Aller au contenu

Nolléval

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Nolléval
Nolléval
La mairie.
Blason de Nolléval
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Seine-Maritime
Arrondissement Dieppe
Intercommunalité Communauté de communes des 4 rivières
Maire
Mandat
Karine Lemoine
2020-2026
Code postal 76780
Code commune 76469
Démographie
Gentilé Nollévalais, Nollévalaises
Population
municipale
420 hab. (2021 en diminution de 6,46 % par rapport à 2015)
Densité 42 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 29′ 41″ nord, 1° 28′ 56″ est
Altitude Min. 71 m
Max. 206 m
Superficie 9,93 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Rouen
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Gournay-en-Bray
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Nolléval
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Nolléval
Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime
Voir sur la carte topographique de la Seine-Maritime
Nolléval
Géolocalisation sur la carte : Normandie
Voir sur la carte administrative de Normandie
Nolléval

Nolléval est une commune française située dans le département de la Seine-Maritime en région Normandie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La Rivière l'Andelle est le seul cours d'eau traversant Nolléval.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

En 2010, le climat de la commune est de type climat océanique dégradé des plaines du Centre et du Nord, selon une étude du CNRS s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[1]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat océanique et est dans la région climatique Côtes de la Manche orientale, caractérisée par un faible ensoleillement (1 550 h/an) ; forte humidité de l’air (plus de 20 h/jour avec humidité relative > 80 % en hiver), vents forts fréquents[2]. Parallèlement le GIEC normand, un groupe régional d’experts sur le climat, différencie quant à lui, dans une étude de 2020, trois grands types de climats pour la région Normandie, nuancés à une échelle plus fine par les facteurs géographiques locaux. La commune est, selon ce zonage, exposée à un « climat contrasté des collines », correspondant au Pays de Bray, bien arrosé et frais[3].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 10,2 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 14,1 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 825 mm, avec 12,9 jours de précipitations en janvier et 8,3 jours en juillet[1]. Pour la période 1991-2020 la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique la plus proche, située sur la commune de Forges-les-Eaux à 14 km à vol d'oiseau[4], est de 10,7 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 860,1 mm[5],[6]. Pour l'avenir, les paramètres climatiques de la commune estimés pour 2050 selon différents scénarios d’émission de gaz à effet de serre sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[7].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Nolléval est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[8],[9],[10].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Rouen, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 317 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[11],[12].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (84,8 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (88 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : prairies (38,7 %), terres arables (35,1 %), forêts (11,9 %), zones agricoles hétérogènes (11 %), zones urbanisées (3,3 %)[13]. L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous la forme Loteneisval en 1040 et 1048[Note 3],[14], Noelesval et Noleval au XVIIe siècle[14], Nolleval en 1793[15], Noleval en 1801[15].

La mention Loteneisval est isolée[14], au début du XIe siècle[16].

Histoire[modifier | modifier le code]

Nolléval est issu de la fusion en 1824 de trois communes : Nolléval, Boulay et Montagny-sur-Andelle. L'église Saint-Jacques de Montagny est démolie en 1832. Il reste en 1870 le chœur du XIIIe siècle, devenu une chapelle.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
    Jean Guesdon du Lesmont   Propriétaire
Conseiller général d'Argueil (1848 → 1852)
1870 1875 Louis-François-Ephrem
Guesdon du Lesmont
  Propriétaire
Conseiller général d'Argueil (1871 → 1875)
vers 1884   Charles Vigneron    
1930   M. Leroux    
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1989 2014 Jacques Carré Apparenté FN retraité
2014[17] mai 2020 Raymond Dupard    
juillet 2020[18] En cours
(au 10 août 2020)
Karine Lemoine    

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[19]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[20].

En 2021, la commune comptait 420 habitants[Note 4], en diminution de 6,46 % par rapport à 2015 (Seine-Maritime : −0,14 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
370329346285582616598544552
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
507523515503474430472471439
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
393381413409403446418432402
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
441412402347335303375390433
2015 2020 2021 - - - - - -
449424420------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[15] puis Insee à partir de 2006[21].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église.

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Site classé

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Nolléval

Les armes de la commune de Nolléval se blasonnent ainsi :

Parti: au 1er de sinople à la tour d'argent maçonnée de sable ; au 2e d'azur à trois ondes en fasce d'argent ; le tout sommé d'un chef de gueules chargé de cinq besants d'or.

Création de J. Carré, délibération validée en préfecture en janvier 1980.

Cartes postales anciennes[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Louis-François-Ephrem Guesdon du Lesmont (1809-1875)
    Né à Rouen le , conseiller général en 1851, donne sa démission en 1852 et redevient conseiller général en 1871, maire de Nolléval de 1870 à 1875, président du Comice agricole de Neufchâtel-en-Bray, du Syndicat de la rivière d'Andelle et de la Société centrale des chasseurs.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Archives de la Seine-Maritime, 14 H 829.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.

Cartes[modifier | modifier le code]

  1. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  2. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le )
  3. GIEC normand, Le climat en Normandie : présentation et évolution, , 18 p. (lire en ligne), p. 2
  4. « Orthodromie entre Nolléval et Forges-les-Eaux », sur fr.distance.to (consulté le ).
  5. « Station Météo-France « Forges » (commune de Forges-les-Eaux) - fiche climatologique - période 1991-2020 », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  6. « Station Météo-France « Forges » (commune de Forges-les-Eaux) - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  7. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.fr, (consulté le )
  8. « Typologie urbain / rural », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  9. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  10. « Comprendre la grille de densité », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  11. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Rouen », sur insee.fr (consulté le ).
  12. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  13. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le ).
  14. a b et c Jean Adigard des Gautries, Les noms de lieux de la Seine-Maritime attestés entre 911 et 1066 : (suite), vol. 3, Annales de Normandie, , p. 313.
  15. a b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  16. Charles de Robillard de Beaurepaire et dom Jean Laporte, Dictionnaire topographique du département de la Seine-Maritime, t. 2, Paris, 1982-1984 (lire en ligne), p. 722.
  17. « Raymond Dupard présente adjoints et conseillers : Élection le week-end dernier, celle du conseil de Nolléval qui se déroulait en matinée samedi dernier sous la présidence du maire sortant Jacques Carré. Ce dernier a dû céder l’écharpe à son ancien premier adjoint, qui a obtenu 10 voix et une abstention, Raymond Dupard est ainsi élu maire de Nolléval. », L'Éclaireur - La Dépêche,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  18. « Liste des maires » [PDF], Listes des élus, Préfecture de la Seine-Maritime, (consulté le ).
  19. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  20. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  21. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.