Noël Colombier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Noël Colombier
Naissance
Champcevinel, en Dordogne, France
Décès
Haute-Garonne, France
Activité principale Auteur-compositeur-interprète
Genre musical Chansons chrétiennes
Labels EMI Group
AZ (Universal)
Air libre.

Noël Colombier est un chanteur français, né en 1932 à Champcevinel en Dordogne, mort le [1]. Auteur-compositeur-interprète, il est surtout connu pour ses chansons chrétiennes.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né en Dordogne en 1932, Noël Colombier devient prêtre. Aumônier de jeunes et de prisonniers, il chante, la guitare à la main, et se fait connaître sous le nom de l'abbé Colombier[1].

Pour Le Monde, en 1965, « l'abbé Colombier a réussi » : il présente des chansons rythmées, rodées devant des jeunes ; son répertoire ne reflète pas « la morale confite et la prose pieuse », mais se rapproche plutôt de Brassens, de Johnny Hallyday ou des Beatles, avec des réminiscences de negro spirituals ou de valses musettes[2].

Il retourne ensuite à l'état laïc pour fonder un foyer, se consacre à la musique et devient auteur-compositeur-interprète[1]. Les éditions Fleurus le sollicitent pour l'écriture de chants destinés à accompagner la liturgie, la catéchèse ou les jeunes. Il crée le cycle La Chanson de Jackie, avec les chanteurs d'Île-de-France, préfigurant les Poppys[1].

Il écrit et compose sur des registres divers. Ses titres sortent sous des labels non confessionnels : EMI, l'ancienne major du disque, et AZ du groupe Universal[1]. Il crée plus tard, en 1995, son propre label, « Air libre », repris par ADF-Bayard musique en 2010[3].

Noël Colombier est un des premiers émules du Père Duval, avec cependant une moindre notoriété. Il chante la Bible, et ses compositions conviennent bien à la catéchèse. Il chante ainsi notamment la Ballade de David, Toi qui aimes ceux qui s'aiment, Puisque l'amour prend racine, les idoles, le Regard de Jésus, que Jean-Claude Gianadda juge « si émouvant », Arc-en-ciel, l'enfant prodigue[4].

Selon Mélinée Le Priol, de La Croix, ses cinq meilleurs tubes sont Tu es le Dieu des grands espaces, qui est un « hymne à la Création » et « peut-être le plus célèbre des 250 titres religieux de Noël Colombier » ; Je crois en Dieu qui chante, aux paroles simples, adaptées aux plus jeunes ; Toi qui aimes ceux qui s’aiment car Tu es l’amour, qui accompagne les mariages ; L’eau, souvent utilisé pour la liturgie baptismale ; Gandhi, Luther King ou Jésus-Christ, chanson profane, humaniste et pacifiste, composée pour un chœur d'enfants[3].

Il est mort le là où il vivait, en Haute-Garonne. Ses obsèques sont célébrées le 20 avril par l'évêque Marcel Perrier[1].

Hommages et témoignages[modifier | modifier le code]

Pour Gaëtan de Courrèges, la place de Noël Colombier n'est pas loin « des troubadours et des trouvères »[5].

Claude Bernard rappelle d'abord la chanson Tu es le Dieu des grands espaces et des vastes horizons qui représente la « vision du monde [que Noël Colombier] trouvait naturelle, mais qu’il aurait sans doute aimé voir plus souvent dans notre Église »[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f Robert Migliorini, « Noël Colombier, la foi en chansons », sur la-croix.com, La Croix, (consulté le 20 avril 2017).
  2. « L'abbé Noël Colombier », sur lemonde.fr, Le Monde, (consulté le 21 avril 2017).
  3. a et b Mélinée Le Priol, « Les cinq meilleurs tubes de Noël Colombier », La Croix, (consulté le 21 avril 2017).
  4. Jean-Claude Gianadda, Qu'il est formidable d'aimer, , p. 135, 241, 242.
  5. a et b « Noël Colombier. « Une colombe s’est envolée », hommages à un artiste pétri des Évangiles », sur la-croix.com, (consulté le 21 avril 2017).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]