Noire n'est pas mon métier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Noire n'est pas mon métier
Image illustrative de l’article Noire n'est pas mon métier
Les seize actrices lors du festival de Cannes 2018.

Auteur Collectif
Pays Drapeau de la France France
Directeur de publication Aïssa Maïga
Genre manifeste, essai, témoignage
Éditeur Charlotte Rotman, pour les Éditions du Seuil
Lieu de parution Paris
Date de parution 3 mai 2018
Couverture Frédéric Stucin (photo)[1],[N 1]
ISBN 978-2-02-140119-6

Noire n'est pas mon métier est un essai collectif initié par l'actrice française Aïssa Maïga et publié aux Éditions du Seuil le 3 mai 2018. Se présentant comme un « livre-manifeste »[E 1],[2], il se compose de témoignages et réflexions de seize comédiennes françaises noires ou métisses : Nadège Beausson-Diagne, Mata Gabin, Maïmouna Gueye, Eye Haïdara, Rachel Khan, Aïssa Maïga, Sara Martins, Marie-Philomène Nga, Sabine Pakora, Firmine Richard, Sonia Rolland, Magaajyia Silberfeld, Shirley Souagnon, Assa Sylla, Karidja Touré et France Zobda.

L'ouvrage dénonce les discriminations et les stéréotypes dont les femmes noires et métisses sont victimes dans le milieu du cinéma français[3] mais aussi à la télévision, au théâtre et dans le monde culturel en général[2]. Les contributrices de l'ouvrage espèrent ainsi enclencher un véritable mouvement collectif et obtenir une meilleure représentation de la diversité[4]. Certaines sources parlent d'ailleurs, de façon abusive, de « collectif Noire n'est pas mon métier » pour désigner ce groupe d'actrices[1],[5],[6]. Celles-ci ont bien créé un collectif en parallèle, mais il se nomme « Diaspora »[6],[7].

Genèse[modifier | modifier le code]

Contexte : représentation des Noirs dans le cinéma français[modifier | modifier le code]

Dans l'entre-deux-guerres, les Noirs disposent parfois de rôles intéressants, au point que Joséphine Baker devienne la première star noire du cinéma mondial, et des films comme Daïnah la métisse (1931) obtiennent un certain succès, mais le reflux se fait dès la fin des années 1930[8].

Si depuis les années 1990, le cinéma américain offre aux Noirs des rôles qui ne sont plus forcément réductibles à leur couleur de peau (Will Smith, Forest Whitaker, Denzel Washingtonetc.), tel n'est pas le cas en France[8]. Selon l'acteur Greg Germain, qui a interprété un rôle principal de médecin dans la série Médecins de nuit à la fin des années 1970, la montée du Front national au début des années 1980 aurait d'une certaine manière stoppé les velléités de progrès des acteurs noirs[8].

Préoccupation fortement soulevée depuis le début des années 2010[9],[10],[11], la place des Noirs dans le cinéma français est particulièrement mise en question en 2016 après la polémique #OscarsSoWhite à Hollywood. Sur France Info, la journaliste Maïté Koda analyse alors les onze cérémonies des César de 2005 à 2015 pour les six catégories d'interprétation[N 2] et celles de meilleur film et de meilleur(e) réalisateur(trice) ; elle dénombre seulement dix nominations d'artistes d'origine africaine ou antillaise[N 3] (soit 1,6% du total), et seulement deux lauréats (Omar Sy, meilleur acteur en 2012, et Abderrahmane Sissako, meilleur film et meilleur réalisateur en 2015), illustrant ainsi leur faible représentation dans le cinéma français[12]. Sur l'ensemble des trois cérémonies qui se sont déroulées entre la publication de l'article de Maïté Koda et celle de Noire n'est pas mon métier, deux actrices noires ou métisses sont récompensées (Zita Hanrot comme meilleur espoir en 2016 et Déborah Lukumuena comme meilleur second rôle en 2017) et trois autres interprètes noirs ou métisses obtiennent des nominations[N 4].

En 2016, le film Bande de filles de Céline Sciamma (dont deux actrices sont impliquées dans le livre Noire n'est pas mon métier) est encensé par la critique, entre autres pour le choix d'une distribution très majoritairement noire, mais d'autres points de vue considèrent au contraire que ce long métrage peut également conforter la place des actrices noires dans des représentations très stéréotypées[13]. Toujours en 2016, Régis Dubois consacre un ouvrage à la question : Les Noirs dans le cinéma français : de Joséphine Baker à Omar Sy[8].

Lorsque le livre est publié, le film américain Black Panther, premier film Marvel avec un super-héros noir, connaît un succès mondial[14]. En revanche, en mars 2018, l'audience est décevante pour la mini-série française Le Rêve français, interprétée par un casting majoritairement noir[15] (dont deux contributrices de Noire n'est pas mon métier, Aïssa Maïga et Firmine Richard, alors qu'une troisième, France Zobda, fait partie des producteurs).

Genèse de l'ouvrage[modifier | modifier le code]

Environ un an avant la publication de Noire n'est pas mon métier, Aïssa Maïga visionne le documentaire Ouvrir la voix, réalisé par Amandine Gay[16]. Au début du film, elle y voit son propre nom suivi d'un point d'interrogation, puis plusieurs Françaises, toutes noires, sont interrogées, avec pour défi de lister cinq actrices françaises noires ; Aïssa Maïga est le seul nom qu'elles parviennent à citer[16]. Perturbée par cette prise de conscience, l'actrice décide alors d'écrire un texte à propos de ce statut d'exception et de donner aussi la parole à d'autres actrices françaises noires[16]. Elle contacte alors les futures contributrices du livre au début de l'année 2018[7]. Alors qu'elle travaille sur un autre projet avec la journaliste et éditrice Charlotte Rotman, cette dernière s'investit alors dans la publication du livre[7]. Les textes sont écrits en l'espace d'un mois[7]. Le groupe de contributrices est constitué d'actrices d'âges divers et d'origines géographiques et sociales variées[17].

Bien que la situation sociale et historique soit différente en France, l'ouvrage s'inspire en partie des évolutions de la société américaine et d'Hollywood en particulier, par exemple du mouvement de protestation « #OscarsSoWhite » qui critiquait l'absence de diversité parmi les nominations des Oscars 2015[16]. La démarche du livre, qui lutte contre les injustices et les inégalités, est également féministe et s'inscrit aussi dans un contexte de libération de la parole des femmes dans la lignée du mouvement MeToo[3],[14].

Promotion et écho de l'ouvrage[modifier | modifier le code]

Noire n'est pas mon métier paraît le [7]. Pour accentuer l'impact du livre, l'éditeur souhaite qu'il sorte au moment d'un évènement cinématographique important[7]. Ainsi, moins de deux semaines après la sortie du livre, pour la promotion de l'ouvrage et de leurs messages, les seize actrices montent ensemble les marches du Palais des festivals, le , lors du Festival de Cannes[4], dans le cadre de la projection du film Burning[5],[6]. Sur les marches, elles lèvent le poing et dansent sur le titre Diamonds de Rihanna[6]. Cette action intervient quelques jours après une autre montée des marches engagée[6], celle de 82 femmes pour mettre en avant le faible nombre de réalisatrices sélectionnées durant toute l'histoire du festival[18].

Rapidement, leur démarche reçoit un écho important en France[16].

Le 17 juin 2018, à l'exception de Rachel Khan, toutes les contributrices de Noire n'est pas mon métier sont invitées aux côtés d'Angélique Kidjo dans l'émission de France Inter Vous les femmes, présenté par Daniel Morin[1].

L'ouvrage ne pouvant suffire à faire évoluer la situation, Aïssa Maïga et les autres participantes espèrent qu'il permettra d'ouvrir un dialogue avec les diffuseurs, le CNC et le ministère de la Culture[15]. Le livre s'accompagne par ailleurs de la création d'un collectif appelé Diaspora[6],[7].

