No Man's Sky

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

No Man's Sky
Image illustrative de l'article No Man's Sky
Logo du jeu.

Éditeur Hello Games
Développeur Hello Games
Distributeur Sony Interactive Entertainment (PS4)
505 Games (Xbox One)
Concepteur Sean Murray, David Ream (directeurs)
Gareth Bourn (designer)
Musique 65daysofstatic, Paul Weir

Début du projet 2011[1][source insuffisante]
Date de sortie PlayStation 4
AN : 9 août 2016
EUR : 10 août 2016
Microsoft Windows
INT : 12 août 2016
Xbox One
INT : 24 juillet 2018
Licence Propriétaire
Version 3.03(PS4 et Xbox One)

2.62(PC)[2]

Genre Action-aventure, survie
Mode de jeu Solo, multijoueur
Plate-forme
Ordinateur(s) :
Console(s) :
Média Distribution numérique
Blu-ray
DVD
Langue Multilingue (14 langues dont 12 doublés)
Contrôle Clavier, souris (PC)
Manette (Xbox One, PlayStation 4)

Évaluation BBFC : PG ?
ESRB : E10+ ?
PEGI : 7 ?
USK : 6 ?
Moteur Havok
Wwise (Moteur audio)

Site web nomanssky.com

No Man's Sky[N 1] est un jeu vidéo désormais multiplateforme de science-fiction bac-à-sable développé et édité par Hello Games, sorti respectivement les 10 et sur PlayStation 4 et PC et en 2018 sur Xbox One. L'univers dans lequel le joueur évolue est créé de manière procédurale : l'univers à explorer par le ou les joueurs est généré au fur et à mesure de leur progression.

Objectif[modifier | modifier le code]

Le joueur incarne un pilote de vaisseau spatial (marchand, explorateur, chasseur de primes, mineur, pirate, etc.) traversant l'espace pour percer un mystère caché au centre de la galaxie. Dans ce dernier, des milliards de milliards de mondes[N 2] sont à visiter, chacun accueillant un écosystème différent des autres[5]. Le but premier étant d'atteindre le centre de la première galaxie dans laquelle le joueur apparaît, il est crucial de récolter des ressources pour progresser, tout en ayant la possibilité de créer une alliance avec certains groupes ou races présents dans le jeu[6]. En tant que découvreur du monde, il est proposé au joueur de lui donner un nom, ainsi qu'aux espèces qu'il abrite. Mais plus on est proche de percer le mystère, plus la traversée est dangereuse, ce qui donne lieu à des batailles spatiales[7].

Système de jeu[modifier | modifier le code]

Dans No Man's Sky, tout est généré de façon procédurale : planètes, écosystèmes, créatures, factions, vaisseaux, modules, bâtiments… Des algorithmes prédéfinis les créent de façon quasiment infinie, à mesure que le joueur progresse[8]

Le joueur évolue dans un monde ouvert (plébiscité par les ventes dans le secteur vidéoludique[9],[10],[11]). Il lui est possible d'associer différents éléments afin de créer des objets qui l'aideront à mener à bien les missions proposées dans le jeu.

Le système permet au joueur de passer de l'atmosphère d'une planète à l'espace sans temps de chargement. De plus, tout ce qu'un joueur découvre et nomme peut être envoyé en ligne (si le joueur le veut) pour que tous les joueurs aient accès aux découvertes faites par chacun, l'univers étant immense (264 = 18 446 744 073 709 551 616 planètes de taille normale[12]).

Depuis la sortie de la mise à jour « Foundation » le , le jeu propose quatre modes différents : normal, survie, mort définitive et créatif.

Développement[modifier | modifier le code]

Le projet débute chez Hello Games en 2012, en marge de la direction de la série des Joe Danger. Dirigée par Sean Murray, l'équipe de production ne compte alors que quatre personnes. Elle va s'étendre petit à petit pour atteindre treize personnes.

