Normes de Castelló

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Normes de Castellón)
Aller à : navigation, rechercher
Normes de Castelló
Règles de Castellón
Image illustrative de l'article Normes de Castelló

Pays Pays valencien
Version originale
Langue catalan
Titre Normes de Castelló
Lieu de parution Castellón
Date de parution

Les Normes de Castelló (en français : Règles de Castellón), également appelées Normes Ortogràfiques de Castelló ou Normes de 32, sont des règles (ou normes) orthographiques élémentaires qui constituent une adaptation au valencien des Normes ortogràfiques coordonnées par Pompeu Fabra pour la langue catalane. Elles furent signées le par les plus importantes institutions culturelles du pays valencien, notamment Lo Rat Penat[1],[2] et le Centre de Culture Valencienne (devenue Real Acadèmia de Cultura Valenciana en 1978).

Présentation[modifier | modifier le code]

Elles s'avèrent être une sorte de compromis, dans le sens où elles sont conformes à l'essence et au style des normes de Fabra et de l'Institut d'Estudis Catalans, tout en permettant l'usage d'éléments idiosyncratiques du valencien. Il ne s'agit pas en réalité de normes orthographiques complètes, mais seulement d'une sorte de guide, exposant des principes généraux. Comme le dit Fabra lui-même, s'adressant aux Valenciens[3],[4] :

« Nous, les Catalans, ne souhaitons rien sinon que vous entrepreniez un travail de forte épuration de votre langue, et que vous ne vous occupiez guère de vous rapprocher de notre catalan ; que vous tâchiez de décastillaniser le valencien et, en l'enrichissant, tenter de le rapprocher de vos grands écrivains médiévaux. »

L'écriture standard du valencien actuel suit globalement ces normes. Toutefois, certaines orthographes aujourd'hui considérées comme incorrectes sont permises par les normes de 1932 (comme atre pour altre).

Certains secteurs culturels et politiques minoritaires[5],[2], partisan d'un sécessionnisme linguistique du valencien par rapport au diasystème catalan, défendent toutefois différentes normes alternatives et exclusives au valencien, en particulier les Normes del Puig, mais dont la diffusion est restée limitée et l'usage semble en déclin depuis 1998[6], année de la création de l'Académie valencienne de la langue, institution fondée par la Generalitat valencienne pour tenter de mettre fin au conflit, et qui s'est prononcée en faveur l'utilisation des Normes de Castellón.

Signataires[modifier | modifier le code]

Personnes ayant signé l'accord sur l'adoption des normes :

Certains signaient à titre individuels et d'autres le faisaient en représentation d'entité, culturelles ou autres.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. L'amarga eixida de Lo Rat Penat
  2. a et b Alfons Vila i Francés, Lo Rat Penat i el conflicte llingüistic, document émis par Lo Rat Penat expliquant sa posture dans le conflit linguistique (texte écrit en valencien non normatif).
  3. Pompeu Fabra, Converses filològiques, § 619 : Nosaltres, els catalans, no desitjaríem altra cosa sinó que emprenguéssiu una obra de forta depuració del vostre idioma, encara que no us preocupéssiu gens d’acostar-vos al nostre català; que tractéssiu de descastellanitzar el valencià i, enriquint-lo, procurar acostar-lo al valencià dels vostres grans escriptors medievals.
  4. (ca) Manuel Sanchis Guarner (préf. Antoni Ferrando), La llengua dels valencians, Valence, Tres i Quatre, , 24e éd. (1re éd. 1933), 394 p. (ISBN 978-84-7502-082-2), p. 344-345
  5. Les principaux secteurs culturels défendant le sécessionnisme du valencien sont représentés par la Real Academia de Cultura Valenciana, entité non officielle fondée à la fin du franquisme par la députation provinciale de Valence, et Lo Rat Penat, qui a peu à peu révisé sa posture initiale à partir du milieu des années 1975, dans le cadre des controverses liées la Bataille de Valence. Les secteurs politiques favorables au sécessionisme, qui ont joué un rôle certain dans la configuration du panorama politique valencien, en dépit de succès électoraux inégaux, sont désignés sous l'appellation de blavéristes.
  6. Calpe 2005, p. 9

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (ca) Àngel V. Calpe, « La producció editorial en les normes de la Real Acadèmia de Cultura Valenciana, 1979-2004 : Una approximació bibliométrica », dans A. Atienza, F. Bens, V.R. Calatayud et al., 25 anys de les Normes valencianes de la RACV, dites d'El Puig. (XIII Jornades de l’Associació d’Escritors en Llengua Valenciana, Valéncia Ciutat, 22 a 24 de novembre de 2004.), València, , 9-139 p. (ISBN 84-89737-75-4)
  • (ca) Francesc Pérez Moragon, Les normes de Castelló, Valence, 3i4, , 142 p. (ISBN 84-7502-057-7)
  • (ca) Vicent Pitarch, Les Normes de Castelló. Textos i contextos (2002)
  • (ca) Abelard Saragossà, Passat, present i futur de les Normes ortogràfiques de Castelló (1932), Valence, Editorial Saò, 1998
  • (ca) Abelard Saragossà, Vicent Pitarch, Manuel Pérez Saldanya, Les Normes del 32, setanta anys després. Homenatge a les Normes de Castelló 1932-2002. Edicions Allioli, Valence, 2002 (ISBN 84-607-6275-0)

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]