Rachel Khan et Nadège Beausson-Diagne sont présentes à la première université d'été du féminisme[19], organisée les 14 et 16 septembre 2018 par le secrétariat d'État pour l'égalité en hommes et femmes.

Contenu[modifier | modifier le code]

Liste des chapitres[modifier | modifier le code]

Les contributrices de l'ouvrage lors du Festival de Cannes 2018.

Prologue excepté, les différents chapitres sont présentés dans le livre par ordre alphabétique des noms de famille des contributrices.

Messages et idées[modifier | modifier le code]

Si la diversité des seize contributrices permet une certaine variété des témoignages et met en avant la singularité de chacune, l'ouvrage est également emprunt d'une certaine choralité, avec des problématiques qui se rejoignent, comme la perte de confiance en soi ou la tendance au renoncement[17]. Malgré la gravité des propos, les textes peuvent faire preuve d'humour comme de qualités littéraires voire poétiques[17].

Le livre fait remarquer le faible nombre de rôles proposés aux actrices noires, notamment pour les personnages les plus importants[2],[20]. De plus, les protagonistes attribuées aux comédiennes noires, sont généralement subalternes[4] et souvent stéréotypées, avec une récurrence de femmes prostituées[2], de mères célibataires accumulant les difficultés[2], de « mamas en boubous »[2], d'infirmières[14], ou encore d'immigrantes[16], régulièrement affublées d'un fort accent « africain »[16]. Les comédiennes revendiquent ainsi la possibilité d'obtenir n'importe quel type de rôle[2]. Inversement, ces actrices ont rarement la possibilité d'interpréter d'autres rôles, par exemple des avocates[14]. Plusieurs contributrices, comme Karidja Touré, remarquent une évolution récente mais toutes appellent à une accélération de ce changement d'état d'esprit[2].

D'autre part, les différents témoignages mettent en avant les humiliations subies par les actrices noires, notamment lors des castings, ainsi que les actes de harcèlement sexuel[16] et la vision fantasmée et érotisées du corps des femmes noires[17],[21]. L'ouvrage fait parfois référence aux acteurs noirs et à d'autres minorités, mais, la parole étant laissée seulement à des actrices noires et métisses, il est sous-tendu par un féminisme intersectionnel[5],[21].

Les différentes anecdotes négatives ne nomment pas les personnes ou les œuvres concernées, mais il est possible d'en identifier quelques-uns, notamment le film L'Âge d'homme... maintenant ou jamais ! qu'Aïssa Maïga évoque sans l'identifier quand elle s'indigne d'avoir été absente de l'affiche[21]. En revanche, même si certaines restent également anonymes, des personnes sont saluées pour leur attitude ou leurs décisions, comme Céline Sciamma, Coline Serreau, François Ozon, Alain Maratrat (en) ou encore Alexandre Castagnetti[21].

Les différents constats et les indignations n'impliquent pas de victimisation de la part des contributrices, qui laissent aussi la place à l'espoir et à la volonté d'aller de l'avant[17],[21].

Édition[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Une photo de groupe s'étale sur la couverture et la quatrième de couverture. Elle regroupe seulement treize des contributrices de l'ouvrage puisque trois d'entre elles (Eye Haïdara, Magaajyia Silberfeld et Shirley Souagnon) sont absentes lors de la prise de vue.
  2. Il existe six récompenses différentes pour les acteurs et les actrices : César du meilleur acteur, César de la meilleure actrice, César du meilleur acteur dans un second rôle, César de la meilleure actrice dans un second rôle, César du meilleur espoir masculin et César du meilleur espoir féminin.
  3. Ces dix nominations, qui concernent huit personnes, sont les suivantes : Aïssa Maïga (meilleur espoir en 2007), Ralph Amoussou (meilleur espoir en 2009), JoeyStarr (meilleur second rôle en 2010 puis en 2012), Yahima Torres (meilleur espoir en 2011), Omar Sy (meilleur acteur en 2012), Abderrahmane Sissako (meilleur film et meilleur réalisateur en 2015), Karidja Touré (meilleur espoir en 2015) et Marc Zinga (meilleur espoir en 2015).
  4. Omar Sy est à nouveau comme meilleur acteur en 2017, Corentin Fila est nommé comme meilleur espoir en 2017 et Eye Haïdara comme meilleur espoir en 2018.

