Noëlle Roger

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Noëlle Roger
Description de l'image defaut.svg.
Nom de naissance Hélène Dufour
Naissance
Genève
Décès (à 79 ans)
Genève
Auteur
Langue d’écriture Français

Noëlle Roger, de son vrai nom Hélène Dufour, née le 25 septembre 1874 à Genève et morte le 14 octobre 1953 à Genève, est une romancière et journaliste suisse.

Vie[modifier | modifier le code]

Épouse d'Eugène Pittard (en 1900), elle écrit de nombreux romans d'anticipation, souvent pessimistes et critiques envers la société. Le plus connu est Le Soleil enseveli, de 1928, qui conte la résurgence de l'Atlantide.

Sa mère, Fanny Bordier, est la fille de Henri Léonard Bordier. Son père Théophile Dufour est un juriste et un historien connu pour ses études sur Calvin et Rousseau.

Dé son enfance Hélène Dufour écrivait des poèmes et s'interessa en peinture. Elle décidait de devenir écrivain. En 1896 elle écrivait son premier roman Larmes d'enfant sous le Pseudonyme Noëlle Roger. Ce nom était dérivé du prénom invers de son frère Lèon et le prènom de son frère plus jeune Roger. Après elle s'engageait à Londre dans le journalisme. Elle mariait en 1900 l'anthropologue et ethnographe Eugène Pittard. Elle voyageait en Albanie et la Turquie et écrivait sur ses voyages. Lorsque la Première Guerre Mondiale éclata elle pris la profession d'infirmière et aidait le soldats blessés à l'Hôpital 101 de Lyon. Dans ses romans et notes elle décrivait la guerre. Dans les années 1920 elle avait pour thème les romans fictifs. Dans les années 1940 elle rapportait sur le monde des enfants. De même elle publia des biographies sur Jean-Jacques Rousseau, Madame de Staël et Henry Dunant.[1]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Œuvres de fiction[modifier | modifier le code]

  • Nos mensonges (1900-1909)
  • Figures de héros (1916)
  • Le Nouveau Déluge (1922)
  • Le Nouvel Adam (1924)
  • Celui qui voit (1926)
  • Le Soleil enseveli (1928)
  • Princesse de lune (1929)
  • Le Chercheur d'ondes (1931)
  • Le Nouveau Lazare (1933)
  • Jean-Jacques : le promeneur solitaire (1933)
  • La Vallée perdue (1939)
  • Au seuil de l'invisible (1949)

Ouvrages journalistiques[modifier | modifier le code]

  • En Asie Mineure. La Turquie du Ghazi (1930). Préface de Gabriel Hanotaux.
  • Souvenirs sur le “Père des Turcs” (1934-1944)

Honorifique[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]