Le jeu est dévoilé lors de l'édition de 2013 des VGX via une bande-annonce. Le recours généralisé à la technologie de la génération procédurale est annoncé[13],[14].

Une nouvelle séquence de gameplay est également dévoilée lors de la conférence de Sony, au salon de l'Electronic Entertainment Expo 2014[15]. Il est par la même occasion dévoilé que le jeu sortira en exclusivité sur PlayStation 4. Hello Games précise plus tard que cette exclusivité est temporaire puisque le jeu sortira par la suite sur PC[16].

Lors de la conférence Sony à l'E3 2015, Sean Murray dévoile sur le plateau une séquence de gameplay commentée. Il indique entre autres que No Man's Sky sortira dorénavant simultanément sur PS4 et PC. Le jeu sera doté d'un support physique et une page du jeu est déjà présente sur Steam[17]. Pour finir, Sean Murray déclare qu'une date de sortie sera annoncée très prochainement.

Lors de la conférence Sony à la Paris Games Week 2015, Hello Games annonce la sortie du jeu pour le [18].

No Man's Sky remporte le prix du « Most Anticipated Game » pour 2016 attribué par le Fan's Choice Award lors des The Game Awards 2015 à Los Angeles[19].

Fin , après quelques rumeurs, l'éditeur confirme le report du jeu à début .

Début , Sean Murray affirme par le biais de Twitter que No Man's Sky est passé gold : le développement est terminé et la distribution des copies du jeu peut désormais commencer.

Commercialisation[modifier | modifier le code]

Le jeu est disponible en plusieurs éditions, une dématérialisée, l'autre en édition standard, une version limitée pour PlayStation 4 regroupant un boîtier métallique, un artbook (48 pages), un comics, des contenus téléchargeables bonus en jeu et un thème pour la console. L'autre édition, appelée Explorer's Edition, contient un badge, une maquette d'un vaisseau, des autocollants pour la personnalisation de celui-ci, ainsi qu'un objet mystère ayant été dévoilé peu avant la sortie officielle — il s'agit en réalité de deux objets, un carnet de voyage (48 pages) pour prendre des notes sur ses découvertes pendant l'aventure, accompagné d'un stylo pressurisé qui fonctionnerait dans l'espace, et un code de téléchargement pour le jeu sur les plates-formes Steam ou GOG.com au choix[20].

Accueil[modifier | modifier le code]

Aperçu des notes reçues
Presse papier
Média Note
Canard PC (FR) 5/10[21]
Agrégateurs de notes
Média Note
Metacritic 61/100

Problèmes[modifier | modifier le code]

Fin , le jeu connaît une chute du nombre d'utilisateurs[22] ainsi qu'une vague de demandes de remboursement[23], relayée par la presse en ligne spécialisée[24] qui amène notamment Steam à apposer un message rappelant que ce jeu ne fait pas exception aux conditions de remboursement[25].

Mises à jour[modifier | modifier le code]

Foundation[modifier | modifier le code]

Fin , apparaît la première mise à jour majeure de No Man’s Sky. Nommée Foundation. Elle ajoute trois nouveaux modes de départ : Normal, Survie, Créatif. En eux, se distinguent de nouvelles mécaniques qui initialement auraient dû peupler le jeu à sa sortie, telles que : la possibilité de construire des bases sur les surfaces des planètes ; la possibilité de faire pousser des plantes, de développer de nouvelles technologies et armes ; l’ajout d’un scanner à planètes dans les vaisseaux ; une révision de l’algorithme de création des planètes[26],[27].

Pathfinder[modifier | modifier le code]

Peu de temps après Foundation, Hello Games met en ligne Pathfinder, la deuxième mise à jour significative de No Man's Sky. Elle améliore les graphismes du jeu et propose un mode de Mort définitive, décrit comme étant le plus difficile du jeu. De plus, cette mise à jour ajoute un système d'« exonefs », des véhicules motorisés terrestres allant du deux-roues à l'engin de déforestation, ainsi qu'un début de mode multijoueur via la possibilité de voir les bases des autres Voyageurs[28].

Atlas Rises[modifier | modifier le code]

En commence un jeu en réalité alternée nommé Waking Titan (en), fortement lié à No Man's Sky.

Début août, Hello Games annonce la mise à jour 1.3 de No Man's Sky, Atlas Rises[29], qui sort le de la même année. Cette mise à jour célèbre l'anniversaire du jeu et ajoute une histoire plus complète, un début de multijoueur, active les portails, régénère la surface de jeu et ajoute divers contenus pour augmenter la durée de vie et le confort de jeu (vaisseaux exotiques, farming approfondi, planètes exotiques, commerce interstellaire)[30]. Les premiers retours sont majoritairement positifs, malgré diverses difficultés techniques[réf. nécessaire].

Next[modifier | modifier le code]

Le , une mise à jour majeure sort sur Windows et PlayStation 4 et le jeu devient disponible sur Xbox One. No Man's Sky Next est une mise à jour significative du jeu que Hello Games considère comme plus représentatif du jeu qu'il voulait sortir en 2016. La mise à jour comprend un mode multijoueur, permettant au plus à quatre joueurs de créer et de personnaliser leurs avatars en jeu et de se joindre en tant qu'alliés pour explorer des planètes et des systèmes stellaires ou construire des bases ensemble, ou encore comme adversaires pour se combattre. Les bases ne sont plus limitées à des endroits spécifiques sur une planète et peuvent maintenant être construites presque n'importe où, y compris sous l'eau, et de telles bases seront visibles par tous les autres joueurs de la partie (sur leurs plate-forme respectives). Les joueurs pourront assembler des flottes de vaisseaux spatiaux à utiliser pour les envoyer dans diverses missions. Le moteur du jeu a fait l'objet d'une refonte significative quant à la génération procédurale des planètes et à leur rendu. Les planètes paraissent donc plus réelles et plus variées[31],[32],[33].

À la suite de cette mise à jour, un regain d'intérêt apparaît pour le jeu, qui enregistre un pic de 53 996 joueurs connectés simultanément, une première depuis le lancement du jeu en 2016.[réf. nécessaire]

The Abyss[modifier | modifier le code]

À la suite du succès de la mise à jour NEXT, un nouvel ajout important de contenu est publié sur No Man’s Sky en . S’y démarquent de nouveaux environnements aquatiques, véhicules marins, une diversité marine revue à la hausse, et un nouveau scénario intitulé « Le rêve des profondeurs ». De nouvelles bases submersibles sont constructibles, et la découverte de mystères et trésors des profondeurs devient une réalité[34],[35].

Visions[modifier | modifier le code]

Fin 2018 sort l’extension Visions, prévoyant plus de variété dans les décors, les couleurs, plus d’anomalies et dérèglements climatiques, de nouveaux biomes et de nouveaux types de planètes. L'archéologie est introduite, des défis communautaires tout autant que de nouvelles formes extraterrestres apparaissent. Le souhait de diversifier l'expérience de jeu se poursuit, cette seconde mise à jour orientée gameplay élargit ce qu’avait déjà entamé avant elle The Abyss quelques semaines plus tôt[36].

Beyond[modifier | modifier le code]

Le , une mise à jour décrite par les développeurs comme « la plus importante jamais faite sur No Man’s Sky » est lancée. Elle comprend trois points essentiels : un multijoueur plus important, permettant à 16 à 32 joueurs de partager le même univers sur PC et à 4 à 8 sur console, un mode réalité virtuelle et une amélioration majeure de gameplay. S’y démarquent, entre autres : un « nexus » (point de rencontre virtuelle intégré au jeu), faire des quêtes, interagir avec des PNJ ; du dressage, élevage et alimentation de créatures ; la possibilité de créer des bases industrielles, de les alimenter en électricité ; des missions multijoueur ; de nouvelles recettes de cuisine ; une nouvelle race extraterrestre ; la possibilité de rencontrer des PNJ sur les planètes ; une refonte des missions et tutoriels ; une refonte de l’arbre technologique et de la carte de navigation galactique, désormais plus claire ; une amélioration de l’apprentissage des langues extraterrestres ; une construction et une optimisation améliorées ; une amélioration des vaisseaux[37],[38],[39].

Le contenu significatif crée un nouveau regain d'intérêt, surpassant même celui occasionné par la mise à jour NEXT, avec un pic à 61 707 joueurs connectés simultanément sur Steam.[réf. nécessaire]

Synthesis[modifier | modifier le code]

Trois mois après la mise à jour Beyond, Hello games déploie Synthesis le , une nouvelle mise à jour importante, la huitième depuis la sortie du jeu en 2016. Elle est destinée à répondre aux demandes des joueurs les plus importantes[40], entre autres : multi-outils multiples (les outils utilisables dans le jeu), une amélioration très demandée du modificateur de terrain, une conduite des créatures possibles désormais en VR, l’Exonef (un véhicule du jeu) en vue à la première personne, une raffinerie personnelle, des équipements nombreux, un mode Photo VR, de nouvelles technologies[Quoi ?] pour enrichir l’expérience de jeu, une amélioration de la carte stellaire du vaisseau, plus de pièces pour la construction de bases, et enfin une suppression importante de bugs. En outre, le studio annonce travailler sur de prochaines mises à jour de plus grande ampleur et déployer Synthesis pour que les recommandations les plus pressantes soient accordées[41],[42].

Living Ship[modifier | modifier le code]

En 2020, Hello Games annonce l'arrivée de Living Ship, une mise à jour très attendue par les fans puisque longuement « teasée » via divers easter eggs et quêtes spéciales dans le jeu[43]. Elle consiste en l'ajout d'une nouvelle classe de vaisseaux spatiaux, les « organiques », que les joueurs peuvent débloquer dans l'Anomalie en échange de « vif-argent », une monnaie particulière. De plus, il devient possible de rencontrer de mystérieuses manifestations lors de sauts en « pulsoréacteur », allant du vaisseau cargo abandonné jusqu'au gigantesque Messager Atlas.

Exo Mech[modifier | modifier le code]

Un mois seulement après le déploiement de Living Ship, Hello Games finit par faire taire les rumeurs en déployant officiellement la mise à jour, nommée Exo Mech, qui ajoute des améliorations graphiques, un « matérialisateur orbital » d'exonef capable d'invoquer un exonef dans tout système où le cargo du joueur se situe, et enfin, comme son nom l'indiquait, un mecha baptisé « Minotaure » et disponible en échange de données récupérées au préalable[réf. nécessaire].

Mise à jour multiplateforme[modifier | modifier le code]

Finalement, en mai 2020, No Man's Sky devient multiplateforme. Ses joueurs peuvent désormais jouer ensemble, qu'ils soient sur Xbox One, PC ou PS4[44].

Grâce aux « codes amis No Man's Sky », les joueurs peuvent se joindre où qu'ils soient dans l'univers, à condition qu'ils soient dans le même mode de jeu[45][source insuffisante]. Les joueurs peuvent faire tout ce qu'ils pouvaient faire avec les autres joueurs de leur consoles[44], cependant certaines fonctionnalités sont défectueuses, notamment le système de nom des systèmes stellaires, planètes, lunes, animaux, plantes, minéraux et points de passage. Il n'est pas révélé comment fonctionne ce système, étant donné que certaines planètes ont été baptisées par des noms différents selon les plateformes[réf. nécessaire].

Communauté[modifier | modifier le code]

Des communautés de joueurs participent à travers le monde à rendre le jeu accessible aux nouveaux joueurs, notamment par la création de wikis (à l'instar de Wikipedia). Les wikis observés par Hello Games sont ceux hébergés sur Gamepedia, où une équipe privée est chargée de surveiller tous les wikis disponibles, que l'on ne peut d'ailleurs pas créer sans l'approbation de cette équipe. Les wikis hébergés par Gamepedia sont les seuls à pouvoir être officialisés par l'équipe de développement du jeu en question lorsqu'il est complet. On peut par exemple citer le wiki de Minecraft ou celui de Terraria qui sont officialisés et hébergés sur Gamepedia.

Ces wikis servent à renseigner les joueurs, qu'ils soient nouveaux ou expérimentés, sur les fonctionnalités basiques et avancées que propose le jeu. Ils fonctionnent avec le même moteur qui sert à propulser les services de Wikimédia. De ce fait, chaque utilisateur peut éditer chaque page.

Liste non exhaustive des wikis internationaux de No Man's Sky :

  • No Man's Sky Wiki (Anglophone)[46] : le wiki de référence pour l'instant, puisque c'est le plus complet ;
  • No Man's Sky Wiki (Francophone)[47] : le wiki francophone, en cours de développement.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le titre original peut se traduire littéralement par : « Ciel de nul homme »[3], par analogie à no man's land[4].
  2. Plus exactement 264 = 18 446 744 073 709 551 616 planètes, soit plus de 18 trillions.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « What do you do in No Man’s Sky? », sur No Man's Sky, (consulté le 28 juin 2020).
  2. (en-GB) « News », sur No Man's Sky (consulté le 18 août 2020) (août 2020).
  3. « Entre « Pokémon Go » et « No Man’s Sky », le potentiel infini du jeu vidéo », Le Monde, (consulté le 8 mai 2020).
  4. Audrey Oeillet, « No Man's Sky : 10 infos à connaître sur ce jeu d'exploration spatiale », sur Clubic, (consulté le 8 mai 2020).
  5. « La science derrière les univers infinis », Numerama, .
  6. (en) Jeffrey Parkin, « No Man’s Sky guide: alien races, languages and Monolith puzzles », sur Polygon, (consulté le 2 décembre 2016).
  7. « No Man's Sky », sur playstation.com.
  8. « No Man's Sky », sur Gameblog (consulté le 6 mars 2016).
  9. « No Man's Sky, une claque PC difficile à adapter sur PS4 ? », Jeuxvideo.com, 3 mars 2016.
  10. « 41 infos extraordinaires que vous ignorez peut-être à propos de No Man’s Sky » (consulté le 17 août 2015).
  11. (en) « No Man's Sky: Everything You Need to Know », sur IGN, .
  12. (en) Arjun Kharpal, « ‘No Man’s Sky’: Would you play a game that takes 584 billion years to explore? », sur CNBC, (consulté le 3 juillet 2020).
  13. Jihem, « Hello Games annonce No Man's Sky », sur Jeuxvideo.com, .
  14. boulapoire, « No Man's Sky : Hello Games en orbite », sur Gamekult, .
  15. Kaaraj, « E3 2014 : No Man's Sky : Hello Games sur PlayStation 4 », sur Jeuxvideo.com, (consulté le 19 mars 2015).
  16. mrderiv, « No Man's Sky sur PS4 mais aussi sur PC ? », sur Jeuxvideo.com, (consulté le 19 mars 2015).
  17. No Man's Sky, sur Steam.
  18. « No Man's Sky : la date de sortie enfin dévoilée », sur Gameblog (consulté le 6 mars 2016).
  19. « The Game Awards 2015 : Voici la liste des vainqueurs », sur Gameblog (consulté le 6 mars 2016).
  20. Jarod, « No Man's Sky en version boîte et collector », sur Gamekult, (consulté le 30 août 2016).
  21. Canard PC, no 344 du , p. 20 à 22, No Man's Sky : Étoiles, garde à nous ! par Netsabes « En ligne sur Canard PC »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  22. « No Man’s Sky : peut-on et doit-on se faire rembourser ? », sur Le Journal du Gamer, (consulté le 30 août 2016).
  23. Kevin Hottot, « No Man's Sky : Sony et Valve ouvrent la porte aux demandes de remboursement », sur Next INpact, (consulté le 30 août 2016).
  24. AoNoShiro, « No Man's Sky, les remboursements arrivent », sur Gamekult, (consulté le 30 août 2016).
  25. Lloyd, « No Man's Sky remboursé partout ? », sur Millenium, (consulté le 30 août 2016).
  26. « No Man's Sky : la mise à jour Fondation », sur Millenium (consulté le 18 août 2019)
  27. « No Man's Sky : La mise à jour Foundation change-t-elle la donne ? Notre avis ! », sur Gameblog (consulté le 18 août 2019)
  28. (en-GB) « Path Finder Update », sur No Man's Sky (consulté le 12 mai 2020).
  29. (en) « Update 1.3 : Atlas Rises – coming soon », sur https://www.nomanssky.com, .
  30. « No Man's Sky : La mise à jour 1.3 "Atlas Rises" en détail », sur Jeuxvideo.com (consulté le 18 août 2019).
  31. « No Man's Sky - Les détails de la mise à jour multi NEXT », sur Cooldown, (consulté le 18 août 2019).
  32. « No Man’s Sky : Le plein d'infos pour la màj NEXT (trailer, date, multi) », sur Next Stage, (consulté le 18 août 2019).
  33. (en-GB) « NEXT Update », sur No Man's Sky (consulté le 18 août 2019).
  34. « No Man's Sky : direction les profondeurs planétaires avec la mise à jour The Abyss », sur Jeuxvideo.com (consulté le 18 août 2019)
  35. « No Man's Sky : La mise à jour aquatique The Abyss disponible », sur Gameblog (consulté le 18 août 2019)
  36. « La prochaine mise à jour "Visions" de No Man's Sky sera disponible dès demain », sur www.gamekult.com, 2018-11-21cet15:40:08+0100 (consulté le 18 août 2019).
  37. « NMS-FR », sur nms-france.fr (consulté le 17 août 2019).
  38. Thibaut Popelier, « No Man's Sky : une grosse mise à jour gratuite atterrira cet été », sur Clubic.com, (consulté le 18 août 2019).
  39. Christopher Klippel, « No Man's Sky date sa version en réalité virtuelle à travers un court trailer », sur Presse-citron, (consulté le 18 août 2019).
  40. Cyril Thevenot, « PlayStation VR : No Man's Sky, Synthesis est-elle à la hauteur sur PSVR ? », sur VR4player.fr, (consulté le 28 novembre 2019).
  41. « No Man's Sky : vaisseaux améliorés, nouvelles technologies, mode Photo VR, la grosse mise à jour Synthesis détaillée et datée » (consulté le 28 novembre 2019).
  42. « No Man's Sky : Synthesis, la huitième mise à jour gratuite du space opera procédural », sur Begeek.fr, (consulté le 28 novembre 2019).
  43. (en-US) « Mysterious Egg Tweet Sends No Man's Sky Buffs on a Wild Goose Chase », sur CCN.com, (consulté le 12 mai 2020).
  44. a et b Jerome Joffard, « No Man’s Sky - Le crossplay arrive dès demain », sur www.jeuxvidéo.com, (consulté le 3 juillet 2020).
  45. « Multijoueur », sur nomanssky.fandom.com, Fandom (consulté le 3 juillet 2020).
  46. « No Man's Sky Wiki », sur gamepedia.com, (consulté le 4 août 2020).
  47. « No Man's Sky Wiki », sur gamepedia.com, (consulté le 4 août 2020).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]