Source primaire[modifier | modifier le code]

  1. Aïssa Maïga, « Prologue : Noire n'est pas mon métier », p. 12

Autres références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c « Noire n'est pas mon métier ! », sur franceinter.fr, .
  2. a b c d e f g et h Alexandra du Boucheron et Sandrine Etoa-Andegue, « "Noire n'est pas mon métier" : 16 actrices signent un livre-manifeste pour une représentation plus juste au cinéma », sur francetvinfo.fr, .
  3. a et b « « Noire n’est pas mon métier » : des actrices dénoncent un racisme latent du cinéma français », sur lemonde.fr, .
  4. a b et c Jean Talabot, « Noire n'est pas mon métier : naissance d'un mouvement à Cannes », sur lefigaro.fr, .
  5. a b et c Charlotte Arnaud, « Le collectif "Noire n'est pas mon métier" éblouit la Croisette pour la projection de Burning », sur grazia.fr, .
  6. a b c d e et f Aurélie Lainé, « En direct de Cannes. Pourquoi 16 femmes noires ont dansé sur le tapis rouge. », sur telestar.fr, .
  7. a b c d e f et g Brigitte Baronnet, « "Noire n'est pas mon métier" : 16 actrices le poing levé sur les marches de Cannes », sur allocine.fr, .
  8. a b c et d « Régis Dubois & les Noirs dans le cinéma », sur diasporamix.com, (consulté le 22 août 2018)
  9. Aurélia Morvan, « César 2012: le cinéma français ne fait pas de place aux noirs », sur slate.fr, (consulté le 22 août 2018)
  10. Laure Croiset, « César 2015 : quelle place pour les Noirs dans le cinéma français ? », sur challenges.fr, (consulté le 22 août 2018)
  11. Clémentine Gallot, « “Où sont les jeunes comédiennes noires aujourd'hui en France?” », sur cheekmagazine.fr, (consulté le 22 août 2018)
  12. Maïté Koda, « La place des Noirs dans le cinéma français: les chiffres des Césars », sur francetvinfo.fr, (consulté le 22 août 2018)
  13. Clémence Bodoc, « « Bande de filles », un film encensé pour de mauvaises raisons », sur madmoizelle.com, (consulté le 22 août 2018)
  14. a b c et d « Noire n'est pas mon métier : des actrices dénoncent un racisme latent du cinéma français », sur lefigaro.fr, .
  15. a et b Isabelle Dhombres, « Noire n'est pas mon métier : un livre qui dénonce la discrimination », sur telestar.fr, .
  16. a b c d e f g et h (en) Jordan Mintzer, « French Actress Aissa Maiga on Her Eye-Opening Bestseller 'My Profession is Not Black' », sur hollywoodreporter.com, .
  17. a b c d et e Sylvie Chalaye, « « Noire n’est pas mon métier » : les voix de seize lucioles du cinéma français », sur africultures.com, .
  18. Aurélie Lainé, « En direct de Cannes. Pourquoi 82 femmes ont monté ensemble les marches. », sur telestar.fr,
  19. « Pourquoi la première université d'été du féminisme de Schiappa fait polémique », L'Obs,‎ (lire en ligne)
  20. « Cinéma : à l'occasion du festival de Cannes les actrices noires réclament le droit à la lumière », sur tv5monde.com, =2018-05-03 (consulté le 22 août 2018)
  21. a b c d et e Raphaël Jullien, « Abus de bouquins : Noire n'est pas mon métier », sur abusdecine.com, .

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Ouvrage sur un sujet connexe :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :