Noble Tour

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Noble Tour
Lille noble tour.jpg
Présentation
Type
Architecte
Jehan Sceutre
Construction
1402-1422
Statut patrimonial
Localisation
Pays
Commune
Coordonnées
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte du Nord
voir sur la carte du Nord
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Lille
voir sur la carte de Lille
Red pog.svg

La Noble Tour est un ancien bastion des remparts de Lille et est le dernier vestige des fortifications médiévales de la ville. Elle a été rebaptisée en 1975 sous le nom de « Mémorial départemental de la Résistance et de la Déportation ».

Description[modifier | modifier le code]

La Noble Tour est un ancien bastion des remparts de Lille[1] et est le plus vieil édifice fortifié de Lille. Elle est desservie par la station de métro Lille Grand Palais. Elle est classée Monument historique depuis mars 1922[2].

Historique[modifier | modifier le code]

La Noble Tour faisait partie du plan de défense de Lille lors de la guerre de Cent Ans contre les envahisseurs français. C'est, en effet, le duc de Bourgogne et comte de Flandre, Philippe II de Bourgogne dit Philippe le Hardi, qui en décida la construction en 1402 et confia les travaux qui durèrent 20 ans à Jehan Sceutre.

En 1667, la tour est en partie abîmée lors du siège de Lille. Vauban la restaure en 1672 afin qu'elle retrouve sa place dans son nouveau schéma défensif de la ville. Il décide de la couvrir avec un ouvrage à cornes[1]. En 1803, elle sert d'entrepôt à poudre[1]. En 1875, elle est remise aux services de l'artillerie qui s'en servent comme entrepôt à bois de démolition. L'incendie de l'Église Saint-Sauveur de Lille en 1896 abîme la tour, une partie du mur s'effondre. En 1911, elle est louée deux francs par an à la Commission historique du Nord pour dégager sa base afin d'assurer la conservation de cet ouvrage[3].

La Noble Tour va devenir après-guerre un lieu de mémoire de la Résistance de la Seconde Guerre mondiale que le général de Gaulle inaugurera en 1959. Elle renferme des cendres provenant des camps de la mort dans une urne de pierre et porte une sculpture d'André Bizette-Lindet en souvenir des victimes.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Jean-Joseph Regnault-Warin, Lille ancienne et moderne, Lille, Castiaux, , 336 p. (lire en ligne), p. 241.
  2. « La Noble Tour », notice no PA00107728, base Mérimée, ministère français de la Culture
  3. Diest Philippe, Le Nord-Pas-de-Calais et l'armée de 1871 à 1914 : le poids des infrastructures militaires au regard de l'économie, de la politique et de la société septentrionales, Amiens, Université de Picardie - Jules Verne, , 592 p.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :