Nombre de Reynolds

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le nombre de Reynolds est un nombre sans dimension utilisé en mécanique des fluides. Il a été mis en évidence en 1883 par Osborne Reynolds. Il caractérise un écoulement, en particulier la nature de son régime (laminaire, transitoire, turbulent).

Définition[modifier | modifier le code]

Le nombre de Reynolds représente le rapport entre les forces d'inertie et les forces visqueuses. Ce nombre sans dimension apparaît naturellement en adimensionnant les équations de Navier-Stokes.

On le définit de la manière suivante :

avec :

  • , vitesse caractéristique du fluide [m/s]
  • , dimension caractéristique [m]
  • , viscosité cinématique du fluide [m2/s]

avec :

d'où la formulation classique :

Les unités sont indiquées à titre purement indicatif, un nombre sans dimension ayant la même valeur dans tout système d'unités cohérent.

Le nombre de Reynolds représente également le rapport (qualitatif) du transfert par convection au transfert par diffusion de la quantité de mouvement.

Il est important de noter que le nombre de Reynolds ne donne qu'un ordre de grandeur. La dimension caractéristique et vitesse caractéristique qui interviennent dans la formule sont également des ordres de grandeur. Ainsi, pour un fluide circulant dans un tuyau cylindrique de rayon R, on pourra prendre L = R (rayon) ou L = 2R (diamètre) ou tout autre distance de cet ordre de grandeur selon la convention choisie, mais le nombre de Reynolds correspondant restera du même ordre de grandeur.

Essais de modèles[modifier | modifier le code]

Le sous-marin américain Albacore dans la soufflerie 30 × 60 pieds de Langley.

Les essais de maquette de navires ou d'avions devraient être effectués en similitude de Reynolds, ce qui obligerait à compenser la taille réduite du modèle par une vitesse plus élevée que la vitesse au réel. En conditions d'essais, le nombre de Reynolds du modèle réduit est quasiment toujours inférieur, voire très inférieur à celui du réel. Ceci pose de gros problèmes d'extrapolation des résultats au réel et explique pourquoi les souffleries et les bassins de carènes sont des installations de grandes dimensions afin d'autoriser des mesures sur les modèles les plus grands possibles.

Le fait qu'on puisse tester des sous-marins dans une soufflerie (comme ci-contre), donc dans un autre fluide (l'air) que leur fluide naturel (l'eau), montre bien à quel point le Reynolds règne en maître sur les écoulements de tous les fluides. Les essais de maquettes de navires doivent de même être effectués en similitude de Froude pour reproduire au bassin le même système de vague qu'au réel ; le nombre de Reynolds du modèle est alors obligatoirement plus faible qu'au réel.

En magnétohydrodynamique, il est aussi possible de définir un nombre de Reynolds : le nombre de Reynolds magnétique. Cependant, celui-ci n'est pas plus proche du nombre de Reynolds dans sa définition que d'autres nombres adimensionnés utilisés en hydrodynamique pour quantifier l'importance relative de deux effets, comme le nombre de Grashof.

Nombre de Reynolds et régimes d'écoulement[modifier | modifier le code]

En fonction des nombres de Reynolds croissants, on distingue quatre régimes principaux : régime de Stokes, régime laminaire, régime transitoire, régime turbulent.

L'écoulement de Stokes correspond aux très faibles valeurs du Reynolds (inférieures à 1). Dans ce cas les forces d'inertie liées aux vitesses étant négligeables, les forces visqueuses et les forces de pression s'équilibrent. Cette notion correspond au domaine de la microfluidique ou de la décantation de petites particules. Pour des valeurs plus élevées du Reynolds, les forces d'inertie entrent en jeu : c'est le domaine de la dynamique des fluides.

Dans ce dernier domaine, on observe d'abord un écoulement laminaire avec des lignes de courant bien identifiées. Dans ce type d'écoulement l'effet de la viscosité s'atténue au fur et à mesure que l'on s'éloigne des parois, les vitesses du fluide tendant à s'homogénéiser. Il est alors souvent commode de considérer que l'approximation du fluide parfait (fluide non visqueux justiciable du théorème de Bernoulli) est suffisante hors des zones proches d'une paroi, zones appelées couches limites. Ces dernières concentrent les effets visqueux qui peuvent y être modélisés sous une forme simplifiée.

