Mark A. Lorell et Hugh P. Levaux, The cutting edge: a half century of fighter aircraft R&D, RAND Corporation, (ISBN 0-8330-2595-3, lire en ligne), p. 114

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Alain Pelletier, « Northrop N-102 "Fang". Le chasseur petite échelle de Northrop », Le Fana de l'Aviation, no 516,‎ , p. 70-75.
  • (en) Erik Simonsen, A Complete History of U.S Combat Aircraft Fly-Off Competitions : Winners, Losers, and What Might Have Been, Forest Lake, MN, (ISBN 1-5800-7227-5, EAN 978-1-5800-7227-4, lire en ligne), p. 149-150.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :