Nombre de reproduction de base

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

En épidémiologie, le nombre de reproduction de base ou R0 (ratio 0) d'une infection peut être considéré comme le nombre attendu de cas directement générés par un cas dans une population où tous les individus sont sensibles à l'infection[1],[2].

« Le R0 [est] le nombre moyen de personnes qu’une personne contagieuse peut infecter. Ce taux s’applique, et se calcule à partir d’une population qui est entièrement susceptible d’être infectée, c’est-à-dire qui n’a pas encore été vaccinée ni immunisée contre un agent infectieux.[3] »

Le R0 contribue à estimer le temps de doublement du nombre de victimes d’une épidémie.

Il permet également de déterminer la proportion minimale au sein d'une population (P) qui doit être immunisée par l’infection naturelle ou par vaccination (si disponible) pour empêcher le déclenchement ou la persistance d’une épidémie : . On parle à ce propos d'effet d'immunité collective (immunité grégaire, herd immunity) pour désigner le pourcentage de la population qui devrait être immunisée pour que l’épidémie cesse de prospérer.

Exemples de calcul[modifier | modifier le code]

Si R0 est facile à conceptualiser, le calcul de R0 se révèle difficile.[4] Ainsi, au début de l'épidémie de CoVid-19 en 2019, 12 équipes scientifiques ont cherché à calculer le R0 de la nouvelle maladie : leurs résultats ont varié du simple au quintuple (de 1,5 à 6,68[5]).

Le R0 peut parfois être dépendant de divers facteurs : région, comportements, densité de population, organisation sociale ou saisonnalité.

Valeurs de R0 pour des maladies communes[6]
Maladie Mode de transmission R0
Rougeole aérien 12–18
Coqueluche aérien 12–17
Varicelle aérien 10–12
Diphtérie contact (salive) 6–7
Variole contact 5–7
Polio contact (matière fécale) 5–7
Rubéole aérien 5–7
Oreillons aérien 4–7
VIH/SIDA contact (sang, sperme, sécrétions vaginales) 2–5[7]
Syndrome respiratoire aigu sévère aérien 2–5[8]
Grippe (grippe espagnole de 1918) aérien 2–3[9]
COVID-19 aérien et contact 2-4

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) James Holland Jones. Notes on R0. Stanford University, 1/05/2007
  2. « Qu’est-ce que le « R0 », le taux de reproduction du virus ? », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 1er juillet 2020)
  3. (en) Giulio Viceconte et Nicola Petrosillo, « COVID-19 R0: Magic number or conundrum? », Infectious Disease Reports, vol. 12, no 1,‎ (ISSN 2036-7449 et 2036-7430, PMID 32201554, PMCID PMC7073717, DOI 10.4081/idr.2020.8516, lire en ligne, consulté le 1er juillet 2020)
  4. Paul L. Delamater, Erica J. Street, Timothy F. Leslie et Y. Tony Yang, « Complexity of the Basic Reproduction Number (R0) », Emerging Infectious Diseases, vol. 25, no 1,‎ , p. 1–4 (ISSN 1080-6040, PMID 30560777, PMCID 6302597, DOI 10.3201/eid2501.171901, lire en ligne, consulté le 21 juillet 2020)
  5. Viceconte G & Petrosillo N (2020) COVID-19 R0: Magic number or conundrum?. Infectious Disease Reports, 12(1).
  6. Sauf lorsque des références sont données, les valeurs de R0 proviennent de (en) History and Epidemiology of Global Smallpox Eradication du cours "Smallpox: Disease, Prevention, and Intervention" par le Centers for Disease Control and Prevention (CDC) et l'Organisation mondiale de la santé (OMS), diapositives 16-17. Consulté le 3 mars 2010.
  7. (en) Anderson RM, May RM, « Population biology of infectious diseases: Part I », Nature, vol. 280, no 5721,‎ , p. 361–7 (PMID 460412, DOI 10.1038/280361a0)
  8. (en) Wallinga J, Teunis P, « Different epidemic curves for severe acute respiratory syndrome reveal similar impacts of control measures », Am. J. Epidemiol., vol. 160, no 6,‎ , p. 509–16 (PMID 15353409, DOI 10.1093/aje/kwh255, lire en ligne)
  9. (en) Mills CE, Robins JM, Lipsitch M, « Transmissibility of 1918 pandemic influenza », Nature, vol. 432, no 7019,‎ , p. 904–6 (PMID 15602562, DOI 10.1038/nature03063, lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]