À partir d'un certain Reynolds se produit une transition qui fait apparaître des instabilités dues à l'amplification des perturbations. La valeur du Reynolds de transition et la nature des instabilités dépendent essentiellement du type d'écoulement considéré.

Ensuite, les instabilités augmentent au point de donner naissance à un phénomène chaotique dans lequel il est difficile de voir une organisation : c'est la turbulence.

Cx de la sphère dans toute la plage de Reynolds possible

On obtient une bonne représentation de l'importance du Reynolds quand on dresse le graphe du Cx de la sphère dans toute l'étendue possible des Reynolds. Ce Cx varie dans des proportions considérables entre les bas Reynolds (Re < 1, où la sphère se trouve en écoulement de Stokes[1] ) et la plage de Newton[2] (entre les Reynolds diamétraux 1 000 et 300 000) où son Cx prend des valeurs proches de 0,5. Au-delà d'un Reynolds critique de 300 000, se produit la crise de traînée de la sphère, phénomène qui fut correctement quantifié (mais incompris) en premier par G. Eiffel dans sa soufflerie d'Auteuil[3] : le Cx est alors divisé par plus de 5. Ce phénomène est dû à la transition de la couche limite autour de la sphère depuis l'état laminaire jusqu'à l'état turbulent.

Un tel phénomène de crise (phénomène lié essentiellement au Reynolds mais aussi à la rugosité du corps comme le montre le graphe) existe aussi pour les corps 2D (comme les cylindres ou les profils d'ailes[4]) et 3D (comme les formes de moindre traînée).

Exemples[modifier | modifier le code]

  • Dans une conduite à section circulaire, la dimension caractéristique est le diamètre. L'écoulement est laminaire lorsque le nombre de Reynolds est inférieur à une valeur critique pour laquelle se produit une transition assez brutale vers le turbulent. 2400 est la valeur généralement retenue pour cette transition mais, dans des conditions soignées (paroi particulièrement lisse, stabilité de la vitesse), la transition peut se produire pour une valeur plus élevée. On considère souvent que la transition peut se produire entre 2 000 et 3 000.
  • Sur un cylindre à section circulaire placé dans un écoulement, la dimension caractéristique est le diamètre. On obtient un écoulement proprement laminaire qui s'ajuste parfaitement à l'obstacle jusqu'à un nombre de Reynolds de l'ordre de 1 ; un sillage turbulent apparaît à l'aval aux environs de 3 000. Entre les deux, la transition se fait à travers diverses formes de sillages tourbillonnaires.
  • Avec une plaque plane située dans le lit de l'écoulement, la dimension caractéristique est la distance d'un point au bord d'attaque. Ce paramètre permet de décrire l'évolution de la couche limite. Si le bord d'attaque présente une arête émoussée, la couche limite est turbulente dès le début. Dans le cas d'un bord effilé, la couche limite est laminaire sur une certaine longueur, puis devient turbulente ensuite. Cette laminarité se maintient jusqu'à une distance qui correspond au Reynolds critique de l'ordre de 5×105 marquant la transition du type d'écoulement, la zone située au-delà développant une couche limite turbulente.
  • Lorsque la plaque plane est remplacée par un profil d'aile, la distribution d'épaisseur le long de la corde (et le gradient de pression négative associé) de certains profils dits « laminaires » stabilise la laminarité et permet de reculer le point de transition bien au-delà de 5×105 : des valeurs de 7×106 sont possibles dans des conditions aérologiques non turbulentes (difficiles à obtenir en soufflerie) sur une surface parfaitement lisse (ailes de planeurs).
  • Un corps profilé comme un fuselage (Piaggio P180 Avanti) peut avoir une transition reculée jusqu'au Reynolds 50×106, également dans des conditions idéales.
Nombre de Reynolds des corps volants ou se déplaçant dans l'air

On peut aussi dessiner un panorama des Reynolds de tous les corps volants (ou plus généralement se déplaçant dans l'air) en fonction de leur vitesse. Cela donne le graphe à effleurer présenté ci-contre où apparaissent également les longueurs caractéristiques utilisées pour le Reynolds (diagonales bleues).

En médecine[modifier | modifier le code]

Les modifications de régime d'écoulement entraînées par la compression d'une artère, en règle générale l'artère humérale, lors de la prise de la pression artérielle sont responsables d'un bruit (« bruits de Korotkoff ») et permettent, par l'auscultation de l'artère en aval de la compression, de connaître la pression systolique -apparition du bruit-, et la pression diastolique -disparition du bruit.

En hydromécanique[modifier | modifier le code]

Article connexe : Hydromécanique.

Dans un circuit ou système hydraulique ou oléohydraulique l'écoulement doit toujours être, si possible, laminaire avec, comme seule dissipation d'une partie de l'énergie mécanique, sa transformation en chaleur. Au-delà il est en phase dite critique, puis en régime turbulent qui utilise une partie de l'énergie mécanique pour créer des mouvements de plus en plus désordonnés, le rendement chutant alors considérablement.

Sur un schéma hydraulique pour calculer les pertes en charges et le rendement d'un système hydraulique, il faut soit ajouter chaque élément pour obtenir le nombre de Reynolds complet, soit utiliser un abaque pour définir les diamètres des tuyauteries, raccords et flexibles hydraulique

La similitude des fluides[modifier | modifier le code]

Deux écoulements à géométrie équivalente pour lesquels les nombres de Reynolds sont égaux sont dits semblables. Pour qu'une expérience de modèle réduit d'un écoulement donne bien un écoulement semblable (c'est-à-dire identique à changements d'échelles de temps, de distance et de masse près) à l'écoulement en grandeur nature, il faut que :

Les valeurs marquées d'un astérisque « * » font référence à l'écoulement dans le modèle réduit et les autres valeurs à l'écoulement en grandeur nature. Ceci est utile pour les expériences sur les modèles réduits en veine liquide ou en tunnel aérodynamique où on récupère les données pour les écoulements en grandeur réelle. Pour les fluides compressibles, les nombres de Mach doivent aussi être égaux pour les deux fluides afin qu'ils puissent être considérés comme équivalents. De manière générale, il faut que les nombres sans dimension caractéristiques de l'écoulement soient identiques dans les deux écoulements.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le fait que le Cx de la sphère atteint des valeurs astronomiques aux très bas Reynolds prouve simplement qu'un tel Cx n'a plus de signification physique dans ce régime (dit de Stokes). Si l'on utilise le Cx de Lamb (ou Cx linéaire) on observe sa constance dans ce régime (la traînée y vaut et donc le Cx de Lamb en référence au diamètre )
  2. On nomme ainsi cette plage parce qu'Isaac Newton y fit les premières mesures de Cx de la sphère.
  3. À la grande surprise d'Eiffel et de ses collaborateurs puisque, pour la première fois depuis qu'ils faisaient des mesures dans leur soufflerie, la traînée d'un corps leur apparaissait comme n'étant plus simplement liée au carré de la vitesse. Il semble cependant que la crise de traînée avait été constatée (au moins qualitativement) par Giulio Costanzi de la Brigada Specialisti, à Rome. Notons que dans les pays anglophones, la crise de traînée de la sphère est nommée "Eiffel paradox" (voir Drag crisis).
  4. Voir à ce sujet cette courbe.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Peter Smith Stevens (trad. J. Matricon, D. Morello), Les Formes dans la Nature [« Patterns in Nature »], Éditions du Seuil, coll. « Science ouverte », (réimpr. 1978), 240 p., 22 × 27 cm (ISBN 2-02-004813-2), chap. 3 (« Écoulements »), p. 59-68
    Offre une présentation simple et détaillée du nombre de Reynolds et du phénomène de tourbillon.

Articles connexes[modifier | modifier le code]