Noël Colombier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cet article ou cette section traite d’une personne morte récemment (14 avril 2017).

Le texte peut changer fréquemment, n’est peut-être pas à jour et peut manquer de recul. N’hésitez pas à participer, en veillant à citer vos sources.

Les biographies étant habituellement écrites au présent de narration, merci de ne pas mettre au passé les verbes qui sont actuellement au présent.

Par ailleurs, dans une rédaction encyclopédique, il vaut mieux parler de la « mort » de quelqu'un que de son « décès ». Cette page fait le point sur cette pratique.
 

Noël Colombier
Naissance
Champcevinel, en Dordogne, France
Décès
Haute-Garonne, France
Activité principale Auteur-compositeur-interprète
Genre musical Chansons chrétiennes
Labels EMI Group
AZ (Universal)
Air libre.

Noël Colombier est un chanteur français, né en 1932 à Champcevinel en Dordogne, mort le [1]. Auteur-compositeur-interprète, il est surtout connu pour ses chansons chrétiennes.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né en Dordogne en 1932, Noël Colombier devient prêtre. Aumônier de jeunes et de prisonniers, il chante, la guitare à la main, et se fait connaître sous le nom de l'abbé Colombier[1].

Pour Le Monde, en 1965, « l'abbé Colombier a réussi » : il présente des chansons rythmées, rodées devant des jeunes ; son répertoire ne reflète pas « la morale confite et la prose pieuse », mais se rapproche plutôt de Brassens, de Johnny Hallyday ou des Beatles, avec des réminiscences de negro spirituals ou de valses musettes[2].

Il retourne ensuite à l'état laïc pour fonder un foyer, se consacre à la musique et devient auteur-compositeur-interprète[1]. Les éditions Fleurus le sollicitent pour l'écriture de chants destinée à accompagner la liturgie, la catéchèse ou les jeunes. Il crée le cycle La Chanson de Jackie, avec les chanteurs d'Île-de-France, préfigurant les Poppys[1].

Il écrit et compose sur des registres divers. Ses titres sortent sous des labels non confessionnels : EMI, l'ancienne major du disque, et AZ du groupe Universal[1]. Il crée plus tard, en 1995, son propre label, « Air libre », repris par ADF-Bayard musique en 2010[3].

Noël Colombier est un des premiers émules du Père Duval, avec cependant une moindre notoriété. Il chante la Bible, et ses compositions conviennent bien à la catéchèse. Il chante ainsi notamment la Ballade de David, Toi qui aimes ceux qui s'aiment, Puisque l'amour prend racine, les idoles, le Regard de Jésus, que Jean-Claude Gianadda juge « si émouvant », Arc-en-ciel, l'enfant prodigue[4].

Selon Mélinée Le Priol, de La Croix, ses cinq meilleurs tubes sont Tu es le Dieu des grands espaces, qui est un « hymne à la Création » et « peut-être le plus célèbre des 250 titres religieux de Noël Colombier » ; Je crois en Dieu qui chante, aux paroles simples, adaptées aux plus jeunes ; Toi qui aimes ceux qui s’aiment car Tu es l’amour, qui accompagne les mariages ; L’eau, souvent utilisé pour la liturgie baptismale ; Gandhi, Luther King ou Jésus-Christ, chanson profane, humaniste et pacifiste, composée pour un chœur d'enfants[3].

Il est mort le là où il vivait, en Haute-Garonne. Ses obsèques sont célébrées le 20 avril par l'évêque Marcel Perrier[1].

Hommages et témoignages[modifier | modifier le code]

Pour Gaëtan de Courrèges, la place de Noël Colombier n'est pas loin « des troubadours et des trouvères »[5].

Claude Bernard rappelle d'abord la chanson Tu es le Dieu des grands espaces et des vastes horizons qui représente la « vision du monde [que Noël Colombier] trouvait naturelle, mais qu’il aurait sans doute aimé voir plus souvent dans notre Église »[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f Robert Migliorini, « Noël Colombier, la foi en chansons », sur la-croix.com, La Croix,‎ (consulté le 20 avril 2017).
  2. « L'abbé Noël Colombier », sur lemonde.fr, Le Monde,‎ (consulté le 21 avril 2017).
  3. a et b Mélinée Le Priol, « Les cinq meilleurs tubes de Noël Colombier », La Croix,‎ (consulté le 21 avril 2017).
  4. Jean-Claude Gianadda, Qu'il est formidable d'aimer, , p. 135, 241, 242.
  5. a et b « Noël Colombier. « Une colombe s’est envolée », hommages à un artiste pétri des Évangiles », sur la-croix.com,‎ (consulté le 21 avril 2017).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]