Nordine Aït-Hamouda

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un homme politique image illustrant algérien
Cet article est une ébauche concernant un homme politique algérien.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (mars 2011).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Nordine Aït-Hamouda
Defaut 2.svg
Biographie
Naissance
Nationalité
Activité

Amrane AIT-HAMOUDA, dit Nordine, est né le à Tassaft Ouguemoun, Iboudrarèn, près de Tizi Ouzou, en Algérie. Il a été député du Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD) durant 02 mandats: 1997-2002 et 2007-2012. Durant son dernier mandat, il a été vice -président. Actuellement retraité de l'Assemblée populaire nationale (APN), il vit le plus souvent au niveau de son village natal après avoir abandonné toute responsabilité politique au sein de son parti où il est devenu un simple adhérent au niveau local. Depuis les dernières élections sénatoriales, il a été exclu du parti pour avoir fait campagne pour un autre candidat autre que celui présenté par son parti.

Biographie[modifier | modifier le code]

A sa naissance, son père, Amirouche Aït-HAMOUDA, était déjà militant du mouvement national à l'ouest du pays. À la suite de son engagement, ce dernier décide de partir en France en 1950 (il reviendra en Algérie en 1955, intègre l'ALN et sera nommé colonel de la Wilaya de Kabylie en 1957). Cette situation contraint la mère de Nordine à l’emmener chez ses parents à Oued-Fodda, wilaya de Chlef.

Il intègre l'école primaire d'Oued-Fodda en 1956. Durant la même année, sa mère âgée de 27 ans décède. Trois ans plus tard, son père fut abattu lors d'une embuscade tendue par l'armée française le . Après la perte de ses deux parents, Nordine fut pris en charge et élevé par ses grands parents maternels.

En 1963, il est admis au lycée El-Mokrani, ce qui l'amena à quitter la wilaya de Chlef pour étudier à Alger. En 1969, il participa à la grève des lycéens pour revendiquer une meilleure prise en charge des étudiants par l'État.

Activités politiques[modifier | modifier le code]

Sa rencontre avec Said SADI, à l'époque responsable du Mouvement culturel berbère(MCB) en Algérie, eut lieu en 1978 durant les cours que dispensait Mouloud MAMMERI à la faculté centrale. Après les événements d' (Printemps berbère), il devient un militant actif du MCB et s'installe à Tizi-Ouzou en septembre 1980 pour prendre en charge la structuration des enfants de chahids dans le cadre du déploiement du MCB.

En 1983, il subit sa première arrestation avec présentation au parquet, en compagnie de 15 fils de chahids. Depuis cette date, il s'est fait connaître par les manifestations qu'il a organisé dans toute la wilaya de Tizi-Ouzou.

Il est membre fondateur de la Ligue algérienne pour la défense des droits de l'homme en 1985 en compagnie de notamment Ali-Yahia Abdennour et Said SADI.

Durant la même année, différentes manifestations sont organisées par son association sur plusieurs points du territoire national : Tizi Ouzou, Chlef, Alger et Boumerdès. Il fut arrêté et déféré devant la cour de sûreté de l'État et condamné à 12 ans de prison ferme.

Durant sa détention, il a connu les prisons de Tizi-Ouzou, Berrouaghia, Médéa et Blida. Dès sa libération, il reprit le combat avec les familles des détenus encore emprisonnés.

Nordine fait partie des membres fondateurs du RCD créé en février 1989. Il vient d’être exclu pour avoir fait campagne lors des dernières sénatoriales pour un candidat autre que celui qui a été présenté par le parti.