Non-scolarisation

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
En non-scolarisation, le jeu libre et non-dirigé est une part essentielle de l'apprentissage naturel[1].

La non-scolarisation[2] (en anglais : unschooling) est une méthode et une philosophie d'éducation qui emploie et soutient les activités librement motivées des enfants comme moyen premier d'apprentissage de la vie et des compétences. Les jeunes non-scolarisés apprennent des expériences naturelles de la vie, du jeu sous toutes ses formes, des relations humaines et sociales, des livres et d'internet, de la formation professionnelle, du tutorage et du travail... voire de cours ou études supérieures ordinaires choisis librement. Il s'agit aussi de faire confiance aux enfants et à leur profonde motivation, de leur fournir moyens ou ressources y compris humaines et communautaires, en un milieu riche et évolutif qu'ils explorent et apprennent.

Cette philosophie encourage et favorise l'exploration et la compréhension d'activités initiées par l'enfant, l'autonomie sous toutes ses facettes, soutenant que plus l'apprentissage a de sens pour la personne, plus la compréhension est réelle, riche et efficace. Elle remet en question le contrôle, les programmes, la compétition ou le jugement normatif omniprésents dans la scolarisation, y compris l'instruction à domicile. Les critiques de la non-scolarisation y voient une forme extrême d'éducation, prédisant qu'elle mène à un manque, outre de compétences, de socialité, d'autonomie, et de motivation ; tandis que ses partisans affirment que le contraire est vrai[réf. souhaitée] : l'éducation autonome dans la vie réelle permet de mieux vivre et participer au monde réel. Les enquêtes sur l'avenir et la profession des enfants ainsi auto-éduqués montrent une grande satisfaction et un meilleur bien-être[réf. souhaitée], et pour les activités tous types de métiers, avec de fortes proportions de domaines sociaux, créatifs, et indépendants[réf. souhaitée].

L'éducateur John Holt est souvent considéré comme le fondateur de ce mouvement.

Formellement, c'est avant tout une modalité spécifique de l'instruction en famille, qui est permise et pratiquée dans la plupart des pays occidentaux (à l'exception notable de l'Allemagne).

En France[modifier | modifier le code]

En France, la non-scolarisation en établissement scolaire est encadrée par des circulaires du Ministère de l'Éducation et est connue sous la locution d'Instruction en famille (IEF). Quatre associations nationales[3] représentent des parents non-scolarisants et facilitent les rencontres entre enfants « non-sco ». Les démarches pour déclarer un enfant en IEF[4] sont simplifiées depuis quelques années mais le cadre administratif des contrôles[4] tend à se durcir avec le contrôle du maire en plus de celui de l'académie. Notons qu'une partie notable des familles s'inscrivent à un service de cours à distance soit public (CNED) soit privé, et que ce n'est donc qu'une partie mineure des familles déclarées en IEF qui pratique véritablement le unschooling.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Kelly Rolstad et Kathleen Kesson, « Unschooling, Then and Now », Journal of Unschooling and Alternative Learning, vol. 7, no 14,‎ , p. 33 (lire en ligne, consulté le )
  2. « non-scolarisation », Le Grand Dictionnaire terminologique, Office québécois de la langue française (consulté le ).
  3. « sites sur l'IEF », sur www.lesenfantsdabord.org/
  4. a et b « École à la maison », sur www.service-public.fr

Articles connexes[modifier | modifier le code]